Covid – Mesures de guerre contre le peuple français

La propagande est une méthode de guerre. Le couvre-feu est une mesure de guerre, dont l’acceptation est favorisée par un état des lieux sanitaire totalement faussé. Le président Macron avait raison : « nous sommes en guerre… ».

Comme nous venons de le démontrer (lire ici), les français qui se soumettent à un test PCR covid19, et ce depuis des mois, sont purement et simplement abusés par l’État et l’ensemble des services de santé publique. La sensibilité des tests, finalement révélée par des journaux, pourrait varier d’un facteur mille, avec un nombre de cycle PCR allant jusqu’à 45, avec un seuil bas de 35 qui est déjà extraordinairement haut, avec par conséquent une probabilité démentielle d’être évalué positif au covid par erreur (« faux positif »).

Or, aucune personne dépistée n’est spécifiquement informée sur le détail de ces tests. C’est un abus de confiance, un abus de bien social sans doute, puisque les frais qui se comptent en milliards puisent dans la Sécurité sociale, une mise en danger de la vie d’autrui, et vues les conséquences globales, c’est un crime à définir.

Les conséquences sont multiples pour le citoyen lambda et la société : isolement inutile, congé maladie inutile, angoisse des « cas contacts » inutile, encombrement des cabinets médicaux inutile, risque de faux diagnostics pour les patients vraiment malades de pathologies autres, perte de temps pour les médecins déroutés par le test. Un médecin de service de réanimation en témoigne ici.

Exemple : un « faux positif », vrai immunodépressif, routé dans un service covid, et qui attraperait le covid, serait mis en danger par risque de contamination inutilement accru. Voir ici l'analyse et témoignage du médecin réanimateur de l'hôpital de la conception Louis Fouché.

Tous les chiffres sur lesquels se base la décision de mettre sous couvre-feu les grandes métropoles à partir de 21 heure, sont faussés :

  • « Cas positifs » surévalués d’une manière totalement incontrôlée, sans commune mesure avec ce que permet l’état des connaissances, disponible dans la littérature médicale.
  • Le choix de décorreler les symptômes (bénins ou graves) des « cas positif » dans le décompte était évitable, il est trompeur.
  • Comptabilisation fortement erronée des hospitalisations et réanimations « covid ». Le processus de comptage ne permet pas de corriger les erreurs en aval.
  • Surévaluation de la mortalité covid.

Au regard de ces faits, le qualificatif de propagande est un euphémisme.

Toutes les personnes gravement malades sont mises en danger par l’état des lieux biaisé (retard de soins par anxiété ou fermeture de services de santé, précarisation due au couvre-feu…).

Il n’y aucun consensus médical sur la gravité de la maladie covid, puisque les voix discordantes de médecins de renom sont systématiquement ignorées par les instances de décision concernant la politique de santé.

La dangerosité du covid concerne quasi-exclusivement des personnes âgées, ou présentant des facteurs de comorbidité. La virulence du virus actuelle n’est de fait pas connue, puisque les chiffres sont faussés. Si les chiffres étaient corrects, cela voudrait dire que le virus est 50 à 100 fois moins dangereux qu’au mois de mars.  

Chacun jugera des conséquences sanitaires du couvre-feu. Masques obligatoires le jour, enfermés la nuit, l'interdiction de respirer librement est intégrale.

La mise en place du couvre-feu renforce le positionnement répressif ou militaire de la police. En Australie, le couvre-feu actif depuis deux mois est renforcé par l’armée, autorisée à frapper à vos portes pour attester de votre présence. En France, l’emprisonnement est annoncé pour une durée de 9 heures sur 24, un tiers de notre temps.

Les exercices physiques sont limités pour ceux qui travaillent la journée, ce qui réduit la résistance collective à toute forme de maladie. La visite chez des amis, les activités associatives de semaine sont virtuellement impossibles.

Nos libertés fondamentales et constitutionnelles sont violemment violées, sur la base d’une surévaluation.

C’est extrêmement grave. C’est absolument inacceptable d’un point de vue démocratique, économique, social et sanitaire. Nous sommes dans le devoir d’agir d’une manière ou d’une autre, en notre âme et conscience de citoyen, pour la préservation des principes de la république française bafoués par le président et ses ministres.

 

Victoria, Australie. Arrestation lors du confinement intégral covid. Aout 2020. Victoria, Australie. Arrestation lors du confinement intégral covid. Aout 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.