barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2020

Quand le peuple n'est plus en sécurité

Une démocratie devenue autoritaire, c’est un régime issu des urnes où le peuple lui-même n’est plus en sécurité. Avouons-nous la vérité : nous y sommes

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les images choquantes de ces derniers jours nous ont encore montré à quel point la possibilité de filmer et de diffuser des images d’interventions policières était essentielle. Que serait-il advenu de Michel, ce producteur de musique parisien, si ceux qui le tabassaient et lui jetaient des injures racistes n’avaient pas craint l’existence de ces images ? Malheureusement d’autres actes aussi odieux doivent avoir lieu sans que nous en ayons connaissance ou sans que les victimes puissent les démontrer.

Et que dire de l’évacuation des migrants sans abri ayant trouvé refuge sur la place de la République sous des petites tentes ? Ces personnes qui ont souvent fui les balles dans leur pays, ont pris des routes très dangereuses pour sauver leur peau et qui, arrivés en France pour trouver refuge, n’ont pas d’autre choix que d’errer d’un camp de fortune à l’autre parce qu’on ne les accueille pas. Et qui doivent finalement faire face aux lacrymogènes et aux tirs de LBD.

Difficile de dire l’horreur et la honte qui nous saisissent. L’horreur vécue par celles et ceux qui ont cherché à la fuir et qui sont discriminés, injuriés, battus, parfois jusqu’à la mort. La peur aussi de se promener, d’agir, de vivre tout simplement, en France quand on a une autre couleur de peau. Et la honte, la nôtre, que notre pays soit tombé si bas.

Souvent, avec un peu de condescendance, nous avons pu croire que la culture de certains pays y rendait la démocratie fragile parce qu’il y avait une dictature, tandis que, dans d’autres, comme la France, elle était solide. De même que l’on se prenait pour le pays des droits de l’Homme. La réalité est cruelle et difficile à éviter maintenant pour qui veut bien ouvrir les yeux. On voit que notre démocratie est précaire. Qu’être le pays de la Révolution, celui de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (sans la citoyenne pendant longtemps, ne l’oublions pas) ne préserve de rien, et surtout pas du pire.

Ceux qui portent atteinte à nos libertés pensent que nos démocraties sont faibles et que, face aux menaces et aux périls, elles seront fortes en devenant autoritaires. C’est évidemment tout l’inverse : les peuples qui acceptent de perdre un peu de leur liberté pour gagner en sécurité finissent toujours par perdre les deux. C’est ce que démontre l’engrenage terrifiant des violences policières depuis que ceux qui nous gouvernent ont renoncé à les dénoncer et à les sanctionner, voire même à admettre leur existence. Personne n’est épargné : ni la jeunesse, ni les gilets jaunes, ni les syndicalistes, ni le simple manifestant, ni le citoyen ordinaire, surtout s’il est issu des classes et des quartiers populaires.

Une démocratie devenue autoritaire, c’est un régime issu des urnes où le peuple lui-même n’est plus en sécurité. Avouons-nous la vérité : nous y sommes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
À travers le monde, des armes « made in France » répriment et tuent
À la veille de la tournée dans le Golfe du président français Emmanuel Macron, du 3 au 4 décembre, les preuves s’accumulent sans émouvoir, au sommet de l’État. Des armes « made in France » participent à la répression politique dans plusieurs pays, au meurtre de civils dans les pires conflits de la planète, au mépris des valeurs et des engagements internationaux de Paris.
par Rachida El Azzouzi
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes, qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah
Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay