barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2020

Inégalités sociales jusqu'à la mort

Dans cette chronique, publiée mardi dans le journal @humanite_fr, je reviens sur le "débat" concernant l'allongement du du congé pour décès d'enfant et le prolonge sur les inégalités sociales face à la mort.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jeudi 30 janvier, l’Assemblée nationale a rejeté une proposition de loi visant à instaurer un congé de deuil de 12 jours pour les parents dont un enfant décède. Quand on dit « l'Assemblée nationale » cela signifie « la majorité des députés présents dans l’hémicycle », parce que l’Assemblée nationale ce sont des hommes et des femmes désigné-e-s par nous les citoyennes et les citoyens pour nous représenter, et non pas une entité abstraite…

Actuellement ce congé est de 5 jours. 4500 enfants meurent chaque année en France. Bien sûr ce ne sont pas 7 jours supplémentaires qui compenseront la perte d’un enfant. On ne se remet pas d’un drame de cette sorte. Néanmoins, c’est une manière pour la collectivité de dire sa solidarité dans la peine.

Suite aux critiques venant de tous les bancs, une parlementaire de la majorité, dont je tairai le nom par charité, a jugé bon d’ajouter qu’il s’agissait d’une « générosité à bon prix » car se faisant sur « le dos des entreprises ». Au-delà de la mesquinerie et de l’indécence de ce vote et de cette réplique d’anthologie, cela peut remettre sur le devant de la scène les inégalités face à la mort.

S’il serait particulièrement malvenu de faire une « compétition » macabre entre les niveaux de souffrance face à la perte d’un enfant selon l’appartenance sociale, il n’en reste pas moins que les inégalités durant la vie ne disparaissent pas avec la mort. D’une part, il y a une grande inégalité devant la mort au sens où les plus pauvres vivent moins longtemps et en moins bonne santé que ceux que la vie a davantage favorisé. D’autre part, un enterrement ne consiste pas « seulement » dans un deuil psychique, ce n’est pas gratuit.

A la rentrée de cette année, j’ai appris une terriblement triste nouvelle. Un enfant de 4ème d’un collège où j’ai enseigné est décédé cet été par noyade dans le Doubs, la rivière qui passe à Besançon. Comme si cela ne suffisait pas, sa famille n’avait pas les moyens de payer les obsèques. Bien sûr, la solidarité s’est organisée mais ça ne change rien au fait que la famille, en plus de la douleur de la perte, a du supporter son impossibilité d’accompagner son enfant dans la mort.

Il y a donc des personnes qui, même mortes, semblent ne pas avoir de place sur cette terre. Tout est à l’envers. Même dans la mort, les injustices et les inégalités persistent. Et tout se passe comme si, quand l’enfant mourait, des parents qui déjà n’ont pas grand chose héritaient, avec cette perte, de la pauvreté de leur enfant. Si cela n’exonère en rien de résoudre l’injustice des inégalités sociales pour les vivants, créer un service public de la mort digne de ce nom est nécessaire. L’association ATD quart-monde y travaille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat