barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2021

La surenchère xénophobe de Darmanin

On ne décide pas du pays où l'on nait. Pour notre pays, choisir d’accueillir plus largement, surtout dans un contexte politique mondial miné par les guerres, la monté des régimes autoritaires et le dérèglement climatique, devrait nous rendre fier.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le « débat » organisé par le service public télévisuel entre l’extrême droite et la droite extrême, Marine Le Pen s’est trompée sur les chiffres des titres de séjour délivrés à des étrangers. Elle dit 460 000 alors que c’est 277 000. En face, Gérald Darmanin, ravi de la prendre en défaut, était surtout content que le chiffre soit moins important que celui annoncé par la dirigeante du Rassemble national. Autrement dit, tout en la corrigeant, il lui donnait raison sur le fond, épousant ses obsessions xénophobes, le refus d’accueillir et la peur de l’étranger.

Je ne vois pas en quoi un chiffre plus bas de titres de séjour accordés par la France devrait être lu comme le signe que la politique migratoire serait bonne ou « efficace » comme beaucoup aiment à le dire. D’une part parce l’immigration dont on parle ici est l’immigration « régulière ». Parmi ces titres de séjour, il y a un tiers d’étudiants, un tiers de conjoints ou d’enfants retrouvant leur famille. Les autres ont été recrutés par des employeurs français qui avaient besoin de leurs compétences ou des personnes dont la vie est en danger dans leur pays. On propose quoi d’autre ? Que les familles soient séparées, que les universités françaises n’accueillent plus la jeunesse du monde ?

D’autre part, parce que choisir d’accueillir plus largement, surtout dans un contexte politique mondial miné par les guerres, la monté des régimes autoritaires et le dérèglement climatique, devrait nous rendre fier au contraire. Parmi toutes les personnes n’ayant pas de titre de séjours, il y a des dizaines de milliers de jeunes gens qui ont quitté un pays en proie aux guerres, à la corruption, aux violences. On ne choisit pas le pays où l’on nait. Beaucoup de ces jeunes gens qui entreprennent ces voyages, longs, dangereux, coûteux, n’ont pas non plus choisi leurs dirigeants. Ils ont le courage de faire ce déplacement, et souvent d’y risquer leur vie. Ils nous font l’honneur de choisir la France à laquelle ils donnent leur vitalité, leur énergie, leur confiance.

Nous ne sommes pas de ceux qui, comme Le Pen et Darmanin, ces deux faces d’une même médaille, se réjouissent qu’ils ne soient pas « trop nombreux ». Heureusement, il y a aussi beaucoup de citoyens français qui se mobilisent pour défendre l’installation de ces jeunes étrangers. Il y a les situations que l’on parvient à médiatiser et parfois résoudre, comme celle de Laye, cet apprenti boulanger de Besançon – mais à quel prix ?  Il y a en ce moment celle qui s’organise au pays de Montbéliard, dans le Doubs, pour sortir Abacar du centre de rétention de Metz où il n’a rien à faire.

Ces mobilisations et ces bonnes volontés qui les impulsent font vivre une haute idée de la France face à l’abaissement qu’incarne l’actuel ministre de l’intérieur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn