L'illusion du vote 'antiraciste'

Illusions d'antiracisme et le mythe du barrage face à Marine Le Pen

Ce billet fait suite au billet intitulé « Voter pour le Front National en Guadeloupe? Avons-nous oublié? », publié aujourd’hui par Madame Gerty Dambury sur son blog (Cot99).

 

Article très émouvant ! Il est cependant naïf et illusoire de croire que le rejet du FN fera reculer le racisme en France. Encore de la poudre aux yeux, mais les derniers jours prouvent que le subterfuge ne marche plus tout aussi bien!

 

Il s’agit carrément d’une réaction quasi-biologique. Beaucoup de Français sont fondamentalement racistes, racialisés et souvent à l’insu de leur plein gré. Je ne me hasarderai pas à en estimer le pourcentage. Tant qu’il restera un nombre significatif dans cette catégorie, et surtout, tant que les « impératifs » géopolitiques et économiques dicteront l’action des gouvernements successifs, rien ne changera. Comment les choses peuvent-elles changer lorsqu’un président de la République se permet de parler d’un ‘individu d’apparence musulmane’, lorsque Bamboula revient à la mode et que Madame Taubira s’est fait recadrer par le porte-parole du Gouvernement de M. Hollande simplement parce qu’elle avait osé commenter la barbarie des assassinats de noirs par la police étatsunienne, lorsqu’il est tout à fait normal que M. Sarkozy installe son ami Ouattara à Abidjan, lorsque le gouvernement français ne dénonce systématiquement que la barbarie des autres (entendons ‘non blancs’ et surtout personnes mélaninées), lorsque des décennies après le départ de Jacques Foccart et  de « Papa m’a dit » et la fin annoncée de la Françafrique, celle-ci est plus vivante et plus nocive que jamais? Il suffit de regarder du côté de Balkany le balnéaire, de Robert Bourgi fournisseur de costumes, etc. Et rien ne peut changer de toute façon car le système le veut ainsi. Un système de mensonges, de privilèges, de coups bas, de guerres fratricides entre les partis politiques, un système qui s’appuie encore très fortement sur les colonies. Même si la France a réussi à faire ‘désinscrire’ la plupart de ses confettis sur la liste des pays à décoloniser.   

 

Car c’est tout un état d’esprit qui doit changer en France. La soi-disant guerre entre certains candidats présidentiels et les médias n’est que de la comédie. La majorité de ceux qui sont accusés de monter un coup contre ChicAmi (François Fillon) le retrouveront au dîner du siècle ! On ne peut pas reprocher au peuple de n’y voir que du beurre. Ici aussi la guerre est asymétrique. La polémique honteuse déclenchée par les élucubrations de soi-disant penseurs/philosopheurs (Ferry !!!!) sur la tenue de M. Poutou. Peut-être que M. Poutou aurait dû s’endetter, rien que pour venir expliquer certains points de vue ouvriers au peuple. Mais peut-être aussi qu’il veut mettre un peu d’argent de côté, comme ChicAmi ? Après tout il pourrait se faire rembourser son costume, par exemple, par ses enfants et faire engager sa femme par un parlementaire ? « Et alors ? » comme dirait ChicAmi. M. Poutou a été le seul à poser sérieusement la question du statut des outremers français. On ne sait d’ailleurs même plus comment désigner ceux-ci : DOM-TOM, DOM-COM, RUP, CTO, CTM, on s’y perd.

 

Imaginez-vous François Hollande félicitant Theresa May dans quelques semaines avant même d’être certain de sa victoire? Non cela ne se fait pas entre gens civilisés. Cependant on se rappellera avec délice l’embarras de Jacques Chirac félicitant l’auteur d’une tentative de coup d’État au Venezuela alors que le coup d’État venait d’échouer?

 

La France, toujours donneuse de leçons, veut aujourd’hui chasser le président Syrien, fait semblant de souhaiter la naissance d’un État palestinien (après avoir fourni la technique de la bombe nucléaire à Israël, ce que beaucoup de Français ne savent pas ou font semblant de ne pas savoir!), fut complice hier de la partition du Kosovo, et ne convoque l’autodétermination des peuples et l’intangibilité des frontières qu’en dehors de son empire ou lorsque cela l’arrange. Elle ne proteste pas lorsque les États-Unis planifient la partition de l’Iraq, de la Lybie et bientôt de la Syrie, dans l’indifférence totale du monde occidental. Le tout au profit du bébé conçu par Lord Balfour il y a tout juste cent ans cette année!

 

Un empire qui ne serait que peau de chagrin sans les outremers, ainsi que l’ont reconnu d’ailleurs plusieurs candidats de l’élection présidentielle en cours.

 

Rien ne changera donc, que Marine Le Pen gagne ou pas. Le régime français, encore féodal, avec ses baronnies, reste fondé, entre autres, sur la finance et l’église, deux entités qui ont porté l’empire sur les fonds baptismaux et n’ont jamais cessé de le soutenir et de le fortifier. Je sais bien que dans la terminologie politiquement correcte, on ne réserve le terme de ‘régime’ qu’aux gouvernements qu’on n’aime pas.

 

Pour terminer, il y aurait tant à dire sur l’incompréhension du vote de ‘noirs’ en faveur de MLP. Je me contenterai de dire que le travail à faire chez les ex-colonisés de la France est tout simplement colossal.

 

Et je n’en donnerai que deux preuves, en citant deux réflexions plusieurs fois entendues aux Antilles.

 

Un noir, finissant sa description d’une femme qu’il a trouvée très à son goût » :

 

« Elle était noire, mais belle ».

 

Un autre, en plein débat sur l’état de la Martinique : « on devrait se débarrasser du créole, nou pa bouzoin sa!!!!! ».

 

Barnik  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.