Canicule et esclavage

Canicule et réflexions sur l'esclavage Pauvre Christine Angot.

La France vit en ce moment quelques jours de canicule. Le mode panique est activé et les alertes de toutes couleurs sont lancées. Les sportifs ont droit à des pauses d’hydratation. Est-ce que les blancs, notamment les politiciens qui voulaient inclure dans les livres d’histoire les ‘bienfaits de la colonisation’ se rappelleront que leurs ancêtres forçaient les esclaves à travailler douze mois par an, par canicule permanente, sans parler des traitements féroces auxquels ceux-ci étaient soumis (bastonnade, lynchage, amputation, nourriture rationnée, etc.)? De plus, les maîtres allongés dans leurs hamacs, avaient à leur service des esclaves qui les ventilaient ('manuellement')! Pouvons nous espérer qu’un de nos députés ultra-marins aura l’idée et le courage de saisir cette occasion pour le mentionner à l’Assemblée nationale ou au Sénat français, alors qu’ils sont toujours à l’affût de la moindre connerie raciste proférée par des politiciens souchiens pour jouer pour la galerie ? Chiche !

Puisque nous sommes sur le sujet de l'esclavage, il est question depuis quelques jours des élucubrations de la pauvre Christine Angot. Je ne lui répondrai que ceci : Madame, vous déshonorez l’école française et tout son système éducatif. Aucun sens du raisonnement ni d'humanité. Vous comparez des souffrances ! Passons sur la totale contradiction cynique de vos propos : d’un côté la shoa et de l’autre des gens bien traités pour qu’ils soient 'productifs', à peu près comme les poulets de l’agroalimentaire. Alors de grâce répondez, sans détour, à la question suivante : si vous deviez choisir entre être gazée par les Allemands et être lynchée à mort par les esclavagistes, que choisiriez-vous ? Vous pouvez répondre sur Médiapart.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.