barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2021

Honorer les noms des esclaves, victimes d’un crime contre l’humanité

Un Mémorial national de la traite négrière et de l’esclavage colonial devrait voir le jour dans le Jardin des Tuileries à Paris. Il doit honorer les victimes de l’esclavage et reconnaître leur apport inestimable à la Nation, avec l’ambition d’être à la fois un lieu de commémoration et de transmission.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un Mémorial national de la traite négrière et de l’esclavage colonial devrait voir le jour dans le Jardin des Tuileries à Paris. C’est un projet sur lequel le président de la République s’est engagé en avril 2018. Il doit honorer les victimes de l’esclavage et reconnaître leur apport inestimable à la Nation, avec l’ambition d’être à la fois un lieu de commémoration et de transmission.

C’est pourquoi le CM98, association mémorielle dévouée à la mémoire des victimes de l’esclavage qui a porté cette initiative, a proposé d’y inscrire tous les noms des esclaves devenus libres avec l’abolition de 1848. Auparavant, ils n’avaient que des prénoms. Les bénévoles de l’association ont collationné les 239 000 noms donnés alors à des Guadeloupéens, Martiniquais, Réunionnais et Guyanais dont Jean Glissant, Marie Sinaïde Chamoiseau, Placide Césaire, Mathurin Thuram, Césaire Taubira…

Or le ministère de la culture s’oppose désormais, sans motif, à ce que Mémorial devienne ainsi un « mur des noms » honorant nommément la mémoire des esclaves au jour de l’abolition. Une artiste guadeloupéenne, Joëlle Ferly, dit comprendre ce refus parce que cela tournerait en ridicule l’État français et représenterait une nouvelle violence infligée à ceux que l’on souhaite honorer.

Au contraire, l’association CM98 affirme que « mettre des noms à la postérité » constitue une « réparation symbolique » essentielle de la part de la France, reconnaissant ainsi avoir réduit des êtres humains en esclavage, ce qui fut un crime contre l’humanité. D’autant plus que ces plus de 200 000 noms ne sont qu’une infime partie de celles et ceux qui ont été les victimes du comportement prédateur de la France. En effet, depuis 1625, soit durant près de deux siècles et demi, ce sont presque quatre millions de femmes et d’hommes qui ont vécu en esclavage dans les colonies françaises.

Nombre de noms attribués en 1848 le furent au mieux sans y réfléchir, au pire pour blesser, ridiculiser ou abaisser. Néanmoins ce sont bien ces noms qui ont été portés par ceux que l’on souhaite honorer aujourd’hui. Et si leur inscription doit provoquer un sentiment de honte, c’est à notre mémoire nationale : honte d’avoir construit notre richesse, celle de l’accumulation du capital qui a accompagné l’ascension de la bourgeoisie, sur un crime monstrueux. D’autant que, dans le même temps, on conserve des statues, partout sur le territoire hexagonal, à la mémoire d’hommes, dont « l’œuvre » menée au nom de la France coloniale et impériale, est une insulte aux victimes et à l’humanité.

En soutenant la cause du Mémorial, je pense à un très beau roman de Sophie Chérer, La vraie couleur de la vanille (École des loisirs 2018), qui raconte l’histoire de l’un de ces hommes oubliés, Edmond Albius. Esclave, il a découvert la fécondation de la vanille, qui a fait la fortune des propriétaires esclavagistes, sans que lui en tire la moindre reconnaissance. Il est mort pauvre et seul. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart