Chapel Hill, vous vous rappelez, c'était quand déjà?

Chapel Hill

Quand le parking a bon dos

Le silence médiatique autour de l’horrible triple assassinat de Chapel Hill aux États-Unis est assourdissant. Quand on voit le déchaînement actuel entourant la mort de deux personnes au Danemark : jusqu’à la maire de Paris qui va se rendre au Danemark, manque plus qu’Alliot-Marie pour aller aider les Danois à élucider tout cela et à tuer dans l’œuf les djihadistes potentiels du Danemark. Et les gens s’étonnent de la tournure des évènements dans le monde! Vive la guerre de religion décomplexée! Les médias mondiaux auraient voulu écœurer les musulmans du monde entier qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement. Laissons de côté la pathétique et tardive réaction du locataire de la Maison Blanche, qui ne mérite pas plus que les entrefilets consacrés aux meurtres de Chapel Hill (un nom fort approprié pour des meurtres religieux).

Généralement, après tout attentat commis par des musulmans (ou par des gens d’apparence musulmane, comme dirait un ex-président?), les condamnations et caractérisations des auteurs vont plus vite que Tweeter. Par contre, que lit-on depuis le massacre de Chapel Hill, d’un bout à l’autre du monde? Les médias moutons s’interrogent sur la qualification des crimes. Crimes de haine ou pas? Querelle de parking. Les mêmes textes, sortis tout droit de la bouche des autorités policières des États-Unis! On sait ce que valent leurs déclarations! Et de rameuter tous ceux qui ont eu maille à partir avec ce fou. Tous ces médias s’improvisent psychologues, la future ex-femme du prévenu devient une vedette, autorité en matière psychosociale : son mari est un chou d’amour, fervent partisan de l’égalité, mais elle s’en sépare quand même. Le Ku-Klux-Klan également est partisan de l’égalité. Reste à définir le contour sociogéographique du paradis égalitaire. Je n’ai personnellement pas lu une seule fois le mot terroriste au sujet de Chapel Hill. Pourtant il ressort clairement des diverses infos que le lâche assassin terrorisait le voisinage depuis longtemps. Les attaques contre les musulmans sont maintenant quotidiennes aux États-Unis. Le plus souvent, ce sont les victimes, plutôt que les agresseurs, qui sont inquiétées. Faut comprendre, n’est-ce pas, il y a des seuils sociologiques! Le sujet est d’ailleurs carrément évacué maintenant dans la plupart des médias dominants. Le ministre israélien des affaires étrangères Liberman peut tranquillement déclarer : « If it were up to me, Hamas leaders would be 'underground in graves' » (s’il ne tenait qu’à moi, les dirigeants du Hamas seraient tous déjà enterrés), (http://www.jpost.com/Israel-Elections/Liberman-If-it-were-up-to-me-Hamas-leaders-would-be-underground-in-graves-390994. Existe-t-il une toute petite chance qu’on nous demande de porter des petits badges : « Je suis Shaddy », « Nous sommes tous Shaddy »? Rien que pour montrer notre attachement à la liberté non pas d’expression, mais simplement la liberté pour tous de vivre en tant que non –blancs, aux États-Unis ou ailleurs. Pauvre presse, pauvres médias! The Pursuit of Happiness, ça vous dit quelque chose?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.