barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2021

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Sexisme: et le ministre «relou»?

La ministre Marlène Schiappa annonce une campagne contre le harcèlement de rue. Ce harcèlement existe mais le cœur du sexisme, ce sont les lieux de pouvoir, lieux de pouvoir où se trouve son ministre de tutelle mis en cause dans une affaire de viol.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La ministre Marlène Schiappa annonce une campagne contre le harcèlement de rue. Pour cela elle prévoit la mise en place de « zones rouges » où seront déployés des policiers en civil qui interviendront par « surprise ». Elle appelle cela des « quartiers sans relou ». Parler en verlan quand, par ailleurs, son premier ministre sort une circulaire pour interdire l’écriture inclusive ne semble pas très cohérent. Sans doute que, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit avant tout d'une affaire de communication.

Et là, ce qui est communiqué, c’est que ce sont les jeunes hommes des quartiers populaires issus de l’immigration qui sont visés. Car quand on parle de « quartiers » c’est à ces quartiers-là qu’on se réfère. Et parler « verlan » comme les jeunes, c’est une façon de dire que ce sont les jeunes qui sont les agresseurs. Or, s’il y a des agresseurs dans les quartiers populaires, il y en a également dans les quartiers bourgeois et cela ne se limite pas à la rue, mais s’étend aux entreprises, aux rédactions de journaux, aux salles de cinéma, aux gymnases, aux bureaux des ministres…

Bref, la lutte contre le harcèlement de rue sert ici à cibler, stigmatiser, punir pénalement de jeunes hommes racisés, alors que le cœur du sexisme, ce sont les lieux de pouvoir. L’autre message qui est envoyé quand on parle de « relous », c’est que, finalement, ce n’est peut-être pas si grave. C’est une façon de banaliser les violences. Utiliser les mots justes impliquerait de parler « d’injure sexiste », « de harcèlement sexuel » ou « d’agression sexuelle », car c’est ainsi que la loi les caractérise et les punit. 

Emmanuel Macron a beau avoir déclaré à plusieurs reprises que l’égalité entre les hommes et les femmes était la « grand cause » du quinquennat, la vérité, c’est qu’il s’en moque. Sinon comment expliquer qu’un ministre des comptes publics, non seulement ne soit pas remercié après des accusations de viol et d’agressions sexuelles, mais qu’en plus, il soit promu en devenant ministre de l’intérieur ? Bien sûr, il est présumé innocent, tant qu’il n’est pas jugé coupable. Mais en nommant Gérald Darmanin à la tête de l’Intérieur, Emmanuel Macron crache au visage des femmes victimes de violence. D’autant plus que ce ministre devient le « patron » de celles et ceux qui doivent mener les enquêtes.

Est-ce qu’on peut imaginer qu’un homme mis en cause pour un crime soit nommé ministre ? Le viol est un crime, mais apparemment un crime pas si grave que ça. Les mises en cause graves dont fait l’objet le ministre de l’intérieur, ministre de tutelle de Marlène Schiappa finissent de décrédibiliser sa prétention à lutter contre les violences sexistes. Et l’on comprend dès lors à quoi sert le ciblage des « relous » des quartiers : à faire oublier le ministre « relou ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : le risque de débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André