barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2020

Pour comprendre, j'ai déposé plainte contre X

J’ai donc déposé plainte contre X pour abstention volontaire de prendre des mesures visant à combattre un sinistre auprès du procureur de la République de Besançon.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme annoncé dans ma précédente chronique, j’ai déposé plainte. Personne n’a souhaité cette pandémie. Les gens au pouvoir ne sont pas responsables de l’apparition du virus et sont certainement aussi bouleversés que peut l’être chacun et chacune d’entre nous du drame en cours. Néanmoins, ils ont la responsabilité de faire au mieux, en fonction des informations et des moyens dont ils disposent pour protéger la population.

Or, au regard, d’une part des informations auxquelles on peut avoir accès aujourd’hui, d’autre part de la façon dont cela a été géré dans d’autres pays – comme notre voisine l’Allemagne –, on est en droit d’avoir quelques doutes sur le fait que cela a été fait au mieux. L’autre problème, c’est l'impression qu’au drame vécu par beaucoup et aux propos contradictoires tenus par des membres du gouvernement, s’ajoutent des mensonges sur la situation (opportunité du port des masques, stocks disponibles, préparation du pays, etc.).

J’ai donc déposé plainte pour abstention volontaire de prendre des mesures visant à combattre un sinistre. Pour cela deux possibilités : la Cour de Justice de la République (CJR) ou la plainte contre X devant le procureur de la République, pour moi celui de Besançon. Voici pourquoi j’ai choisi la plainte contre X et non la CJR.

La CJR est une juridiction (un tribunal) qui va juger des infractions commises par des ministres pendant qu’ils sont ministres. Or, on ne sait pas si les décisions, prises ou non, sont seulement le fait de ministres ou si des hauts fonctionnaires sont également concernés. Par ailleurs, je me refuse à jeter des noms en pâture parce que, justement, je ne sais pas. De plus, le sujet est plutôt le « comment ? » et « pourquoi ? » que le « qui ? », parce que ce qui importe c’est de comprendre ce qui a pu se passer pour s’en prémunir le mieux possible lors d’une prochaine – très probable – pandémie. Et quand on ne nomme pas, on fait ce qu’on appelle une plainte contre X et on a l’obligation de la déposer devant le procureur de la République.

L’autre raison c’est que la CJR qui aurait dû disparaitre (engagement de François Hollande, puis d’Emmanuel Macron, non tenu dans les deux cas) est un organe composé de juges mais aussi de politiques qui pourraient chercher à se protéger eux-mêmes. Pour cela, ils pourraient décider de ne même pas faire d’enquête. Devant le procureur de la République on peut à priori espérer davantage qu’une enquête soit ouverte et apprendre ce qui s’est passé. Car pour comprendre nous avons besoin que la justice fasse la lumière sur ce qui s’est passé, en toute indépendance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques