LETTRE OUVERTE AUX POLITICIENS ET PARLEMENTAIRES MARTINIQUAIS

Face aux mécontentements de la population martiniquaise, le pouvoir colonialiste, tout comme en France, ne connaît que la force et la répression. Le pays est au bord de l'explosion, et le pouvoir colonial gère encore plus mal ce blocage politico-institutionnel qu'il ne gère la pandémie. Des changements s'imposent des deux côtés de l'Atlantique.

LETTRE OUVERTE AUX POLITICIENS ET PARLEMENTAIRES MARTINIQUAIS

Décolonisation et indépendance

Après la victoire de M. Letchimy aux récentes élections, il y avait déjà des raisons de déprimer.

Depuis le 13 juillet, le lendemain de la mise en scène très théâtrale par le chef du régime français d’un assaut sans précédent contre les libertés des Français, le chef du PPM (Parti progressiste martiniquais ou Parti du permanent moratoire) a tout simplement justifié mes craintes. Il a en même temps, comme dirait Jupiter, révélé son manque total de clairvoyance dans la gestion politique du peuple Martiniquais. En fait il est le Macron de la Martinique. Au propre et au figuré. Avait-il un quelconque conseil de défense, qui lui a soufflé de demander aux Martiniquais dès le lendemain de la prestation présidentielle, d’aller se faire vacciner ?  

Le PPM étant convaincu que le peuple n’est pas mûr, c’est un chèque en blanc que ledit peuple, dans son immaturité, a donné au PPM et à son chef. Celui-ci va continuer sa politique d’accommodements déraisonnables avec le régime français, pendant encore vingt ans, comme il l’a dit lui-même, donnant ainsi largement à la France le temps de bien blanchir la Martinique et aux souchiens de s’emparer littéralement du pays, dans le cadre d’un génocide par substitution dont le PPM ne fait que prononcer le nom ad lib. Et pendant tout ce temps-là, les petites fanfaronnades se poursuivront à l’Assemblée nationale française ! Déjà que certains souchiens viennent nous insulter et nous dire que nous ne sommes pas chez nous, nous ordonner de fermer nos gueules, nous sales nègres. Dans la situation actuelle, ils ont en fait raison. Est-ce qu’un Breton dit à un Parisien de passage en Bretagne qu’il n’est pas chez lui ? Assimilation oblige. Les élites autodésignées ont systématiquement tendance à se surestimer et à sous-estimer le peuple. Elles devraient se rappeler que ceux qui prennent les autres pour des couillons sont ceux qui regardent ce qu’ils voient dans le miroir en face d’eux !

Du coup, le PPM donne un nouveau bail à la France, pour combien de temps : sans doute une autre période de vingt ans que se promet Letchimy, après les vingt ans pendant lesquels, a-t-il dit lui-même, « nous avons tenu ». Avec ça, une autre petite dose de 75 ans d’assimilation‑aliénation ? Et le Nouvel Homme Antillais sera né !

Nous sommes les descendants de gens qui au départ n’étaient même pas considérés comme des êtres humains, et que les colons et impérialistes ont tenté de dépouiller de leur humanité, car ils en ont toujours eu une, bien sûr. Passons sur les détails de cette déshumanisation/animalisation. La résilience est de notre côté. Il est tristement pénible rien que d’essayer de comprendre comment certains d’entre nous peuvent, consciemment, dans un enthousiasme délirant et avec délectation, être désireux de s’en remettre simplement à leurs anciens bourreaux pour les protéger et les guider. Pourtant Stockholm est loin ! J’ai souvent entendu dire que Césaire, lors d’une ou de la dernière visite de Fillon en Martinique, aurait dit à celui-ci : ‘Ne nous laissez pas tomber ! ». Bien que je croie cela très possible, je n’ai, bien entendu, jamais pu en avoir confirmation.

En France, l’élection présidentielle est la seule élection qui compte en France, par laquelle les Français se donnent un roi pour cinq ans. Les dernières élections de juin 2021 sont la reproduction du système français en Martinique, puisque les Martiniquais viennent de se donner un roi, la seule différence étant que ce roi local agira sous la stricte supervision du gouverneur, alias préfet de la Martinique.  

Et tout sera fait pour détourner l’attention du peuple et éviter la question de l’avenir institutionnel et constitutionnel de la Martinique.

La CTM continuera de distribuer les subventions sur place, nos parlementaires continueront d’aller au Palais Bourbon défendre « l’unité de la République » et parler de gouvernance dans un vide absolu, etc. Surtout lorsque lesdits parlementaires sont apparentés à un parti socialiste (français) qui n’a de parti que le nom.

Et la classe politique Martiniquaise continuera d’adhérer aux « valeurs françaises ». Celles-ci étant ce qu’elles sont, cela s’appelle régresser !

Gouvernement et maintien par la peur et l’assistanat. Sur ce plan, aucune originalité par rapport à la France.

Pas question de refuser le droit à une réflexion sur l’avenir. Il faut que tout soit étudié par l’ensemble de la population et non dans le cadre feutré de nos élites auto-désignées. Il faut absolument mettre en place un cadre de décolonisation constitutionnelle. Or les partis au pouvoir en Martinique se contentent allègrement du cadre constitutionnel français dans lequel ils sont assurés de rester au pouvoir et surtout d’ignorer et de tromper la population, exactement le schéma de ce qui se passe en France. C’est la pérennisation des magouilles et des compromissions.

La France a besoin de l’Afrique, la France a besoin de l’Outre-mer. Ce que les colonisés français ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre, c’est qu’il n’y a pas de frontière entre politique intérieure et politique extérieure. Comment voulez-vous que les antillais notamment ne soient pas atteints de schizophrénie lorsqu’ils se disent afrodescendants ou d’ascendance africaine, et se voient contraints d’accepter, entre autres et à l’insu de leur plein gré, la cruelle et criminelle politique africaine de la France ?

Les récentes acrobaties de Jupiter au sujet du Mali démontrent clairement deux choses : l’amateurisme et l’arrogance du chef du régime français d’une part, et de l’autre la reconnaissance on ne peut plus claire par la France qu’elle ne peut se passer même pas d’un seul pays africain. Pourtant Chirac l’avait dit suffisamment clairement. Mais l’aveuglement et la stupidité des dirigeants successifs les ont conduits à privilégier comme d’habitude la force aux négociations ou arrangements pacifiques. Et dire que beaucoup de blancs ont le culot de dire que les nègres ça ne comprend que la force ! Mais au fond, c’est leur problème.

Fanon a dit : « Parfois les gens ont des croyances fondamentales extrêmement fortes. Lorsqu'on leur démontre que ces croyances fondamentales sont contredites par de puissants arguments, les gens ne peuvent accepter la nouvelle interprétation que cela doit amener. Cela crée une situation qu'on appelle dissonance cognitive. Parce que c'est d’habitude si important de protéger ses propres croyances fondamentales, ces gens rationaliseront, ignoreront et même nieront tout ce qui peut entrer en contradiction avec leurs croyances fondamentales. » (Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, 1952).

Pas besoin de complot écrit pour reconnaître quelque chose d’évident. Les pays de la suprématie blanche n’aiment pas les non-blancs et ne changeront jamais. Tant que les non-blancs ne se seront pas regroupés pour s’affirmer et prendre leur place à la table, les suprématistes garderont la conviction de leur supériorité.

Triste est de constater sur ce plan que la bataille est loin d’être gagnée.

Il faut dire que dans ce domaine de la prétendue supériorité des blancs, nos sommes grandement aidés par les noirs eux-mêmes, à commencer par nos piteux politiciens et élus.

La récente décision de refus de l’administration coloniale de donner la priorité de nomination en Martinique par exemple de professeurs originaires du pays en est un exemple très parlant (7 juillet 2021). Cela fait plus de soixante ans que cette situation perdure. Elle ne constitue d’ailleurs que l’un des volets de cette politique de génocide par substitution dont parlait Césaire, mais son parti ne fait que répéter sans agir. Quand je dis que les Francocaribéens sont schizophrènes, je le pense très sincèrement. Que leur faudra-t-il de plus pour qu’ils ouvrent les yeux. Au contraire, au lieu de regarder la réalité en face, ils laissent le gouvernement colonial s’amuser avec eux, à coups de loi sur l’égalité réelle. Le PPM principalement ne fait que répéter le mot ‘’autonomie’’, qui sonne aussi creux qu’une conque de lambi.

Imaginez que l’État français ne se privera pas d’envoyer ses nouveaux croisés du colonialisme. Et pour la culture antillaise ou Martiniquaise, vous pourrez toujours repasser.

Le phénomène de folklorisation pourra alors être amplifié, et nous n’aurons qu’à remercier nos élus et la CTM, qui défendent ‘l’unité de la République’, comme l’a dit le chef du PPM lui-même à l’Assemblée nationale. Encore une petite dose de cent ans d’assimilation, chers politiciens à l’écharpe tricolore ? De toute façon, il ne restera plus rien à assimiler !

Drôle de coïncidence, le refus de donner la priorité aux enseignants Martiniquais en Martinique et le reportage sur un fait divers sans aucune importance ici en Martinique surviennent le même jour (une Marocaine tellement heureuse d’avoir obtenu la nationalité française, après dix ans d’efforts. Il est évident qu’une telle « nouvelle » Illustration n’a pas été diffusée par hasard par le réseau en question.

Faudrait déjà que les partis au pouvoir prennent sérieusement conscience du ras-le-bol de la population et surtout de l’intrusion de plus en plus violente du pouvoir colonialiste dans tous les aspects locaux de la vie en Martinique. On sent que ledit pouvoir est pressé, car le temps n’est pas de con côté. De l’autre côté de l’équation, c’est au peuple Martiniquais de marginaliser les pro statu quo en place, car on ne peut rien attendre d’eux. Il faut entamer sans tarder la mise sur pied d’un véritable programme de décolonisation de L’esprit et de préparation de la décolonisation constitutionnelle.

Sur le plan international, est-il besoin de démontrer un complot par exemple en ce qui concerne la dépopulation ? En plus du caractère purement matériel des occidentaux, dont le maître commun est l’argent, les moyens communs qu’ils déploient pour détruire les non-blancs sont tellement évidents. Comment expliquer l’amour soudain des occidentaux, depuis Sarkozy à Macron, en passant par Trudeau, pour l’utérus des femmes africaines ? En effet c’est la dépopulation de l’Afrique que recherchent les suprématistes blancs. Tout cet amour que portent des dirigeants occidentaux aux femmes africaines pour qu’elles fassent moins d’enfants est extrêmement touchant, au moment même où deux conseillers économiques importants du gouvernement de Justin Trudeau ont pour objectif réel dans quelques décennies une population de 100 millions d'habitants pour le Canada, soit trois fois sa taille actuelle...

https://www.lesoleil.com/actualite/des-conseillers-de-trudeau-visent-100-millions-dhabitants-dici-2100-9e32ec5f39764a21c8626982a814a0be

Est-il besoin de démontrer un complot quand les mêmes réactions ont lieu par exemple aux États-Unis et en France. Presqu’à mourir de rire. Il s’agit là de deux pays qui ont passé la moitié de leur historiquement brève vie à envahir et occuper l’espace de peuples qui étaient chez eux depuis des siècles. Ils ont donc sorti ces peuples de l’histoire (ça fera plaisir à Sarkozy), les ont conquis, terrorisés, esclavagisés et effacés littéralement de l’histoire. Et ils se plaignent maintenant que ces victimes veuillent mettre à bas les statues de leurs bourreaux ou de leurs ancêtres !

Comment le PPM peut-il se raccrocher à son objectif de soi-disant autonomie, comme si la France va accepter cela. Et l’indépendance sera pour quand ? Cette revendication d’autonomie n’est qu’une supercherie de plus pour maintenir le statu quo. Encore vingt ans, a dit le chef du PPM !

Voyons ce que Macron veut faire des retraites ! Vous avez envie de travailler toute votre vie et de savoir que c’est Black Rock ou un autre fonds rapace étatsunien qui gère votre retraite.

Comment accepter tranquillement, comme nos élus le font, que la distribution de l’eau en Martinique soit confiée à une société française ! Cela dépasse l’imagination ! Et pour quel résultat en plus !

Il y a chez beaucoup de Martiniquais un grave problème de déconnexion par rapport au reste du monde, et surtout par rapport à l’Afrique. Cela fait partie des conséquences de cet enfermement dans un univers franco-français dont sont victimes beaucoup de Francocaribéens. Alors que la découverte d’un grand nombre de charniers contenant les victimes de l’église catholique au Québec est restée à la une pendant plusieurs semaines, je me suis rendu compte que peu de Martiniquais le savaient. Il faut reconnaître que ce ne sont pas les médias dominants qui vont mettre en exergue cette nouvelle preuve de la férocité blanche et surtout lorsqu’elle est le fait de l’un des supplétifs des « Cinq Zyeux ».

Si les parlementaires Francocaribéens avaient un quelconque lien affectif avec l’Afrique, seraient-ils aussi discrets quant au jeu néocolonialiste dangereux que joue la France en Afrique. Auraient-ils laissé le soin à plusieurs députés français de souche, notamment Frédérique Dumas, André Chassaigne, Jean-Paul Lecoq et jusqu’à Jean-Luc Mélenchon et d’autres de poser les questions qu’eux les Francocaribéens devraient poser ? C’est une honte !

Que feront ces parlementaires Francocaribéens très bientôt, au moment du vote sur ce passe sanitaire ou vaccinal, qui ne sera évidemment appliqué que plus durement dans les colonies qu’en France ? Ils feront comme le parti (moins de 30 députés !!!) auquel ils sont ‘apparentés’ ? Encore une blague cet apparentement.

Il faut honnêtement reconnaître le peu de pouvoir que se donnent les parlementaires Francocaribéens à l’Assemblée nationale.

Récapitulons les questions auxquelles les élus et parlementaires devront donner des réponses nettes et claires, sans langue de bois et publiquement.

SEPT QUESTIONS POUR NOS ÉLUS ET POLITICIENS

  1. Vous avez joué un rôle dans l’affaire du chlordécone. Quel est ce rôle ? Quelqu’un ou un organisme local a dû nécessairement autoriser ou accepter les fameuses dérogations.
  2. Quand on sait le niveau de corruption en France et aussi qu’en France, les sociétés privées ne font que sucer l’État français, pourquoi devons-nous ‘importer’ une société française pour gérer la distribution d’eau sur un territoire de 1000 km carrés et moins de 400 000 habitants ? Sommes-nous incapables de trouver des Martiniquais (es) assez compétents pour cela ?
  3. Quand on sait encore qu’en France, les sociétés privées ne font que sucer l’État français, pourquoi devons-nous ‘importer’ EDF pour gérer la distribution d’électricité sur un territoire de 1000 km carrés et moins de 400 000 habitants ?
  4. Accepterez-vous l’obligation de faire rapport au peuple Martiniquais sur votre travail à l’Assemblée nationale française. Inutile de nous répondre en nous renvoyant à Internet et au site de l’Assemblée. Vous avez des assistants parlementaires, dont c’est le rôle. Et ce rôle est encore plus important dans le cas des parlementaires ultramarins.
  5. Quand exigerez-vous des réponses du gouvernement Français quant à l’abolition du code noir, à l’abolition du pacte pour la poursuite de la colonisation, à l’abandon de cet instrument de domination, de torture et de crimes qu’est le Franc CFA ? Vous viendra-t-il à l’idée ne serait-ce qu’une minute, de comparer le comportement de la France en Afrique et ailleurs dans le monde, pour vous enlever de la tête l’utopie d’une « préparation » quelconque de l’autonomie ou de l’indépendance avec la France ? N’observez-vous pas la scène internationale, alors que vous recevez des indemnités pour payer des assistants parlementaires. Ces postes seraient-ils simplement des sinécures pour les amis et parents ?
  6. Quand allez-vous dénoncer la politique de la France en Haïti, de concert avec les USA, le Canada et d’autres. Membres du Club de la suprématie blanche, club qui n’a jamais pardonné à Haïti, non seulement d’avoir vaincu Napoléon Bonaparte, mais d’avoir forcé Charles X à reconnaître l’indépendance d’Haïti, premier pays noir indépendant ? Et ce, au lieu de questions aussi insignifiantes que surannées, par exemple la Question N° 37053 soumise le 9 mars 2021 au Ministère de l’Europe par Serge Letchimy : « …. (Il lui demande) quelles initiatives il compte prendre pour se saisir rapidement de cette question essentielle pour la préservation de la démocratie en Haïti ». Plus gnangnan et verbeux que cela, on meurt ! ( https://www.nosdeputes.fr/15/question/QE/37053 ) Ça vaut le coup de lire la réponse tout aussi gnangnan du Ministre.
  7. Quand allez-vous soulever la question à l’Assemblée nationale française ou au Sénat pour demander à la France d’accorder des prétentions universelles et ses actes et d’accepter une réforme de la Charte des Nations Unies, afin que la population mondiale dans toute sa diversité soit équitablement représentée ? Allez-vous au contraire vous accrocher aux jupes de la France pendant que celle-ci persiste à croire qu’elle est supérieure aux Africains et qu’elle les méprise et les maltraite ?

La situation est vraiment grave en Martinique. Les gens cachent même le fait d’assister à des réunions politiques, tant ils craignent de parler politique en dehors de petits groupes d’affidés. Il s’agit là d’un malaise et d’un mal-être inquiétants. Cela traduit simplement l’incapacité de certains à avoir ou à défendre une position politique quelconque. Cela se confirme par le fait qu’au lieu de répondre à une question politique, souvent ils répliquent en lançant simplement le nom de l’adversaire politique que leur ‘parti’ leur aura désigné.

C’est à se demander si cette fébrilité d’un grand nombre de Martiniquais ne serait pas simplement un réflexe rassurant consistant à s’abriter derrière le monarque français constitutionnellement élu, quel qu’il soit, ce qui serait donc une des séquelles de la colonisation ? Le syndrome de Stockholm est là, et bien là.

Le raisonnement de la France est qu’elle ne peut accueillir toute la misère du monde, mais qu’en revanche elle a vocation à accaparer toutes les richesses de l’Afrique et autres pays non-blancs, avec la complicité et sous la protection de son maître les États-Unis ..  

Frantz Fanon écrivait déjà en février 1960 que « le grand succès des ennemis de l’Afrique, c’est d’avoir corrompu les Africains eux-mêmes ». La corruption est en effet, pour le continent, l’un des facteurs les plus alarmants expliquant son retard économique. (http://dare-dare.org/fr/evenements/dissonance-cognitive-cognitive-dissonance ).

Nos élus et parlementaires, toujours fiers de porter leurs écharpes tricolores, qui abdiquent carrément leur rôle de moteur de la société , devraient très utilement réfléchir à la maxime de Galilée : « Mais parce que, comme je l’ai dit, celui qui a la vérité de son côté, a un grand, et même un très grand, avantage sur l’adversaire, et parce qu’il est impensable que deux vérités se contredisent, nous ne devons pas craindre les assauts dont nous sommes l’objet d’où qu’ils viennent, du moins tant que nous est donnée la possibilité de parler et d’être écoutés par des personnes capables de comprendre et non excessivement troublées par leurs passions et leurs intérêts. »

Illustration parfaite de ce qui précède :

https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/le-depute-serge-letchimy-condamne-des-propos-racistes-a-l-encontre-de-kylian-mbappe-1048468.html

En titre : Dans un courrier adressé ce mercredi 30 juin 2021 au ministre de la justice Éric Dupond-Moretti, le député Serge Letchimy condamne "des propos injurieux, racistes à l'encontre du joueur de football Kylian Mbappé" après la défaite de la France face à la Suisse à l'Euro. Je le cite :

"Les préjugés sont tenaces, le racisme s'exprimant avec plus de violence chaque jour, gangrenant la société française. Il faut que cela cesse. Voilà pourquoi aucune tolérance ne doit permettre que ce mal s'installe," s'indigne le député Serge Letchimy dans une lettre au ministre de la justice.

Des propos injurieux, racistes et d'une violence inouïe ont été publiés sur Twitter, à l'encontre de Kylian Mbappé, provenant d'un certain Christophe Jolain : « Kylian Mbappé, ce sale nègre mérite de se prendre une centaine de coups de fouet et de se faire revendre en Lybie. Ce negro ne mérite pas la République française. Direction le Cameroun ou les champs de coton…».

Même si ce compte Twitter a été désactivé, après que le post avait fait le tour des réseaux sociaux, aujourd'hui il est hors de question de laisser passer ce type de propos haineux qui doit, de manière systématique, appeler à l’interpellation de leurs auteurs d'autant que la loi française, heureusement, condamne ce type de discours haineux sur la toile.

Député Serge Letchimy »

Cela me fait penser, avec tristesse, aux communiqués réguliers de divers ministres et autres dirigeants français (et étrangers), qui se disent ‘préoccupés’, ou, attention, ça va faire très mal, ouïe ! ‘très préoccupés’ par ce qui se passe en Palestine par exemple.

  1. Letchimy sait bien que ce courrier ne fera pas un pli sur la peau des fesses du ministre de la Justice, et surtout pas sur l’actuel titulaire du poste ! Il est clair qu’il joue là pour la galerie, donc comme pratiquement tous les politiciens, il joue pour sa base électorale. Il devrait visionner (ou revisionner) la longue interview de Maryse Coppet dont le lien est reproduit ici.

https://youtu.be/1k-gOsRh5yI

[L'ECRIN POLITIQUE] - Maryse Coppet

Je ne ferai pas l’injure à M. Letchimy de croire qu’il ne sait pas tout ce que dit Maryse Coppet. 

Le problème de M. Letchimy, par exemple, est de ne pas saisir chaque occasion pour dénoncer la réalité du génocide par substitution que dénonçait son mentor il y a plus de cinquante ans ! Une fois de plus, du vent, il s’adresse à un minable, comme jadis il le faisait avec Claude Guéant. Toujours pour la galerie. Quand vous écrivez au ministre qu’il « est hors de question de laisser passer ce type de propos haineux », d’abord ça sent le Clint Eastwood ou un ancien président français, ou même l’actuel (« qu’ils viennent me chercher « !!!) et pire encore, croyez-vous que ledit ministre vous répondra utilement, alors qu’il ne répond même pas aux députés souchiens à l’Assemblée ? N’ayez crainte M. Letchimy, ne vous endormez pas trop. Le vrai peuple voit très clairement votre jeu de maintien du statu quo à tout prix.

La politique d’assimilation permanente est vouée à l’échec.

Parler des réparations, sans vilipender un cynique comme le soi-disant socialiste François Hollande, (au groupe duquel M. Letchimy est apparenté !!!), l’homme des réparations morales (ha ! ha !), adresser des courriers à un ministre, se battre avec vos collègues de la CTM, renforcer et prolonger cette politique d’assistanat que mène le régime français et qu’acceptent goulument les Martiniquais Stockholmiens, poursuivre un incessant discours sur le chlordécone en occultant soigneusement la responsabilité des responsables Martiniquais locaux qui étaient au pouvoir pendant toute la période d’empoisonnement du pays, tout cela ne fera que prolonger l’agonie d’un pays qui se meurt.

Sénateurs, députés, maires, etc., où est le projet politique que vous proposez aux Martiniquais, en lieu et place d’un infâme statu quo, soi-disant en quête d’une autonomie anachronique, alors que vous savez pertinemment que la France ne recherche que la mise en place, sans le dire, d’un pacte pour la poursuite de l’assimilation avec génocide par substitution ? Vous suppliez l’amant qui ne cesse de vous éconduire de vous aimer. Ni plus, ni moins.

Le PPM parle depuis plus de quarante ans de l’autonomie, encore un mot vide, qu’il n’est absolument pas capable de définir, et pour cause. Le ministère français de l’intérieur va vous le définir.

Avez-vous une commission ou un groupe quelconque chargé de rédiger un projet de constitution pour la Martinique, ne serait-ce que pour votre soi-disant autonomie ?  Si vous en avez un, sortez-le et laissez le peuple en discuter. Le moment est venu. Car le temps presse. L’histoire n’attend pas. Toute tergiversation est non seulement préjudiciable au peuple Martiniquais, mais criminelle. Il est temps de parler au peuple, de lui proposer un objectif, la mise en place d’une constitution authentiquement martiniquaise, avec une seule assemblée, un régime de représentation strictement à la proportionnelle, un seuil de 60 % pour toutes les décisions importantes, des contrôles comptables et fiscaux impitoyables. Nous devons en effet éviter le piège du soi-disant modèle démocratique occidental auquel les occidentaux eux-mêmes font seulement semblant de croire, mais qui ne marche nulle part. Comment parler de démocratie lorsque deux partis, qui ne sont souvent que les deux faces d’une même pièce, détournent le système politique et monopolisent le pouvoir, que ce soit aux États-Unis, en France, au Royaume-Uni, au Canada, etc., comme s’ils jouaient à Roland Garros ?

Voyez-vous, Messieurs, Mesdames les politiciens et dirigeants Martiniquais, vous êtes tellement enfermés dans votre bulle de francité, dans la plus vaste acceptation du terme, qu’en plus de ne pas voir ce qui se profile en Martinique en termes de militarisation de la police et de violences policières, vous ne voyez pas ce qu’il se passe dans le monde. Où ailleurs dans le monde aurait-on vu des élus d’un peuple réagir si peu et si inefficacement, dans un quasi-silence assourdissant, à certains évènements comme les affaires Kéziah, Zécler et Groupama ?

Même les États-Unis, pourtant pays colonialiste, impérialiste et raciste s’il en faut, reconnaissent que la question de la suprématie blanche, assise sur le racisme, est le plus grave problème auquel est confronté ce pays. Il y a quelques mois, Trudeau le jeune, loin d’avoir le dixième de l’intelligence de son père, avait été épinglé pour ses attitudes racistes. Beaucoup ont écarté cela comme étant des erreurs de jeunesse, etc. Pourtant, toute l’hypocrisie du Canada, le gentil Canada non raciste, vient d’éclater au grand jour avec de plus en plus de découvertes de tombes anonymes où reposent des milliers d’enfants ‘autochtones’ qui ont été soumis depuis des siècles aux pires outrages et mauvais traitements de la part des gentils européens puis des Canadiens. L’Australie a elle aussi été épinglée et son racisme systémique n’est plus un secret. Et cela ne s’arrêtera pas, parce que l’histoire nous poursuit. Comme l'a dit avec brio Shakespeare (Jules César): «Le mal que font les hommes leur survit, le bien est souvent enterré avec leurs os» . (“The evil that men do lives after them; The good is oft interred with their bones.” ― William Shakespeare, Julius Caesar). Cela s’applique à merveille aussi bien à Schœlcher qu’aux divers pays colonialistes et impérialistes. La France est maintenant l’un des rares pays à rester farouchement et agressivement dans le déni de sa cruelle histoire raciste, colonialiste et impérialiste. Comme dirait la météo, aucun changement prévu.

Au moment même où je termine la rédaction de ce billet, il est certain que le sang coulera très bientôt en Martinique, joli cadeau du gentil Jupiter. Des perquisitions sont effectuées chez des manifestants, des gens sont emmenés en garde à vue, etc., scénario français classique, à la sauce coloniale…, gilets jaunes avec 40% de retard. Et pendant ce temps, les médias français serviles sodomisent les diptères pour savoir si le régime macronien est à tendance autoritaire, ou si c’est une dérive, etc., enfin les habituelles émissions de brouillard.

Je ne peux pas terminer sans une pensée pour le peuple Palestinien, victime de la diplomatie impérialiste, cynique et coloniale onusienne menée par les trois membres ‘occidentaux’ du Conseil de sécurité : le Royaume-Uni, la France et les États-Unis, piliers de la suprématie blanche. Une pensée également pour nos frères haïtiens, à la suite de l’assassinat du Président Moïse, assassinat dont Sir Hillary Beckles dit à juste titre qu’il « est le dramatique reflet le plus récent de la culture de violence politique meurtrière qui a caractérisé la colonisation des Caraïbes, et dont l’héritage continue de témoigner de la dévalorisation de la vie des noirs, en particulier dans notre hémisphère. »

Enfin, pour rester dans l’actualité et confirmer la dévalorisation totale de la vie des noirs ou non-blancs, constatons ceci : depuis quelques jours, on ne parle que des inondations en Allemagne. Très bien. Je compatis avec les Allemands, toute vie humaine perdue est un drame, quelles que soient les conditions. Cependant je me pose la question suivante : pourquoi cette différence de traitement de l’information ? Tout le monde est désolé pour l’Allemagne, alors qu’il s’agit d’une catastrophe ‘naturelle’ (cela déjà vaudrait un débat). Vous rappelez-vous un quelconque branle-bas lors de la destruction anthropique sauvage par l’État d’apartheid Israël de bâtiments et de vies à Gaza il y a quelques semaines, pendant que les pays occidentaux se disaient tous très préoccupés, en laissant soigneusement à l’État d’apartheid Israël tout le temps nécessaire pour achever le ‘travail’. Mais ça, nous y sommes habitués, depuis vingt ans passés que dure le processus de guerre, pardon, le processus de paix au Proche-Orient, vous corrigerez comme vous voudrez. Rappelons-nous que je n’ai entendu personne se lamenter lorsque sur ordre de Donald Trump, Macron, très obéissant, s’est payé dès bombardements en Syrie. Il était sans doute satisfait d’avoir prouvé sa fermeté et sa virilité. On fait ce qu’on peut dans la vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.