Le cri du cœur d'une jeune Martiniquaise

Un changement est-il possible? Il est permis d'en douter.

Le cri du cœur d’une jeune Martiniquaise /Letting her heart speak

Je reproduis ci-dessous, en français et en anglais (ses propres textes), le cri du cœur d’une jeune Martiniquaise

A young Martinican lets her heart speak

                                                                             J’ai mal

 J’ai mal, je me sens triste, et j’ai le cœur gros, tellement gros, depuis plusieurs jours maintenant. Ces jours-ci se déroule une importante conversation sur les réseaux sociaux, et dans le monde entier.

 Je suis une jeune femme noire et j’ai mal car cela me fend le cœur de voir des personnes noires victimes pour la seule raison qu’elles sont noires, de voir des personnes noires décrites comme étant violentes car elles refusent de commémorer ceux qui les ont opprimées.

J’ai mal, car il est SI difficile de voir poindre la lumière au bout du tunnel, la situation semble si difficile qu’il est quelquefois plus facile d’arrêter de se battre et de détourner le regard.

J’ai mal, car il n’est pas juste que je me sente obligée de publier un billet parce que je suis noire, parce qu’autrement “les gens penseront que je n’en ai rien à faire ». Je suis d’ascendance noire, née de peau noire, je le vis dans mon cœur, il n’y a pas un jour où je puisse oublier que je suis noire. Je ne peux « n’en avoir rien à faire », car je le vis et le ressens quotidiennement.

Le racisme n’est pas un problème de noir.e.s. Nous avons souffert pendant des siècles, nous souffrons encore, nous incombe-t-il en plus à nous d’éduquer d’autres peuples et de militer pour changer les choses ? Pourquoi serait-ce ma responsabilité en tant que noire ? J’y pense depuis plusieurs jours, j’en ai marre.

Je ne veux pas me sentir obligée de faire cette sortie, mais en même temps je dois le faire, je dois réagir, je dois m’exprimer.

 Je ne répéterai pas combien il est odieux, injuste et cruel que telle soit encore notre réalité, en cette année 2020. Je pense que si vous y réfléchissez une minute, vous le ressentez dans votre cœur.

 Sinon, il vous faut encore travailler sur vous-même.

 Si la situation ne résonne pas en vous, si vous pensez que cela ne vous concerne pas et que vous voulez simplement passer à autre chose, cela veut dire que vous n’avez pas conscience de la situation. Cela veut aussi dire qu’il vous reste un gros travail à faire.

 La prise de conscience est la première étape.

 Faîtes un peu d’introspection, demandez-vous pourquoi tout cela vous met mal à l’aise, comment vous vous sentez réellement lorsque vous lisez, entendez, écoutez tous ces propos. Peut-être avez-vous honte, car au fond de vous-même vous savez que vous en profitez. Être blanc vous donne un privilège par rapport aux noir.e.s. Ne soyez pas offensés, ce n’est pas une insulte, c’est une vérité. Une vérité que vous devez accepter.

 Une fois cette introspection faite et acceptée, pansez vos blessures et vos traumatismes, aimez-vous pour pouvoir commencer à aimer les autres.

 Et, en même temps, instruisez-vous. Apprenez l’histoire de votre pays, du monde, de l’esclavage et du colonialisme et du post-colonialisme et de la ségrégation… informez-vous et instruisez-vous.

 Alors, partagez ce que vous avez appris avec les gens autour de vous. Partagez pour qu’ils puissent faire la même démarche et partager à leur tour, et ainsi de suite…

 Oui, ce n’est pas un problème de noir.s.es. nous ne devrions pas être les seuls à essayer de résoudre le problème, ou à partager ces propos, à nous sentir offensés, outragés, à en avoir marre, à être tristes… nous ne devrions pas peser que nous sommes les seuls à devoir opérer le changement.

 Il s’agit d’un problème d’humanité. Trouvez l’humanité, la bonté et l’amour qui existent en vous, faites-les rayonner pour qu’enfin chacun vive en paix.

                                                                                               I’m hurting

I am hurting, I’ve been feeling sad and heavy, so so heavy, for a couple of days now. There is a very important conversation these days on social media and all over the world.

I am a black woman, I am hurting because it is heart-breaking to see black people being hurt for no other reason than they are black, that black people are described as violent for refusing to live among commemorations of the people who oppressed them.

I am hurting because sometimes it is SO hard to see the light at the end of the tunnel, because it feels so hard that it is easier sometimes to stop fighting and look the other way, even as a black person.

I am hurting because it is not right that I feel like I have to post something because I’m black, because otherwise “people will think I don’t care”. I was born into a lineage of black people, I was born with black skin, which means I have it in my heart, there isn’t one day that I can forget I am black. I cannot “not care” because I live and feel it every day.

Racism is not a black people problem. We have suffered for centuries, we are still suffering, and on top of that we have to be the ones to educate other people and speak up for things to change? Why is it my responsibility as a black person? I’ve been contemplating this for days, and I’m tired.

I don’t want to feel like I’m doing this because I have to, but at the same time I do have to, I have to react, I have to say something.

I will not be repeating how outrageous and unfair and cruel it all is that this is still our reality in 2020, I think if you stop and think for one minute you know it in your heart.

And if you don’t, it means you still need to work on yourself.

If you’re not triggered, if you feel like it doesn’t concern you and you just want to move on with your life, it means you’re not aware. It means you have a lot of work to do.

Being aware is the first step:

Turn inward and look at why all this makes you uncomfortable, how you really feel when you read, see, hear all of this. Maybe it makes you feel ashamed because deep down you know you’re benefiting from it. If you’re white you have a privilege over black people. Don’t be offended, it’s not an insult, it’s a truth. A truth you need to accept.

Once you’ve had that look inward and accepted that, heal your wounds and trauma, love yourself so you can start to love others.

But also, educate yourself. Learn the history of your country, of the world, of slavery and colonialism and post colonialism and segregation... inform and educate yourself.

Then, share what you’ve learned with people around you. Share it so they can go through the same steps and share it themselves and so on and so forth...

This is not a black people problem. We should not be the only ones trying to solve this or the only ones sharing this, being offended, outraged, fed up, sad... We should not feel like we’re the only ones responsible for making the shift.

This is a problem of humanity. Find the humanity, kindness and love that exists inside of you, make it shine so everybody can finally be in peace.

Bob Marley – I'm Hurting Inside   (https://youtu.be/c_ZAH3UKXg0

When I was just a little child (little child)

Happiness was there awhile (there awhile)

And from me it... It slipped one day

Happiness come back I say

 Cause if you don't come

I've got to go looking

For happiness

 Well if you don't come

I've got to go looking

God, for happiness, happiness

 Say that

Say I'm hurting

And it's no sense

I'm hurting, I'm hurting

Deep inside

Oh good god now

 Oh hear my cry, hear my cry

Yeah my my my my my my my cry

 Been together like school children (school children)

Then you hurt me just in vain (just in vain)

Oh, Lord, I'm your weary child

Oh, happiness come back awhile

Cause if you don't come

I'm gonna go looking

For happiness (the road is dangerous)

I've got to go looking

For happiness, happiness

 Said I'm

Don't you know I'm

I'm hurting, hurting inside

Oh I'm hurting

Who cares

Who cares

 Does the one who love, oh

Feel the pain

Feel the pain

 Does the one who love

Feel the pain

Feel the pain

(Been together like school children)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.