bartholomé
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2018

"Under the silver lake" : film sans intérêt, en apparence du moins.

"Under the silver lake", film de David Robert Mitchell, présenté au festival de Cannes, actuellement sur les écrans, met en scène, à la manière hollywoodienne, une vision surréaliste de la ville, Los Angeles, dans laquelle la poursuite d’une blonde, à peine entrevue, devient un jeu de piste enchaînant de multiples cases, dans l’ensemble assez baroques, autant triviales que délirantes.

bartholomé
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Under the silver lake est un film de David Robert Mitchell, présenté au festival de Cannes 2018, actuellement sur les écrans.

Un film qui met en scène, à la manière hollywoodienne, une vision surréaliste de la ville, LA, ville pour mirages galactiques, dans laquelle la poursuite d’une blonde, à peine entrevue, devient un jeu de piste enchainant de multiples cases, pas si improbables que ça, mais dans l’ensemble assez baroques, autant triviales que délirantes.

Il y a, accrochées à ce fil conducteur, des questions tout à fait stimulantes.

Pourquoi tant de chiens, dont il est dit que la fonction serait de dispenser de « l’amour non conditionnel » ?, ce trop de chiens conduisant à des tueries en série de la part d'introuvables sadiques misanthropes.

Pourquoi cette infiltration de la ville nocturne par la sauvagine puante et agressive : sconse, écureuil, coyote ?

Pourquoi cette carburation à la sexualité, pour finir la plus prosaïque, en dépit des promesses, à chaque fois renouvelée, du « coup » qui va transfigurer la vie ?

Et conduisant au voyeurisme le plus intrusif, le drone prenant outrageusement le relais des jumelles pour l'exploration de l’intimité des foyers.

La sexualité comme antidote à la pression du job, omniprésente, aussi bien tyrannie absolue pour ceux qui n’en ont pas, qu’épuisement incontournable pour ceux qui en ont.

Pourquoi cette fascination pour les fantasmes de complots, qui seraient ourdis dans le monde invisible des puissants ? Comme si cette strate de la jeunesse trentenaire, privilégiée et bien éduquée, se vivait et acceptait de remplir la fonction de marionnettes, grisée par la compétition, excitante en apparence, et mortelle au besoin, pour atteindre les sunlights.

Pendant que des puissants (ici un milliardaire, un créateur, un gourou, le roi des hobo) exploitent ce cheptel de jeunesse inépuisable, tels de nouveaux Minotaures s’inventant des palais, aussi réels (villa, bunker) que fantasmés (incontournablement égyptiens), pour consommer la chair.

Pourquoi cette jouissance des combinaisons secrètes, codes, tables d’échec, jeux de l’oie et labyrinthes, faisant du geek l’explorateur d’un monde qui produit tant de rhizomes invisibles, que l’on suspecte de receler d’impensables secrets d'apocalypse ?

Tout cela pour échapper au travail, à la vie qui vous achèvera rangé, chargé d’obligations. Tenter aussi loin que possible de vivre d’expédients, s’enferrer dans la dérive, avec l’espoir que d’autres dédales existent, dans cette urbanité qui prolifère sans cesse, trouver les signes de la surréalité comme autant d’entrées pour plonger dans l’heroic fantasy, y sentir sa vie qui palpite, déboucher sur les rencontres qui aiguillent sur d’autres rencontres, avec cette illusion jouissive qui inonde le cerveau, qu’un corps au bout du dédale est là qui attend, dont l’âme n’attend que toi.

Mais la baise est une trappe, une combinaison fatale qui effondre les corps avant d’avoir pu atteindre au grand mystère de la présence.

Film sans intérêt donc, en apparence du moins.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier