barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2020

Un détenu un peu moins «fascinant»

Comme Léa Salamé avec Carlos Goshn, je parle avec des détenus / ex-détenu. Ici, je raconte un peu l'un d'entre eux, peut-être un peu moins "fascinant" mais quand même intéressant et surtout plus à l'image des (ex-)prisonniers.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jeudi 9 janvier, jour de grève, Léa Salamé s’en est allée interviewer à Beyrouth, pour la radio de service public France Inter, Carlos Goshn, le patron déchu de Renault-Nissan qui a fui à coups de millions la justice japonaise. Moi aussi je parle avec des détenus et ex-détenus. L’un de ceux qui m’a le plus marquée s’appelle H., 29 ans, tout gringalet. Je ne dis pas son nom car il ne m’a pas sollicité pour une interview. Peut-être est-il un peu moins « fascinant » que Carlos Goshn, mais il me semble davantage être à l’image de nombre de détenus de France.

Je l’ai rencontré à une dizaine de reprises à la maison d’arrêt où je faisais de l’alphabétisation l’an dernier. La prison de Besançon c’est moins glamour que Beyrouth. Mais, à seulement à 4,5 km de chez moi, c’est plus pratique et plus écologique. Comme Goshn, H. a fait une grande partie de sa carrière de délinquant dans l’automobile. Lors de notre première rencontre, j’ai commencé par lui faire apprendre le code en vue de passer le permis de conduire.

J’ai tout de suite été épatée par ses connaissances. J’ai été moins surprise quand il m’a appris qu’il conduisait depuis longtemps. Un apprentissage sur le tas en quelque sorte. C’est juste qu’il n’avait pas le permis, ce qui explique une partie de sa présence en prison, où il semble avoir passé au moins la moitié de sa vie depuis l’âge de 14 ans. Il a aussi été apprenti quelques mois dans un garage et a travaillé deux ans à la chaine chez Peugeot (un concurrent de Renault, mieux vu en Franche-Comté).

Il m’a dit souhaiter passer le permis pour « tafer du taf » à sa sortie. Ce qu’il a bien voulu que nous traduisions par « trouver du travail ». Je lui ai donc donné une feuille et un stylo pour une demande de financement. Il a fini par écrire « JE » en lettres bâtons comme on le dit à la maternelle. Élevé en France, H. ne sait ni écrire, ni lire. Il est illettré, comme plus de 3 millions de personnes dans notre pays. J’ai terminé le texte qu’il a passé l’heure suivante à recopier avec application. Malgré un résultat inutilisable, il était content, ça l’avait « détendu » m’a-t-il dit.

H. est issu d’une famille du voyage mais a beaucoup moins voyagé de Goshn. Il a néanmoins, et malgré son jeune âge, une sacrée expérience de ce que l’on appelle « la vie ». A ses 5 ans, sa mère est morte d’un cancer du pancréas ; pour ses 6 ans c’est son père qui a été emporté par un cancer de l’estomac. Il a été en foyer, s’en est régulièrement échappé, comme il a consciencieusement séché l’école. Il m’a dit qu’il était plein de haine et fou à cette époque. 

 J’aurais encore beaucoup à raconter tant sa jeune vie est déjà riche. Il y aurait là matière à une bonne interview sur France Inter…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte