barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2020

Lectures pour tous par temps de confinement (2)

La crise du coronavirus est l’occasion de lire des histoires que nous n’avons pas eu le temps de découvrir jusque là. Mais ce n’est pas vrai pour tout le monde. car certain·e·s parmi nous ont des difficultés avec la lecture. C’est pourquoi je propose sur ce blog des nouvelles de la littérature française réécrites de façon plus accessibles. On continue avec "Histoire d'une fille de ferme" de Maupassant…

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un précédent billet, j'ai expliqué la démarche qui m'a amenée à proposer ici des histoires réécrites de façon à ce qu'elles soient faciles à lire et à comprendre. Voici la suite de la première histoire, à partir d'une nouvelle de Guy de Maupassant :

Histoire d'une fille de ferme

Partie 2

La vie de Rose était très dure.
Elle travaillait beaucoup.
Elle souffrait.
Elle avait peur que les gens sachent qu’elle était enceinte.
Rose était tellement obsédée par cette idée. 

Elle n’arrivait plus à réfléchir. 

Elle ne cherchait même pas un moyen d’éviter le scandale. 

(A cette époque-là avoir un enfant sans père était une honte pour la mère et l’enfant) 

Rose se levait tous les matins avant les autres.
Elle regardait sa taille dans un morceau de glace cassée.
Elle regardait si on voyait son ventre qui grossissait.
Elle avait peur qu’on voit qu’elle était enceinte.
Plusieurs fois dans la journée, Rose regardait son ventre.
Les mois passaient.
Elle ne parlait presque plus.
Quand on lui demandait quelque chose elle tremblait. 

Alors le fermier lui dit : « Ma pauvre fille, que tu es sotte en ce moment ! » 

Même à l’église elle se cachait. 

Un matin le facteur donna une lettre à Rose.
C’était la première fois qu’elle recevait une lettre. 
Elle était bouleversée et dût s’asseoir. 
Elle pensa que c’était peut-être une lettre de Jacques. 

Rose était anxieuse, elle était inquiète devant cette lettre. 
Elle ne savait pas lire, mais elle n’osait pas demander à quelqu’un de lui lire la lettre. 
Car Rose ne voulait pas confier son secret.
Elle mit la lettre dans sa poche.
Mais un jour elle fut trop impatiente.
Alors Rose alla voir le maître d’école. 

Le maître d’école dit à Rose de s’asseoir et lut la lettre : 

« Ma chère fille.
Je vais très mal.
Notre voisin t’écrit pour moi.
Pour te demander de venir me voir si tu peux. »

Rose ne dit rien et partit. 
Dès qu’elle fut seule, elle tomba au bord du chemin. 
Rose resta là jusqu’à la nuit. 
En rentrant elle raconta son malheur au fermier. 

Le fermier lui dit d’aller voir sa mère. 
Il lui dit de prendre tout le temps qu’il fallait. 
Il lui dit aussi qu’il embaucherait une autre fille pendant son absence. 
Et qu’il rendrait sa place à Rose à son retour. 

Sa mère mourut quand Rose arriva. 
Le lendemain Rose accoucha d’un enfant de 7 mois. 
Son bébé était tout petit et semblait souffrir tout le temps. 
Pourtant le bébé vécut. 

Rose dit qu’elle était mariée. 
Mais elle dit aussi qu’elle ne pouvait pas s’en occuper à cause de son travail. 
Les voisins promirent de prendre soin du bébé. 

Rose revint voir son bébé.
C’était un immense bonheur. 
C’était aussi une terrible souffrance parce qu’elle était séparée de lui. 
Ce qui faisait souffrir Rose c’était de ne pas pouvoir embrasser son enfant. 
Ce qui faisait souffrir Rose c’était de ne pas pouvoir le prendre sans cesse dans ses bras. 

Elle pensait tout le temps à lui. 
Quand Rose avait fini son travail, elle s’asseyait devant le feu. 
Elle ne parlait pas. 
Elle regardait fixement au loin comme si elle pensait à quelqu’un. 

Les gens plaisantaient sur elle. 
Ils croyaient que Rose pensait à un amoureux. 
Les gens demandaient à Rose si l’amoureux était beau. 
Ils demandaient aussi s’il était riche, s’ils allaient se marier. 
Elle se sauvait car ces questions lui faisaient mal. 

Pour ne pas y penser trop, elle travailla encore plus dur. 
Rose travaillait dur aussi pour avoir de l’argent pour son enfant. 
Elle accepta même du travail en plus. 
Et elle économisa l’argent du fermier comme si c’était le sien. 

Elle se débrouillait tellement bien pour acheter et vendre que le fermier ne pouvait pas se passer d‘elle. 
Rose travaillait comme plusieurs personnes.
Rose faisait aussi gagner de l’argent au fermier.
Le fermier disait : « Cette fille-là vaut mieux que de l’or. » 

Pourtant le temps passait et le salaire de Rose était toujours le même. 

Elle décida de demander une augmentation.
Trois fois elle alla voir le fermier.
Et trois fois elle parla d’autre chose.
Elle avait presque honte de demander de l’argent.
Mais un jour elle décida de vraiment parler au fermier.
Le fermier mangeait seul dans la cuisine. 

Rose dit au fermier qu’elle voulait lui parler particulièrement. 
Le fermier fut surpris et il regarda Rose fixement.
Rose fut troublée par son regard.
Finalement elle lui demanda 8 jours pour aller chez elle, car elle était un peu malade. 

Le fermier lui accorda les 8 jours. 
Il lui dit aussi qu’il lui parlerait quand elle reviendra.
Le fermier avait l’air aussi un peu gêné. 

À suivre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana