Barnik
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

Non, je ne fêterai pas le 22 mai

Depuis plusieurs années maintenant, les Martiniquais sont soumis à une très forte vague d’enfermement mémoriel. Les célébrations le 22 mai de l'abolition de l'esclavage sont devenues un rituel sans beaucoup de sens, un carnaval et un bal des hypocrites, un évènement de diversion. Comment exiger réparation d’un crime tout en restant copain-coquin avec l’auteur du crime, et aller entendre encore toutes ces belles paroles des autorités néocoloniales ? 

Barnik
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, je ne fêterai pas le 22 mai

Souvent, et curieusement d’ailleurs, l’actualité et l’histoire se croisent pour nous ouvrir les yeux.

Depuis plusieurs années maintenant, et de manière plus intensive dernièrement, les Martiniquais sont soumis à une très forte vague d’enfermement mémoriel, qui ne le cède en rien à l’enferment pandémique.

Pas une radio ou autre média qui ne soit pas impliqué dans un véritable carnaval du 22 mai 1848.

Il convient de noter déjà que beaucoup de ceux qui défendaient le vicieux Schœlcher, il y a quelques mois, se font très discrets maintenant. Reste encore de la honte.

Nous sommes à la veille d’une déclaration du régime français à l’effet qu’il y a prescription de l’Affaire dite du chlordécone, affaire qui pourrait être facilement classée dans la catégorie des crimes contre l’humanité ou des génocides. Mais l’Occident n’en est pas à un génocide près. 

En même temps, comme dirait un certain chargé de l’emmerdement maximal, comme par hasard, le Festival de Cannes sort un film sur l’un des pires massacres commis par la République française au cours des siècles, le massacre de Thiaroye.

En même temps, toujours, le Mali déjoue une tentative de coup d’État au Mali, attribuée à la France. Cela quelques mois après la tentative de Guignolot en République centrafricaine ! Une vraie tradition française.

En même temps, le Mali lance une procédure judiciaire contre le ministre français des Affaires étrangères. Il y a quelques mois c’était ce même ministre qui poursuivait un membre du gouvernement équato-guinéen, pour des questions de biens mal acquis. No comment.

En même temps, nous avons obtenu récemment d’éminents juristes la confirmation que le Code noir n’a jamais été aboli. Il n’a été qu’aménagé. J’espère que vous n’êtes pas surpris, car la duperie faut partie de l’ADN de la France.

En même temps, un élu de la Martinique…

Voici l’histoire en question, qui prouve que l’esclavage des esprits n’a pas disparu. Au contraire ! Il s’agit d’un scénario d’absence de courage et de servitude volontaire chez certains de nos politiciens.

Récemment, le Maire d’une commune Martiniquaise, qui se reconnaîtra bien évidemment, avait déjà donné son accord, sans aucune pression, au passage du Konvwa Ti Mun dans ‘sa’ commune, lorsqu’il s’est retiré de cet événement, anéantissant ainsi les efforts si louables du CNR Martiniquais. Le motif de ce retrait ?  Voici le courrier reçu dudit maire :

« Bonjour Mme la présidente de l'association CNR,

Je fais suite à notre conversation téléphonique de ce jour 27 avril 2022 dans laquelle il était question du ‘flyer’ de la manifestation organisée par votre association à Grand Rivière.

Je vous demande de bien vouloir supprimer le logo de la commune de Grand Rivière du flyer et le terme "Afrodescendants" car la municipalité de Grand Rivière ne véhicule pas ses (sic) valeurs, qui ne sont pas républicaines.

Tout cela pour le bon déroulement de la manifestation sur le territoire de la population riveraine.

Recevez madame la Présidente, mes salutations respectueuses.

Marie-Louise Jean-Louis

Maire de Grand Rivière »

Envoyé depuis l'application Mail Orange

=======

À noter que l’Association anbabwa Arts s’est retirée de l’événement pour les mêmes raisons.

Il est difficile de concevoir un tel obscurantisme chez un être humain.

Il s’agit là d’un aspect très grave et très important sur lequel les Martiniquais doivent s’interroger d’urgence, à savoir leur relation à l’Afrique. 

Le prédécesseur de Jacques Chirac, François Mitterrand, avait déjà prophétisé en 1957 que : « Sans l’Afrique, la France n’aura pas d’histoire au 21e siècle”.

Le Maire de Grand-Rivière n’est qu’un de ceux et celles qui sont si fiers de porter l’écharpe tricolore et croient sans doute encore que leurs ancêtres sont les Gaulois. Un Gallodescendant pur souche. Quelle tristesse.

En même temps, et enfin, tout un groupe d’agents de la France se réunit en Martinique, sous le nom de Conférence des Régions Ultrapériphériques européennes. Lors d’une réunion de ce groupe, en Martinique, en 2021, M. Letchimy avait déjà écartelé la Martinique entre l’Europe et les Antilles.

En novembre 2021, M. Letchimy a présenté comme l’une de ses priorités pour l’année pendant laquelle il serait président du groupe : « …Pour cela l’UE doit nous donner les moyens d’assumer notre rôle d’avant-poste de l’UE dans nos bassins notamment par l’outil INTERREG. » Belle langue de bois, mais que l’on peut déchiffrer ainsi : il n’est même plus question de la France, mais de l’Europe. La France, toute à sa veulerie habituelle, s’abrite lâchement derrière l’UE, comme dans d’autres circonstances elle s’abrite derrière « la communauté internationale » ! Facile de tromper les sujets des confettis de l’Empire. Chez les politiciens Martiniquais, on entend souvent le commentaire suivant au sujet du ‘peuple’ : « Ils ne comprennent rien et ne sont pas mûrs ».  Évidemment les écharpés tricolores, élus de tous bords, sont tous mûrs. Peut-être un peu trop sans doute. C’est comme pour les mangots.

Nos frères de la CARICOM apprécieront : les RUPINS européens joueront le rôle d’avant‑poste de l’UE dans nos bassins. Le cheval de Troie de l’UE (et de la France) dans notre bassin caraïbe ! Encore une tradition française (suffit de suivre les nouvelles de la Françafrique)!

Lisons Frantz Fanon :

« Parfois les gens ont des croyances fondamentales extrêmement fortes. Lorsqu'on leur démontre que ces croyances fondamentales sont contredites par de puissants arguments, les gens ne peuvent accepter la nouvelle interprétation que cela doit amener. Cela crée une situation qu'on appelle dissonance cognitive. Parce que c'est d'habitude si important de protéger ses propres croyances fondamentales, ces gens rationaliseront, ignoreront et même nieront tout ce qui peut entrer en contradiction avec leurs croyances fondamentales. »

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, 1952

Pas besoin de complot écrit pour reconnaître quelque chose d’évident. Les pays de la suprématie blanche n’aiment pas les non-blancs et ne changeront jamais. Tant que les non-blancs ne se seront pas regroupés pour s’affirmer et prendre leur place à table, les suprémacistes garderont la conviction de leur supériorité. Le Code noir est encore présent et valable dans beaucoup de têtes.

Revenons aux RUP.

Comment peut-on même concevoir que cet aéropage de bons Français, européens convaincus, brillamment menés par le Chef du PPM (Parti du Permanent Moratoire), ait pu, dans les conditions actuelles, raisonnablement et consciemment décider de choisir comme thème de cette petite coterie : ‘La Martinique au cœur de l’Europe’ ? Il ne peut s’agir, selon moi, que d’une provocation.

Alors que les ‘analystes politiques’ ont essayé par tous les moyens de comprendre comment la Martinique avait pu voter Le Pen, dans un exercice indécent de sodomisation des diptères, certains ont estimé que la raison principale du vote Le Pen était que la population se sentait loin des ‘politiques’ ! La solution de Letchimy et de ses collègues ? Mettre la Martinique au cœur de l’Europe. Les RUP, c’est la nouvelle sauce à laquelle nous sommes mangés, phagocytés !

Voici, dans le désordre, quelques extraits de divers propos tenus par M. Letchimy, toujours dans le cadre des RUP, en Martinique en 2021 et plus récemment à Bruxelles :

«…Pour le Président de la CTM, la candidate de l'extrême-droite, « toute voix portée vers l'extrême droite ne fait qu’ouvrir la porte aux barbaries qu’aucune République saine, démocratie mature, ne saurait endiguer ». Défense de la République…

« Nos situations ne sauraient se réduire à des considérations sociales ou économiques, même si, du fait de l’emprise libérale et de ses archaïsmes coloniaux, ces dernières demeurent à tout le moins urgentes. Nous voulons que la Constitution française garantisse plus de responsabilité aux peuples qui partagent avec la France un bout de leur histoire au monde. Il est venu le temps d’une nouvelle politique de la reconnaissance, conjuguant l’égalité réelle des droits et une vraie politique de la différenciation ».

« L’affirmation d’une véritable diplomatie territoriale et régionale. Pour cela l’UE doit nous donner les moyens d’assumer notre rôle d’avant-poste de l’UE dans nos bassins notamment par l’outil INTERREG ».

“…nous avons donc signifié notre besoin de continuité des mécanismes européens mais aussi de changements profonds. En ce qui nous concerne, aux Antilles, nous sommes étrangers à notre propre pôle géographique. Il est temps, tout en restant dans l'Europe et dans la République, d'être acteurs de nous mêmes.” 

Je serais reconnaissant à tous ceux qui pourront m’expliquer en langage clair le sens de la phrase suivante : « En ce qui nous concerne, aux Antilles, nous sommes étrangers à notre propre pôle géographique. Il est temps, tout en restant dans l'Europe et dans la République, d'être acteurs de nous mêmes ». Je n’ai pas fait d’études d’enfumage.

Si on analyse tous ces évènements contemporains, ainsi que les propos et écrits y afférents, il y a de quoi s’inquiéter.

En effet, tous les propos de M. Letchimy sont des appels à porter le front républicain, à défendre les valeurs de la République, peut-être à la manière du Maire de Grand-Rivière !

M. Letchimy et ses compères des RUP ont même réussi l’exploit de déplacer la Martinique pour la placer au cœur de l’Europe.

Il en ressort aussi tout simplement et clairement, que M. Letchimy prend des décisions concernant la Martinique et son avenir de manière tout à fait macronienne, c’est-à-dire sans qu’il en ait jamais reçu le mandat de quiconque.

Qu’entend-t-il par : « Nous voulons que la Constitution française garantisse plus de responsabilité aux peuples qui partagent avec la France un bout de leur histoire au monde ». Donnons le bénéfice du doute à des fautes de frappe.

Quant aux « archaïsmes coloniaux », vraiment il en faut du culot.

Voici le chef d’un parti qui, depuis plus de soixante-dix ans, ne fait que réclamer toujours plus d’assimilation, qui se met à parler d’archaïsmes coloniaux. Non seulement tout ce beau monde des RUP a mis la Martinique dans un conteneur pour la mettre au cœur de l’Europe, mais, en même temps, ils font faire à notre pays le plus grand écart jamais imaginé : un pied en Europe et un morceau de je ne sais quelle partie…aux Antilles, je suppose. Mais peut-être qu’ils attendent la pleine réalisation de la prophétie de Césaire :

Voici les mots exacts de Césaire en tant que rapporteur du projet de loi sur la départementalisation des « Quatre Vieilles » (Antilles, Guyane, Réunion) en 1946 :

« Terres françaises depuis plus de trois cents ans, associées depuis plus de trois siècles au destin de la Métropole, dans la défaite ou dans la victoire, ces colonies considèrent que seule leur intégration dans la patrie française peut résoudre les nombreux problèmes auxquels elles ont à faire face. Cette intégration ne sera pas seulement l’accomplissement de la promesse qui fut faite en 1848 par le grand abolitionniste Victor Schœlcher, elle sera aussi la conclusion logique d’un double processus, historique et culturel, qui, depuis 1635, a tendu à effacer toute différence importante de mœurs et de civilisation entre les habitants de France et ceux de ces territoires et à faire que l'avenir de ceux-ci ne peut plus se concevoir que dans une incorporation toujours plus étroite à la vie métropolitaine ».

Oui, c’est le même Césaire qui a dit : (1980): «Je peux me tromper, mais je dis : ou bien la Martinique sera indépendante ou bien elle disparaîtra» , ou encore : « À titre personnel, en tant qu’Aimé Césaire, si vous me posez la question, je vous répondrai que, oui, je crois que la Martinique sera indépendante ». 

Cette question de RUP est une vaste entourloupe. Non seulement c’est un entrepôt de postes à distribuer aux bons élèves de la République, mais c’est une magistrale opération d’enfumage pour détourner l’attention. La France ferait bien de se rappeler que sous peu, elle ne pourra plus escroquer l’Afrique, en s’accrochant à celle-ci comme des cuscutes sur de la luzerne. Et les colonisés antillais aussi. La CTM par exemple pourra alléger ses horaires de réunions, car il y aura moins de subventions à distribuer.

Puisque je viens de mentionner l’Afrique, retenons qu’en dehors de discours contraints et creux, plutôt motivés par la décence, une grande partie des élus antillais se contrefiche de l’Afrique. Comme dirait le maire de Grand-Rivière, « … supprimer le logo de la commune de Grand Rivière du flyer et le terme "Afrodescendants" car la municipalité de Grand Rivière ne véhicule pas ses (sic) valeurs, qui ne sont pas républicaines ».

Il est vrai que, sur le plan politique, le chef du régime français fait très habilement passer la responsabilité de bien des domaines à l’Union européenne, donc à une bande organisée non élue, ou encore à des cabinets privés, qui prendront toutes espèces de décisions et n’auront de comptes à rendre à personne. Peut-être le gouvernement français voudra-t-il bien nous laisser le numéro de l’UE et des cabinets de conseils. 

En cette veille du 22 mai, alors que la plupart de nos écharpés tricolores vont briller de toutes leurs décorations et continueront d’abreuver le peuple de déclarations lénifiantes de Schœlcher et de Jules Ferry (celui qui a dit que les droits de l’homme ne s’appliquaient pas aux noirs), j’essaierai encore de comprendre comment Schœlcher a pu couillonner tant de gens, et si longtemps… 

Personnellement, je ne fêterai pas le 22 mai, car il ne sera, au fond, qu’un autre carnaval mémoriel, un évènement de diversion et peut-être cathartique, qui fera encore monter la pression sociopolitique du pays. Comment exiger réparation d’un crime tout en restant copain-coquin avec l’auteur du crime ? Comment aller entendre encore tous ces discours et ces belles paroles des autorités néocoloniales…. Comment se persuader que nous rendons hommage à nos ancêtres, que nous pensons à tous ces jeunes et moins jeunes qui sont tombés sous les balles du néocolonialisme français et à ceux qui ont été cueillis au petit matin tout récemment pour avoir déboulonné des statues de Schœlcher ou autres profiteurs de la colonisation et de l’esclavage (vous avez dit crime contre l’humanité) ?

Non, merci. Je regarderai votre carnaval, les yeux rougis. Et j’essaierai de savoir ce que sont les valeurs républicaines. Je regarderai aussi du côté de l’Ukraine.        

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof