barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2021

La Justice n'est pas la passion

Exprimer sa solidarité avec la famille de Sarah Halimi et les victimes de l'antisémitisme, évidemment. Dénoncer et lutter contre toutes les formes de racisme, absolument. Mais confondre la justice et la passion est dangereux.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dimanche 25 avril a eu lieu une impressionnante manifestation au Trocadéro en hommage à Sarah Halimi, en solidarité avec sa famille et les victimes de l’antisémitisme. Je partage pleinement cette solidarité. Mais je m’inquiète que l’on puisse donner l’illusion à la famille de la victime qu’une autre décision soit possible et même souhaitable. Je pense même qu’il y a lieu de s’alarmer que des responsables politiques puissent entretenir cette idée. Soit cela signifie qu’ils surfent sur une opinion bouleversée – à juste titre – en espérant en tirer un bénéfice électoral, soit qu’ils pensent que l’on doit juger les fous.

Dénoncer l’antisémitisme et le racisme est nécessaire, de même que les combattre et les prévenir. Quand ils s’ajoutent à un crime ils constituent des circonstances aggravantes dont rien ne saurait en minimiser l’horreur. Incontestablement, le meurtrier de Sarah Halimi a commis un crime atroce. Mais contrairement à ce certains ont affirmé – y compris un ancien Garde des Sceaux – il y a bien eu un procès : des centaines de pages de conclusions d’avocats et six heures de débat en audience. Sept experts psychiatres ont été saisis, certains ont rencontré le suspect à cinq reprises. Ils ont conclu à l’irresponsabilité du meurtrier. 

Le jugement ne dit pas qu’il ne s’est rien passé, il n’y a pas de « non-lieu ». Le jugement reconnaît également la gravité du crime commis et la culpabilité de son auteur. Mais cette culpabilité est accompagnée d’une irresponsabilité pénale. Quant au caractère antisémite du crime, il va de soi qu’être fou n’en protège pas. Il n’y a d’ailleurs pas de raison que, vivant dans la même société que les apparents sains d’esprit, les fous ne soient pas perméables aux idéologies meurtrières qui y circulent. Et c’était le cas du meurtrier de Sarah Halimi.

Mais, selon le droit pénal moderne, l’irresponsabilité signifie que la personne qui était atteinte au moment des faits d’un trouble psychique ayant aboli son discernement est comme sans cerveau, n’a donc plus de libre arbitre, ne contrôle pas ses actes et ne peut donc pas être jugé comme telle. Ne pas juger les fous est l’une des caractéristiques qui fait de notre société une société civilisée.

Je ne suis pas juriste, juste une militante de l’antiracisme, contre l’antisémitisme et contre l’islamophobie. Je tiens aussi à une justice digne. Ce crime est horrible, cette histoire est terriblement triste. Il y en a malheureusement d’autres. La mauvaise foi et la surenchère sécuritaire ne rendront pas Sarah Halimi aux siens, ni le monde plus juste, ni sa dignité à la politique. Cela ne fait qu’ajouter de la violence à la violence, dans une société qui a bien besoin de tempérance, de justice, de bonté et de beauté.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart