Barnik
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 oct. 2021

Barnik
Abonné·e de Mediapart

DISCRIMINATION CAPILLAIRE ET PROVOCATION EN MARTINIQUE

En ces tristes temps de pandémie et de tensions covidiennes, la situation est déjà assez explosive et exacerbée en Martinique, pour que des irresponsables se laissent aller à des provocations racistes qui pourraient conduire à une révolte au pays.

Barnik
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le média d’information www.rci.fm rapporte qu’il y a une « polémique autour des coiffures refusées à l'AMEP à Redoute. » L’AMEP est un établissement d’enseignement privé en Martinique. Des étudiants ont été renvoyés chez eux à cause de leur coiffure.

Nous n’avons pas beaucoup de femmes portant la burqa, donc on s’en prend aux coiffures des jeunes.

Le jour où des évènements plus graves surviendront, beaucoup diront qu’ils ne savaient pas… Laissons-les à leur turpitude.

 La présidente du conseil d’administration s’abrite derrière un règlement intérieur établi sous le sceau du « conseil d’établissement ». Depuis quand le conseil d’établissement doit-il règlementer à ce point la coiffure des individus ?

Actuellement, en pleine crise covidienne, plusieurs élèves ont dû interrompre leur scolarité à cause de ce règlement idiot. Ce fameux conseil d’administration ira-t-il jusqu’à réglementer aussi les dessous que devront porter garçons et filles à l’école ?

Je ne sais pas l’âge de cette dame, mais je suppose qu’elle ou ses parents ont entendu parler d’Angela Davis et de sa coiffure « afro », ainsi que du mouvement Black Power aux États‑Unis et du « Black is beautiful ». Et sans doute cette dame ou ses parents chantent-ils de belles chansons de Bob Marley.

Il s’agit tout simplement d’une honte pour le pays Martinique, qui sera encore une fois la risée de nos frères et sœurs des pays de la Caricom.

Cette question est une question purement politique et doit être examinée en toute urgence par l’organe exécutif de la Martinique, qui pourra pendant quelques heures se laisser distraire de la distribution de subventions d’assistance. Peut-on vraiment s’attendre à un examen sérieux de cette question brûlante par la CTM ? Jusqu’où iront ces héritiers du chantre de la négritude, qui ne font que déclamer à tue-tête les textes du chantre, sans y croire aucunement ? L’assimilation exigera t-elle aussi une modification génétique, par vaccination peut-être, de notre système pileux ?

J’insiste sur l’urgence de la situation, car je répète que des élèves ont déjà dû interrompre leur scolarité à cause de la longueur de leurs cheveux.

Notons en passant que les écoliers victimes de ces mesures d’éloignement n’ont pas été choisis par hasard. La méthode française consiste à punir « pour l’exemple ».

Irons-nous bientôt vers le blanchiment obligatoire de la peau, comme l’aura décidé le conseil d’administration ou d’établissement ?

Ce n’est pas un « sentiment de discrimination », comme le comprend la présidente du conseil d’administration, c’est purement et simplement une discrimination. De quelle légitimité dispose ce panel d’acteurs pour établir des règlements discriminatoires et donc illégaux ? Quelles choses doivent être remises dans leur contexte ?

En cette période de tensions extrêmes que crée déjà le conflit de la vaccination obligatoire, avec certains qui parlent de venir nous chercher un à un pour nous vacciner, est-ce le moment de se livrer à des provocations absolument inutiles et idiotes, est-ce vraiment le moment d’introduire dans notre pays un nouvel outil de discrimination (sic), de caractère tout simplement raciste, au risque de provoquer une véritable révolte dans le pays ? Va-t-on demander aux caucasiennes de couper leur queue de cheval ?

 Nous attendons avec impatience l’intervention de la CTM et de son président, car il s’agit là d’une question de sécurité publique. Il y a déjà un gros mouvement de protestation après cette décision du conseil d’administration de l’AMEP. Dossier chaud, à suivre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Sud
Dans le sud du Brésil, l’agrobusiness a profité du mandat de Bolsonaro
Dans un Brésil en pleine campagne présidentielle, avant le premier tour dimanche 2 octobre, la déforestation et les conflits autour de la terre sont plus que jamais synonymes de violences pour les populations autochtones. Reportage au Mato Grosso do Sul.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Amériques
Brésil : une nouvelle ruée vers l’or ravage le territoire Yanomami
Dans l’État de Roraima, quarante ans après une première ruée vers l’or, les orpailleurs illégaux sont de retour en masse dans le territoire Yanomami, favorisés depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. À la veille de l’élection présidentielle, les orpailleurs tentent de pousser leur avantage.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica