De l’enjeu du temps de travail des femmes

En même temps que l’on fête les quinze ans des trente-cinq heures, est sortie une étude du Trésor qui a attiré mon attention. Il s’agit d’une comparaison entre la France et l’Allemagne sur le temps partiel et le temps de travail. Cette étude, qui porte sur la période 1999-2011, commence par rappeler que les durées annuelles moyennes de travail en France et en Allemagne sont très proches, autour de 1 650 heures par an. Cette similitude masque des différences assez importantes sur le partage du travail et les places respectives des femmes et des hommes. En France, le temps de travail moyen d’un salarié à temps plein est inférieur, en moyenne, de deux cents heures à celui rencontré en Allemagne. En revanche, la proportion de travailleurs à temps partiel est beaucoup plus importante en Allemagne, 18 % en France pour 26 % en Allemagne.

Au cours de la même période, le nombre de personnes ayant un emploi a progressé de 9,1 % en Allemagne et de 14,1 % en France, alors que le volume d’heures travaillées est resté sensiblement le même. Ainsi, si le nombre de personnes qui travaillent augmente dans des proportions importantes, alors que le nombre d’heures travaillées reste stable, c’est que le temps individuel moyen a diminué et que le temps global de travail a été partagé d’une façon ou d’une autre. Et cette façon n’est pas sans importance.

En France, on a procédé à une baisse de la durée du travail à temps plein ; en Allemagne, à un développement du temps partiel. En France, la création d’emplois à temps plein reste majoritaire, alors qu’en Allemagne l’emploi à temps partiel explique l’intégralité des créations d’emplois. Le fort développement du temps partiel en Allemagne, alors que cette évolution a été contenue en France, a principalement concerné les femmes. Par ailleurs, le taux d’emploi des femmes allemandes est l’un des plus élevé d’Europe (10 points au-dessus de la moyenne de la zone euro), mais, en raison du plus faible volume horaire travaillé par les Allemandes, les taux d’emploi féminin en équivalents temps plein sont proches en France et en Allemagne. Le temps de travail a bien été réduit en France et en Allemagne. En France, c’est le temps plein qui a été un peu réduit – on peut penser que 
les lois sur les 35 heures y ont contribué ; en Allemagne, c’est le temps partiel très court qui a explosé. En France comme en Allemagne, les travailleurs à temps partiel sont très majoritairement des femmes (plus de 80 %). Sachant qu’en France plus de la moitié des travailleurs à temps partiel gagnent moins de 850 euros par mois, on voit en quoi un partage plus juste du temps de travail est un enjeu pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Barbara Romagnan

Chronique publiée dans L'Humanité le 9 février 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.