barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2022

La responsabilité des gauches et des écologistes

Demander l’union exige parfois de s’effacer. C’est difficile à accepter, mais indispensable si on croit sincèrement à ce que l’on dit. C’est pourquoi j’ai décidé de renoncer à ma candidature aux élections législatives dans la première circonscription du Doubs en faveur de la candidate de l’Union populaire.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maintenant que le pire a été évité, comment faire advenir le meilleur ? C’est à cette question que doivent répondre désormais toutes celles et tous ceux qui, par leurs votes de barrage, ont permis la défaite de l’extrême droite sans se reconnaître dans la politique passée et le programme futur d’Emmanuel Macron.

Sa victoire électorale est en trompe l’œil : n’ayant jamais été confronté durant cette campagne à son bilan, le président sortant est mal réélu grâce à un vote qui, pour près de la moitié des suffrages, ne fut pas d’adhésion mais d’obligation. Entre colère et lassitude, l’ampleur de l’abstention confirme cette absence de dynamique en sa faveur.

C’est donc la responsabilité de toutes celles et tous ceux qui se revendiquent d’une gauche résolument démocratique, sociale et écologiste, de faire advenir une alternative à cette présidence afin que les cinq ans à venir ne ressemblent pas aux cinq années écoulées.

À l’heure où la guerre et ses menaces sont de retour en Europe tandis que le dérèglement climatique s’accélère, nous ne devons pas laisser notre pays s’enfoncer un peu plus dans la régression sociale, l’immobilisme écologique, la surenchère islamophobe, la répression policière, l’autoritarisme présidentiel et le mépris politique qui ont caractérisé le premier quinquennat.

Sinon, les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’extrême droite sera encore plus forte en 2027, encore plus près d’arriver au pouvoir. Élu par deux fois contre elle, Emmanuel Macron n’a pas su et ne saura pas la faire reculer. Pis, sa politique de pompier incendiaire l’a déjà renforcée, démultipliée, banalisée et notabilisée.

Seule une politique alternative peut nous éviter la prolongation de cette catastrophe, en répondant aux attentes profondes de notre pays et de son peuple, de justice et d’égalité véritables, de démocratie renforcée et apaisée, d’écologie sociale et globale, de solidarité et de fraternité internationales, de souci du monde, de la nature et des autres.

Telle est la responsabilité historique des gauches et des écologistes en vue des prochaines élections législatives des 12 et 19 juin : imposer une majorité alternative à l’Assemblée nationale qui impulse cette politique d’urgence et de sursaut en imposant au président réélu une cohabitation.

L’heure est trop grave pour être livrée aux divisions et aux querelles. Riche de sa diversité et de sa pluralité, le camp de l’émancipation, c’est-à-dire de la justice sociale, de l’exigence démocratique et de la conscience écologique, n’a jamais été aussi fort qu’en étant rassemblé dans le respect de ses différences.

Par le score au premier tour de son candidat, la France Insoumise et son Union populaire ont aujourd’hui la légitimité pour organiser ce rassemblement pour les législatives avec l’ensemble des composantes de la gauche et de l’écologie, ses partis, ses mouvements, ses associations, et aussi ses personnalités engagées de la société civile.

Mais ce score n’était pas le résultat exclusif d’une adhésion au projet porté par Jean-Luc Mélenchon : il était aussi un appel à l’unité face aux périls et aux urgences. La légitimité qu’il confère entraîne une responsabilité que le candidat a lui-même revendiqué : rassembler en sachant faire de la place aux autres composantes de la gauche.

Depuis 2017, j’ai suffisamment souhaité ce rassemblement et œuvré pour cela, déploré les erreurs sectaires, les egos démesurés et les chapelles partisanes pour ne pas me réjouir aujourd’hui de cet appel à « l’union populaire ».

C’est dans cet esprit que j’avais envisagé de présenter ma candidature aux législatives afin de permettre à la gauche écologique de reprendre la première circonscription à la droite. Je crois en effet que mon expérience d’ancienne députée comme mes bonnes relations avec les acteurs du secteur, aussi bien politiques, associatifs que syndicaux, pouvaient favoriser sa victoire dans cette circonscription.

J’avais publiquement exprimé cette intention et demandé aux partis politiques concernés leur avis sur ma candidature. Aujourd’hui, je dois reconnaître l’échec de ma démarche, mes partenaires politiques de gauche et écologistes n’ayant pas accepté de se rassembler sur mon nom. 

J’ai donc décidé de renoncer à ma candidature. Que toutes celles et tous ceux qui m’ont encouragée à me présenter se rassurent : je ne renonce évidemment pas à poursuivre tous les combats qui nous rassemblent. Je les remercie vivement de leur confiance et de leur soutien. Mais demander l’union exige parfois de s’effacer. C’est difficile à accepter, mais indispensable si on croit sincèrement à ce que l’on dit. 

Deux raisons particulières me renforcent dans cette décision.

La première relève de la logique politique.

Sur la circonscription comme dans toute la France, la candidature de Jean-Luc Mélenchon a très clairement dominé à gauche le premier tour de la présidentielle. Elle a su notamment mobiliser, dans le quartier populaire de Planoise, une jeunesse jusqu’alors souvent éloignée des élections. Séverine Vezies a annoncé sa candidature au titre de la France Insoumise dans le cadre de l’Union populaire. Je ne souhaite pas présenter ma candidature face à la sienne qui dispose de la légitimité politique des urnes.

La deuxième raison témoigne, hélas, des médiocrités qui, trop souvent, ruinent la politique.

Dans le cadre de mon engagement dans le mouvement Génération.s (créé par Benoit Hamon), je participe avec EELV au Pôle écologique. J’ai donc clairement soutenu la candidature de Yannick Jadot au point d’assurer la responsabilité nationale de la thématique « Libertés publiques » de sa campagne.

Or, j’ai eu la désagréable surprise de découvrir que ma candidature avait été refusée par l’équipe nationale du Pôle écologiste suite à l’intervention appuyée de la Maire de Besançon qui défendait par ailleurs la candidature d’un membre de son cabinet. Les responsables locaux et nationaux d’EELV n’ont même pas eu la courtoisie de m’en informer, encore moins de s’en expliquer malgré mes nombreuses sollicitations. 

Sans soutien des écologistes locaux, sans encouragements des autres composantes, je ne peux raisonnablement pas envisager une candidature qui rajouterait de la division à la division.

Déplaisante humainement et décevante politiquement, cette malheureuse expérience ne m’empêchera pas de poursuivre mes engagements tant l’élection n’en est pas la seule expression.

Plus que jamais, j’essaierai d’apporter ma contribution pour rendre notre monde plus juste, plus vivable et plus humain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison