barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 janv. 2021

Le boulanger étranger

Laye Fodé Traoréiné vient d'avoir 18 ans, il travaille à Besançon comme apprenti boulanger, tous les matins il se lève à 3 heures. Mais il risque d'être expulsé simplement parce qu'il est étranger.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Besançon, on se croirait presque dans un sketch de Fernand Raynaud. Plus précisément celui de l’étranger qui, loin de manger le pain des Français, est en réalité celui qui le fabrique. Sauf qu’à la fin, ce n’est pas drôle du tout.

Laye Fodé Traoréiné au travail à Besançon

Laye Fodé Traoréiné est né en 2002, il n’a pas connu sa famille biologique et a grandi dans une famille d’accueil. Sur les conseils de la maman qui l’avait recueilli, il a quitté son pays d’origine dans l’espoir qu’il ne lui arrive plus rien de mal. Traversant le Mali puis la Lybie, il est arrivé en Italie à 16 ans et demi après avoir enjambé la Méditerranée en bateau gonflable. Puis il a pris un train au hasard qui l’a conduit à Nîmes, en France. Une association l’y a aidé et dirigé vers Gray, dans le département de la Haute-Saône.

Depuis maintenant un an et demi, il vit à Besançon (Doubs), d’abord dans un foyer, avant d’obtenir récemment un appartement. Ayant intégré un CAP de boulanger, il y travaille en tant qu’apprenti à la boulangerie « La Hûche à Pain », sise au pied de la citadelle qui surplombe notre ville. 

Depuis des mois, il se lève donc à 3 heures du matin, suit ses cours de CAP, a appris le français et sera diplômé en juin. Son patron le décrit comme quelqu’un d’enthousiaste qui travaille très bien. Ils avaient convenu ensemble qu’il ferait ensuite un brevet professionnel dans sa boulangerie. Bref, un travail assuré pour plusieurs années.

Laye Fodé Traoréiné est arrivé en France sous le statut de mineur étranger. Aujourd’hui, il est devenu majeur. Au nom de seul fait d’âge, ce samedi 2 janvier, il doit être expulsé de France en tant qu’étranger. Un référé administratif a été demandé mais rejeté. Son patron et les autres salariés ont attesté de son travail, mais rien n’y fait. Au point que son patron a décidé de commencer une grève de la faim pour que Laye puisse terminer son cursus avec lui.

Cette décision d’expulsion d’un jeune en quête d’une vie meilleure, en somme d’espoirs et de possibles comme tant d’autres réfugiés et migrants, est d’une inhumanité qui, malgré l’habitude, nous choque et nous révolte. D’autant qu’en France, la législation relative à la protection de l’enfance prévoit que les jeunes gens, mineurs ou majeurs, jusqu’à 21 ans, soient protégés au regard de leur « vulnérabilité » et ce quelle que soit leur nationalité.

Laye Fodé Traoréiné est sans famille, vit à des milliers de kilomètres de son pays d’enfance et vient tout juste d’avoir 18 ans. Malgré cette vulnérabilité, il a su se débrouiller. Imagine-t-on l’énergie et le courage qu’il faut pour avoir su, si tôt, braver tant de dangers ? Laye est également en formation. Il devrait au moins pouvoir la terminer. Il ne demande rien, aucun privilège ou avantage, simplement qu’on le laisse travailler et vivre en faisant notre pain. Un travail que peu seraient volontaires d’accomplir, surtout pour une rémunération de ce niveau.

En plus de l’inhumanité, c’est l’imbécilité de cette décision administrative qui frappe. Merci à son patron et ses collègues d’œuvrer, en soutenant sa cause, non seulement pour notre pain quotidien mais aussi pour remettre le monde à l’endroit.

> Signez ici la pétition contre l'expulsion de Laye Fodé Traoréiné.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot