barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2021

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Honorer les noms des esclaves, victimes d’un crime contre l’humanité

Un Mémorial national de la traite négrière et de l’esclavage colonial devrait voir le jour dans le Jardin des Tuileries à Paris. Il doit honorer les victimes de l’esclavage et reconnaître leur apport inestimable à la Nation, avec l’ambition d’être à la fois un lieu de commémoration et de transmission.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un Mémorial national de la traite négrière et de l’esclavage colonial devrait voir le jour dans le Jardin des Tuileries à Paris. C’est un projet sur lequel le président de la République s’est engagé en avril 2018. Il doit honorer les victimes de l’esclavage et reconnaître leur apport inestimable à la Nation, avec l’ambition d’être à la fois un lieu de commémoration et de transmission.

C’est pourquoi le CM98, association mémorielle dévouée à la mémoire des victimes de l’esclavage qui a porté cette initiative, a proposé d’y inscrire tous les noms des esclaves devenus libres avec l’abolition de 1848. Auparavant, ils n’avaient que des prénoms. Les bénévoles de l’association ont collationné les 239 000 noms donnés alors à des Guadeloupéens, Martiniquais, Réunionnais et Guyanais dont Jean Glissant, Marie Sinaïde Chamoiseau, Placide Césaire, Mathurin Thuram, Césaire Taubira…

Or le ministère de la culture s’oppose désormais, sans motif, à ce que Mémorial devienne ainsi un « mur des noms » honorant nommément la mémoire des esclaves au jour de l’abolition. Une artiste guadeloupéenne, Joëlle Ferly, dit comprendre ce refus parce que cela tournerait en ridicule l’État français et représenterait une nouvelle violence infligée à ceux que l’on souhaite honorer.

Au contraire, l’association CM98 affirme que « mettre des noms à la postérité » constitue une « réparation symbolique » essentielle de la part de la France, reconnaissant ainsi avoir réduit des êtres humains en esclavage, ce qui fut un crime contre l’humanité. D’autant plus que ces plus de 200 000 noms ne sont qu’une infime partie de celles et ceux qui ont été les victimes du comportement prédateur de la France. En effet, depuis 1625, soit durant près de deux siècles et demi, ce sont presque quatre millions de femmes et d’hommes qui ont vécu en esclavage dans les colonies françaises.

Nombre de noms attribués en 1848 le furent au mieux sans y réfléchir, au pire pour blesser, ridiculiser ou abaisser. Néanmoins ce sont bien ces noms qui ont été portés par ceux que l’on souhaite honorer aujourd’hui. Et si leur inscription doit provoquer un sentiment de honte, c’est à notre mémoire nationale : honte d’avoir construit notre richesse, celle de l’accumulation du capital qui a accompagné l’ascension de la bourgeoisie, sur un crime monstrueux. D’autant que, dans le même temps, on conserve des statues, partout sur le territoire hexagonal, à la mémoire d’hommes, dont « l’œuvre » menée au nom de la France coloniale et impériale, est une insulte aux victimes et à l’humanité.

En soutenant la cause du Mémorial, je pense à un très beau roman de Sophie Chérer, La vraie couleur de la vanille (École des loisirs 2018), qui raconte l’histoire de l’un de ces hommes oubliés, Edmond Albius. Esclave, il a découvert la fécondation de la vanille, qui a fait la fortune des propriétaires esclavagistes, sans que lui en tire la moindre reconnaissance. Il est mort pauvre et seul. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement