barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2020

Préjugés en temps de confinement

Les habitants des quartiers populaires subissent les inégalités sociales et sont nombreux parmi ceux qui tiennent notre société confinée. Cela n'empêche pas les préjugés d'irresponsabilité à leur égard.

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une précédente chronique, j’évoquais la façon dont ceux dont les fins de mois ne sont pas difficiles se permettaient de juger de l’utilisation que les plus pauvres faisaient de leur argent. En somme, si les pauvres sont pauvres c’est parce qu’ils utilisent mal leur argent : incapable d’économiser, de se retenir, achats superflus…

Un autre préjugé sur les personnes modestes se déploie en temps de coronavirus : elles n’auraient pas le sens des responsabilités, c’est pourquoi il serait particulièrement nécessaire de faire des contrôles du respect des consignes de confinement dans les quartiers populaires.

On peut commencer par rétorquer que le mauvais exemple donné d’en haut, avec la multiplication des injonctions contradictoires – n’envoyez plus les enfants à l’école mais allez voter, restez chez vous mais allez travailler –, rend difficile le comportement adapté de tous les citoyens que nous sommes, où que nous vivions.

Ensuite, le confinement est évidemment plus difficile à vivre dans un appartement de 60 m2, dans une barre de 14 étages (et ces barres là sont rarement isolées)  avec 3 enfants que dans une maison avec un jardin, sans parler de ceux qui ont eu l’opportunité de se réfugier dans une résidence secondaire. 

Dans mon quartier de Besançon, Planoise, il y a une rue, une petite rue, la rue de Savoie, qui héberge plus de 2000 personnes, le tout donc sur quelques centaines de mètres carrés. Mon quartier est aussi un quartier très jeune, avec beaucoup d’écoles, beaucoup d’enfants et beaucoup de mamans qui en assument seules la responsabilité. Imagine-t-on la difficulté qu’il y a à garder enfermer des enfants pleins de vie, habitués à se dépenser dehors ? 

Mais ces difficultés n’entravent pas plus qu’ailleurs le souci des autres et le sens des responsabilités, tant le confinement est nécessaire. Les mamans que  je connais se préoccupent tout à la fois des règles communes, de la scolarisation de leurs enfants, des personnes âgées vivant dans l’immeuble auxquelles elles rendent des services.

Surtout, pour nombre d’entre elles, elles sont également aides soignantes, aides à domicile, infirmières. Autrement dit, aujourd’hui, elles risquent leurs vies pour sauver les nôtres. Elles sont nombreuses à vivre dans les quartiers populaires car quelque soit l’importance de ce qu’elles font, le niveau de leurs salaires leur laisse rarement le choix.

Bref, s’il y a quelques imbéciles qui ne respectent pas le confinement, ils ne sont pas plus à Planoise qu’à l’île de Ré.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin