barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2021

Pour l'égalité, pour l'intersectionnalité

On a besoin du travail des journalistes et des chercheur-e-s documentent les inégalités. Parfois il faut également créer des concepts, des mots nouveaux, pour nous aider à penser, à montrer et à combattre ces injustices : « Intersectionnel » est l’un d’eux.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand j’ai commencé cette chronique il y a deux ans j’ai indiqué que je souhaitais me servir de l’espace que me donnaitL’Humanité pour parler de ce que vivent celles et ceux dont on n’entend peu parler, parce qu’ils/elles n’ont guère accès à l’expression ou ne sont pas entendu-e-s (les plus pauvres, les personnes handicapées, les exilées, les détenus, les enfants des quartiers populaires…).

Pour rendre compte des discriminations, des dominations et des injustices, on a besoin du travail des journalistes et des chercheur-e-s qui documentent ces phénomènes. Parfois il faut également créer des concepts. Les concepts aident à penser une réalité, à réfléchir pour mieux la saisir. Ce sont des mots nouveaux, créés justement pour cerner une réalité nouvelle ou à laquelle on ne faisait pas attention auparavant. « Intersectionnel » est l’un d’eux. Je tiens ce concept pour essentiel afin de penser les dominations, de les donner à voir et, surtout, de mieux les combattre.

Bien que le terme même d’« intersectionnel » soit discuté par celles et ceux qui l’utilisent, je crois qu’il peut y avoir un accord sur le fait qu’il désigne la situation de personnes subissant en même temps plusieurs formes de domination dans une société. Par exemple le fait d’être une femme et d’avoir la peau noire met en situation de vivre le sexisme et le racisme, mais aussi une forme de racisme différent de celui qui est vécu par les hommes noirs et une forme de sexisme différent de celui subi par des femmes blanches.

Or c’est précisément une juriste noire américaine, Kimberlé Crenshaw, qui, en 1991, a inventé ce concept d’intersectionnalité après une étude sur des femmes noires aux États-Unis. Elle relevait que « lorsqu’on parle des personnes noires, l’attention est portée sur les hommes noirs ; et lorsqu’on parle des femmes, l’attention est portée sur les femmes blanches ». Autrement dit, alors qu’elles subissaient deux sortes de discriminations cumulées, elles étaient comme invisibles. Tout se passait comme si ce qu’elles vivaient n’existait pas. 

Le président de la République française s’est ému en octobre 2020 dans son discours sur la loi séparatisme de l’importation de théories venues des États-Unis, pointant ces recherches « intersectionnelles ». Bien sûr que les contextes historiques, géographiques et culturels doivent être pris en compte, mais cela fait longtemps, heureusement, que la recherche est mondialisée et, en l’occurrence, le fait que les femmes noires soient victimes d’une double invisibilisation et discrimination n’est pas propre aux États-Unis.

Prendre en compte des dominations que l’on ignorait autrefois – de genre et raciale – ne s’oppose pas à la prise en compte des dominations déjà bien documentées comme les dominations sociales. Cela permet au contraire de les affiner et de penser l’organisation de la société dans sa complexité. Une opportunité de plus pour remporter la bataille de l’égalité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce que déteste le candidat d’extrême droite. Cibles quotidiennes de ses injures, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Le Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch