basicblog
Abonné·e de Mediapart

88 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 nov. 2021

Expérimentations Covid : 101 témoignages post-injection

« We are the real data and yet we are censored ! ». Au-delà des souffrances endurées, ces personnes des États-Unis, du Canada ou de Hawaï expriment un amère et profond sentiment d’injustice. Elles ont reçu une ou deux injections de marque Pfizer/BioNTech, Astrazeneca, Moderna ou J&J.

basicblog
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Extraits du site américain https://www.c19vaxreactions.com/real-testimonials.html, les témoignages traduits ici sont souvent précis et circonstanciés, médicalement informés, d’une importance capitale pour tout médecin souhaitant traiter ces pathologies déconcertantes sans les mettre sur le dos de « l’anxiété », et pour nous tous.

Parmi ces récits, se trouvent ceux de Brianne Dressen et Stéphanie de Gray, mère de Maddie, qui ont participé à la conférence de presse organisée par le sénateur Ron Johnson.

Ils sont la base d’un article daté du lendemain (22 novembre) sur Basicblog.

T0 24 mai 2021 [ Stéphanie de Gray, mère de Maddie ]

Ma fille de 12 ans était une élève de 7e année en bonne santé qui n'avait pas de problèmes médicaux majeurs, si ce n'est une dermatographie et un TDAH [trouble déficit de l’attention, hyperactivité] pour lequel elle prenait du Vyvanse.  Elle a participé à l'essai vaccinal de Pfizer pour les 12-15 ans à notre hôpital pour enfants. Elle a reçu sa première dose dans le cadre de cet essai le 30/12/20.  Le lendemain, elle avait une fièvre de 38,3 degrés, se sentait fatiguée et avait un gonflement au point d'injection, mais tout cela s'est résorbé en quelques jours. Elle a reçu sa deuxième dose le 20/01/21. Elle a immédiatement ressenti une douleur au point d'injection, ce qui n'était pas le cas avec la première dose. Environ 18 heures après avoir reçu le vaccin, elle a présenté les symptômes suivants : douleurs musculaires et nerveuses intenses, décharges électriques douloureuses dans le cou et la colonne vertébrale qui l'ont fait marcher courbée, douleurs thoraciques intenses, comme si on lui arrachait le cœur, engourdissement et gonflement du bras vacciné (gauche), ses doigts et ses orteils sont devenus blancs et étaient glacés au toucher, la douleur dans les orteils était si intense qu'elle marchait sur les talons, douleurs abdominales intenses (surtout dans la partie inférieure droite) et fièvre de 38,5. On nous a dit de l'emmener aux urgences de notre hôpital pour enfants où l'on a fait une échographie pour vérifier la présence d'une appendicite. Les résultats ont montré qu'il n'y avait aucun signe d'appendicite, même si l'appendice ne pouvait pas être visualisé, ni le rein droit, sa vessie semblait normale et une note indiquait qu'il y avait un intestin rempli de gaz diffus dans tout le quadrant inférieur droit. Ils ont fait un profil rénal qui a montré que son potassium était légèrement bas (32) et que son glucose était légèrement élevé (110), ils n'ont pas fait d'autres tests sanguins. Son analyse d'urine a montré une quantité modérée de sang dans l'urine. On l’a perfusée, avec tylenol et zofran, puis on l'a renvoyée chez elle.

Au cours des 2 mois et demi suivants, ses douleurs abdominales sévères ont augmenté. Au cours des deux mois et demi suivants, ses douleurs abdominales sévères, ainsi que ses douleurs musculaires et nerveuses, ont persisté et de nouveaux symptômes sont apparus : fatigue, nausées, vomissements, distension abdominale, régurgitation de nourriture et finalement incapacité à avaler de la nourriture ou des liquides, éruption cutanée sur les bras, peau qui pèle sur les pieds, kystes douloureux inexpliqués sur le vagin puis la tête, acouphènes, problèmes de vision, maux de tête, vertiges, pression artérielle et rythme cardiaque erratiques, perte de mémoire, brouillard cérébral, tics verbaux et moteurs, évanouissements/crises (plus de 10 par jour), perte de sensibilité à partir de la taille puis paralysie des jambes, incapacité à marcher, faiblesse musculaire, démarche anormale, gastroparésie, rétention urinaire, anxiété et SSPT médical [Syndrome Post traumatique sévère]. De plus, elle a commencé son premier cycle menstruel le 2/5/21, qui s'est poursuivi de façon irrégulière pendant plus d'un mois avec des amas de sang, puis des pertes irrégulières jusqu'au 13/4/21 et rien depuis. Entre le 21 janvier et le 9 avril 2011, nous avons dû l'emmener aux urgences neuf fois et elle a été admise à l'hôpital trois fois.  Entre les visites à l'hôpital, elle a vu de nombreux spécialistes à l'hôpital et a suivi une thérapie physique et une thérapie cognitivo-comportementale, sans aucune amélioration, au contraire, elle a continué à décliner.

Après plusieurs appels désespérés à de nombreux médecins pour leur faire part de notre inquiétude quant à sa santé déclinante et de nouveaux voyages aux urgences, nous avons finalement obtenu l'aide de notre nouveau coordinateur de soins pour que le service de neurologie garantisse qu'elle serait admise si nous nous rendions aux urgences le 4/9/21. Lorsqu'elle est arrivée aux urgences le 4/9/21, elle ne pouvait pas marcher, était incapable de sentir ou de bouger sous la taille, faisait de la tachycardie et sa glycémie était de 47. Une fois son état stabilisé, elle a été admise en neurologie, puis transférée en réadaptation pour patients hospitalisés le 13 avril 21. Aujourd'hui, le 24/5/21, elle est enfin sur le point de pouvoir marcher sans déambulateur, mais elle a toujours une démarche anormale. Elle a également toujours une sonde gastrique pour la nutrition et des problèmes continus de miction et de gastroparésie, sans parler du SSPT dû à cette expérience avec les médecins, en particulier aux urgences et à l'essai de vaccins Pfizer, qui doutent d'elle et la traitent comme une malade mentale.  À l'heure actuelle, tous les mercredis et vendredis, elle doit atteindre des objectifs précis en matière de physiothérapie. Si elle n'est pas en mesure d'atteindre ces objectifs, elle sera renvoyée vers un suivi en consultation externe, principalement dans les domaines de la douleur, de la GI, de l'adolescence et de la psychologie. Si elle doit être renvoyée, le suivi ambulatoire se concentrera davantage sur la santé mentale.  REMARQUE : les mots en italique sont tirés directement de son dossier médical. [ NDLR : Les italiques ne sont pas passés sur le site d’origine ].

Ma fille est passée du statut de jeune fille de 12 ans en bonne santé, qui s'inquiétait de ses résultats scolaires et aimait sortir avec ses amis, à celui de fille si malade qu'elle a dû manquer quatre mois d'école.  Elle a passé près de deux mois à l'hôpital, où elle a fêté son 13e anniversaire.  C'est la personne la plus forte que je connaisse et je suis tellement fière d'elle, qui a surmonté ce cauchemar et n'a jamais baissé les bras. Il n'y a aucun doute dans mon esprit que le vaccin a causé cela.  Tous ces problèmes médicaux ont commencé moins de 24 heures après la deuxième dose du vaccin Pfizer covid et n'ont pas disparu en 72 heures comme on le dit. Elle n'a pas été forcée de faire l'essai du vaccin, elle a demandé à le faire avec ses deux frères pour aider à ramener notre monde à la normale.  Le seul diagnostic que l'on nous a donné est celui d'un trouble fonctionnel neurologique avec présentation mixte, un épisode aigu dans lequel le vaccin a probablement été le déclencheur, sans explication sur la raison pour laquelle le vaccin l'a déclenché. Ils n'ont pas tenu compte de ses analyses de sang anormales répétées et du fait qu'elle a eu du sang dans les urines d'innombrables fois au cours des quatre derniers mois, même avec un cathéter. 

Une fois qu'elle a reçu le diagnostic de trouble neurologique fonctionnel, ils ont arrêté tout autre test qui aurait pu et dû être effectué et tout nouveau médecin avait déjà un préjugé à la lecture de son dossier médical.  Elle est loin d'être opérationnelle et ce, après plus d'un mois de réadaptation de haut niveau en milieu hospitalier, comprenant des séances de physiothérapie, d'ergothérapie, de thérapie récréative, de musicothérapie, d'orthophonie et de thérapie cognitivo-comportementale. Nous avons une réunion de famille aujourd'hui pour discuter de sa sortie le vendredi 28 mai. Nous voulons absolument qu'elle reçoive un traitement qui l'aidera à redevenir la jeune fille de 12 (maintenant 13) ans en bonne santé qu'elle était avant de recevoir le vaccin Pfizer.  On m'a dit que son cas a été inclus dans le rapport final de Pfizer sur l'essai pour les enfants de 12 à 15 ans, mais ils n'ont pas partagé le diagnostic final et tous ses symptômes.  Ils l'ont résumée à une douleur abdominale fonctionnelle avec investigation en cours, mais c'était BEAUCOUP plus que cela !  Nous ne voulons pas que cela arrive à d'autres personnes innocentes, surtout des enfants !

S – Ohio

T1

Salutations, je m'appelle Daryl, je suis un homme de 47 ans et voici mon expérience personnelle concernant le vaccin Moderna covid-19. C'est le 16/04/21 que j'ai reçu ma première dose (Moderna 039B21A), administrée par le dispensaire où je travaille ici à Athens, TN. Le 14/5/21, j'ai reçu ma deuxième dose (Moderna 024C21A) également par la même clinique où je travaille. Après avoir reçu ma première injection, je n'ai ressenti à aucun moment d'effets secondaires indésirables notables. Après avoir reçu ma deuxième dose et pendant les quelques jours suivants, je n'ai à nouveau ressenti aucun effet secondaire notable. Ce n'est que quatre jours plus tard, dans la soirée du 18 mai, que tout a commencé. Je courais dans la cour avec mon petit-fils et jouais avec lui pendant environ 30 à 45 minutes. Lorsque nous nous sommes arrêtés et que je suis entré dans ma maison, j'ai ressenti une étrange sensation sur tout mon corps, malheureusement indescriptible est la meilleure façon de la décrire. À ce moment-là, j'ai commencé à avoir très chaud, je me sentais vraiment anxieux, la sensation initiale qui a balayé mon corps revenait vague après vague et avec chaque vague l'intensité augmentait et je suis devenu vraiment nerveux car tout mon corps se sentait si anxieux, il était rempli de ça. Mon premier réflexe a été de me dire : "Waw, je n'ai jamais rien ressenti de tel auparavant, ce doit être mon corps qui réagit au vaccin". Je me suis donc assis et ce n'était pas bon de rester immobile, alors j'ai commencé à faire les cent pas tout en pensant : est-ce que je vais mourir, car c'était si étrangement perturbant et j'avais l'impression de m'évanouir et de quitter mon corps ? Cela a duré environ 5 à 10 longues minutes avant de commencer à diminuer d'intensité, j'étais épuisé et j'avais une sensation de malaise dans tout le corps. Pendant les deux jours suivants, je me suis senti malade, et pendant les deux mois suivants, je ne me suis jamais senti bien, pas comme d'habitude, il y avait quelque chose qui n'allait pas et sur lequel je n'arrivais pas à mettre le doigt, mais je continuais à dire que c'était dû à un effort excessif, à la fatigue, aux sinus, au stress du travail, etc. 

...

Pendant les trois semaines qui ont suivi, je me suis senti très mal, j'avais deux ou trois de ces crises par jour pendant une semaine et demie ou deux semaines, ces crises duraient de 15 à 30 minutes, voire 45 minutes chacune. Ces crises étaient vraiment intenses, mais rien à voir avec les deux grands événements que j'avais traversés, elles ressemblaient plutôt à un passage de malade à très malade. Au bout de deux semaines, j'ai commencé à avoir moins de crises par jour et au bout de trois semaines, j'ai commencé à sauter des jours sans ces crises, elles venaient juste ici et là. Pendant ces périodes de malaise, pour une raison quelconque, j'avais l'impression que cela m'aidait de manger quelque chose, aussi fou que cela puisse paraître, mais ce n'était pas comme une sensation normale d'avoir faim ou que mon corps avait juste besoin de carburant. Depuis environ la quatrième semaine après le biggie, je n'ai eu que deux de ces mauvaises périodes, mais je les ai toujours. Depuis cet événement du 22 juillet, mon corps se sent tout simplement malade, comme s'il avait la grippe, mes bras, mes jambes et mon torse gardent cette sensation maladive qui ne veut pas disparaître. Mon corps est totalement vidé de son énergie, mes bras et mes jambes donnent l'impression de vouloir trembler, mais ils sont tout juste tremblants. Mes palpitations cardiaques étaient fortes et abondantes dans les semaines qui ont suivi, mais elles sont moins fréquentes et certains jours, je n'en remarque presque pas ou seulement quelques-unes, mais le bourdonnement dans mes oreilles est toujours aussi insupportable. Les acouphènes étaient déjà présents auparavant, mais il semble que cela n'ait fait que les exacerber, ils sont maintenant passés à un tout autre niveau. 

...

Comme mon médecin avait demandé la veille une radiographie pulmonaire et un électrocardiogramme, il m'a dit d'aller voir de plus près. Lorsque j'ai mentionné le vaccin, il n'a pas dit un mot à ce sujet. Il m'a également dit que j'étais libre de reprendre mes activités quotidiennes normales, mais que je devais procéder avec prudence et ne pas en faire trop, que je devais laisser mon corps me guider. À ce stade, mon corps n'était pas en état de me guider, il était tout simplement pathétique. Et pour vous donner une idée de qui j'étais jusqu'à ce deuxième épisode, je faisais du VTT au moins une fois par semaine, même pendant les mois d'hiver, je faisais aussi du kayak en eau vive une fois par semaine, voire plus...

À un moment donné, pendant toute cette folie, mon bras gauche avait l'air d'être meurtri et enflé jusqu'à l'intérieur, jusque dans la paume de ma main. Il y a aussi eu des jours où mes yeux étaient complètement injectés de sang et où j'ai eu du mal à me concentrer, lisant souvent la même chose cinq, six, voire sept ou qui sait combien de fois avant de pouvoir l'enregistrer complètement. Pendant un certain temps, j'ai eu du mal à dormir, mais cela s'est un peu amélioré. À certaines occasions, j'ai ressenti le besoin d'utiliser une canne, tant mes jambes et mon corps étaient affaiblis. Lorsque je me suis aventuré à nouveau dans la chaleur après une pause d'un mois, j'ai pu constater que la chaleur stressait vraiment mon corps et que j'avais cette sensation de malaise lorsque j'avais chaud. Le 23 août, j'ai rendu visite à une chiropractrice spécialisée dans la neuropathie, je lui ai donné mon baratin et elle m'a informé qu'elle traitait deux autres patients ayant une histoire similaire à la mienne, y compris la partie concernant le vaccin, et qu'elle voulait me voir toutes les semaines pour essayer de stimuler mes nerfs.

Le 2 septembre, j'ai visité un centre psychiatrique local. Depuis que tout cela a commencé et pour le moment, rien de ce qui est en vente libre ne m'a apporté le moindre soulagement, ni l'ibuprofène, ni l'aspirine, ni le Gaba, ni la Formula 303, ni le 5 HTP, ni même la mélatonine. La seule chose qui fonctionne actuellement est l'Alprazolam et l'Hydroxyzine, et ça aide seulement. Actuellement, j'utilise ¼, ½ ou 1 mg de Xanax au besoin pendant la journée et un 10 mg d'Hydroxyzine avant de me coucher... J'étais du genre à prendre quatre tasses de café tous les matins, maintenant je peux prendre un thé vert occasionnel.

Pour la première fois depuis deux semaines, j'ai commencé à avoir un autre épisode bizarre le 9/1, celui-ci était différent de tous les autres petits épisodes qui ont suivi le deuxième grand épisode. Celui-ci est apparu après un petit moment d'excitation véritable, c'était étrange. C'était la première fois que mon corps ressentait de l'excitation depuis plus de six semaines et je me sentais mystérieusement malade, parfois comme si des aiguilles étaient plantées en moi, dans tout mon cou, mes épaules et mes bras. En repensant à tous ces mini-épisodes, il semble qu'ils se soient produits lorsque j'étais stressée, principalement au travail. Au cours de l'un des derniers mini-épisodes au travail, j'ai vérifié ma tension artérielle et elle était de 134/80, alors que le matin même elle était de 111/78. Je souffre également d'hypertension, je surveille donc ma tension artérielle et je prends de l'Amlodipine/Benazepril 5-40 mg × 1 par jour. Le jour précédent cette mini-mauvaise période, ma tension était de 110/80 et le jour suivant de 123/76.

... J'ai toujours cette sensation de malaise dans les bras, les jambes et l'estomac qui semble s'améliorer quelque peu par moments mais qui n'a pas encore disparu, à ce stade, c'est comme si la grande majorité de mon bien-être physique global était directement proportionnel à mon état émotionnel. Pour la première fois depuis que tout cela a commencé, je me suis forcée à faire quelques kilomètres à vélo l'autre jour, les deux jours suivants ont été désastreux pour moi, je me sentais si mal... Tous les jours, j'espère me réveiller et espérer que tout est fini, comme un mauvais cauchemar. 

Depuis qu'il est devenu évident que l'épuisement par la chaleur ne semble pas être le coupable, mes médecins m'ont jusqu'à présent orienté vers l'intersection de la psychiatrie et de la neurologie.

 Kindly, 
-D.C. – Tennessee

T2 9/24/21 [Note : Les dates sont à l’anglaise en en-tête, jour-mois inversé, mais à la française dans les messages].

J'ai reçu mon dernier vaccin le 30 juin. Deux semaines plus tard, j'ai commencé à ressentir une pression dans l'oreille droite, un serrement du cou et une étrange sensation de langue gonflée. Je n'y ai pas prêté attention. Avance rapide jusqu'au 27 juillet, assis à mon bureau au travail, j'ai commencé à me sentir mal. De légers vertiges et un brouillard cérébral. Je suis rentré chez moi et j'ai fini par m'évanouir. Je tremblais et j'étais déséquilibré. La visite chez le médecin le 30 juillet a révélé que le scanner était normal. DC avec meclizine et vertiges. Les symptômes ont augmenté. J'ai essayé un chiropracteur pour voir si mon cou n'était pas en cause. Aucune aide. Retour chez le médecin, cette fois avec des antibiotiques en cas d'infection de l'oreille, du diazépam et toujours des vertiges. Les symptômes ont continué de s'aggraver avec des nausées, une vision floue ou à intermittence. Les tremblements ont augmenté et l'équilibre s'est détérioré. Renvois à l’othorino-laryngologiste et au kiné qui n'ont fourni aucune réponse. Nouvelle syncope le 9/1. Conseillé de ne pas conduire. Mon frère a fait des recherches sur Internet et a trouvé d'autres personnes présentant les mêmes symptômes et la même rapidité. Les symptômes augmentent et il n'y a pas de réponse. Avant le vaccin, j'étais en bonne santé et ne prenais aucun médicament. À la merci de la communauté médicale qui écarte la cause vaccinale. Il est également prévu de faire des tests supplémentaires. Je suis à bout de nerfs. J'ai un enfant de 4 ans et un emploi à temps plein. Les symptômes sont débilitants. 

- N.N. - Vermont

T3 9/25/21

Je suis allée aux urgences, quelque chose n'allait pas, une pression sanguine trop basse. Je ne me sentais pas bien. Le médecin a dit que le nerf vagal dans mon cerveau était activé et que c'était pour ça que je me sentais mal. Il n'a pas reconnu que le vaccin en était la cause. Maintenant, j'ai des bourdonnements et de l'électricité statique dans les oreilles, des bourdonnements constants et aucun silence dans mon esprit. Brûlures d'estomac, mauvaise vue, maux de tête, brouillard cérébral, pression dans les oreilles et toxicité grave dans mon corps.

-A.K. - New York

T4 9/13/21

Je suis un homme de 42 ans et j'ai reçu la première et unique injection de Moderna le 19/03/21. Avant de prendre le vaccin, j'étais en parfaite santé et sportif. Je faisais de la course à pied ou du vélo presque tous les jours et de la musculation 5 fois par semaine. Je n'avais aucun problème de santé et j'étais dans la meilleure forme de ma vie, physiquement et mentalement. Je suis également pharmacien diplômé, avec plus de 15 ans d'expérience professionnelle. J'ai donc toujours fait confiance aux vaccins et j'étais impatiente de les recevoir.

Voici mes effets secondaires

Palpitations - Dans la nuit du 19 au 20 mars, j'ai eu de fortes palpitations qui m'ont réveillé toutes les deux heures. Puis des douleurs thoraciques. Les jours suivants, les palpitations ont disparu.

Insomnie- La deuxième nuit est celle où le vrai cauchemar a commencé. Je ne pouvais tout simplement pas dormir !

... à 6 mois, je n'ai toujours pas retrouvé à 100% le sommeil d'avant le vaccin. Je me réveille encore 2 ou 3 fois et je lutte pour me rendormir.

Attaques de panique sévères pendant les 4 premières semaines qui se sont poursuivies par une anxiété sévère.

... 3 semaines après le vaccin, j'ai eu des bourdonnements dans l'oreille droite qui ont été extrêmement forts pendant plusieurs semaines.

J'ai encore des acouphènes et c'est très fort la nuit et je dois utiliser des sons de masquage. J'ai consulté deux ORL pour ce problème. Le premier a rejeté l'idée que le vax en était la cause, le second l'a reconnu et s'est excusé. Il a dit qu'il avait entendu parler et vu des cas d’acouphènes. Il a dit que ça allait disparaître, mais à 6 mois, je n'ai plus trop d'espoir.

Flotteurs oculaires [taches de vision dues à des corps flottants dans le vitré de l’oeil ] - 6 à 8 semaines plus tard, j'ai eu un long flotteur dans mon œil droit. Une semaine plus tard, j'ai eu une tonne de flotteurs dans les deux yeux, à tel point que tout ce que je vois, c'est de la fumée qui dérive, surtout en présence de lumières vives et de murs blancs. Après l'insomnie, c'est mon pire effet secondaire. J'ai consulté un ophtalmologiste et, heureusement, il n'y a pas eu de décollement de la rétine, mais il n'avait pas de réponse pour les flotteurs. Je les ai depuis 4 mois et ils me rendent fou. D'après ce que j'ai appris jusqu'à présent, les flotteurs sont généralement permanents et c'est ce que j'ai eu le plus de mal à accepter.

... Je regrette de m'être fait vacciner. J'aimerais ne pas avoir à le dire, étant donné que je suis pharmacien. Mais nous n'avons pas été pleinement informés des effets secondaires du vaccin.

-S.N. - Texas

T5 9/27/21

J'écris ceci pour ma mère et mon beau-père, tous deux âgés de 59 ans. Tous deux étaient en bonne santé, actifs et sans problèmes de santé chroniques avant les vaccins. Elle a reçu le vaccin Pfizer à 2 doses et lui le vaccin J&J, en avril dernier. Le médecin a conseillé à ma mère de prendre les deux séries de vaccins contre le zona en même temps que les doses Pfizer. Trois jours après sa deuxième injection Pfizer, elle a eu une poussée de zona. Depuis, elle a eu deux autres poussées de zona et a dû prendre un médicament pour les nerfs afin de réduire la douleur nerveuse chronique. Elle souffre de pics de tension artérielle, de fractures spontanées et d'une vision floue qui l'empêche de lire et de conduire, d'une douleur " profonde, brûlante et intense " dans les avant-bras lorsqu'elle se couche la nuit, de périodes aléatoires de diarrhée de 2 à 3 jours, de vertiges et de nausées. Mon beau-père a développé une éruption cutanée sur son front il y a quelques mois qui ne disparaît pas. Il fait de l'hypertension (sans antécédents). Il a des confusions mentales, ne peut pas trouver le prochain mot qu'il veut dire et se trouve perdu lorsqu'il essaie de sortir d'un stationnement qu'il a visité des centaines de fois. 

Je ne sais pas si la situation va s'aggraver pour eux. J'ai peur que les médecins fassent des tests, comme tant d'autres, et ne trouvent rien parce que ces mécanismes de blessure passent sous le radar de nos outils de diagnostic normaux. Pourront-ils trouver des médecins qui reconnaîtront l'impact des piqûres, ou qui nieront qu'elles puissent être un facteur ? 

-B.M. – Texas

T6 8/24/21

Je commencerai par dire que je soutiens le vaccin, que je travaille dans le domaine de la santé publique locale et que je n'ai aucun doute quant à sa sécurité globale pour la population générale. Je partage rarement mon expérience avec les autres car je ne veux pas semer le doute chez mes amis et ma famille.

Mon histoire : J'ai reçu ma première dose du vaccin Moderna en janvier 2021. Dans les trois minutes qui ont suivi, j'ai ressenti un goût de métal dans la bouche et j'ai commencé à me sentir étourdi. Les ambulanciers m'ont emmenée dans une arrière-salle, où j'étais surveillée. J'ai commencé à me sentir désorientée et confuse, et j'ai senti ma gorge s'épaissir rapidement. De l'urticaire est apparu sur ma poitrine et je n'arrêtais pas de trembler. J'ai brièvement perdu connaissance et j'ai reçu ma première dose d'épinéphrine dans la jambe. Les symptômes ont rapidement diminué.

...

J'ai écrit au Dr Shimabukuro (qui a effectué des recherches sur le Covid pour le CDC) qui insiste également sur le fait que la poursuite de mes symptômes au-delà des deux premiers jours n'est pas liée au vaccin.

Je suis frustrée aux larmes par le déni de la communauté des soins de santé, et je suis heureuse d'être tombée sur votre site Web.

-L.L. - Oregon

T7 8/23/21

J'ai reçu mon premier vaccin il y a quelques jours. Le premier jour, j'ai eu le mal de bras typique, des maux de tête, une sensation de rougeur et de fièvre, des nausées et des maux d'estomac, des étourdissements, de la fatigue et un sentiment de malaise. Hier, je me suis sentie horriblement bizarre. Le vertige/les étourdissements étaient bien pires et les symptômes de type anxiété (poitrine serrée, cœur rapide, sensation de souffle court), sensation de désorientation, ma tête/mon cerveau était horriblement pressurisé, pas d'énergie, douleurs à l'estomac, douleurs corporelles, vision floue et tout simplement étrange. À un moment donné, je me suis dit que j'allais simplement m'allonger et essayer de dormir... tout à coup, c'est comme si mon cœur s'était mis à battre quatre fois plus vite... super vite... ça m'a coupé le souffle ! En même temps, c'était comme si quelqu'un me retournait la tête en bas et en arrière à plusieurs reprises ! Je sais que cela peut paraître étrange, mais le vertige était si intense que j'avais l'impression d'être complètement ivre et que ma tête tournait comme une toupie. Je me suis assise et ça a duré quelques secondes de plus et Dieu merci, ça s'est arrêté ! Toute la nuit dernière, en essayant de dormir, je n'ai cessé de me réveiller avec cet étrange pression crânienne, puis mon cœur a battu la chamade. Toute la journée d'aujourd'hui, je me suis sentie très mal. Je suis toujours très fatiguée, je n'ai pas d'énergie, mes yeux sont toujours très flous, j'ai toujours mal à la poitrine de temps en temps et mon cœur s'emballe encore ici et là. J'ai toujours des tensions musculaires et mon cerveau est sous pression... c'est tellement difficile à expliquer. J'ai appelé le bureau de mon médecin et j'espère être examinée bientôt.

-L.U. - Oregon

T8 9/2/21

Ma fille m'a envoyé votre lien avec les vidéos des parties 1 et 2.

Voici mon histoire... Je suis une femme de 63 ans en bonne santé. Avec mon mari de 62 ans, j'ai reçu le premier vaccin Moderna le 6 avril, vers 14 heures.

Alors que nous attendions 15 minutes dans le parking, j'ai commencé à avoir des vertiges. J'ai pensé que c'était juste psychologique, j'ai donc attendu 10 minutes de plus et j'ai décidé que je devais conduire car j'avais prévu de retrouver ma fille et sa famille pour le dîner.

Alors que j'étais dans une zone que je connais bien, j'ai été désorientée en essayant de me rendre au restaurant (où je suis allée plus de 100 fois). J'ai dû allumer mon système de navigation pour trouver mon chemin.

Après environ 3 jours, le pouce a cessé de me faire mal, mais ma main gauche a commencé à avoir des sensations de picotements et d'engourdissement. Ces sensations se situent principalement entre l'auriculaire et l'annulaire. L'engourdissement continue de s'aggraver chaque jour. Ensuite, mes deux pieds ont commencé à ressentir une sensation de tension dans les muscles du dessus des deux pieds lorsque je sortais du lit le matin. Ce n'était pas douloureux, mais c'était une sensation de tension que je n'avais jamais ressentie...

... Mon généraliste a fait des analyses de sang et a découvert que mon taux de globules rouges était très élevé et ne ressemblait en rien aux autres analyses de sang que j'ai faites (le même médecin depuis 20 ans). Mon médecin a dit et noté des signes de métaux lourds et d’”arson” dans mon sang...

T10 9/12/21

 La famille est allée faire ses vaccins Covid à la fin du mois de janvier 2021. J'étais bien le jour où je l'ai reçu, mais le lendemain matin, alors que j'étais assise devant mon ordinateur, j'ai senti une vague de vertiges m'envahir. Je voyais double et triple, et je n'arrivais pas à garder mon équilibre lorsque j'essayais de marcher. Je me suis rendue aux urgences. Ils ont fait un scanner et n'ont rien trouvé. Ils ne pouvaient pas dire que c'était le vaccin, mais ils ne pouvaient pas non plus dire que ce n'était pas le cas. Comme cela s'est produit dans les 24 heures, je suis encline à penser que c'était le vaccin. Depuis, j'ai des crises de ce genre qui se répètent sans cesse. Nous sommes maintenant en septembre. Je ne vois pas comment cela va disparaître. J'ai fait de la physiothérapie pour les vertiges, mais ça n'a pas aidé. Ce qui m'aide le plus, c'est de faire une sieste. Après, j'ai une une gueule de bois ou ce que j'ai après une migraine.

-T.R. – Oregon

T11 9/26/21

J'ai 80 ans et je suis en très bonne santé. J'ai atterri aux urgences à cause de caillots sanguins - une thrombose veineuse profonde au mollet gauche - qui a atteint mon poumon droit. Il y a 6 mois que je suis vacciné. J'ai subi un examen approfondi à l'hôpital Saddleback Memorial. Les médecins ne trouvent aucune cause évidente. La vaccination est le seul facteur significatif en ce qui concerne le changement. Il est vrai qu'à cause de Covid et de mon âge, j'ai réduit les activités calorifiques - je n'ai pas pu faire de kayak parce que le lac était fermé. Je continue à marcher et je suis plus actif dans le jardin, donc je ne suis pas devenu sédentaire.

-J.W. – Californie

T11 9/12/21

Je suis allé à Walmart pour acheter le vaccin Maderna. Le pharmacien m'a dit que le Phizer venait d'être approuvé et qu'ils l'auraient le lendemain, je devais revenir et le prendre. En une minute, j'ai eu très chaud, en trois minutes j'ai eu du mal à respirer, puis je n'ai plus pu respirer ni parler. Ma gorge s'est complètement fermée. Je crois que s'ils ne m'avaient pas piqué avec un stylo d'épinéphrine à ce moment-là, je ne serais pas ici aujourd'hui... Ils ont appelé un ambulancier qui travaillait là ce jour-là, ils ont appelé un code blanc à la pharmacie, une ambulance est arrivée et les ambulanciers m'ont examiné, ils ont dit que ma tension artérielle était extrêmement basse. On m'a fait sortir de Walmart sur une civière et j'ai passé les 4 ou 5 heures suivantes à l'hôpital avec des perfusions et des examens. Je n'ai pas pu dormir du tout pendant deux jours et depuis, mon niveau d'énergie est extrêmement faible. Je ne peux travailler que 2 heures par jour et je dois m'allonger la plupart du temps pour le reste.

-B.L. - New York

T13 9/13/21

Je souffre toujours d'effets secondaires débilitants près de deux mois après le vaccin Pfizer. Je suis une femme de 37 ans en bonne santé, sans maladie préexistante, et je ne prends pas de médicaments à long terme, à l'exception de Tylenol ou Motrin occasionnels.

J'ai reçu la première dose du vaccin le 23 juillet 2021. J'ai eu une légère diarrhée pendant 4 jours environ une semaine après le vaccin. J'ai également ressenti d'étranges picotements dans les pieds environ deux semaines après l'injection du vaccin. Tout cela a disparu.

Cependant, l'effet secondaire le plus terrible qui ne veut pas me laisser tranquille est un vertige extrême qui interfère avec mes activités quotidiennes.

Cela fait maintenant 31 jours que j'ai des étourdissements et j'ai toujours du mal. J'ai également des douleurs mineures aux oreilles, alors que je n'ai jamais eu de problèmes avec mes oreilles de toute ma vie. J'ai vraiment peur de subir des dommages permanents et de devoir vivre comme ça à partir de maintenant. Je regrette vraiment d'avoir pris ce vaccin, je n’ai pas pris la deuxième injection ; de peur qu’elle ne m’achève.

-A.N. – Arizona

T14 9/14/21

Tout d'abord, je n'avais pas l'intention de recevoir QUELQUE CHOSE qui n'avait pas passé tous les tests de la FDA. ... Ma femme et moi avons décidé de recevoir le vaccin Pfizer sur la base de nos recherches, et nous avons reçu notre deuxième injection à la fin juin. La première injection n'a pas eu de conséquences pour nous deux, mais le lendemain de ma deuxième injection, j'ai brièvement perdu connaissance au retour d'une excursion de pêche. Je reste certain que cela a été causé par le vaccin, mais l'épisode a été bref, et je me sentais suffisamment bien pour rentrer chez moi sans soins médicaux. Depuis cette deuxième vaccination, je me sens " un peu ailleurs ", et j'ai beaucoup moins d'énergie et de force pour faire les choses que je faisais sans problème. J'ai également connu des épisodes de fatigue importante et j'ai constaté que mon rythme cardiaque était erratique lors de ces épisodes. Lorsque j'ai compris que le rythme cardiaque était concomitant à la fatigue, je suis allé voir mon médecin. L'ECG n'a montré aucune anomalie, et mon médecin a suggéré que cela pouvait être un symptôme d’infection COVID, mais a reconnu qu'il n'avait pas assez d'informations pour lier cet état au virus ou au vaccin... Ce qui est plus intéressant, c'est qu'il n'y a pas d'effort clair pour étudier les effets indésirables, 

J'ai récemment pris ma retraite et je suis resté actif depuis, effectuant parfois des travaux pénibles pendant des heures sur notre propriété, ainsi que des activités récréatives plus attendues. Mon niveau d'énergie est globalement plus faible depuis la vaccination, même quand mon rythme cardiaque n'est pas erratique. Les analyses de sang n'ont révélé aucune anomalie et l'ECG était normal, ce qui est une bonne nouvelle pour moi. Le rythme cardiaque erratique est moins fréquent et je travaille actuellement avec mon médecin pour déterminer si un traitement est nécessaire. Je n'ai pas signalé mon état au VAERS, mais j'ai l'intention de le faire une fois que les informations auront été rassemblées et qu'elles m'auront été communiquées officiellement en tant que "diagnostic".

Je me considère comme un pro-vaccin (j'ai décidé d'obtenir celui-ci).

J'ai exploité et soutenu l'exploitation de réacteurs nucléaires dans la marine et dans l'industrie des services publics commerciaux depuis le début des années 80, je me considère donc comme "pro-science".

-M.W. - Wisconsin

T15 9/15/21

J'ai reçu mon premier vaccin Pfizer en mars 2021, puis ma deuxième dose le 1er avril. Quatre semaines plus tard, j'ai ressenti des étourdissements, des vertiges et des acouphènes. J'ai consulté mon médecin traitant qui m'a orienté vers un ORL. J'ai passé une IRM du cerveau qui, selon mon ORL, est tout à fait normale. L'ORL n'a été d'aucune aide et n'a rien proposé d'autre que le fait que mon oreille finirait par se guérir d'elle-même et que les vertiges disparaîtraient. Il est extrêmement difficile de travailler tous les jours, surtout à 63 ans.

En désespoir de cause, j'ai fait des recherches sur les vertiges de l'oreille interne et le vaccin Covid et j'ai trouvé un merveilleux site Web vestibular.org qui m'a soutenue et aidée au cours des cinq derniers mois.

J'ai cessé de vivre ma vie à cause des vertiges que je ressentais, comme si j'étais constamment sur un bateau.

Je suis maintenant six mois après le vaccin, cinq mois de symptômes. Je commence maintenant à avoir de bonnes journées

-P.A. - Floride

T16 9/14/21

J'ai reçu 4 doses de Moderna au total

J'ai dû répéter le vaccin en raison de la synchronisation avec une perfusion que je reçois pour une maladie auto-immune, la polyarthrite rhumatoïde. Les analyses de sang n'ont montré aucun antigène, on m'a donc dit de répéter le vaccin. J'ai été admis aux urgences environ un mois après la quatrième injection.

Je me suis couchée en parfaite santé, mais je me suis réveillée la nuit, incapable de marcher, étourdie, incontinente et confuse.

Tout cela a persisté et s'est aggravé, y compris des maux de tête, des nausées, des douleurs dans le bas du dos et une fatigue extrême. Pendant 3 jours avant d'aller aux urgences, j'ai dû être transportée en fauteuil roulant.

 -A.D. - Caroline du Sud

T17 6-29-21

J'ai reçu ma deuxième injection de Moderna le 21 février 2031.

J'ai bu beaucoup d’eau comme on me l'a conseillé. Je me suis sentie très fatiguée et je couchée tôt. Je me suis réveillée pour aller aux toilettes à 4 heures du matin. J'ai ressenti des étourdissements et un peu de nausée, puis je me suis évanouie, inconsciente pendant une minute ou deux sur le sol de la salle de bain. Mon mari m'a entendue frapper le sol. Après avoir repris connaissance, j'avais de la fièvre, des frissons et un horrible mal de tête. Nous avons pensé que tout cela faisait partie de la réaction normale au vaccin. Après 3 jours, la fièvre et les frissons ont disparu. J'avais toujours mal à la tête. Le docteur m'a envoyé passer une IRM et des radiographies pour s'assurer que je n'avais pas de commotion cérébrale ou d'os cassés suite à ma chute. Tous les tests étaient négatifs. Deux jours plus tard, j'étais de plus en plus faible, j'ai commencé à avoir des tremblements et à ne plus pouvoir parler correctement. J'ai été envoyée en ambulance à l'hôpital, j'ai été admise, on m'a donné des fluides et j'étais trop faible pour me rendre seule aux toilettes. J'ai continué à avoir des tremblements jusqu'au dernier jour de mon séjour. Le docteur de l'hôpital a déclaré que le vaccin avait provoqué une réaction immunitaire exacerbée. Je ressens toujours de la faiblesse, de la fatigue, des tremblements. J'ai des problèmes d'élocution et de cognition, ainsi que des troubles de l'équilibre et des vertiges par moments. Je n'ai pas été en mesure de reprendre mon travail de commis aux assurances médicales depuis le vaccin. Les médecins ne savent pas vraiment comment m'aider.

Merci d'avoir écouté mon histoire. Merci à tous ceux qui ont partagé leur histoire. J'ai l'espoir que notre gouvernement nous entende tous et nous aide à obtenir des traitements pour restaurer nos vies.

With Hope and Belief,

- C.R. Alabama

T18 6-29-21

J'ai des amis qui, quelques semaines après avoir reçu le vaccin, ont souffert de tout, des crises d'épilepsie aux accidents vasculaires cérébraux en passant par l'effondrement dans l'allée après une courte promenade avec le chien. On leur a tous dit que cela n'avait rien à voir avec le vaccin.

Je n'y crois pas.

-S.L. Ohio

T19 6/25/21

J'ai reçu le vaccin Covid (Pfizer) il y a 4 mois, en février. Je n'ai pas eu la deuxième dose en raison d'une réaction du système immunitaire.

Depuis février, j'ai un mal de gorge, une congestion, des douleurs thoraciques, le nez qui coule, des oreilles bouchées, des acouphènes, des sueurs et de l'insomnie. Je n'ai pas de température. J'attends des analyses de sang, mais les choses sont très lentes au Royaume-Uni en ce moment.

Je dois ajouter que je suis très sensible car j'étais en sevrage d'un médicament de type benzodiazépine pris depuis 40 ans pour le sommeil. Cela a probablement aggravé ma réaction au vaccin.

J'aimerais avoir d'autres avis sur ce sujet et savoir si cela passera avec le temps. Je suis très fatigué et alité certains jours.

Je vous remercie,

R.J. - ROYAUME-UNI

T20 6/28/21

Je suis un homme de 55 ans. Avant le COVID, j'étais actif, je marchais 3 à 5 miles par jour et j'enseignais les arts martiaux chinois une fois par semaine. J'ai contracté le COVID-19 en novembre 2020. À la suite du COVID-19, j'ai subi des dommages pulmonaires (cicatrices dans mes poumons), des symptômes d'arthrite/tendinite semblables à ceux de la polyarthrite rhumatoïde, une hypersensibilité, un goût amplifié pour les choses salées et sucrées, et des migraines. Avant le COVID, je n'avais ressenti aucun de ces symptômes. En avril, la plupart de mes symptômes avaient diminué, j'avais reçu une injection de cortisone pour les symptômes de l'arthrite qui les avait complètement éliminés, ma capacité pulmonaire revenait et je me sentais presque de retour à la normale.

En avril 2021, j'ai décidé de me faire vacciner contre le COVID-19, car j'avais entendu parler par divers amis et relations de personnes qui avaient contracté le COVID une seconde fois après l'avoir déjà eu. Craignant que de le contracter une seconde fois n'endommage davantage mes poumons, j'ai décidé de faire preuve de prudence et de me faire vacciner. J'ai reçu le vaccin Moderna. J'ai eu une réaction mineure à la première dose, dont les symptômes se sont atténués après quelques jours. Une semaine après avoir reçu la deuxième dose, les symptômes d'arthrite et de tendinite sont revenus (une deuxième injection de cortisone n'a pas permis de soulager complètement les symptômes). De plus, j'ai commencé à avoir des difficultés à respirer ; une visite chez le pneumologue a révélé que j'avais développé de l'asthme et une inflammation des poumons en réaction au vaccin. J'ai également eu de nouveau des migraines. Cela fait maintenant deux mois que j'ai reçu la deuxième dose et je continue à avoir des symptômes. À l'heure actuelle, je suis incapable de marcher sur de longues distances sans souffrir de détresse pulmonaire ou de faire tout type d'exercice aérobique, et j'ai toujours des douleurs constantes dans mes articulations.

B.B. Ohio

 T21 6/28

J'ai reçu le vaccin Moderna le 22/03/21. Un à deux jours plus tard, j'ai commencé à avoir des maux de tête d'un côté de la tête. Le 3/26, j'ai commencé à avoir des symptômes semblables à ceux du Covid, de la fièvre et des frissons. Je suis allée voir mon médecin de famille, qui a réalisé un test covid, révélé négatif. Le 13 avril, elle m'a envoyé passer une radiographie pulmonaire. Celle-ci a montré que mon symptôme avait évolué vers une légère pneumonie. On m'a donné des antibiotiques. Le 4/26, j'ai passé une autre radiographie pulmonaire qui a montré que mon état s'aggravait. J'ai été envoyé chez un pneumologue. Il a été décidé que le liquide entre mes poumons et la paroi de mes poumons devait être retiré. Un autre test covid a été effectué. Avec résultat négatif. J'ai été admise à l'hôpital pour une intervention le jour même, le 28 avril 21, une thoracentèse (aiguille passée à travers les côtes dans la zone située entre le poumon et la paroi du poumon) qui a produit 1,8 litre de liquide. Après l'intervention, j'ai eu des difficultés à respirer et une douleur au poumon gauche. Un scanner a été réalisé. J'ai été admis à l'hôpital. Une thoracentèse gauche guidée par tomodensitométrie avec mise en place d'un tube a été effectuée le 30 avril ; ce tube est resté sur mon côté jusqu'à ma sortie de l'hôpital le 6 mai. (On m'a administré des antibiotiques par voie intraveineuse pendant mon séjour à l'hôpital. J'ai toujours du liquide autour de mon poumon. Je ressens une douleur lorsque je respire. Nous sommes le 6/30, 101 jours après avoir reçu le vaccin.

K.S. New York

T22 6/29/21

Première injection du vaccin Moderna dans le bras gauche. Moins de 30 heures après le vaccin, le muscle gauche de ma poitrine a commencé à avoir des contractions entre mes aisselles et mon sternum. Les médecins ont essayé de me donner plus de médicaments car j'avais beaucoup de mal à dormir ou à vivre normalement. Je n'ai pas pu retourner au travail.

9 semaines de contractions ininterrompues de la poitrine. Douleurs, picotements dans la poitrine et le bras gauche.

J'ai cessé d'utiliser mon bras et ma poitrine. Quand je le fait, la douleur, l'oppression et l'engourdissement par picotement reviennent.

Après 9 semaines et demie, les spasmes ont cessé. Ils reviennent si j'essaie d'utiliser mon bras ou ma poitrine gauche. Cela a affecté tout mon dos, ma poitrine et mon corps car je dois toujours utiliser mon corps.

La vie ne s'est pas arrêtée. Je suis endommagé par le vaccin. Je ne fais plus confiance aux médecins.

Maintenant, je continue à vivre en espérant aller mieux un jour. Ma vie a été radicalement modifiée. Je ne peux plus faire ce que je faisais sans problème avant le vaccin Moderna.

C.C. - Californie

T23 6/28/21

Au début du mois d'avril, j'ai reçu mon vaccin Covid 19 de Johnson et Johnson. Je suis une femme de 46 ans en bonne santé, sans problèmes de santé préexistants ni facteurs de risque élevés. Trois jours après avoir reçu le vaccin, j'ai eu un accident vasculaire cérébral ischémique et j'ai perdu l'usage de ma jambe droite. Bien qu'au début, mes médecins aient été réticents à associer l'AVC au vaccin, ils ont effectué des analyses de sang, des scanners, des IRM, des ultra-sons et des imageries cardiaques approfondis pour tenter de trouver une autre cause. Ils n'ont pas trouvé un seul autre facteur de risque contributif. J'ai suivi une thérapie physique intensive pour retrouver l'usage de ma jambe. Je me sens enfin forte à nouveau. Cependant, je vis toujours dans la peur avec ce vaccin dans mon corps, me demandant constamment les dommages qu'il a causés et ce que mon avenir me réserve.

A.B. Californie

T24 6/25/21

J'ai reçu le vaccin Moderna et dans les 15 minutes d'attente, j'ai fait une réaction. J'ai eu des fourmis dans les membres, j'ai eu froid, puis j'ai commencé à trembler et à avoir des vertiges. Mon côté gauche s'est paralysé et j'ai eu l'impression que quelqu'un avait tordu mes poumons et que je ne pouvais plus respirer. Shoppers Drug Mart a appelé une ambulance et j'ai été examiné, puis relâché. Cette nuit-là, mon pied droit a enflé comme un ballon et des éruptions cutanées semblables à des points rouges se sont formées sur mes jambes et mes pieds. Le lendemain, quand je me suis réveillé, j'étais très fatigué, je me sentais très étourdi et j'avais l’esprit confus. Cela a continué toute la journée et la veille, je me suis effondrée et j'ai cessé de respirer. Ma fiancée a appelé le 911 et les ambulanciers ont dit que mon cœur était en fibrillation majeure et m'ont emmené d'urgence à l'hôpital. J'ai maintenant un enregistreur cardiaque inséré sous ma peau pour surveiller mon cœur pendant 3 ans. Depuis lors, j'ai eu 9 crises d'épilepsie, j'ai des spasmes musculaires sévères qui rendent la marche extrêmement difficile, un brouillard cérébral au point que je ne peux pas lire et me rappeler ce que je lis. Lorsque je tape, je dois revenir en arrière et essayer de lire ce que j'écris, c'est tellement frustrant et mentalement épuisant. J'ai des vibrations qui se propagent dans tout mon corps, ma vision et mes sens du goût et de l'odorat ont considérablement diminué, je ne peux pas travailler et j'ai deux enfants dont je dois m'occuper et leur père n'est plus le même... cela me brise le cœur pour eux et ma fiancée de me voir comme ça... ma vie a changé à 360° pour le pire... Je veux simplement des réponses pour m'aider et aider toute autre personne qui a eu ces réactions et ces problèmes... Merci de m'écouter.

F.P. Nouvelle-Écosse

T25 6/27/21

Tout d'abord, je travaille dans le domaine de la santé depuis 20 ans, j'ai reçu tous les vaccins nécessaires. Je n'ai jamais eu de problème. J'ai la sclérose en plaques depuis 25 ans, je suis assez active. Je marchais tous les matins avant le travail je marchais un mile pendant ma pause déjeuner et tous les soirs en rentrant chez moi au parc local. Je vais chez mon neurologue une fois par an, et chez mon généraliste une fois par an. J'ai reçu ma première injection le 19 janvier, sans problème. La deuxième injection a eu lieu le 10 février. J'allais bien jusqu'au soir suivant, où je me suis réveillée pour aller aux toilettes, j'ai eu des vertiges et je suis tombée par terre. Je suis restée allongée jusqu'à ce que mon mari vienne m'aider. J'avais de la fièvre, des frissons et j'étais léthargique. Je me suis recouchée, je me suis levée et je me suis inscrite au travail, je travaille à la maison grâce au télétravail covid. J'ai travaillé pendant 3 heures, puis j'ai dû partir pour me coucher. C'est la première fois que j'ai appelé en dehors du travail. Je travaille pour mon entreprise depuis 20 ans. Je suis atteint d'une maladie chronique depuis 25 ans et je n'ai jamais été en retard ou appelé au travail. J'ai reçu le vaccin covid et ça ne fonctionne plus. Depuis la deuxième injection, j'utilise un déambulateur. Je ne peux pas faire plus de 3 000 pas par jour parce que mes jambes se dérobent. Je n'ai aucun contrôle sur ma vessie, mon rythme cardiaque est à 120 et je suis assise. J'ai dit à ma neurologue que ce n'était pas ma SEP, que c'était dû à l'injection. Elle n'était pas d'accord et a demandé une IRM. Mes IRM ont été claires pendant les 12 dernières années. Et surprise, elles le sont toujours. Quand on a une maladie pendant 25 ans, on sait à quoi s'attendre, et ce que je vis maintenant n'est pas la SEP. Je retourne voir mon généraliste demain, peut-être qu'il m'écoutera cette fois-ci. Je vois maintenant un physiatre, il est le seul à penser que cela pourrait être dû à l'injection. C'est tellement frustrant lorsqu'on a reçu un diagnostic antérieur et que tout ce que je vis maintenant relève de ce diagnostic. Personne ne veut croire que ce n'est pas la maladie, mais je sais que ce n'est pas le cas.

Merci de faire tout ce que vous faites. Nous serons entendus

J.B. -Pennsylvanie

T26 6/29/21

Je n'ai pas eu les injections de l’ "emergency drug". Mais, mon ami proche de 68 ans, en très bonne santé, a reçu cette injection. Il est mort... ils ont dit que ses artères étaient "corrodées" ..... Un autre ami de 60 ans a eu des caillots de sang dans les poumons, la sœur de ma femme a eu un accident vasculaire cérébral et une "légère" crise cardiaque, elle sera probablement dans une maison de retraite assistée pour le reste de sa vie, ma sœur de 90 ans a été vaccinée et a presque immédiatement eu des problèmes "intestinaux". Aucun de ces cas n'a été "attribué" aux médicaments d'urgence. Je ne crois pas que le vaers rende compte ne serait-ce que de 5% des décès aux États-Unis ? Ce qui pourrait signifier que les décès aux États-Unis se comptent par centaines de milliers à cause de ces médicaments?

N.Y. – Wisconsin

T27 7/3/21

J'ai reçu le vaccin COVID vers 20 heures le 1er juin. Vers 1 heure du matin, je me suis réveillée avec des engourdissements et des fourmillements dans la jambe et le bras gauche et sur le côté droit de mon estomac. Je suis allée aux urgences ce soir-là, et ils ont suggéré que l'infirmière qui avait administré l'aiguille avait peut-être touché un nerf. Les jours suivants, je me suis sentie bien, jusqu'à ce que, environ trois jours plus tard, l'engourdissement revienne dans mes bras. Le lendemain, j'ai pris l'avion pour Calgary. Le soir même, j'ai ressenti un engourdissement extrême dans mes deux jambes. Le jour suivant (9 juin), le côté droit de mon visage était engourdi et semblait s'affaisser. Je me suis de nouveau rendue aux urgences ce soir-là. Ils ont suggéré l'anxiété ou un manque de B12, mais n'ont effectué aucun test. L'engourdissement a continué à persister. La semaine dernière (25 juin), je suis allée faire une prise de sang dans une clinique locale, mes résultats sont revenus normaux. L'engourdissement continue tous les jours, dans différentes parties de mon corps. Il se manifeste par vagues et dure des heures, parfois toute la journée. J'ai ressenti l'engourdissement le plus souvent dans mes mains/bras et sur le côté droit de mon visage, mais je le ressens aussi dans mes jambes, mon menton, mes pommettes, etc. Je souffre également d'un léger brouillard cérébral et d'une sensation de pression autour de ma tête, ainsi que d'une augmentation des gaz depuis l'administration du vaccin. Je suis très préoccupée et inquiète que cela persiste ou s'aggrave.

-V.W. – Ontario

T28 8/2/21

Je suis une femme de 41 ans, en forme, en bonne santé et active. Je vais de l'avant et ne laisse pas les obstacles m'arrêter, mais cette situation m'a vraiment prise par surprise et affectée. Je mange sainement et je fais de l'exercice quotidiennement. Après la première dose, j'ai commencé à ressentir des douleurs musculaires et articulaires, comme si j'avais fait un entraînement intensif toute la journée. J’avais mal partout. Mais je n'étais pas fatiguée, je n'avais pas de mal de tête, ni aucun des autres symptômes courants. Au fil des jours, la douleur articulaire a pratiquement disparu, mais la douleur musculaire a continué et n'a pas disparu. En plus de cela, j'ai aussi des fourmillements. Il est intéressant de noter que la douleur musculaire est constante et se situe principalement dans les jambes et les mollets, et non dans le haut du corps. Mes jambes et mes mollets, en particulier, ont une sensation de crampe. Par exemple, j'ai des crampes dans les mollets, comme si j'avais passé la journée sur la pointe des pieds. Mes ischio-jambiers sont incroyablement tendus et inconfortables, mais ce n'est pas dû à l'exercice. Parfois, je ressens ce qui ressemble à un cheval de Charley, mais qui ne se produit jamais. Je ne peux pas faire les étirements des ischio-jambiers que je pouvais faire facilement avant le vaccin. La sensation de fourmis ou d'endormissement se manifeste presque quotidiennement dans mes mains, mes pieds et parfois mes avant-bras. Oui, je peux marcher et " fonctionner ", mais je ne fonctionne pas comme je le faisais avant le vaccin, ce qui me met en colère et me rend triste. Je suis de retour à mes séances d'entraînement habituelles, mais ce n'est pas sans douleur ni courbatures. Mes jambes commencent à être lourdes et léthargiques. Je ne peux plus faire d'efforts aussi intenses qu'avant et je dois maintenant faire face à cet inconfort quotidiennement.

-D.A. - New Jersey

T29 6/24/21

J'ai été blessée le 1/5/2021 par le vaccin Pfizer. J'ai perdu l'usage de mes deux jambes, puis j'ai été prise de convulsions. J'ai passé 5 jours à l'hôpital sans aucun traitement médical pour ma réaction indésirable ou pour les convulsions. J'ai consulté de nombreux neurologues et je n'ai toujours pas de diagnostic.

Cela a été un véritable cauchemar. J'ai retrouvé l'usage de mes jambes mais, après presque 6 mois, je les perds encore de temps en temps. Je ne sais jamais, d'un jour à l'autre, si je pourrai marcher, si j'aurai d'horribles tremblements ou des convulsions de tout le corps.

Plusieurs médecins le savent et l'ont consigné dans mon dossier médical, mais je n'ai toujours pas de plan de traitement pour retrouver ma vie. J'ai perdu mon emploi et la possibilité de conduire par peur de déclencher une convulsion.

Cela a totalement changé ma vie. Je veux redevenir la femme que j'étais avant le vaccin. Je veux être entendue et recevoir le traitement médical approprié que je mérite. J'ai donné de nombreuses années de ma vie en tant que travailleuse de la santé et l'industrie médicale m'a complètement abandonnée.

 A.D. – Louisiane

 T30 8/2/21

Après avoir reçu le vaccin J&J jab le 22 mai 2021, j'ai eu une poussée auto-immune. Douleurs articulaires multiples, tachycardie, réflexes vifs, myoclonies, muscles raides qui ne se détendent pas même pendant le sommeil, secousses et vibrations 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sensation d'électricité sous la peau, hyperexcitation et vertiges à l'arrêt liés à un taux d'adrénaline excessif. Cela a duré deux semaines et demie. La seule chose que j'ai obtenue du médecin, c'est une prescription de bêta-bloquants cette fois-ci. La dernière fois que cela s'est produit, j'avais déterminé, à l'aide de manuels médicaux trouvés en ligne, qu'il s'agissait d'un problème d'anticorps anti-récepteurs de la glycine ou d'anticorps anti-récepteurs du GAD. J'ai réduit les symptômes en suivant le régime pauvre en aspartate glutamate (suppression du gluten, des produits laitiers, du soja et du maïs), qui augmente le GABA pour compenser le blocage des récepteurs de la glycine ou du GAD. J'ai encore de multiples secousses myocloniques et fasciculations tous les jours et j'en aurai probablement toujours, mais elles ne m'handicapent pas. Je dois rester sans gluten ou mes symptômes reviennent. Je ne suis pas cœliaque et je n'ai pas le gène pour cela.

-E.E. - Washington

T31 8/2/21

Témoignage d'une femme de 47 ans en bonne santé qui n'a jamais eu de réaction indésirable à aucun médicament ou vaccin auparavant:

17 jours après la 2e dose du vaccin Pfizer, j'ai eu une attaque douloureuse et atroce sur l'ensemble de mon crâne, de mes mâchoires et de mes gencives, que j'ai d'abord prise pour une migraine.

Les urgences m'ont traitée avec des dizaines de cocktails de médicaments qui ont calmé ma douleur atroce. En rentrant chez moi, je me suis retrouvée avec une sensation de tension extrême à l'arrière de la tête, une pression très forte sur la tête, des vertiges, une mémoire brumeuse et une fatigue extrême qui m'a empêchée de dormir presque toute la journée. (Le niveau de douleur était de 100, je sentais que tous les nerfs de mon cerveau et de mon crâne étaient enflammés et j'étais vraiment mal à l'aise d'avoir cette pression sur la tête 24 heures sur 24, 7 jours sur 7).

Le neurologue consulté initialement a dit que cela pouvait être une méningite virale ( !!). Je n'ai pas eu droit à une ponction lombaire pour le confirmer, car j'étais déjà sous stéroïdes.

On m'a dit que je me sentirai bientôt mieux.

N'allant pas mieux après plusieurs semaines, j'ai consulté un autre neurologue, qui m'a alors dit que je souffrais probablement des effets secondaires neurologiques du vaccin covid, qui commencent 2 semaines après avoir reçu la dose.

Cela fait maintenant 8 semaines, et j'ai encore quelques tensions dans la tête. J'avais passé environ 6 semaines alitée.

Il est incroyable que les médias et les fabricants de vaccins aient gardé le silence sur tous les effets secondaires négatifs. Tout le monde ne devrait-il pas VOULOIR connaître la vérité sur la sécurité du vaccin contre le covid? Et aussi vouloir AMÉLIORER les choses?

En tant que personne en bonne santé, je regrette d'avoir cru les médias pensant que le vaccin allait me garder en bonne santé. Il m'a apporté tant de douleur et de souffrance et je veux que le monde sache que le vaccin covid n'est pas si sûr que ça

-S.L. – Californie

T32 8/2/21

J'étais favorable au vaccin et j'ai accepté de me faire vacciner. Cependant, après ma deuxième dose du vaccin Pfizer, j'ai développé des symptômes neurologiques - tremblements, secousses musculaires généralisées, spasmes musculaires, fatigue et faiblesse musculaires, douleurs dans le haut et le bas du dos, douleurs dues à des chocs électriques des hanches jusqu'aux genoux, hyper-réflexes, palpitations cardiaques et tachycardie, acouphènes, démarche anormale, anxiété sévère. Les symptômes ont été débilitants et ont eu un impact sur ma vie quotidienne et mes relations familiales. J'ai subi deux examens des nerfs, quatre IRM, des biopsies cutanées de petites fibres, de nombreuses analyses sanguines, un électrocardiogramme et un test Holter. Tous les tests sont revenus négatifs/normaux, mais je suis convaincue que mes symptômes sont dus au vaccin. Cela fait six mois maintenant et j'ai peur et je suis remplie d'anxiété à l'idée que cela ne finira jamais. Cela fait six mois et certains des symptômes se sont légèrement améliorés, mais d'autres sont apparus. J'étais en parfaite santé et normale avant cela. J'ai l'impression que le CDC ne tient même pas compte de ces rapports et je suis en colère parce que nous ne sommes pas entendus.

-R.W. - Pennsylvanie

T33 8/2/21

Je suis un homme en bonne santé d'une quarantaine d'années. J'ai reçu le vaccin Pfizer en avril. Peu après le vaccin, j'ai commencé à ressentir des douleurs dans certaines parties de mon corps et des ecchymoses bizarres apparaissaient sur ma poitrine, mon ventre et mon dos. J'ai également rencontré les problèmes suivants.

* Faiblesse musculaire

* Perte de mémoire, cerveau brumeux

* Faiblesse des jambes

* Picotements dans les bras et les jambes

* Intense fatigue

Ce sont mes principaux symptômes jusqu'à récemment. La semaine dernière, mon bras gauche et le côté gauche de mon visage se sont engourdis. Ensuite, j'ai eu l'impression que ma jambe gauche s'engourdissait. Mes injections de vaccin étaient dans mon bras gauche. Je me suis immédiatement rendu à l'hôpital, car j'avais peur d'une attaque. Après de nombreux examens, on m'a dit que tout était négatif et qu'il pouvait s'agir d'un mini-AVC. Aujourd'hui, quelques jours plus tard, l'engourdissement de mon visage est encore pire et je n'ai aucune réponse.

J'aimerais ajouter que j'ai eu un Covid très grave en juin 2020. Plusieurs mois plus tard, j'ai eu plusieurs tests d'anticorps qui étaient tous positifs. J'ai décidé de me faire vacciner, même si j'avais des anticorps. Je pense que le vaccin a causé ces problèmes, à cause des anticorps que j'ai. Maintenant, je fais face à une fatigue sévère, des muscles faibles et des engourdissements et je n'ai aucune réponse.

T34 8/6/21

Je vous écris au nom de mon mari. Il a fait les injections de Moderna. Il a reçu les deux. Je sens que sa santé est différente depuis qu'il a reçu le vaccin. Il m'a réveillé deux fois dans la nuit pour prendre son pouls, effrayé. Il n'a jamais fait une chose pareille en 20 ans de mariage. Son cœur bat à tout rompre. Il refuse d'aller chez le médecin. Il me semble de plus en plus fatigué et malade. Je sais qu'il a peur, mais il est toujours très stoïque et fier de sa santé.

J'ai aussi une collègue de travail qui n’a reçu qu'une seule des deux doses. Elle a décrit son cœur, ressentant comme des contractions de grossesse, avec des serrages qui vont et viennent. Elle doit maintenant consulter un cardiologue, on lui a prescrit un inhalateur et son médecin lui a dit que oui, c'était une réaction au vaccin et qu'elle ne devait pas recevoir la deuxième dose. Scary scary stuff.

-J.E. – Utah

T35 8/7/21

Tout d'abord, permettez-moi de dire que j'étais contre le fait de me faire vacciner, mais après beaucoup de pression et probablement de la part de mes amis et de ma famille, en avril, je me suis fait vacciner à Walmart, le moderna, 30 jours plus tard, je suis revenu et j'ai reçu la deuxième injection, une semaine après avoir reçu la deuxième injection, j'ai eu quatre attaques en une journée. Je suis tombé six fois La raison pour laquelle j'en parle, c'est parce que le médecin de l'hôpital m'a dit qu'il pensait que mon accident vasculaire cérébral avait été causé par cette piqûre de moderna Maintenant, j’ai eu ma dose et je suis vacciné, mais je peux vous assurer qu'à cause de cela, je ne prendrais pas le booster.

-B.R. - Kansas

T36 8/7/21

J'ai reçu mon premier vaccin Pfizer le 29 avril. J'ai eu une douleur à la jambe pendant un jour ou deux, ce qui était normal. Puis, 5 jours plus tard, j'ai développé un très fort bourdonnement dans mes oreilles, qui est maintenant très faible et gérable - mais toujours présent. Je crois que mon acouphène est maintenant permanent. 

Je veux simplement en savoir plus à ce sujet et j'aimerais que Pfizer aborde cette réaction possible et inattendue. S'agit-il d'une inflammation qui disparaîtra avec le temps ? S'agit-il d'une maladie auto-immune de l'oreille interne (AIED) ? S'agit-il du début d'un trouble plus général du système immunitaire ?

J'ai aussi des changements de vision qui me préoccupent. J'ai choisi de ne pas recevoir une deuxième dose pour l'instant et je veux désespérément être complètement vacciné. Je vais passer une IRM la semaine prochaine.

-S.B. – Maryland

T37 8/9/21

J'ai eu un virus le 20 février 2020 et, quelques mois plus tard, je n'étais toujours pas rétabli sur le plan énergétique, j'avais des douleurs, etc. Fin mars 21, ne voulant pas de la piqûre, j'ai décidé de prendre J&J si elle était disponible, mais non. Je me suis retrouvé avec Moderna (1 que je ne voulais pas), et j'ai ressenti la même chose jusqu'à la semaine suivante. Vertiges, fatigue extrême, douleurs, incapacité à dormir plus de 2 heures (éveillé/dormi), crampes douloureuses dans les doigts, souvent. Cela fait plus de 4 mois. Je suis tellement bouleversée, je pensais que je me sentirais mieux, pas pire. Un ami a reçu Moderna et a eu un accident vasculaire cérébral et une crise cardiaque quelques semaines plus tard, il a commencé à se sentir " mal " 3 jours après la deuxième injection. Je n'aurai jamais, jamais une deuxième injection car je ne peux pas surmonter les effets secondaires de la première. J'ai l'impression de mourir lentement, je ne suis plus du tout moi-même, je suis à peine fonctionnel. Avant et après la première injection, je voulais un test d'anticorps, mais je n'en ai trouvé aucun. Je ne voulais pas d'ARNm, mais je n'ai pas trouvé J&J. J'aimerais ne pas avoir été vacciné.

-D.N. - Virginie

T38 7/29/21

J'ai fait la deuxième injection de Moderna le 21 février 2021. Dès le lendemain, le 22 février 2021, j'ai commencé à ressentir une douleur lancinante sur les côtés et sous les deux seins, qui persiste encore aujourd'hui. Les infirmières à qui j'en ai parlé étaient sympathiques et curieuses. Mais les médecins ne veulent pas en entendre parler. L'une d'elles m'a tourné le dos alors que je lui en parlais. J'ai passé une mammographie en mai 2021, qui a révélé que j'avais maintenant un cancer du sein. J'ai demandé à une infirmière si le cancer du sein avait pu apparaître dans les quelques mois qui ont suivi l'injection de Moderna en février et elle m'a répondu "oui". Je vais donc subir une mastectomie. J'ai toujours cette douleur lancinante au sein, et aucun médecin ne veut faire de tests pour voir ce que cela pourrait être.

-J.J. - Washington

T39 7/29/21

Je suis infirmière diplômée depuis 28 ans et j'ai travaillé dans la recherche clinique pendant les sept dernières années de ma carrière. Je me suis inscrite pour me faire vacciner parce que je voulais que notre vie revienne à la normale - pour retourner au travail, pour que mes enfants retournent à l'école, et pour avoir un sentiment général de normalité dans la communauté. J'ai toujours été extrêmement pro-vax et assez critique à l'égard des anti-vaxxistes.

Je suis également un injecteur cosmétique certifié de Botox et de produits de comblement dermique depuis 13 ans. Je me suis fait injecter des produits de comblement dermique dans le visage pendant plus de 13 ans sans jamais avoir eu de réaction indésirable. Jusqu'à ce que...

Je suis allée faire ma 1ère piqûre en décembre 2020, je venais d'apprendre deux jours avant aux informations qu'il pouvait y avoir un effet secondaire possible de gonflement avec les comblements dermiques. En fait, pour mes deux injections, j'en ai informé l'infirmière ; ce n'était pas encore de notoriété publique. En fait, mon visage a légèrement enflé, mais cela a diminué deux jours après chaque injection.

C'est un mois après ma deuxième injection que le produit de remplissage dans ma joue a commencé à grossir de 4 à 5 fois sa taille normale. Mon visage gauche est devenu rouge et gonflé, il était chaud et j'avais de la fièvre. Le vaccin CV19 attaquait mon visage, et j'avais l'impression qu'il allait tomber.

9 rendez-vous chez le médecin, 4 mois, 11 ordonnances dont 3 séries de prednisone - et ça empirait. Deux médecins ont cru que c'était le vaccin, deux autres ont refusé. J'ai perdu de nombreux amis et membres de ma famille parce qu'ils ne pouvaient pas accepter mon histoire.

L'enflure s'est aggravée, j'ai dû manquer des engagements sociaux et des rendez-vous au travail. Certains jours, mon visage et mes yeux étaient tellement enflés que j'avais l'impression d'être un monstre.

J'ai choisi d'arrêter tous les médicaments et de me soigner moi-même en faisant plus d'exercice, en pratiquant la méditation, en rejetant la négativité (y compris les personnes qui l'entretiennent dans ma vie), en ajoutant des suppléments comme la NAC et la NMN, et en continuant à prendre du resvératrol, du curcuma, de l'huile de poisson et de la vitamine B12. J'ai acheté une pierre de shungite pour aider à la désintoxication.

Mon visage va beaucoup mieux maintenant, et entre-temps, j'ai découvert qui sont mes vrais amis. Je refuse d'autoriser mes 3 adolescents à recevoir le vaccin, plus particulièrement parce que j'ai 2 autres membres de ma famille qui ont eu des réactions encore plus graves ; un de mon côté de la famille et un de celui de mon mari.

-J.B. - Colorado

T40 7/29/21

Je ne prends jamais de vaccins, pas même le vaccin contre la grippe. J'ai contracté le covid au travail (je suis infirmière) par l'intermédiaire d'une autre collègue qui avait des petits-enfants malades et qui est venue au travail. Le 4 juillet 2020, j'ai commencé à avoir un rhume, un mal de gorge et de la fièvre, j'ai été testée et j'étais positive. J'ai lutté contre la maladie et me suis rétablie, mais je souffrais d'une grande fatigue. J'ai réussi à aller au travail et mes collègues m'ont fait un lavage de cerveau pour que je me fasse vacciner parce que je suis une mère célibataire avec un fils. J'ai donc décidé de me faire vacciner. Le 19 janvier était la première dose et le 8 février la seconde. Le matin, à 7 h 45, j'ai pris le vaccin et me suis reposée toute la journée. Le soir, vers 7 h 30, je me suis réveillée car je ressentais une sensation très étrange dans tout le corps, une véritable bouffée de chaleur suivie d'un rythme cardiaque élevé et de palpitations. J'avais un oxymètre de pouls et je l'ai mis sur mon doigt. Il indiquait 155 et montait, puis 165 et tout le corps s'est mis à trembler. J'ai appelé les ambulanciers qui sont rentrés à la maison et ont dit que c'était une crise de panique et que ce n'était pas lié au vaccin. Ils m'ont également dit de ne pas aller aux urgences, car ils ne seraient pas en mesure de traiter les cas liés au vaccin. Le taux a baissé, mais j'avais une forte diarrhée et j'urinais comme une folle. Le taux continuait de fluctuer. Tous les médecins que j'ai consultés m'ont dit que c'était l'anxiété. Finalement, après avoir fait face à cette situation pendant 3 mois et demi, je suis allée voir un spécialiste des allergies qui a reconnu que cela était lié au vaccin. Au fait, tous les tests qu'ils ont effectués sont revenus normaux et je sentais aussi que mon corps était chaud mais le thermomètre enregistrait des températures normales. Le médecin spécialiste des allergies a essayé la prednisone pendant 8 jours et cela a fait disparaître tous les symptômes pendant deux semaines, puis les symptômes sont revenus. Jusqu'à présent, je dois faire face à ces symptômes semblables à ceux d'une maladie auto-immune et j'ai finalement découvert que le Tylenol aide à calmer ces symptômes, alors je le prends maintenant. La vie a changé pour moi avec ce vaccin. Je suis maintenant une thérapie intensive pour l'anxiété et la panique, car les médecins ont dit que c'était l'anxiété, et je me suis dit que je devais tenter ma chance pour voir si cela pouvait m'aider. J'ai aussi réalisé que si je prends des sédatifs ou du carbonate de calcium, les symptômes s'aggravent. J'ai toujours la diarrhée, j'ai perdu beaucoup de poids et je ne sais pas quoi manger d'autre. J'ai consulté un diététicien et je suis un régime à base de fodmap. J'espère que cela aidera quelqu'un. Je ne sais pas combien de temps ces symptômes vont durer et j'ai hâte que l'effet de ce vaccin disparaisse de mon corps.

-C.F. - Californie

T41 28/07/21

Ma réaction à la suite de ma première et unique dose en février 2021 a été une réponse hyperimmunitaire continue et multifactorielle. 

  1. Après la réaction initiale (notamment une fatigue débilitante, des douleurs corporelles, etc.), la migraine s'est installée. Je prends des injections mensuelles d'Emgality et je n'avais pas eu de migraine douloureuse depuis plus de deux ans. Malgré mes injections, les migraines ont continué, et je suis maintenant sous Nurtec également. 
  2. Dans les 32 jours qui ont suivi mon vaccin, j'ai eu trois cycles/périodes de saignement distincts. Je n'ai AUCUN antécédent d'interruptions ou d'irrégularités dans mon cycle menstruel, à l'exception des grossesses.
  3. La douleur et les courbatures initiales ne se sont jamais complètement calmées. J'ai subi une opération du genou en novembre 2020 et je guérissais plutôt bien. Après le vaccin, tout mon corps a été endolori, gonflé, arthritique, douloureux... mes symptômes du canal carpien ont été sous contrôle avec VB6 depuis mes 18 ans... jusqu'à maintenant. Mon canal carpien et mes douleurs générales affectent maintenant souvent mon sommeil.
  4. Ma glande perotide s’est enflée (sans antécédents et sans explication de la raison pour laquelle c'est arrivé), et j'ai dû prendre des antibiotiques (toujours accompagnés d'autres problèmes, bien sûr) et des analgésiques pour cela.

J'ai complètement changé ma façon de m'alimenter pour le mieux au cours du dernier mois, et les symptômes se sont légèrement améliorés mais semblent incessants. Ces effets indésirables ont affecté mon travail, ma famille, mon niveau d'activité et ma qualité de vie en général.

 -J.S. - Washington

T42 7/29/21

J'ai reçu un test covid en mai 2020, alors que je subissais une opération de la cataracte. Depuis, je suis tombée malade avec des symptômes semblables à ceux de la grippe environ 8 fois. J'ai des douleurs extrêmes dans le corps, les jambes, les hanches, les os, des maux de tête constants. Je suis une femme de 80 ans en assez bonne santé. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi je tombais si souvent malade. Quand j'ai reçu le test, je me souviens que c'était l'expérience la plus douloureuse dont je me souvienne. L'infirmière qui a fait le test était si énergique que j'avais l'impression qu'elle voulait entrer dans mon cerveau. Il m'a fallu du temps pour faire le rapprochement entre les deux. Je crois que c'est à cause de ce test que je tombe si souvent malade. Je ne fais plus confiance à la profession médicale. Mes maux de tête sont CONSTANTS ! Je ne sais pas quoi faire, je vis avec, si on peut appeler cela vivre.

-K.M. - Colorado

T43 28/07/21

J'ai plus de 50 ans, mais je cours 5 km par jour, je marche et je fais du vélo. Le matin où j'ai pris le vaccin, j'ai fait 54 km à vélo. À 16 h, j'ai pris une première dose. Dans les 24 heures qui ont suivi, j'ai eu des maux de tête débilitants, des douleurs rayonnantes dans les jambes, des pulsations électriques dans les jambes, des picotements dans le bras gauche et un engourdissement de la main gauche... j'ai aussi eu des douleurs à l'estomac et aucun appétit. Dix semaines plus tard, mes veines sont toujours gonflées et enflammées et j'ai de l'inflammation dans les jambes. Je n'avais rien de tout cela avant l'injection Pfizer. 2 fois aux urgences... 5 fois chez mon médecin. Inutile. 7 mois pour voir un neurologue ici ! Notre chef de la santé, Teresa Tam, a dit aux médecins que toutes les réactions sont légères, à moins que vous ne mouriez ou que vous soyez endommagé de façon permanente! Même un patient de mon médecin, âgé de 44 ans, qui a eu un accident vasculaire cérébral, est considéré comme léger ! C'est scandaleux ! Personne ne veut reconnaître que ces réactions sont dues à ces vaccins.

-R.D. - Ontario

T44 7/29/21

J'ai reçu mes vaccins en février et mars 2021, pfizer, j'avais la fièvre de la vallée à l'époque, qui a été diagnostiquée en décembre 2020. J'ai reçu l'autorisation de me faire vacciner. Pas de problèmes au départ, j'ai encore beaucoup de problèmes de vf. En mai, j'ai remarqué que j'avais des vibrations dans mon corps, surtout dans les jambes mais aussi dans la poitrine et la tête. En juin, j'ai été renvoyé par mon pneumologue, même si j'avais encore de nombreux symptômes. La fatigue accablante était toujours là. Je dormais 10 heures par nuit, puis j'allais à l'église et je rentrais à la maison pour dormir 2 heures de plus. Le brouillard cérébral, la pression dans ma tête, la faiblesse générale étaient très frustrants. Puis les vibrations ont augmenté, je me réveillais au milieu de la nuit avec de très fortes vibrations, qui faisaient parfois claquer mes dents... Elles ont augmenté au point de devenir parfois des vibrations pulsées très fortes. Après avoir regardé la vidéo du sénateur Ron Johnson et des personnes qui ont participé à l'essai du vaccin, je suis convaincu que mes problèmes proviennent de là. Leurs histoires sont déchirantes, la mienne est moins grave, mais aussi débilitante. Je trouve très triste que la communauté médicale ait tourné le dos à ce problème, mais j'espère que cela commence à changer.

-J.L. - Arizona

T45 7/28/21

Je suis en bonne santé et sportif, je n'ai pas d'allergies connues aux vaccins, j'ai 45 ans, je suis un homme et je pèse 160 livres. Je n'ai eu aucune réaction autre qu'une douleur au bras après avoir reçu la première et la deuxième injection les 24 mars et 14 avril. Je me suis senti bien après la deuxième injection. Je n'ai jamais ressenti de maladie ou de réaction immunitaire après la deuxième injection. En fait, j'ai marché 8 miles après avoir reçu la 2e dose. J'ai reçu le vaccin à la pharmacie Safeway, sans passer par mon fournisseur de soins de santé.

Je prends ma tension régulièrement et j'ai commencé à détecter des battements cardiaques irréguliers à la fois sur mon tensiomètre et sur ma smartwatch en mars-juin. Mon médecin a demandé une échocardiographie et un moniteur holter de 72 heures. Aucun des deux n'a montré quoi que ce soit d'alarmant. 

Le 20 juin, j'ai perdu toute sensation dans ma jambe gauche, du genou jusqu'en bas. J'étais assis avec ma jambe gauche croisée sur ma jambe droite, et ma jambe gauche s'est endormie. Elle ne s'est jamais réveillée. 

 J'ai pris une douche et j'ai essayé d'enfiler mes sous-vêtements. Je n'ai pas pu mettre mon sous-vêtement parce que, bien que mon esprit me disait de lever ma jambe, je n'arrivais pas physiquement à lever ma jambe assez haut pour faire passer ma jambe gauche par le trou. 

Mon médecin m'a examiné et m'a adressé à un neurologue. Le neurologue a demandé une IRM de la colonne lombaire qui s'est avérée négative. Elle n'a montré qu'une dégénérescence minime et un renflement minimal à L5-S1. Le neurologue a confirmé que je n'ai aucun réflexe dans les DEUX genoux et les chevilles. Le neurologue a demandé un EMG et j'attends actuellement que cette procédure soit effectuée. 

Ma tension artérielle reste élevée et je n'ai jamais été aussi maigre depuis l'école secondaire. J'étais actif et athlétique, je marchais de 8 à 15 km par jour et je pratiquais des sports récréatifs. Depuis le 20 juin, je ne suis plus capable de marcher sans boiter. J'ai de la difficulté à lever les orteils de mon pied gauche et/ou à taper sur mon pied gauche en rythme lorsque je joue de la guitare. Au cours d'une période de 3 jours ce mois-ci, j'ai perdu 7 lb et j'ai continué à le faire, même si je n'ai pas marché les kilomètres que je faisais quotidiennement avant que ma jambe ne soit engourdie.  

La plupart des sensations sont revenues dans ma jambe gauche, mais elle est toujours remarquablement plus nombreuse que ma jambe droite. Je ne peux pas me tenir debout sur mon talon gauche.

Peu importe la force avec laquelle je frappe le réflexe du genou, il n'y a aucune réponse dans les genoux et les chevilles. Les analyses sanguines étaient cohérentes avec l'hypogammaglobulinémie, donc je ne sais même pas si j'ai produit suffisamment d'anticorps, et j'ai maintenant peur de recevoir toute autre injection. 

Les neurologues sont occupés!

T46 7/28/21

En parfaite santé, je ne prends pas de médicaments

Première dose le 24 mai

5 juin : J’étais au bord de l'évanouissement toute la journée

Depuis le 12 juin (encore aujourd'hui) : 

Tête lourde (brouillard cérébral), 

Fatigué,

Contractions musculaires (très étendues mais 90% dans les mollets et les pieds), 

sensation de faiblesse dans les jambes, 

engourdissement des jambes et des bras pendant la nuit, 

sensation d'électricité dans les jambes et les bras, 

spasmes corporels (tout le corps, ou les jambes, ou les bras, ou les abdominaux, ou le cou).

spasmes du menton et des lèvres

Test sanguin : Propre

IRM de la colonne vertébrale : Clean

IRM Cerveau : Clean

EMG : Clean

Ma vie a complètement changé et je ne suis plus fonctionnel.

 -E.G. Québec

T46B 26/07/21

J'ai reçu mon deuxième vaccin Pfizer le 13 avril et je me suis retrouvée avec un ganglion lymphatique enflé et d'autres symptômes bizarres d'apparition soudaine. J'ai consulté un médecin le 27 avril et de nouveau le 21 mai. Je me suis retrouvée aux urgences le 24 mai avec de fortes douleurs, de la fatigue et des difficultés à respirer. On m'a dit que tout allait bien, mais que je pouvais rester à l'hôpital en observation. J'ai quitté l'hôpital en pensant que j'étais peut-être folle. Deux jours plus tard, mes symptômes avaient empiré, notamment des troubles de la vue, des vertiges et je ne pouvais plus marcher. Mon mari m'a conduite aux urgences de Mayo. J'ai subi des tonnes de tests, dont des IRM, des radiographies du thorax, des tomodensitométries de la tête et du thorax. Ils m'ont dit que tout allait bien, mais que je pouvais rester en observation, ce que j'ai fait. J'y suis restée deux nuits. Ils m'ont laissé sortir avec l'intention de consulter un rhumatologue. Je ne pouvais pas marcher, mais ils ont dit que je n'avais pas besoin de physiothérapie. Les choses ont progressivement empiré après ma sortie le vendredi 28 mai et je suis retournée à l'hôpital le dimanche 30 mai. Ce n'est pas comme ça que je voulais passer mon week-end du Memorial Day. J'ai 49 ans, je suis physiquement active et je pratique le cyclisme de longue distance. Je fais aussi habituellement un triathlon par an. Il semble que l'on dise aux médecins de nier que quelque chose se passe et que nous ne recevons pas l'aide dont nous avons besoin. Il y a aussi quelque chose de neurologique qui se passe. Ma pupille droite se dilate plus que la gauche lorsque j'ai mal et j'ai des picotements dans la main droite. En outre, j'ai eu des palpitations cardiaques, des douleurs thoraciques et des problèmes d'estomac. Aux urgences de Mayo, j'étais incapable de lever ma jambe droite et de tenir mon bras droit en l'air.

Cette expérience a été effrayante et extrêmement solitaire avec toute la censure. Nous avons besoin d'être entendus et reconnus afin d'obtenir l'aide dont nous avons besoin pour nous-mêmes et pour que ces effets indésirables soient documentés et fassent l'objet de recherches.

-S.N. - Minnesota

T47 7/26/21

Je suis chiropracteur à Rhode Island. J'ai vu plusieurs réactions indésirables aux vaccins Covid-19. Le premier patient était une femme d'une cinquantaine d'années qui a eu de graves vertiges et des nausées après la vaccination Pfizer. Le deuxième patient était un homme d'une soixantaine d'années que sa femme a amené pour qu'il soit ajusté après la deuxième dose de Pfizer. Il était tellement étourdi et nauséeux que je n'ai pas pu l'ajuster car il ne pouvait tout simplement pas s'allonger sur le dos. Lorsqu'il a essayé de le faire, il a commencé à vomir de façon incontrôlée dans la corbeille à papier de la chambre. Je l'ai envoyé aux urgences où on lui a dit que ce n'était pas lié au vaccin, on a refusé de le signaler au VAERS et on l'a renvoyé chez lui pour qu'il se " repose quelques jours ". La troisième patiente a reçu le vaccin Moderna sous la contrainte. On lui a dit qu'elle ne pouvait pas retourner au travail (pour le gouvernement) sans les vaccins. Elle m'a dit qu'elle avait soudainement des vertiges et des nausées et lorsque je lui ai demandé si elle avait été vaccinée, elle m'a dit qu'elle l'avait été quelques jours avant sa visite. Je suis très préoccupé par l'utilisation continue de ces vaccins, mais lorsque j'ai essayé d'informer mes patients de mes découvertes au cabinet, j'ai littéralement reçu des lettres de haine et des patients m'ont menacé de quitter le cabinet si je persistais à " décourager le vaccin ". 

-J.K. - Rhode Island

 T48 23/07/21

Le 15 avril, j'ai reçu le vaccin Moderna. Immédiatement après l'injection, j'ai eu l'impression que j'allais m'évanouir, mon corps s'est réchauffé et j’ai ressenti des picotements. Je me suis assis dans la salle d'attente avec les ambulanciers jusqu'à ce que je me sente capable de rentrer chez moi. En rentrant chez moi à Bend, j'ai été frappé comme par une vague. Ma vision s'est troublée, mon cœur s'est mis à battre la chamade et j'ai commencé à avoir peur. J'étais coincé dans un embouteillage et j'ai dû faire face à la situation pendant quelques minutes jusqu'à ce que je puisse quitter la route en toute sécurité (c'était le pire). Je me suis garé et j'ai appelé ma femme. Pendant que je lui parlais, ma gorge a commencé à enfler et le côté gauche de mon corps, là où j'ai reçu la piqûre, est devenu rouge. Nous avons appelé le 911 et une fois dans l'ambulance, on m'a donné de l'épinéphrine et du Benadryl. Cela a immédiatement commencé à désenfler ma gorge et à me permettre de mieux parler. Mais l'épinéphrine a fait monter mon adrénaline et mon cœur a dépassé les 160 bpm. En arrivant aux urgences, j'ai commencé à avoir des tremblements incontrôlables. Cela a duré près de 45 minutes jusqu'à ce qu'on me donne un médicament pour calmer mon corps. On m'a diagnostiqué une réaction allergique anaphylactique au vaccin. Je n'avais jamais été allergique à quoi que ce soit dans ma vie avant cela.

Le lendemain, je me suis senti bien et j'ai poursuivi ma journée, mais en repensant à la journée précédente et au tourbillon qu'elle avait constitué. Le lendemain, c'est là que ça m'a frappé à nouveau. Je travaillais dans le jardin et je me suis soudainement senti étourdi et fatigué, comme si j'allais m'évanouir. J'ai été cloué au lit pendant une semaine et j'avais tellement de vertiges que je pouvais à peine aller aux toilettes. Le mois suivant a été flou. J'ai consulté mon médecin habituel et on m'a orienté vers d'autres spécialistes. On m'a fait passer une IRM du cerveau, car j'avais subi une commotion quelques mois auparavant et on pensait que cela avait fait revenir tous les symptômes de la commotion. L'IRM a montré que mon cerveau avait été endommagé par la commotion précédente et qu'il y avait une nouvelle inflammation et un gonflement, mais on m'a dit que ce n'était pas grave et que c'était typique d'un patient souffrant d'une commotion cérébrale.   J'ai fini par quitter mon travail car ma capacité à me concentrer diminuait considérablement et mes vertiges étaient provoqués par le simple fait de regarder un écran d'ordinateur.

Depuis lors, j'ai consulté d'innombrables spécialistes dans la communauté médicale de Bend. J'ai également eu une foule de symptômes qui sont apparus au hasard. J'ai eu des palpitations cardiaques, des difficultés à respirer, des douleurs nerveuses dans le cou, le dos et les jambes (je me suis réveillé au milieu de la nuit avec des tremblements ou des frissons incontrôlables), des maux de tête quotidiens et une sensibilité à la lumière. J'ai également eu des problèmes d'estomac qui m'ont empêché de manger pendant un mois et qui m'ont obligé à changer complètement mon régime alimentaire, et maintenant mes maux d'estomac intensifient les étourdissements quotidiens dont je souffre 24 heures sur 24. (J'ai perdu 30 livres et j'en avais besoin, c'est peut-être le bon côté des choses : ceux qui me connaissent savent que je plaisante beaucoup et que je dois le faire pour m'en sortir).

J'ai trouvé un médecin neurologue à Bend qui m'a sauvé la vie et m'a aidé à retrouver au moins un certain niveau de fonctionnement et sans lui, je ne sais pas où je serais maintenant. J'ai aussi la meilleure épouse de la planète, Windy Bush, qui a quitté son travail après mes multiples visites aux urgences, nous avons pensé qu'il était temps pour elle d'être à la maison pour m'aider. Si elle et mes merveilleux enfants ne m'aidaient pas avec quelque chose d'aussi simple que des câlins quotidiens, je ne pense pas que je m'en sortirais. Mes journées sont des montagnes russes émotionnelles et je pleure presque tous les jours. J'avais l'habitude de cacher mes pleurs, que ce soit jusqu'à ce que les enfants quittent la pièce ou que ma femme s'endorme, mais maintenant, ils sortent au hasard.

J'ai essayé toutes sortes de thérapies : thérapie oculaire, stimulation électrique, thérapie physique, rétroaction biologique, acupuncture, médecine chinoise, suppléments, IRM, radiographie et analyses sanguines. Tout ce que vous voulez, je l'ai probablement essayé.

La vérité, c'est que chez un petit pourcentage d'entre nous, le vaccin peut avoir ces effets secondaires. La plupart d'entre nous doivent simplement faire avec et vivre dans un désert où la majorité de la communauté médicale rejette le fait que le vaccin en soit la cause et qu'il s'agisse d'autre chose, sans pouvoir dire quoi. Il est vraiment difficile de trouver un traitement pour quelque chose que la communauté médicale n'étudie pas ou ne recherche pas. Tout ce que je veux, c'est retrouver la santé, me réveiller un jour et vivre une journée normale. Si je pouvais avoir un jour de plus avant de mourir, je donnerais tout pour pouvoir me réveiller, manger ce que je veux pour le petit-déjeuner, marcher sans m'accrocher aux murs ou à ma femme pour me soutenir et avoir un sourire sur le visage toute la journée au lieu d'essuyer des larmes.

Je pense et j'ai peur pour mon avenir et je me demande si je vais être confronté à cela pour le reste de ma vie ou si je dois maintenant regarder par-dessus mon épaule pour d'autres troubles neurologiques qui pourraient survenir comme la SLA, la maladie d'Alzheimer, la démence ou la maladie de Parkinson.

-S.B. – Oregon

T49

Femme (42 ans)

Aucun problème de santé antérieur et partisane des vaccins.

A reçu Pfizer le 20 mai 2021.

Réactions immédiates :

- bourdonnement dans le corps - j'avais l'impression de m'illuminer de l'intérieur

- étourdissement

- nausée

- sensation de brûlure derrière les yeux et dans les aisselles

- bras douloureux

- lourdeur dans la poitrine

Dans l'heure qui suit

- nausée extrême

- spasmes musculaires (d'abord des contractions localisées, puis des spasmes de tout le corps après environ 15 minutes et pendant une heure)

- bourdonnement corporel continu

3 heures après l'injection :

- démangeaisons sévères dans la partie supérieure de ma jambe (j'ai eu une expérience similaire après une péridurale pendant une de mes grossesses)

- sensation de chaleur extrême

18 heures après l'injection :

- épuisée/fatiguée - je pouvais à peine bouger

- nauséeuse

- bourdonnement dans le corps

- maux de tête

- un autre épisode de spasmes de tout le corps, qui a duré une heure.

Symptômes continus entre le 21 mai et le 11 juin :

- épisodes intermittents de nausées

- fatigue

- épisodes périodiques de spasmes corporels et de contractions musculaires mineures

- bourdonnements corporels (devenus intermittents environ une semaine après le vaccin).

Du 11 au 13 juin :

- j'ai commencé à remarquer que mon équilibre était perturbé (j'avais de la difficulté à rester debout et je devais m'asseoir ou m'allonger pour retrouver mon équilibre)

- le sens de l'orientation ne fonctionne pas correctement, c'est-à-dire que je me demande de tourner dans un sens mais mon corps tourne dans la direction opposée

- concentration très brumeuse - j'avais du mal à faire des phrases simples et j'avais des trous de mémoire pour des choses élémentaires (ma famille le remarquait).

14 juin :

- Perte du contrôle de la motricité fine de la main dominante (tremblements) - pendant plus d'une heure. Mes bras étaient faibles et tremblants après cet épisode (j'ai demandé un traitement médical).

- super nauséeuse

Le reste de la semaine :

- beaucoup d'épisodes très forts de vertiges, de nausées et de spasmes musculaires.

Symptômes en cours (il n'y a pas eu un jour sans ressentir un ou plusieurs des symptômes suivants) :

- vertiges et nausées

- maux de tête allant de légers à graves

- épisodes où tout ce qui se trouve à l'intérieur de ma tête (cerveau/yeux) donne l'impression de devenir liquide et où j'ai la sensation qu'ils " crêpent " ou poussent dans ma bouche au point que je vais m'évanouir.

- spasmes corporels localisés

- brouillard cérébral/perte de concentration

- fatigue

- tremblements dans les mains/secousses dans les doigts

- sensations de vibration dans tout le corps/bourdonnement corporel (si vous avez déjà étreint un poteau téléphonique en bois relié à l'électricité et que vous avez senti/entendu l'énergie passer à travers, c'est exactement ce que vous ressentez, sauf que c'est à l'intérieur de vous).

J'ai l'air normale et en bonne santé et si vous ne me voyez pas pendant un épisode de spasme de tout le corps ou si je ne vous montre pas les tremblements de mes mains ou les spasmes musculaires localisés, vous pourriez penser que tout va bien chez moi.

Comme beaucoup d'autres, j'ai contacté des médecins et ils pensent que c'est probablement lié au stress ou à l'anxiété. J'ai du mal à le croire car tout a commencé pour moi après avoir reçu le vaccin, je n'ai jamais reçu de diagnostic de santé mentale auparavant et ma vie est stable. Tous mes tests (analyses de sang, tomodensitométrie, électrocardiogramme, IRM) se sont révélés normaux. Si j'évoque la possibilité d'un lien avec le vaccin auprès d'un professionnel de la santé, la question est balayée d'un revers de main : mes problèmes doivent être liés à autre chose et le moment choisi n'est qu'une coïncidence. J'attends maintenant de voir un neurologue, mais comme mes tests reviennent normaux, cela ne se fera probablement pas avant quelques mois (je suis au Canada et les rendez-vous chez les spécialistes sont difficiles à obtenir - surtout quand on ne considère pas que c'est urgent).

Il n'est pas possible de signaler directement les effets indésirables, car au Canada, il faut passer par un fournisseur de soins de santé. C'est là que je me heurte à un mur. Il serait utile que les fournisseurs de soins de santé que j'ai consultés prennent mon expérience au sérieux et soumettent un rapport en mon nom, mais c'est difficile quand ils ne me connaissent pas ou ne croient pas que cela puisse être lié au vaccin.

 C'est incroyablement isolant car personne d'autre dans ma vie qui a reçu le vaccin n'a eu une expérience similaire. Je reçois beaucoup de soutien, mais en même temps, parce que mon expérience est si inhabituelle, je reçois aussi un certain scepticisme et j'ai aussi des médecins de salon bien intentionnés qui essaient de diagnostiquer mes symptômes comme étant "autre chose" - et c'est épuisant en plus de tout ce que je ressens/gère. J'essaie maintenant de ne pas trop en parler et je minimise souvent mes symptômes lorsque quelqu'un me demande comment je vais. Je fais également de mon mieux pour passer à travers ma journée sans me plaindre lorsque mes symptômes se manifestent (ce qui n'est pas toujours possible, surtout lorsque je dois m'absenter du travail). En attendant, ces symptômes sont incroyablement distrayants et certainement débilitants car ils ont un impact sur mon travail et ma vie personnelle.

Je me suis inscrite pour recevoir le vaccin COVID dès qu'il m'a été proposé. Ma famille, y compris mes enfants, a reçu les vaccins appropriés à leur âge. Je suis généralement vaccinée contre la grippe chaque année. Mon mari et mon fils de 12 ans ont également reçu la première dose du vaccin Pfizer sans problème. Ils vont bientôt recevoir leur deuxième dose et je suis favorable à ce qu'ils soient pleinement vaccinés, indépendamment de mon expérience personnelle. Cela dit, je ne peux pas me résoudre à réserver ma deuxième dose - la crainte d'une réaction plus extrême est très réelle. À moins qu'un médecin ne puisse identifier précisément la raison de mes symptômes actuels et me prouver qu'ils ne sont pas liés au vaccin, je ne recevrai pas de nouvelle dose.

Encore une fois, je suis tout à fait d'accord avec les vaccins et je n'ai pas l'intention de susciter la peur des vaccins. Je reconnais que l'objectif est de faire vacciner le plus grand nombre de personnes dans le monde le plus rapidement possible et que des histoires comme la mienne peuvent faire avancer les programmes anti-vaccination. Je continue de soutenir les vaccins dans la lutte contre cette horrible maladie, mais je veux aussi partager mon expérience pour que Pfizer reconnaisse qu'il y a des effets indésirables qui se produisent et qu'il ne faut pas les cacher ou les ignorer.

 -C.M. - Colombie-Britannique

T50 7/20/21

Il y a 16 semaines, j'étais heureux de recevoir ma première injection et 16 semaines plus tard, je veux me sentir heureux à nouveau. Je suis trop fatiguée pour faire quoi que ce soit, je ne peux pas travailler et certains jours, conduire me demande trop d'efforts. Mais ce n'est pas grave. Je ne veux pas manger de toute façon parce que rien n'a de goût. Les premiers effets secondaires étaient intenses, mais j'ai gardé espoir lorsque l'intensité a diminué. Et a atteint un plateau. Des températures intermittentes, une fatigue comme je n'en ai jamais ressentie, des acouphènes, des maux de tête (je n'ai jamais été une personne à maux de tête), des fréquences cardiaques élevées, du brouillard. Où est la personne qui a fait 30 miles de vélo par jour, soulevé des poids, fait des randonnées, ri et espéré ? Pourquoi quelqu'un n'étudie-t-il pas ceci, ne m'étudie-t-il pas, ne répare-t-il pas ceci, ne nous répare-t-il pas, ne me répare-t-il pas ?

- L.W. - Massachusetts

T51 7/21/21

En mars 2021, j'ai reçu ma deuxième injection de moderna. J'avais un peu de gonflement au visage. Quelques jours plus tard, j'ai commencé à développer une terrible éruption rouge-violet sur mes jambes et mes pieds. Je suis allé voir mon médecin qui n'a pas semblé trop inquiet. J'ai continué à travailler de 8 à 14 heures par jour et l'éruption est devenue incroyable. Finalement, je me suis retrouvé aux urgences du Presbyterian. Puis j'ai été admis à l'hôpital. J'ai été examiné et testé par mon interniste, mon neurologue, mon oncologue, mon cardiologue et, quatre mois plus tard, mon prochain rendez-vous est avec un rhumatologue. En quatre mois, je n'ai toujours pas reçu de diagnostic sur ce que c'est. J'ai développé une neuropathie, des lésions nerveuses et un pied tombant. Je porte une attelle jambe/pied et je marche avec un déambulateur. J'ai été hospitalisé dans un hôpital de réadaptation et je continue en consultation externe. Je ne peux ni conduire ni travailler. Mes journées se résument maintenant à des rendez-vous chez le médecin, des tests et de la rééducation. J'ai 71 ans et j'espère retrouver la santé que j'avais en mars il y a plusieurs mois. Je ne le saurai jamais avec certitude. Les médecins ne veulent même pas parler du vaccin. Un médecin m'a demandé pourquoi il est si important de savoir exactement ce qu'est cette maladie, tant que nous travaillons à vous guérir. Ma réponse a été la suivante : "POURQUOI, voyons, devrais-je recevoir le rappel Covid 19 le moment venu ? Le feriez-vous ?

C.R. - Texas

T52 7/20/21

Je m'appelle Deep. Je suis une femme asiatique de 38 ans. Je voudrais vous dire que je souffre depuis 2 mois après avoir reçu le vaccin Pfizer. Après avoir reçu le vaccin Pfizer, j'ai eu une attaque de panique, j'ai développé de l'anxiété, du brouillard cérébral, des problèmes de concentration, des sensations de choc électrique dans tout le corps, des maux de tête qui ne disparaissent pas même après avoir pris des médicaments. Je suis allée voir le médecin après ma crise de panique et je lui ai dit que cela m'était arrivé après avoir reçu le vaccin Pfizer, mais elle ne m'a pas crue et m'a dit que nous n'avions pas assez de données pour croire que c'était arrivé à cause du vaccin Pfizer. J'ai très peur pour ma santé et j'ai besoin d'aide. J'ai été orientée vers un pshychiatre et un thérapeute. J'étais une personne en bonne santé avant d'être vaccinée. Je ne peux plus conduire car je faisais des crises de panique en conduisant. Je suis incapable de me concentrer et de me focaliser car je suis terrifiée par toute cette situation. Je l'ai signalé à Pfizer, au CDC et à la FDA, mais je n'ai reçu aucune aide ni aucun soutien. J'aimerais que Pfizer nous aide au moins à nous sortir de cette situation, car ils sont seuls à savoir quels ingrédients ils ont ajoutés à leurs vaccins et qui provoquent de tels effets indésirables, et s'ils disparaîtront au bout de 6 mois, lorsque l'effet du vaccin disparaîtra, ou si nous devrons y faire face toute notre vie. Je regrette d'avoir pris la décision de me faire vacciner par Pfizer, car j'étais une personne heureuse et en bonne santé avant de me faire vacciner.

-D.V. - Californie

T53 7/20/21

En juillet, quatre mois après le vaccin Pfizer, mes symptômes continuent d'augmenter en nombre et en intensité : engourdissement du bout de la langue et de la lèvre inférieure, douleur à la mâchoire et goût métallique dans la bouche comme si une barre de métal me transperçait d'une mâchoire à l'autre, douleur extrême au cou et aux épaules, cerveau brumeux, vision trouble, sensations hors du corps, des maux de tête intenses et continus, des picotements internes et des vibrations électriques dans tous les muscles, un cœur qui s'emballe, une sensation d'oppression dans la poitrine, une pression artérielle élevée, des articulations qui craquent, des difficultés à retrouver les mots, des engourdissements dans diverses parties du corps, une faiblesse, des vertiges, un gonflement des chevilles et des doigts, un essoufflement et une fatigue dévorante. Ces sensations diminuent quelque peu le matin, puis augmentent au fil de la journée, et sont très gênantes et douloureuses le soir. Mon genou arthritique me fait souffrir d'une manière nouvelle et alarmante. Le sommeil est difficile et rempli de mauvais rêves pleins de douleur. Je suis incapable de travailler toute une journée, de profiter de ma vie ou de faire de l'exercice comme je le faisais avant le vaccin. Je dois planifier mes activités chaque jour et décider comment dépenser mon énergie limitée. J'étais une personne heureuse, je faisais des randonnées tous les jours avec des amis, j'ouvrais une nouvelle galerie d'art et j'étais ravie de recevoir le vaccin pour pouvoir à nouveau enseigner l'art et socialiser avec mes amis et ma famille. Je lutte avec une profonde tristesse parce que c'est ma vie maintenant.

-K.H. - New York

T54 7/19/21

J'ai reçu ma première dose de Pfizer au début du mois de juin. J'ai été libéré au bout de 15 minutes, et j'ai conduit jusqu'à la maison. En entrant dans mon allée, j'ai remarqué que le côté gauche de mon visage était engourdi. J'ai paniqué et j'ai appelé une amie pour qu'elle me parle et appelle le 911 si elle m'entendait m'évanouir ou quoi que ce soit. Les jours suivants, j'ai ressenti de fortes douleurs dans le cou, la mâchoire, l'épaule et le bras gauche. Mes oreilles ont sonné d'un son très fort et aigu, et n'ont pas cessé. L'engourdissement initial a commencé à s'améliorer. Cependant, j'ai lentement commencé à développer des sensations d'engourdissement et de picotement dans les deux jambes, à partir des genoux, et dans les pieds ; dans les deux avant-bras et les mains, et dans le visage, autour du nez, des joues et de la langue. Ces sensations sont constantes depuis 7 semaines. J'ai aussi des épisodes de brouillard cérébral et de pensée lente. J'ai aussi l'impression que ma vision est légèrement moins bonne.

Première visite chez le médecin après 3 jours, elle a exclu la paralysie de Bell et m'a donné un antiviral et un relaxant musculaire. Elle m'a informé qu'elle avait vu d'autres personnes présentant des symptômes similaires et leur a fait passer toute une série de tests qui se sont tous révélés négatifs. Deuxième visite, chez ma naturopathe. Elle est merveilleuse et admet qu'il y a des effets indésirables neurologiques et nous essayons d'aider les symptômes avec des suppléments. Troisième visite pour un examen physique avec le généraliste. Elle a essayé de me dire que mes symptômes n'étaient pas liés au vaccin et que je pouvais avoir la SEP. Elle veut commencer par une IRM du cerveau et tous les tests que tout le monde ici a dit n'ont rien donné. Tous les autres laboratoires et tests effectués jusqu'à présent sont excellents et ne montrent rien.

-D.D. - Washington

T55 7/19/21

Je suis une infirmière diplômée de 68 ans, spécialisée dans les soins intensifs. Je suis mariée et j'ai deux enfants adultes. Avant de recevoir le vaccin, j'étais en bonne santé et active, je faisais du ski, de la natation, de la randonnée et du yoga.

J'ai reçu mon premier vaccin Moderna a le 18 mars. Au bout de 10 jours, j'ai commencé à ressentir des douleurs musculaires dans les épaules, les bras, les cuisses et les fessiers. J'avais l'impression d'avoir fait de l'exercice intense et d'avoir des muscles endoloris, alors que ce n'était pas le cas. J'ai supposé que cela allait passer.

J'ai reçu mon deuxième vaccin moderne le 11 avril. Dans les 16 heures, j'ai eu des tremblements et des frissons pendant 4 heures.

Le jour suivant, mon genou a enflé au point que je n'ai pas pu porter de poids ET mes symptômes initiaux se sont aggravés. J'ai pris rendez-vous avec mon médecin orthopédiste qui m'a dit qu'il pourrait me faire une injection de cortisone une fois que j'aurais dépassé de deux semaines le deuxième vaccin. Au cours de ces deux semaines, la douleur initiale que j'avais aux épaules et aux hanches s'est exacerbée au point d'être très douloureuse la plupart du temps (10 sur 10), la douleur la plus intense se situant au point d'injection et à l'épaule de ce bras. J'ai également ressenti une fatigue extrême, des étourdissements, des palpitations, une pression artérielle élevée, des oublis, des tremblements intermittents des mains et une perte de poids. La douleur devenait de plus en plus débilitante, j'avais l'impression que mon corps était en feu à cause de l'inflammation. Le 22 mai, la douleur s'est déplacée vers ma main droite. Je regardais ma main en ouvrant et en fermant doucement les doigts lorsque le tendon de mon pouce s'est rompu spontanément avec un "pop".

J'ai pu consulter un chirurgien de la main qui m'a recommandé de faire une opération de transfert de tendon au plus tard deux semaines après la rupture. J'ai suivi ses conseils et l'opération a duré trois heures.

J'ai ensuite vu un généraliste qui s'attendait à une maladie auto-immune appelée polymyalgia rheumatica, déclenchée par une vaccination. On m'a conseillé de consulter un rhumatologue. Mon diagnostic a été confirmé par la présence de marqueurs d'inflammation élevés et j'ai été mise sous prednisone pour soulager la douleur et l'inflammation. Mon rhumatologue est d'accord pour dire que le vaccin est à l'origine de cette maladie. Elle a d'autres patients avec une histoire similaire.

Je consulte maintenant un rhumatologue, un chirurgien de la main et un physiothérapeute pour trois problèmes qui sont apparus avec ce problème, la hanche, l'épaule et la main.

J'en suis à quatre mois de cette maladie, je souffre tous les jours et on me dit que je vais devoir prendre de la prednisone pendant un à trois ans. C'est un médicament dangereux et plein d'effets secondaires.

- M.N. - Californie

 T56 7/19/21

Je me suis réveillé 2 semaines après la 2e dose avec une pression dans la tête, des vertiges et un bruit dans l'oreille gauche. Environ une semaine plus tard, la pression à la tête a irradié dans mon cou et mes épaules, avec des picotements dans mon bras gauche jusqu'à mon annulaire et mon petit doigt. Les douleurs et les secousses musculaires autour de mon corps ont également commencé à ce moment-là. Je m'épuisais facilement à cause des douleurs musculaires. Maintenant, mes douleurs musculaires se sont étendues à mes jambes et à mes pieds, tout comme les secousses et les spasmes. Cela fait environ deux mois que ma réaction a commencé.

-E.B. - Caroline du Nord

T57 7/15/21

Deux jours après le vaccin, j'ai eu une légère fièvre et des frissons, puis j'ai remarqué que mes mains enflaient la nuit, que j'avais mal aux os, que j'avais des vertiges, que j'avais mal à la poitrine, que j'étais essoufflée, que mon niveau d'énergie était faible, voire inexistant, et que ma vision était trouble. J'étais une personne active de 61 ans, qui faisait de la musculation 2 heures par jour, 5 jours par semaine, avec des exercices cardio-vasculaires intenses. J'ai vu un cardiologue et mon médecin généraliste, qui n'ont rien trouvé à redire à mon cœur. Maintenant, je peux à peine prendre une douche et m'habiller sans avoir besoin de me reposer. La dépression et une faible estime de soi se sont installées. Il y a environ une semaine, j'ai remarqué que mes pieds enflaient. Je suis donc passé d'une personne très active et pleine de vie à une patate de canapé....Dieu merci, j'ai reçu le vaccin. Le COVID ne m'aura peut-être pas, mais ce satané vaccin pourrait bien m'avoir. Je pleure tous les jours maintenant, c'est la seule chose que je puisse faire.

-D.Q. - Texas

T58

Le matin du 30 avril 2021, j'ai reçu ma première dose du vaccin Pfizer. Je suis mère de deux adolescents. Je dirige une école forestière et je passe mes journées dans les bois avec des enfants, à faire de l'escalade, à grimper aux arbres, à fabriquer des paniers et, de manière générale, à profiter de l'utilisation de mon corps. Je suis en bonne santé, même si je souffre de la maladie de Hashimoto depuis plusieurs années. Je le gère avec succès et je me porte plutôt bien.

Cinq minutes après l'injection dans mon bras gauche, ce dernier a commencé à ressentir des fourmillements (paresthésie) dans tout le bras et s'est senti très lourd. Dix minutes plus tard, tous mes membres ont ressenti la même chose et mes lèvres et ma langue ont commencé à ressentir la même chose. Les infirmières du centre de vaccination m'ont immédiatement transférée aux urgences, de l'autre côté de la rue. Au moment où l'on m'a emmenée, tout le côté gauche de mon visage était glacé et picotait, j'avais un mal de tête comme si j'avais une bande serrée autour de la tête, des nausées et tous mes membres ont commencé à avoir des spasmes et à se contracter involontairement. On m'a gardé sous observation pendant 3 heures. Au bout d'une heure, tous les symptômes, à l'exception des picotements au visage et à la bouche et du mal de tête, se sont dissipés. On m'a relâché et on m'a dit que cela pouvait avoir été causé par une hyperventilation. À aucun moment je n'ai fait d'hyperventilation. J'ai eu des conversations fluides et normales avec tout le monde et personne n'a semblé s'inquiéter de ma respiration.

Le mal de tête et la paresthésie du visage gauche sont restés jusqu'au 5e jour (5 mai). Ce matin-là, je me suis réveillé avec des douleurs dans tout le corps, en particulier dans les mains et les pieds, avec une paresthésie dans les deux mains et les deux pieds. Mon mal de tête battait son plein, je commençais à être incapable de marcher à mon rythme normal et les objets de tous les jours, comme ma bouteille d'eau, me semblaient très lourds.

Au cours des 4 semaines suivantes, la paresthésie s'est étendue au-dessus des deux coudes et des deux genoux. La douleur est devenue très forte, avec l'impression que mes membres étaient écrasés. J'ai développé des douleurs électriques et fulgurantes dans les pieds, les mains et, occasionnellement, dans les bras et les jambes. J'ai commencé à avoir des plaques de peau qui donnaient l'impression d'être brûlées par le soleil lorsqu'on les touchait légèrement. Mes cheveux ou mes vêtements me faisaient mal lorsqu'ils touchaient ces plaques de peau. Le dessus de mes pieds est devenu très sensible au toucher léger, pas douloureux, juste trop stimulant et anxiogène. La faiblesse s'est accrue, passant d'une marche lente à un simple pas traînant qui ne pouvait être maintenu pendant plus de 5 minutes à la fois. J'avais l'impression d'avoir gravi une montagne escarpée avec un lourd sac à dos, puis de l'avoir enlevé. Mes muscles étaient vacillants, comme s'ils tremblaient, et très faibles. Au cours de la troisième semaine (22 mai), les muscles du haut de mon dos, de ma poitrine et de mon cou ont commencé à être lourds et j'ai commencé à avoir de la difficulté à tenir mon tronc et ma tête en l'air pendant un certain temps.

J'ai subi une étude de conduction nerveuse (21 mai) qui a montré une diminution globale d'un tiers de la conduction nerveuse motrice et sensorielle et des réflexes incohérents. On m'a diagnostiqué un cas léger de syndrome de Guillain Barre.

Mon généraliste m'a envoyé consulter un autre spécialiste (28 mai) qui a répété l'étude de conduction nerveuse et m'a dit que tous les nerfs et les réflexes étaient sains. Elle a cependant dû faire de nombreuses tentatives pour que mes réflexes répondent à chaque point. Cette spécialiste a retiré le diagnostic de SGB, écrivant dans son rapport qu'elle pensait que mes symptômes étaient probablement de nature psychologique.

Tous mes examens sanguins reviennent normaux, mes marqueurs thyroïdiens sont tous sains. Mon médecin généraliste ne sait pas ce qui se passe et semble avoir renoncé à chercher. J'ai été incapable de terminer l'année scolaire au travail. J'utilise un fauteuil roulant électrique pour pouvoir me déplacer à 3 minutes de mon lit et une minerve pour maintenir ma tête dans le fauteuil. Mon gentil et aimant mari doit tout faire, y compris me brosser les cheveux. Je ne peux soutenir aucun type de contraction musculaire et aucun des symptômes n'a diminué. J'ai un mal de tête depuis 67 jours consécutifs. Je ne vais pas bien.

J'ai aussi l'impression d'être mise de côté, d'être balayée sous le tapis et rejetée, alors que ma vie a été bouleversée.

L.G. - Californie

T59

J'ai passé tout le mois de février à souffrir de douleurs thoraciques, d'essoufflement, de fatigue extrême, de vertiges, d'engourdissement du bras droit, d'une tension artérielle très basse et j'ai failli avoir des syncopes à plusieurs reprises. J'ai été aux urgences à trois reprises, et à chaque fois, on a vérifié mes enzymes cardiaques pour détecter une éventuelle crise cardiaque et on m'a fait passer un test de dépistage du COVID ; à chaque fois, les résultats étaient négatifs. Tout cela s'est produit environ 4 à 5 jours après avoir reçu ma première dose du vaccin Moderna. Je leur ai dit à chaque fois et tout le monde a rejeté l'idée que le vaccin avait quelque chose à voir avec ce que je ressentais. J'ai également passé une écho de stress, un test de stress surrénalien et d'autres tests endocriniens. Je n'ai jamais été traitée pour quoi que ce soit et on ne m'a jamais donné une vraie réponse. En raison d'un diagnostic préexistant de "dysfonctionnement autonome" de ma tension artérielle basse, on a considéré qu'il s'agissait d'un "événement" dû à celui provoqué par le vaccin. J'éprouve encore des douleurs thoraciques, un essoufflement, un engourdissement du bras droit, un brouillard cérébral et des jours où je suis si fatiguée qu'il m'est difficile de rester éveillée pour accomplir les tâches les plus simples.

Avant de recevoir le vaccin, je pouvais dormir trois heures et réussir à suivre mes deux enfants.

T60

Je suis une femme de 32 ans, mariée et mère d'un enfant en bas âge.

Je suis pharmacienne dans un hôpital et je voulais faire ma part pour mettre fin à la pandémie. Ma vie a été changée à jamais depuis que j'ai décidé de me faire vacciner par Pfizer Covid le 18/12/20. J'ai immédiatement commencé à avoir des symptômes d'étourdissement et de rythme cardiaque rapide, suivis de douleurs thoraciques. Après 6 mois et demi, soit 2 visites aux urgences et de nombreuses visites chez des spécialistes, je me retrouve avec des spasmes de tout le corps, des tremblements des mains, des étourdissements, une tachycardie, une perte de cheveux, des nausées sévères, des cycles menstruels anormalement lourds, des douleurs thoraciques, un gonflement des côtes et des douleurs sévères. Mon cardiologue m'a diagnostiqué une costochondrite avec gonflement, donc peut-être un syndrome de Tietze au niveau des côtes, mais personne n'en est sûr.

Ce qui m'énerve le plus, c'est que le CDC ne m'a contacté qu'une seule fois en décembre dernier et que je n'ai plus entendu parler de personne depuis. Personne ne parle des effets secondaires négatifs que le vaccin peut provoquer. Il faut faire des recherches pour aider ceux d'entre nous qui ont ces effets secondaires débilitants. Est-ce que je redeviendrai normale un jour ? Serai-je un jour la mère que mon enfant mérite ? Est-ce que je pourrai un jour conduire plus de 15 minutes ? Pourrai-je un jour rester assise pendant plus de quelques heures sans ressentir une douleur intense ? J'ai tellement de questions sans réponse. Nos vies comptent aussi et nous avons besoin d'aide !

K.M - Illinois

T61

À la mi-janvier, j'ai reçu ma première dose du vaccin Pfizer. Les symptômes comprenaient une douleur au bras gauche et une douleur sourde au poignet gauche. Environ 4 jours plus tard, j'ai remarqué que mon ganglion lymphatique subclaviculaire gauche était gonflé. Je me suis dit que j'allais garder un œil dessus pendant environ 4 semaines et que si cela ne disparaissait pas, j'irais voir le médecin. J'ai reçu ma deuxième dose au début du mois de février et, environ 4 jours plus tard, j'ai remarqué un autre ganglion lymphatique gonflé à côté du premier. Je suis allée voir un ORL, qui voulait le surveiller. Je pensais qu'il s'agissait probablement d'une réaction auto-immune au vaccin, mais n'étant pas médecin, je ne voulais pas faire de suppositions. Je l'ai donc surveillé pendant les semaines suivantes. J'ai commencé à ressentir une douleur au sein et à l'aisselle gauche, avec des démangeaisons dans l'aisselle gauche. Le sein gauche était gonflé. Je suis allée voir un autre médecin. Il m'a envoyée passer une mammographie et une échographie. Ils ont également pris une image de mon sein droit pour comparaison. Mon sein gauche présentait plusieurs kystes et le ganglion lymphatique axillaire gauche était enflé. Au cours des mois suivants et encore maintenant, j'ai les signes/symptômes suivants (je n'ai jamais eu ces symptômes dans le passé et j'ai laissé de côté les symptômes que j'ai eus auparavant comme les vertiges/étourdissements) :

*Douleur fulgurante qui va et vient clavicule gauche, mâchoire gauche, oreille gauche, coude gauche, poignet gauche.

*Ganglions lymphatiques enflés : 2 dans la clavicule gauche, 1 dans le coude gauche, 1 dans l'aisselle.

*Douleur au mollet gauche lors de l'utilisation du muscle, qui ne s'atténue pas et ce depuis des mois (pas d'antécédents de blessure).

*Essoufflement

*Points de suture sur le tronc gauche, autour de la cage thoracique, j'ai l'impression d'avoir couru alors que je suis au repos.

*Fatigue musculaire facile

*Menstruations épaisses et coagulantes

*Sensations de chaud et de froid le long de mon bras et de ma jambe gauche.

*Sensation d'engourdissement dans le bras et la main gauche (depuis quelques semaines)

Palpitations cardiaques occasionnelles

*Nausées qui vont et viennent

J'ai passé plusieurs tests sanguins, on m'a diagnostiqué une mononucléose réactivée, mais mon médecin a dit que mes symptômes auraient disparu depuis le temps. Je vais passer une échographie de ma jambe gauche la semaine prochaine. Je n'ai pas passé d'IRM. Le médecin a admis que mes symptômes étaient étranges

Je voulais aussi dire que je suis une hygiéniste dentaire de 35 ans qui a voulu faire sa part dans la lutte contre la pandémie. À part un asthme léger au printemps et de l'anxiété, je n'ai pas d'autres problèmes de santé et je ne prends pas de médicaments prescrits quotidiennement.

J'ai signalé mes symptômes à VSAFE. Je pensais qu'ils voudraient me contacter pour discuter de mes symptômes. Je me suis dit que je ne pouvais pas être le seul. Ils voudront recueillir des informations pour les étudier, mais je n'ai jamais eu de nouvelles d'eux.

-A.L. - Michigan

T62

Je suis une infirmière diplômée, j'étais en bonne santé avant le vaccin. J'ai reçu ma première injection, Pfizer, en mars. J'allais bien, aucun symptôme après l'injection. Une à deux semaines plus tard, j'ai développé des symptômes d'allergie saisonnière, mais je n'avais jamais eu d'allergies auparavant. Puis j'ai commencé à avoir des allergies alimentaires de façon inattendue. J'avais les lèvres engourdies par les agrumes. Puis j'ai commencé à avoir des aphtes. Maintenant, j'ai une langue douloureuse et enflée et des picotements dans les joues. J'ai l'impression que ma bouche est toute enflée et que je ne peux pas utiliser ma langue pour nettoyer la nourriture dans l'espace entre les joues, les lèvres et les dents. Ma bouche est tout simplement bizarre et manger est inconfortable. Je refuse la 2e dose, je n'ai pas demandé d'aide médicale car je sais que je vais être renvoyée.

N.M. - Ontario

T63

Ma fille, Sarah Green(Little), a reçu sa deuxième dose du vaccin Pfizer le 4 mai. Après le vaccin, elle s'est plainte d'un mal de tête à l'arrière de la tête à quelques reprises. Elle n'avait jamais eu de maux de tête auparavant. Je lui ai donné de l'Ibuprofène, et ça allait s'arranger.

Le soir du 23 mai, elle est venue me voir et m'a dit qu'elle avait un " tic " dans le cou. J'ai pensé qu'elle était peut-être simplement fatiguée et lui ai dit d'aller se coucher.

Le matin du 24 mai est un matin normal. Je vais au travail avant qu'elle ne se réveille, et donc elle m'appelle si je ne l'appelle pas. Nous avons eu une conversation normale et elle m'a dit qu'elle et son père allaient faire des courses.

Ce soir-là, vers 19 heures, j'ai reçu un appel de son père qui m'a dit qu'il l'emmenait aux urgences parce que quelque chose n'allait pas. Little avait commencé à bégayer très fort et elle avait des mouvements de tête incontrôlables. Elle ressemblait à quelqu'un qui a la maladie de Parkinson. Elle n'avait jamais bégayé ou eu ces "tics" auparavant.

Après deux nuits à l'hôpital et de nombreux tests, elle a été renvoyée chez elle sans aucune amélioration et on nous a dit que c'était un "tic nerveux" et qu'elle devait consulter un psychiatre. Nous avons demandé plusieurs fois si cela pouvait être le vaccin et on nous a ignorés jusqu'à ce qu'un médecin nous dise qu'il n'avait aucune idée de ce que c'était, mais que ce n'était absolument pas le vaccin et que nous ne pouvions pas tout mettre sur le dos de celui-ci. Nous avons dû discuter avec eux pour qu'ils l'envoient chez un neurologue.

Deux semaines plus tard, nous avons enfin vu le neurologue et on nous a dit qu'elle souffrait d'un trouble fonctionnel du mouvement, et que c'était "lié au vaccin, mais pas au vaccin". Et que c'est un effet secondaire "extrêmement rare". (En faisant des recherches, j'ai découvert que ce n'était pas si rare). Mais le neurologue a dit qu'il avait vu beaucoup de cas de ce genre.

En fait, ce qui s'est passé, c'est qu'il y a eu une sorte de rupture dans la voie de transmission de la maladie.

T64

J'ai été vacciné avec le vaccin Moderna et je me suis senti fatigué après l'injection - j'avais la bouche et le cuir chevelu qui me démangeaient, et plus tard dans la soirée, j'ai commencé à avoir la plante des pieds engourdie. Dans les deux jours qui ont suivi, j'ai développé une parasthésie, avec des engourdissements et des picotements/chocs qui montaient bilatéralement dans mes mains et mes pieds. J'ai également commencé à perdre ma motricité fine, à avoir des difficultés à marcher et à souffrir d'un mal de tête sourd. À la fin du troisième jour, j'ai eu une parasthésie faciale, comme si j'avais subi un anesthésiant dentaire, puis j'ai commencé à perdre le contrôle des muscles de mon visage, mon menton tremblant constamment, à moins que je ne verrouille ma mâchoire avec difficulté. Le service des urgences ne m'a pas hospitalisé ni orienté vers un neurologue malgré une pression artérielle élevée (mais un ECG et une NFS normaux).

Le lendemain, après avoir vu mon médecin traitant, qui m'avait été renvoyé après la visite aux urgences, elle m'a indiqué que je pouvais avoir le syndrome de Guillain-Barré. Elle m'a fait retourner aux urgences car ma parasthésie montait vers le haut des bras et des cuisses. La parasthésie s'est poursuivie dans mon torse et j'avais des tremblements aléatoires incontrôlables dans les jambes. J'ai été examiné par le service de neurologie et finalement admis pour passer une IRM du cerveau et de la colonne vertébrale qui s'est avérée sans particularité. Mon rythme cardiaque restait élevé, en particulier en position debout, mais aussi au repos.

Le neurologue qui m'a examiné le lendemain a ordonné une ponction lombaire, tout en précisant qu'il était peu probable que l'on puisse diagnostiquer un SGB si tôt après le déclenchement possible (le vaccin). Il a fait des tests pour d'autres maladies infectieuses, auto-immunes, etc. et n'a rien trouvé, ni de protéines confirmant le SGB. Avec une tachycardie continue, il a estimé qu'une neuropathie périphérique et autonome était en jeu et que, même si un diagnostic ne pouvait être posé, je devais être traitée comme une personne présumée atteinte du SGB. J'avais commencé à avoir une vision périphérique floue ce jour-là et j'ai donc été soulagée de commencer le traitement, les IgIV. J'ai reçu une perfusion le soir même, j'avais toujours de la tachycardie mais mes tremblements semblaient s'être améliorés, puis j'ai reçu une autre perfusion d'IgIV le soir suivant. La tachycardie n'étant plus dangereuse, je suis sorti de l'hôpital le lendemain matin et j'ai eu un rendez-vous de suivi par vidéo deux semaines plus tard, et on m'a demandé de ne pas travailler pendant deux semaines également.

Bien qu'il n'ait pas été possible d'établir un lien positif avec le vaccin, le neurologue a indiqué que je ne devais pas recevoir un autre vaccin à ARNm. Il m'a conseillé de décider de prendre un autre type de vaccin, comme le J&J, mais qu'il serait préférable d'attendre et de consulter mon interniste.

La même chose s'est répétée lors de ma visite de suivi. Bien que mes symptômes, comme la paresthésie, n'aient pas disparu pendant cette période, on m'a dit que ce long temps de récupération était normal dans le cas du SGB. J'étais toujours épuisée, mais j'ai senti que je pouvais tenter une thérapie dans les mois à venir et j'ai été orientée vers l'ergothérapie. L'ergothérapie m'a donné quelques mécanismes d'adaptation à la douleur nerveuse, mais rien n'a aidé à guérir mes nerfs. Heureusement, ma bouche est juste engourdie et parfois tremblante, pas des tremblements constants, mais je ne peux toujours pas marcher loin ou faire des activités normales. Il est difficile d'énoncer et de parler pendant de longues périodes. J'ai dû faire des ajustements pour travailler et je ne peux pas bien voir les écrans, j'ai besoin d'un clavier très ergonomique et je ne peux pas utiliser une souris. Je me fie aux commandes vocales, mais dicter est fatigant. En fin de journée, mes douleurs nerveuses dans les mains et les pieds sont pires. Si je fais trop d'activité, mes douleurs nerveuses s'aggravent. Le matin, il est difficile de faire bouger mes mains et mes pieds engourdis. Je suis très faible et j'ai du mal à serrer et à saisir les objets. Je laisse tomber des objets et je trébuche. Parmi les problèmes les plus ennuyeux, il y a la pression des sinus dans le visage, la bouche et les lèvres engourdies et le cuir chevelu qui picote.

Avant que cela n'arrive, j'étais une femme active de 34 ans, mère d'un enfant de 2 ans. Je la mettais au lit et continuais à travailler à mon emploi passionnant dans une start-up de logiciels à distance. Je faisais du soufflage de verre et du yoga - je ne pourrais certainement pas tenir l'équipement ou faire de nombreuses poses maintenant. Aujourd'hui, je dois m'astreindre à un rythme de travail normal et je ne peux pas faire de promenades régulières avec ma fille ni faire grand-chose au parc, juste m'asseoir sur un banc. Je ne peux plus couper les légumes ni cuisiner. Et j'ai l'impression d'avoir de la chance parce que je ne pourrais pas marcher ou respirer si cela avait progressé davantage. Malheureusement, les symptômes qui subsistent ne se résorbent pas et je ne sais pas si et quand ils le feront.

L.L. – Michigan

T65

Mon mari et moi avons reçu notre dernière injection Moderna le 4 avril. Nous avons eu des symptômes semblables à ceux de la grippe quelques heures après, puis les symptômes suivants vont et viennent tous les jours. Très peu de jours où nous nous sentons vraiment bien :

* douleur au dos et aux fesses

* Douleur à la jambe

* Lourdeur/nombre dans les jambes

* les papilles gustatives ne fonctionnent plus

* l'équilibre est rompu

* douleurs/maux d'estomac

* Maux de tête

* Fatigue extrême

* Dépression EXTRÊME

* rythme cardiaque faible

* Pression sanguine basse

* Sautes d'humeur EXTRÊMES dans le corps

* brouillard cérébral - mémoire à court terme

* Le bras où la piqûre a été faite gonfle de temps en temps avec une douleur extrême.

Les analyses de sang et les tests sont tous négatifs. C'est vicieux et débilitant. Nous souhaitons n'avoir jamais pris le vaccin. Merci pour cette plateforme.

D.B. - Floride

T66

J'ai 65 ans, je suis un vétéran de deux services (USMC/USN) et je suis un homme assez classiquement atavique. J'ai grandi en apprenant qu'"un homme se tient debout sur ses deux pieds" et il m'est extrêmement difficile de montrer ma douleur ou de demander de l'aide. Mais j'en suis au point où je ne crois pas avoir d'autre choix.

Voici mon histoire -

J'ai reçu la première dose du "vaccin" Pfizer-BioNTech vers 11 heures du matin le 7 juillet 21. Je suis restée environ 20 minutes après l'avoir reçue, puis je suis rentrée chez moi. Cet après-midi-là, j'ai eu quelques petits maux d'estomac et une diarrhée, mais je n'y ai pas prêté attention. Cependant, dès le lendemain matin, et depuis lors, je présente des symptômes de réaction à la vaccination de plus en plus graves. J'ai des douleurs articulaires intenses dans tout le corps, une névralgie presque insupportable et des troubles digestifs presque constants. À propos de la névralgie, je dois mentionner que je souffre de fibromyalgie depuis plusieurs années. Cependant, jusqu'à ce que tout cela commence, ma fibro était bien gérée avec la prégabaline (Lyrica). Ma névralgie actuelle porte toutes les marques de ce dont je souffrais avant mon diagnostic et mon traitement de la fibro. Il y a des moments où je n'ai qu'à me recroqueviller et attendre que la douleur s'atténue, même un peu. Honnêtement, je ne sais pas quoi faire ni qui appeler. J'ai un rendez-vous demain avec mon spécialiste de la douleur. D'habitude, je n'y vais que pour recevoir des injections pour traiter les douleurs vertébrales. Cependant, je vais discuter de ces nouveaux problèmes dans l'espoir d'obtenir un aperçu de la meilleure façon d'aborder cette situation. Si vous avez des idées, des suggestions, des conseils ou des recommandations, je suis tout ouïe ! Quelqu'un, n'importe qui, aidez-moi, s'il vous plaît !!!

A.F. - Illinois

T67

J'écris au nom de ma sœur, car elle ne peut pas le faire. C'était une personne de 51 ans en bonne santé qui ne prenait que des médicaments pour sa tension artérielle. Elle a reçu son premier vaccin Moderna le 30 avril. Onze jours plus tard, elle a eu un anévrisme cérébral massif. Les ambulanciers et sa fille de 14 ans ont réussi à la faire respirer et les machines l'ont maintenue en vie jusqu'à ce qu'on prenne la décision angoissante de lui retirer toute assistance respiratoire. Son cerveau était mort, et ce depuis le début.

Elle est décédée le 21 mai. Nos vies ne seront plus jamais les mêmes. Je crois de tout mon cœur qu'elle serait encore en vie aujourd'hui si elle n'avait pas été vaccinée. Quand ces voix seront-elles entendues ? Aucune de ces morts et de ces blessures ne devrait être vaine.

D.B. - Connecticut

T68

Je me suis fait vacciner avec Moderna. Après la première injection, je ne me suis pas sentie bien pendant quelques jours : fatigue, maux de tête, brouillard. Cela a disparu. Lorsque j'ai reçu la deuxième injection, environ 12 heures après, j'ai eu une légère fièvre, je me sentais comme si j'avais la grippe. Cela a disparu assez rapidement et j'ai pensé que j'avais tout bien géré. Puis 4 jours plus tard, je me suis réveillée avec des doigts raides dans la main droite. Je pensais que c'était dû au travail de jardinage que j'avais effectué quelques jours auparavant. Cela n'a pas disparu et s'est déplacé vers ma main gauche.

Finalement, la raideur a gagné la plupart de mes articulations : orteils, coudes, genoux, et même ma mâchoire et mon larynx. C'était si grave que je ne pouvais pas ouvrir les poignées de porte ou une bouteille d'eau. J'étais fatiguée, j'avais la tête embrouillée et un mal de tête constant. À environ 5 semaines, j'étais très inquiète de la tournure que prenaient les choses.

Mon médecin de famille m'a fait une prise de sang et a découvert que j'avais les marqueurs d'une maladie auto-immune. D'autres tests ont été effectués et à 8 semaines, un rhumatologue m'a diagnostiqué une polyarthrite rhumatoïde. Je n'avais jamais eu de symptômes auparavant. Je dois maintenant faire face à une vie entière de prise de médicaments et de maintien des poussées à distance.

Mon médecin de famille m'a beaucoup soutenu. Le rhumatologue, pas vraiment. Le médecin de famille est convaincu que le vaccin a causé la PR. J'aimerais avoir une machine à remonter le temps pour revenir en arrière et me rendre au café plutôt qu'au service de santé.

-R.W. - Indiana

T69 7/6/21

Avant de recevoir le vaccin Pfizer le 23 mai 2021, j'étais un homme de 36 ans en bonne santé et très actif. Je n'ai pas d'antécédents médicaux, je ne bois pas, ne fume pas et ne prends pas de médicaments sur ordonnance.

Neuf jours plus tard, je me suis réveillé avec de l'urticaire sur tout le corps et de grandes plaques ressemblant à des éruptions cutanées sur tout le corps. Ces plaques sont allées et venues et ont migré pendant environ 24 heures. Puis, j'ai été frappé sans crier gare par une pression artérielle basse, un rythme cardiaque élevé, des vertiges, de la confusion et une étrange sensation de malheur imminent. Cela m'a valu ma première visite aux urgences, où l'on m'a administré une forte dose d'anti-histaminique et renvoyé chez moi avec une ordonnance pour un EpiPen en cas d'anaphylaxie complète.

Depuis, ma tension artérielle est restée basse (au point que j'avais l'impression de m'évanouir chaque fois que je me levais) ; mon rythme cardiaque s'est élevé par intermittence ; j'ai eu des nausées intenses ; j'ai ressenti des douleurs, des picotements et des engourdissements dans les mains, les pieds, le visage et les jambes ; une faiblesse musculaire extrême (à un moment donné, je pouvais à peine traverser une pièce ou monter un petit escalier) ; des spasmes musculaires incontrôlables dans les pieds et les jambes ; une vision trouble et l'impression que mes yeux ne peuvent pas traiter les informations visuelles assez rapidement pour suivre les objets en mouvement, ce qui me rend incapable de conduire ; une intolérance à la chaleur (avant cela, j'adorais les températures chaudes et les douches chaudes et maintenant, j'ai l'impression de ne pas pouvoir supporter la sensation de chaleur sur ma peau) ; et des symptômes vasculaires étranges (veines très visibles et rouges sur la peau).

Je me suis maintenant rendu aux urgences à deux autres occasions et j'ai consulté mon médecin de famille à deux reprises. J'ai également été examiné par un neurologue. Les analyses de sang sont normales. La santé et la fonction de mon cœur sont normales. Mon état neurologique est normal. Mais rien de ce que j'ai vécu n'est normal.

Heureusement, les médecins m'ont cru, mais ils n'ont pas été en mesure de m'aider. Tout ce qu'ils ont pu faire jusqu'à présent est d'exclure d'autres conditions et causes. Lorsque les symptômes étaient au plus fort, j'étais terrifié. Je pensais littéralement que je pouvais mourir. J'avais peur de m'endormir car je n'étais pas sûr de me réveiller un jour. Je vivais au jour le jour, terrifié par ce qui pouvait se passer ensuite. Je me demandais si j'avais eu un accident vasculaire cérébral, si j'avais une tumeur au cerveau, si j'avais la sclérose en plaques, si j'allais mourir d'un caillot de sang, si j'allais devenir paralysé. Je me demande encore si ou quand je me rétablirai complètement. L'angoisse mentale et émotionnelle a été tout aussi grave que les symptômes physiques.

-B.L - Alberta

T70 7/7/21

Je suis pro-science, pro-vax. Par ailleurs, je suis une femme de 46 ans en bonne santé. Depuis que j'ai reçu la piqûre J et J le 5 avril, j'ai eu 4 cycles menstruels en 2 mois. Avant cela, je n'en avais eu que 4 au cours des 12 mois précédents. Le jour suivant le début du 4 ème, le 22 juin, je me suis réveillée et je ne pouvais plus fermer les poings. Depuis, j'ai des douleurs nerveuses dans les deux mains, jusqu'aux coudes. Mon médecin traitant a programmé une échographie de l'utérus le 14 juillet, mais il n'a aucune idée de l'origine de la douleur dans les mains et les bras.

Après avoir écouté le Dr Robert Malone, je pense qu'il s'agit d'une sorte de neuropathie. Je l'ai contacté pour voir s'il pouvait me mettre en contact avec un médecin qui m'écouterait et ferait des recherches.

D.B. - Virginie

T71 7/8/21

J'ai reçu mon seul et unique vaccin Moderna le 7 janvier. Trois heures plus tard, j'ai commencé à ressentir une forte sensation de brûlure dans le quadrant supérieur droit de mon abdomen. Au cours des jours suivants, cela a empiré. Je dirais que j'avais l'impression que mon corps était mis dans un étau et qu'on le comprimait, tout en m'électrocutant. La pression et la douleur étaient irréelles. J'ai fini par consulter mon médecin lorsque j'ai réalisé que mon état ne disparaîtrait pas de lui-même. Je suis passée par toute une série de tests, de médecins et de médicaments. Aucun médecin ne pouvait dire avec certitude ce qui m'était arrivé, mais ils ont dit que c'était probablement causé par le vaccin. Aujourd'hui, je dois encore composer avec les effets du vaccin. Je vais un peu mieux, mais je suis loin d'être revenu à la normale. Avant de recevoir le vaccin, j'étais en parfaite santé et je n'avais aucune douleur. Aujourd'hui, j'ai une douleur constante au côté droit et à la colonne vertébrale. J'ai contacté Moderna pour leur dire ce qui s'est passé et ils sont inutiles. J'ai parlé à Moderna à quatre reprises et à chaque fois, ils m'ont dit qu'ils feraient un suivi et m'enverraient des informations à remplir, mais ils ne l'ont jamais fait ! Moderna est une blague. Je veux que le monde sache ce qui se passe réellement avec ces vaccins. Le gouvernement étouffe l'affaire.

J.O. - New York

T72 7/8/21
J'ai pris ma première dose de Pfizer le 1er juin 2021 à Ontario CA. J'étais bien jusqu'au 5 juin 2021, mais ensuite j'ai commencé à ressentir des étourdissements (sensation d’être dans un bateau), de la faiblesse, des nausées. J'avais de bons et de mauvais jours où je me sentais mieux certains jours, mais les autres jours, ce n'était pas si bien. Après 3 semaines sans que mon état ne s'améliore, j'ai soudainement commencé à ressentir des bourdonnements dans mes oreilles (acouphènes ?), et au moment où j'écris ces lignes (6 juillet 2021) mon état ne s'est toujours pas amélioré après 5 semaines. Je dois recevoir ma deuxième injection le 20 juillet, mais j’hésite à la faire. J'ai juste besoin de retrouver ma vie d'avant :( 

T73

I live on the border of Iowa and Minnesota. My district highly encouraged us to get vaccines and made them available in February 2021. I have a high sensitivity to many medications and some food allergies but am otherwise very healthy at the age of 59. I took the 1st dose of Moderna and had side effects for about 6 weeks. The headache/flue symptoms occurred 2 weeks after the shot. I chose not to get the second out of a bad gut feeling. Human Resource manager hunted me down and made me feel guilty for "not showing up" for shot#2. I am happy I did not get the shot.
I got extreme heat exhaustion (severe migraine headache) and heart palpitations after working outside for 1.5 hours in late June. This is not like me. It took 2 days to feel normal.
-K.L. - Iowa

T74 7/8/21​
I'm 33 years old. I am serving in the military. My wife and I both had COVID-19 last fall at the end of September. Our 11 year old daughter was also sick with the same symptoms as we had but she tested negative twice. This seems impossible to me since she kept coming into our bed at night and laying next to my wife in the middle of the night. We recovered. My wife was hit worse than myself and took longer to recover. However, our now 17 year old daughter and 16 year old niece never got sick, we were all in the same house the whole time. Our 17 year old daughter is immunocompromised with celiac, asthma and other allergies.
Both our 17 year old daughter and 16 year old niece were determined to get the Pfizer vaccine because the school sent home information about it and how to sign-up. We relented and they got their first shots in the first part of June 2021 right before we went on our vacation from WI to TN and GA.
Now I don't know if this is connected or not, but we all traveled in the same car to each place and 3 different times after being in the car all day with these two vaccinated girls, I had bright red blood on my stools when going to the bathroom. I have never had it happen before like that and not since.
My wife was also complaining about being so tired that she could barely keep her eyes open and she didn't feel like doing anything. At one point she was laying on the bed in the middle of the day talking to me in the other room and fell asleep. I didn't realize she was asleep until she didn't respond after I had said something. I called her name several times loudly, but no response, so I went to check on her just to find her sleeping soundly. She had also just started a new Rx that she blamed this on. She stopped taking it and after about a week she says it's cleared up.
We also just found out that my wife is immunocompromised with celiac and something else going on inside her intestines that shows very high inflammation and getting worse. Waiting on CT scan results.
Neither my wife or I have been vaccinated for Covid because we have both had the virus.
The only problems I heard from either of the two girls after vaccination was from my niece complaining about her whole body feeling sore after the 2nd shot. Her feet and arm hurt so bad she couldn't do much for about a day or so afterwards.

J.O. - New York

Infirmière T75 7/8/21

Je suis une infirmière de 36 ans, de sexe féminin, mesurant 5'3 et pesant 128 livres. J'ai reçu le vaccin Pfizer à mon travail le 28 décembre 2020 dans mon deltoïde gauche. Dans les 24 heures qui ont suivi, j'ai commencé à développer une éruption cutanée légère qui a commencé aux coins de ma bouche et qui s'est étendue aux coins de mon nez et finalement à mes paupières le cinquième jour. En janvier, j'ai commencé à me réveiller avec des maux de tête qui disparaissaient dès que je sortais du lit. Je n'ai pas fait grand cas de ces maux de tête, mais ils ont persisté pendant des semaines après le vaccin. Je les ai traités avec une ordonnance d'imitrex que j'ai obtenue aux soins d'urgence. Ils se sont améliorés et je n'ai plus remarqué ce type de maux de tête depuis des mois.

Dans les 48 à 72 heures, je me suis réveillée avec de graves spasmes musculaires qui ont duré plus d'une heure dans mon bras gauche. Après les spasmes, j'ai ressenti une forte douleur nerveuse dans le bras gauche qui a irradié le long du bras et dans la main. La douleur touchait également mon aisselle, ma poitrine et mon omoplate. La douleur au bras me réveillait tous les jours et m'empêchait de dormir pendant 8 semaines d'affilée. La douleur a commencé à s'atténuer mais je suis resté avec une faiblesse sévère, une perte d'amplitude de mouvement et des ailes scapulaires. L'EMG a confirmé une mononeuropathie du nerf thoracique long abs. On m'a diagnostiqué le syndrome de Turner parsonage. Cela fait 6 mois de physiothérapie, mais je suis toujours incapable de lever mon bras au-delà de 90 degrés et je ne peux pas soulever plus de 4lbs sur le côté au-delà de 10-20 degrés. L'engourdissement et les picotements dans les mains ont diminué, mais j'ai toujours des picotements au niveau de l'omoplate et du sus-épineux. La douleur aiguë en coup de poignard sous l'omoplate a toujours été le pire problème et elle continue à ce jour.

Quatre semaines après le vaccin, j'ai également développé une douleur intense à la mâchoire gauche qui se concentrait sur la mastoïde, à l'intérieur de mon oreille, et qui passait sur le dessus de mon oreille et descendait le long de ma mâchoire. Je n'ai pas d'antécédents de douleur à l'ATM et la douleur a commencé alors que j'étais éveillée. La douleur nerveuse intense à la mâchoire a duré 3 semaines et je pouvais à peine ouvrir la bouche et ne pouvais pas mordre du côté gauche. J'ai testé le muscle de ma joue en essayant de me mordre le doigt, même si c'était douloureux, mais je n'ai pas pu obtenir un engagement du muscle de ma joue. Cela m'a paru étrange, mais à l'époque, je n'étais pas sûr que les symptômes puissent être liés. Aujourd'hui encore, je ressens des picotements occasionnels dans la région du cou, de la mastoïde et de l'oreille, mais la douleur a disparu.

Quatre mois après le vaccin, j'ai commencé à ressentir une fatigue extrême, des palpitations cardiaques et la sensation d'avoir touché mon crâne avec un diapason. Lors de mon examen annuel de la vue, j'ai constaté une inflammation du nerf optique gauche et un oedème papillaire qui n'étaient pas présents lors de l'examen précédent. L'œdème papillaire peut signifier une pression crânienne accrue et des dommages au nerf optique. Le site de mon œil s'est légèrement féminisé [“feminism”, ?] depuis la dernière visite, mais ma vision périphérique était correcte. J'ai une consultation avec un spécialiste en neuro-ophtalmologie cette semaine.

Les palpitations cardiaques n'ont pas cessé. Cela fait 6 semaines et les palpitations cardiaques sont si fréquentes et ne semblent pas coïncider avec une activité ou un contexte particulier. Les palpitations, la pression thoracique, l'essoufflement et la fatigue m'ont conduite deux fois aux urgences. Tout ce qu'ils peuvent me dire, c'est "vous avez des PVC fréquentes et nous ne savons pas pourquoi". Tous mes examens de laboratoire sont normaux, ma thyroïde est normale, je ne fume pas, je bois très rarement de l'alcool, je mange principalement végétarien et cela n'a pas d'importance si je suis stressée ou si je suis allongée avant de me coucher. J'ai une écho prévue pour cette semaine et un moniteur cardiaque pour deux semaines.

Je suis si fatiguée tout le temps maintenant, je pourrais dormir 14 heures si on me laissait faire. J'ai des enfants de 6 et 2 ans qui comptent sur moi. Mon mari est un père au foyer et je suis la seule à subvenir aux besoins de notre famille. Je travaille toujours, mais j'ai du mal à rester calme avec tout ce qui s'est passé. La faiblesse de mes bras et les problèmes de dextérité de mes mains que j'ai eus au cours des six derniers mois ont rendu difficile mon travail d'infirmière de salle d'opération. Je laisse tomber des objets parce que mes doigts et ma main ne fonctionnent pas correctement. Je ne peux pas lever mon bras au-delà de 90 degrés. Les palpitations cardiaques sont terrifiantes et j'ai peur qu'il y ait quelque chose qui ne va pas dans mon cerveau "peut-être une pseudo-tumeur cérébrale ou une lésion au cerveau".

Mon généraliste a envoyé mon sang pour des tests supplémentaires d'anticorps auto-immuns. Tout est revenu normal, sauf un test d'anticorps anti-nucléaires, qui était de 160. Cela signifie que j'ai un titre d'anticorps qui sont connus pour s'attaquer à soi-même, mais les anticorps spécifiques au lupus ou les autres anticorps courants étaient négatifs. Je ne sais pas si d'autres personnes vivent quelque chose de semblable, mais je voulais raconter mon histoire. L'histoire n'est pas encore complète, mais je serais ravie d'informer quiconque des résultats obtenus.

Je ne veux pas que l'on pense que je suis contre les vaccins. Je me fais vacciner contre la grippe chaque année et mes deux enfants sont vaccinés. Je veux mettre en lumière et approfondir des histoires comme la mienne concernant les nouveaux vaccins à ARNm. Nous ne saurons pas qu'il existe des effets indésirables si personne ne veut en parler ou enquêter sur des cas étranges comme le mien. Je ne peux contrôler ou simuler aucun de mes symptômes. Je souffre d'une fonte musculaire marquée et de phéromones anatomiques.

T76 7/9/21 

Le 3 mars 2021, vers 14h00, ma mère a reçu son deuxième vaccin Moderna. Le 4 mars 2021, environ 18 heures après sa deuxième injection, elle s'est réveillée avec une douleur atroce derrière son œil droit. Son état continuant à se dégrader, une ambulance a été appelée et elle a été emmenée à notre hôpital local, un centre de traumatologie de niveau 3. Elle a ensuite été transportée par hélicoptère vers un centre de traumatologie de niveau 1, où elle a subi une craniotomie d'urgence pour un accident vasculaire cérébral hémorragique. Pendant l'opération, au cours de laquelle elle a été ranimée, on a découvert qu'elle avait une malformation artério-veineuse (MAV). Elle a été placée sous respirateur et plongée dans un coma artificiel. Elle a passé plus de deux semaines à l'hôpital et trois semaines supplémentaires dans un hôpital de réadaptation pour patients hospitalisés. Elle est maintenant chez elle et suit des séances de physiothérapie, d'ergothérapie et d'orthophonie. Elle a complètement perdu l'usage du côté gauche de son corps. Elle souffre d'une négligence importante du côté gauche et a passé des semaines dans un fauteuil roulant, apprenant tout juste à marcher avec une canne à quatre branches portant une ceinture de marche que quelqu'un doit tenir. Elle est toujours incapable d'utiliser son bras et sa main gauche. De plus, elle a perdu la vision du côté gauche de ses deux yeux. Elle est passée d'une personne de 71 ans en bonne santé, pleine de vie et indépendante à une personne incapable de prendre soin d'elle-même, complètement dépendante des soins de mon père et de moi. Bien que la MAV puisse être génétique, une IRM antérieure de son cerveau en 2015 ne l'a jamais détectée et a été rapportée comme normale. Je crois fermement que l'inflammation causée par le vaccin a déclenché la rupture de la MAV. Ma mère a été testée pour le COVID-19 lors de son admission à l'hôpital le 4 mars 2021 et à nouveau le 20 mars 2021 et les tests ont été négatifs les deux fois. En outre, elle a été testée pour les anticorps de la nucléocapside du SARS-COV-2 (pour une infection antérieure) en mai 2021 et les tests étaient également négatifs.

K.Q. - Virginie

T77 7/9/21

Je veux commencer par dire que j'ai étudié la biologie et les sciences et que pour moi il était important de prendre le vaccin, je crois qu'ils sont trop forts à mon avis et que c'est ce qui cause toutes ces réactions. J'ai reçu ma première dose le 3 mars 2021, après 2 jours, j'ai ressenti des douleurs cardiaques, j'ai vu mon cardiologue et il m'a dit que ça allait passer, une semaine après, j'avais toujours des douleurs dans la poitrine, comme des brûlures d'estomac, je me suis rendue dans une clinique d'urgence et mon rythme cardiaque était de 104, ils m'ont envoyée à l'hôpital. Après deux semaines, mon cardiologue m'a dit de faire d'autres tests, des tests de contrôle, des échographies et des analyses. Après tout cela, il a découvert que j'avais un petit problème avec le sang qui retourne à mon cœur et m'a dit de ne pas m'inquiéter, de continuer à le surveiller. Je n'ai jamais eu de problème de rythme cardiaque ou de cœur que 2 jours après le vaccin moderna. 

-R.C. - New Jersey

T78 7/8/21

Je suis une femme de 56 ans, 4 ans après la ménopause. J'ai reçu ma première dose du vaccin Pfizer le 30 avril 2021. J'ai attendu les 15 minutes et je suis rentrée chez moi. En prenant l'autobus, j'ai commencé à me sentir très agitée, très nerveuse, comme si j'avais bu trop de café. Lorsque je suis rentrée chez moi, après environ 45 minutes, j'ai commencé à ressentir des douleurs abdominales aiguës et des épisodes de diarrhée violente. J'ai eu des palpitations cardiaques, de la tachycardie, des sueurs, des vertiges, des nausées, une vision floue, une insomnie folle, des vibrations étranges de type bourdonnement ou vrombissement dans tout mon corps, des contractions spasmodiques du côté gauche de mon corps, des picotements/des aiguilles dans mes bras/mains, mes jambes/pieds, un engourdissement de ma lèvre inférieure et de mon menton, des picotements dans ma bouche, zappings électriques comme une étoile filante ou un élastique dans les deux yeux, de façon intermittente et transitoire/aléatoire sur tout le corps, jambes agitées la nuit, peau brûlante, maux de tête effrayants, sensations hors du corps (sentiment de surréalité), difficulté à trouver les mots, brouillard cérébral, marcher comme si j'étais ivre, très instable, douleur à la poitrine, douleur en respirant profondément. Tous ces symptômes sont apparus rapidement et furieusement. Ils sont apparus en grappes et semblent circuler et me submerger comme des vagues à la plage. L'intensité des symptômes a duré 43 jours, puis a semblé s'atténuer avant de revenir et de devenir le cauchemar dans lequel je vis tous les jours. J'ai signalé ces événements indésirables à tout le monde, aux médecins, au gouvernement, j'ai été aux urgences tant de fois pour être renvoyée chez moi après avoir été gazée et on m'a fait croire que tout cela était dans ma tête et que c'était de l'anxiété. Ils me disent qu'ils ne peuvent pas m'aider et qu'ils ne savent pas quoi faire parce que le vaccin est expérimental. Je suis maintenant en invalidité et j'attends toujours de voir un interniste, mais le temps d'attente pourrait être de plusieurs mois. Mon infirmière praticienne essaie de m'aider, mais nous nous sentons toutes les deux impuissantes et j'ai peur. Je vis seule et je n'ai personne sur qui m'appuyer. Je suis frustrée et très en colère. Il n'y a aucune aide pour ceux d'entre nous qui ont été rejetés comme dommages collatéraux. Je regrette de ne pas avoir dit non à la première injection..... Je ne prendrai PAS la deuxième !

-S.M. - Ontario

T79 7/8/21

J'ai reçu mon dernier vaccin Pfizer le 8 avril 2021. Deux mois plus tard, je souffre de douleurs à l'épaule et au bras. La douleur est apparue au point d'injection et s'est propagée à ma main, à mon épaule et à mon cou. Elle est également présente à l'arrière de mon épaule. J'ai eu trois massages et deux séances d'acupuncture pour essayer de soulager la douleur, mais sans succès. Je ne peux pas soulever quoi que ce soit de lourd avec mon bras gauche et la douleur est toujours là. Mes médecins ont balayé tous les symptômes et m'ont dit de laisser faire. Je ne voulais pas me faire vacciner, mais mon travail et mes médecins ont fait pression pour que je le fasse.

C.D. – Californie

T80 7/8/21

Bonjour. Mon nom est K R. Je souffre, jusqu'à présent, des effets à long terme d'une dose de Pfizer. J'ai reçu le vaccin sur une installation militaire le 18 mars 2021 à l'âge de 28 ans (maintenant 29).

Symptômes du vaccin : quelques minutes après avoir été vacciné, j'ai eu un horrible mal de tête à la base du cou et de la tête. Les médecins militaires m'ont dit que c'était normal. Une heure plus tard, je suis rentré chez moi. Ce mal de tête est resté pendant une semaine ou deux. Le deuxième jour, je me suis réveillé avec un œil gauche gonflé, rouge et douloureux. Pour que le courriel soit aussi court que possible, je ne parlerai pas du "traitement" aux soins d'urgence.

Une semaine plus tard, la douleur a continué (le gonflement avait disparu) et j'ai perdu la vision de mon œil gauche. J'ai perdu la vision périphérique et je ne pouvais pas voir en dessous de mon œil. Et c'était extrêmement flou. Les urgences m'ont reproché d'avoir emmené mes enfants au lieu de me concentrer sur ma perte de vision. L'échographie était normale. Il a dit que je n'étais pas une urgence et m'a renvoyée chez moi. Il ne s'est pas inquiété du fait que j'avais été vaccinée auparavant.

Le lendemain, j'ai vu un ophtalmologiste qui n'a rien vu d'anormal. Il m'a donné rendez-vous pour revenir. Lors de la consultation suivante, il a commencé à voir une inflammation et des cellules flottantes. J'ai également échoué à mon test de vision dans l'œil gauche.

J'ai eu un autre rendez-vous et la maladie s'est propagée à mon œil droit.

J'ai reçu un diagnostic d'uvéite bilatérale et de perte de vision. J'ai continué à le voir, en essayant différents médicaments et stéroïdes. Ma pression oculaire est passée de 13 à 27. Ma vision est passée de 20/20 à 20/50. La douleur continue dans les deux yeux à ce jour. 

Spécialistes : ophtalmologue, neuro-ophtalmologue, spécialiste de la rétine, médecin traitant et rhumatologue. Clinique de dysfonctionnement autonome (je les vois pour les POTS [Syndrome de tachycardie orthostatique postural] mais je leur ai tout dit et ils ne voient aucune corrélation entre mes symptômes actuels et les pots). 

Tests : échographie (bonne), tests de vision sur le terrain (multiples) ont échoué, 17 tubes de sang, IRM (bonne) et autres tests oculaires dont je ne connais pas le nom. 

Ma protéine C réactive est revenue élevée. Mon taux de sédimentation est revenu élevé, et mon ANA est revenu positif. 

(J'ai eu un ANA en 2016 lorsque j'ai été diagnostiqué avec des POTS et il était NÉGATIF) 

Mon neuro ophtalmologiste et mon rétinologue m'ont dit qu'ils voient tout le temps des patients avec des problèmes oculaires après un vaccin....

Je souffre encore aujourd'hui. Chaque jour est un défi

-K.R. - Kentucky

T81 7/9/21
Le 9 mai 2021, ma vie a changé à jamais. Ma vie de mère, d'éducatrice, d'épouse, d'amie ne sera plus jamais la même. 

Le 9 mai 2021, j'ai reçu ma première dose de Pfizer comme cadeau de fête des mères. Immédiatement, je me suis sentie faible et cela s'est poursuivi pendant trois jours avec des symptômes semblables à ceux de la grippe. 

Le quatrième jour, une énorme bosse de 4 centimètres est apparue dans mon dos et ce fut le début de la réaction qui a changé ma vie. Les médecins ont supposé qu'il pouvait s'agir d'un zona, mais n'avaient pas de véritable réponse. Le jour suivant, tous mes pires symptômes se sont manifestés. J'ai commencé à avoir des problèmes cardiaques, des vertiges, des étourdissements, une vision floue, des douleurs thoraciques, de la faiblesse, de la fatigue, des douleurs arthritiques et plus encore. 

Je continue à avoir ces symptômes 61 jours plus tard. Mon cœur se met à battre de façon incontrôlée, irrégulière et intense, et je m'évanouis, je n'arrive pas à reprendre mon souffle et je ne peux pas fonctionner. J'y fais face tous les jours et cela m'a empêché de vivre ma vie, d'enseigner et d'être une mère comme je l'étais auparavant. 

Je suis entrée et sortie de l'hôpital, j'ai consulté des médecins et des spécialistes, mais personne ne semble être en mesure de m'aider ou ils nient tout simplement mon expérience. 

Tout ce que je veux, c'est me sentir normale à nouveau et recevoir les soins médicaux que je mérite. 


-L.P. - Ontario

T82 7/10/21​


Hi,
My names A from Louisiana and on April 15 I took pyzer 2nd dose. I got it that morning went back to work and through the day my heart was racing my arm was hurting and that night it hurt terrible next day half size. Saturday twitching and facial tingling and just right side of body felt weird. My left side the next morning looked like I had stroke and I was weak and couldn’t sign my name on discharge papers but they said bell palsy’s?? No testing.. just looking at me. So Monday I went into tremors and swallowing food was affected along with paralysis. The moment that I tried to play off like I was normal in front of my kids could no longer be played off normal.. I got sent home with no treatment no medication to help with the convulsions and they asked if I had a wheelchair ? Nope.. I was normal. All my testing came back normal. Genetic , spinal. Etc. at this point I just want the medical staff to take this serious and stop making us a joke. If this was anyone else’s body they would want people to take them serious. I have two kids that I’m trying to get back to my normal for but I tried that and it set me back to tremors , walking gait problem and speech issues . Our families deserve to have us back instead of me saying I’m sorry. I have to rest for awhile first… 
-A.S. - Louisiana

T83 7/9/21
I’ve been a CNA for 27 years. I absolutely love my job larger than life! I was coerced into taking the moderna on 1/4/21. On that day I went from Hero to Zero. On 1/5 I felt mild flu like symptoms went on to work. On 1/6 I was so sick I couldn’t raise my head from the pillow as my headache was so bad. My body hurt so bad. My tongue began to spasm out of control at a resting state. By 1/7 I was in full body convulsions! I was completely aware of what was happening but unable to control any of the seizure looking like movements. I visited 5 ER’S, all of which denied me anything more than some blood work and either no diagnosis or a diagnosis of stress, anxiety, conversion disorder. None of which can be diagnosed through an ER. So I was referred to neurology and a movement disorder specialist by my PCP one in August one in October! Ridiculous right! Fast forwarding to today I am currently 6 months in. 2 months ago my convulsions have become seizures and I lose consciousness. 3 weeks ago I lost the use of my legs, then had to rely on a walker. the entire past six months have been a nighmare. I just need answers as to what happened to me that day? I have been deemed disabled by my PCP, workman's comp denied my claim, and then they fired me. 
prior to 1/4/2021 I was a healthy 42 year old female, I took 1 pill a day. I now take 15 pills a day just to be able to hopefully function that day. Why are we being ignored? All we are asking for are answers? To be recognized that these adverse reactions are real. We are the real statistics. We are the real data yet we are being censored!
-S.V. - Indiana​

T84 7/9/21


My health, 79 year old mother took the Moderna shot and a few weeks later was rushed to ER to save the sight in her right eye.
She had quick onset of vasculitis, specifically temporal arteritis which damaged the vessels of optic nerve resulting in loss of sight in left eye.​
After 5 days in the hospital and consultations with neurologist, retinal specialist, rheumatologist, etc,, not one professional asked if she had taken the covid "vaccine."
They seem to not want to discuss it, saying there are no confirmed studies of any side effects.
I want this information out there, as many other may have suffered similar fate and we will never know, as no one in the medical industry is asking the questions.
I.K. – California

T85 7/9/21
On May 25th I received my second dose of the Moderna vaccine and was fine. On June 7th around noon I lost a lot of my center vision off and on and went to the emergency room and was referred to an eye doctor immediately. He said I have Central Retinal Vein Occlusion (CRVO) and it is almost always caused by something like high blood pressure, cholesterol or diabetes which I have none of those things. I mentioned I had recently had my vaccine and the eye doctor and my primary care did not feel it was related and dismissed it. I went to Vaers and reported it anyway. My health is pretty good and I have never had a problem like that before. My friends immediately shut down the idea on Facebook that it could be vaccine related and were almost mad at me for suggesting it. My eyesight so far is good but comes and goes in my right eye. Being a clot who knows what the future holds. 
-S.T. – Oregon

T86 7/10/21 

Moderna. Janvier 2021, première et seule dose. Nodules multiples, gonflement, démangeaisons et douleur brûlante dans le bras d'injection depuis 3 à 4 mois. Une faiblesse chronique et une légère douleur dans le bras d'injection persistent. Suivi par un immunologiste depuis février 2021. Réponses. Aucune. Indemnisation des frais médicaux. Aucune. Soutien médical continu. Aucun. Je suis naturopathe, pro-vaccins, et je n'ai jamais eu de réaction à un vaccin auparavant. 

-K.B. - Californie

T86 7/10/21
Moderna. January 2021 first and only dose. Multiple nodules, swelling, itching, and burning pain in injection arm for 3 -4 months. Chronic weakness and mild pain in injection arm persists. Under the care of an immunologist since February 2021. Answers. None. Compensation for medical expenses. None. Continued medical support. None. I'm naturopathic doctor, pro vaccine, and have never had a vaccine reaction before. 
-K.B. - California

T87 7/7/21​
I had a,small stroke about 3 weeks after getting the vaccine. I had not had issues before, so it was very unexpected and pit-of-the-blue. Can not be verified one way or the other, but doctors agreed the vaccine was a possible cause.
M.P. – Texas

T88 7/7/21 Short intense reaction (but neurological still)
Moderna post vax second dose:
10 hrs following- onset of SEVERE bone pain, intense muscle pain, neurological bee sting sensations generalized, fever 101.6, fatigue. My legs buckled with two attempts to get out of bed putting me on the floor. I was so ill, I had contemplated calling 911, but too ill to manage a phone call. ( live alone). The worst 6 hours of my life. Post vax response lasted for 5 days. I was hypotensive for 3 days, not related to dehydration or lack of nourishment. Neurological tingling, bee sting has not resolved. Day 13, post vax-rebound onset of inj. site flair, swelling with return of post vax flu s/s requiring bed rest for several days.
Reported to VSafe and then to CDC. No response. 
I am a recently retired RN with Emergency, Critical Care background. I waited till 5/2021 to take C19 vax, as HX of Flu Vax anaphylaxis was of concern. Took vax at an Immunologist office. I found professionals were less informed as I was, and had no concern for my relating the side effects I had following first vax. and a nurse administered second dose. By NOW, I would have expected CDC to take lab, tissue samples DNA/RNA studies on the severe cases. Underreporting only to promote vax. 
-L.H. - Florida

T89 7/3/21


I got my first covid19 shot in December 2020. By day 3 my arm hurt so bad and swelled. I went to ER. I was given meds for the pain and referred back to my Dr. Which I did immediately. All information on swelling and pain in the arm indicates that after a couple weeks the swelling and pain should subside. There was no change to my arm. ​
I followed up with my Dr again. I was put on steroids and started Physical Therapy for Lymphedema twice a weeks. 
It is now 6 months later. There is no change to my arm. It still measures 2 1/2 inches larger than the right arm. Yes, it is still swollen but the pain is now a dull ache most days. I wear a compression sleeve on my arm all day except when sleeping. I continue to go twice a week to physical therapy as well as an everyday home regiment. 
What else can I do? I don't know!
M.B. – Washington

T90 7/10/21
I received my first shot of Moderna in February. I am 
A physical therapist. Within first 10 min of shot tachycardia and burning nerve pain in my hands and feet that spread up my arms. I was given a Benadryl to chew. Things seemed to resolve until later that evening I was woken with tachycardia. I developed hives in my arm 8 days later. My cardiac arrhythmia continued on and off for weeks. Two weeks after shot developed peripheral burning in nerve pain the progressed to my entire body. 
I have see a neurologist who didn't know what to do for me. I now have. Cardiologist and I now have new heart arrhythmia that I didn’t have before the shot and burning nerve like pain all over my body and joint pain as if my joints are wearing down. I have uncontrolled muscle twitches. I have increased anxiety and panic attacks which I never had before which can all be signs of histamine response. 
I was perfectly healthy prior to my vaccine. I am now waiting to see allergist. A functional nutritionist put me on antihistamine diet and recommended D-hist supplement. Things seem to improve, when I go off the diet they return. Seems like mast cell activation syndrome or autoimmune response like to me, burning nerve pain worse in the cold. I used to run 3 miles a day. Now I struggle to run 1.5 miles with significant joint pain impacting my ability to do my job as a PT. Not one doctor has been able to help me and no contact from CDC on my adverse event. Thank god my primary care said I am not a candidate for second shot, not sure how that would have went. I used to see MD once a year for physical. I now have cardiologist for my new arrhythmia, neurologist for burning nerve pain, and yet to meet allergist later this month. Not one medical professional could help me except for the functional nutritionist. I have heard similar stories from other people on my clinic. Something is definitely not right and I have never felt more alone and helpless. I continue to eat healthy, sleep, and exercise hoping I can heal from this hell. 
-K.F - Rhode Island

T91

I received my vaccination on May 17. At the time, I had just begun my menstrual cycle. I had it normally.
Fast forward a couple weeks, I got another period, a little early. It came in quickly and ended much faster than normal. It was less heavy than my normal.
I though it was done. .1-2 days later, I started bleeding again. I spotted for 2 weeks (every day) before I got another period. Again, faster and lighter than my norm. After that, I did stop bleeding. For 2 weeks. Now, I have what appears to be another period. 
I had an appointment with my family doctor yesterday who is sending me for blood work and a pelvic ultrasound today. I will also have uterus lining tested at the end of August to rule anything else out. I had these tests a couple years ago, prior to getting an IUD placed to reduced bleeding. I have heavy periods. I have a fibroid and none of that is new. It’s been my norm for about 15 years. 
My doctor has advised me that I should go ahead with the second vaccination. Unable to guarantee the periods will go back to normal and the spotting g will stop. Apparently that is less risky than Covid. Word is, (from my doctor) this side effect may be a really good sign of immune response.
I really like my doctor and this may be true but the fact is, we don’t know what this will do to fertility. (A non issue for me, my youngest will be 18 this year)
I’ll add that the reason I have an IUD is because I was so anemic and I was close to requiring a blood transfusion, something had to be done. But, apparently that and the “nuisance side effect” is less serious! 
I have read multiple woman are experiencing similar issues after receiving their vaccination. In fact, most of the dozens of woman I’ve discussed this with have stated they experienced a different cycle. 
We do deserve to be heard and not brushed off. 
-M.P. - Ontario

T92 7/29/21
Hello. Before I got the vaccine I was preety healthy I got the Johnson Johnson. I had side effects fatigue sore muscles headache But I still having headaches like a burning skull headaches all around head felt my head was going to explode Since they were saying blood clots my doctor sent me to the er for cat scan thank God no clots after 4 doctor visit and predisone She figure the pain was coming from my neck it is burning pain from base of neck all the way to skull very painful bruised it is called Occticpall neuralgia it is nerve pain from iirreation . It inflamed nerve. She doesn't know could be reaction. From vaccine. Still after 6 months still in pain. 
- C.K. - West Virginia

T93 7/29/2

6 months after 2nd Pfizer vaccine, health nightmare. I was a perfectly healthy, fit person in my 60’s. Shortly after 2nd vaccine hands and arms tingling, huge spikes and drops in my normal blood pressure ended up in ER twice. I have been to 3 GP’s, 1 endocrinologist, 2 cardiologist, 1 neurologist, They all give me a absolute clear bill of health. My present symptoms, that continue are numb fingers, especially the little and ring fingers, numb tingling face and arms, pressure behind eyes and nap of neck, fatigue as the day progresses. I have had an MRI of brain, neck and kidneys. All cardio tests possible, including renal Doppler. Blood work of everything one could imagine. I don’t have anything more left to do, it’s quite depressing and the symptoms are not dissipating. It has caused me great anxiety. The Neurologist suggested is could have been the vaccine overloaded my auto immune, central nervous system and adrenal glands, as they all work together. And symptoms could possible become better after a year, but he couldn’t be certain of that, he could only rule out anything untoward at this point. He suggested 2 weeks of prednisone to try and calm things down, it maybe helped a little, but I’m back to square one again. If anyone has any other ideas I would greatly appreciate them. 
M.S. - Florida

T94 6-29-21

Par où commencer ? Bien que les symptômes de ma fille soient loin des souffrances que j'ai lues ici, ils sont toujours inquiétants. Mon cœur me dit que c'est lié au vaccin. Le milieu médical dit le contraire. Elle se réveille avec un cœur battant tous les matins depuis 12 jours et souffre d'une anxiété qui mène à des attaques de panique. Après deux voyages aux urgences, elle a maintenant de l'Atavan à prendre lorsque l'anxiété prévisible augmente tous les jours entre 15h30 et 17h00. Oui, elle a eu de l'anxiété au cours de sa vie, mais rien de comparable à cette sévérité. La douleur nerveuse est très inhabituelle, tout comme la vision trouble et les muscles dorsaux douloureux. Elle a reçu son deuxième vaccin Pfizer le 20 mai 2021. Elle a ressenti une douleur dans le bras, a été extrêmement malade dans les 3 heures, pendant environ 24 heures, a eu un gros ganglion lymphatique enflé, mais s'est ensuite sentie mieux et a pu aller à Disneyworld pendant un peu moins de deux semaines. Tout allait bien jusqu'à il y a 12 jours. Existe-t-il d'autres groupes de soutien ou des informations qui montrent l'apparition tardive des symptômes ? Elle a prévu de voir un psychiatre, elle pense que les médicaments contre l'anxiété pourraient l'aider et la pente est tellement glissante !!!!. Toute aide serait appréciée. Merci pour tout ce que vous faites tout en naviguant dans des eaux aussi difficiles ! Merci beaucoup.

-T.M.

T95 5/17/21
I am a physician who received the Pfizer Covid vaccine on 12/23/20. I was previously healthy. 30 minutes after receiving the vaccine, I developed burning and tingling in my face and felt faint. My blood pressure spiked very high. After being evaluated by the paramedics, I started Benadryl and prednisone thinking I was having an allergic reaction. Within the next 24 hours, I developed intense burning, tingling and numbness in my face, tongue and limbs as well as a tight bandlike constriction around my chest. I had a headache, chest pain, dizziness, twitching, tremor and a sense of a vibration throughout my body. I felt somewhat disoriented and had difficulty getting out the right words. I had severe fatigue and could not get out of bed or eat for the next week. I sought medical care from many physicians who had never heard of this reaction. I went through extensive medical testing and no obvious abnormalities were found.  Eventually, lab tests showed signs of mast cell activation. I continue to experience intense painful paresthesias especially in my face, scalp, eyes and mouth but also throughout my body for five months now. I am on multiple medications to help decrease the intensity of the pain. The medications do not always control my symptoms. To this day, I do not have a diagnosis and have not found physicians in my community who know anything about what has happened to me. I have reported my symptoms multiple times to VAERS, Pfizer, the FDA, CDC with no response. I am one of many with similar reactions who have been evaluated by neurologists at the NIH. I have gathered a group of 110 people with similar reactions and we have a private Facebook group. It has been a terrifying experience. I have lost 5 months of my life being very ill and do not know if I will recover.
D. - California

T96 5/18/21 Autoimmune
Prior to getting the Moderna Covid-19 Vaccine, I was a highly active 38 year old, working as a Registered Nurse. I am considered healthy (no underlying conditions except hypertension & migraines). Here is the timeline of what happened after I was inoculated with the Moderna Covid-19 Vaccine:
1/6- 1st Moderna Covid Vaccine: presented with Raynaud’s Syndrome 4.5 hrs afterwards for 15-30 minute episodes (never had this occur before the vaccine). Followed up with my primary care provider, and now am being seen by a rheumatologist. Provided counsel that being administered 2nd dose of Moderna COVID-19 Vaccine benefits outweighed the risks.
2/3- 2nd Moderna Covid Vaccine: Started getting itchy bumps on bilateral front of neck about a week later. Then had what seemed like a pimple appear above my right eyebrow on 2/15, by 2/21 my right eye was swollen. By 2/24, I was diagnosed with shingles in the right eye. On 3/1, I was sent to the ER to rule out Guillain Barre (I did not have this), but was not given diagnosis. Had bilateral lower leg muscle weakness, and upper neck/shoulder muscle weakness pain/fatigue. By 3/5- muscle/joint pain, muscle weakness, paresthesia in various areas of my body at various intervals, nausea, dizziness, constant headache, blurred vision, muscle twitching. I was seen by Neurologists in what some would call the best in the world, and ordered multiple invasive tests, without any defining diagnosis resulting from my time spent in Neurology.  I was evaluated by Dermatology in this same institution for other tests, to rule out other diagnoses. Tests were unable to determine the cause. All came back negative. My toes continued to remain numb the entire time & they had difficulty regulating my body temperature in my extremities to perform specific tests, however they were unable to treat me due to finding a specific diagnosis. Multiple specialities were unable to provide me with any explanation as to why my body is reacting to the vaccine with these “complicated” symptoms. The best explanation I was given is that my body is having an autoimmune/rheumatologic reaction to the vaccine based on my family predisposition to rheumatological disorders, and I may never find out the diagnosis or why my body is responding this way, but doctors are “positive” that my body will go back to normal within 6 months. Evaluated by rheumatology, unable to find diagnosis.
Continued to have symtpoms that “wax and wane”. Beginning of May-  evaluated in ER for 4 episodes of sudden Shortness of Breath, near Syncope, chest pain, left sided arm weakness, left arm numbness/pain, heart palpitations. EKG showed RBBB with other concerned readings. Unable to find emergent findings and disposition was discharge home with referral to another specialist (cardiology). Previous EKG’s prior to vaccine were normal sinus rhythm. Waiting for opening with cardiologist for evaluation for Postural Orthostatic Hypertension Syndrome, and being evaluated by an allergist/immunologist for Mast Cell Activation Syndrome.  
I have been thoroughly evaluated by some of the top Providers in the world, and referred to numerous specialists throughout that insitution. These different specialities are unable to find a clear diagnosis to explain any of these symptoms that are happening in my body.
I went from being a highly active, healthy 38 year old woman to a woman who is easily fatigued, has herpes like rashes on her face and different painful, rashes appearing on her body, dry mouth, red eyes, muscle weakness, muscle twitching, numbness in various body parts in different times of the day, vertigo, blurred vision, joint pain, brain fog. Doctors are unable to give me a diagnosis. I would like to understand what has happened to my body so I can begin to treat myself, even if no one else seems to be able to treat it.
Thank you, 
K.L. - Maryland

T97 5/17/21
My 23 year old daughter J (of RI and CT) previously healthy, got second Moderna shot 2/17. On 3/3 felt as if she was on a boat with dizziness, had a headache, blurred vision, ringing in her ears, and was seeing spots. On 3/4 she had elevated heart rate and BP while in class and was sent to the ER. She was admitted under the pretenses that it was suspected vertigo but began twitching after a few hours. She was admitted as fall risk and placed in the cardiac unit to monitor her HR and BP. MRI, CT, EEG, spinal taps, and blood work came back normal with no answers and she was discharged on 3/7. She has seen numerous doctors including 6 neurologists of which 2 are movement specialists and has not received any answers. Upon being discharged (on 3/7) it became apparent her tremors were severe, convulsion like movements, that would not stop when she was in an upright position (sitting, standing, or walking). They would decrease in intensity when she was lying down (or in an almost completely horizontal position). Tremors stayed consistent through 4/22 when she had a treatment that greatly reduced them. She still continues to have all of the above symptoms, with occasional chest pain and tremors, but overall her tremors have reduced significantly. She is started on a beta blocker (Metoprolol), LDN, and heart supplements April 30th.  Most recently was prescribed a seizure medicine but hasn't begun taking it yet. It wasn't until time after time medical doctors referred us out did I start to think why is this cause unknown. My healthy daughter had a sudden debilitating condition and no one knew why. The only other thing new going on was vaccines for covid-19 and I came across many others with the same story, same situation we were in. The unbelievable health issues and experiences with medical appointments was happening to others. I am her mother and had to take family leave to be with her at all times. My daughter is a college student and trying not to lose what she has worked so hard for. I often worried it was a life and death situation and I still do. We need this investigated and taken seriously. People are suffering and alone and this is nothing short of cruel ! We need honesty and transparency so my daughter and the many others who's lives are at risk can be saved.
Thanks,
R.B. – Connecticut

T97 5/17/21

Ma fille de 23 ans, J (de RI et CT), qui était auparavant en bonne santé, a reçu une deuxième injection de Moderna le 17 février. Le 3/3, elle a eu l'impression d'être sur un bateau avec des vertiges, des maux de tête, une vision trouble, des bourdonnements d'oreilles et des taches. Les 3 et 4, elle a eu une fréquence cardiaque et une tension artérielle élevées pendant qu'elle était en classe et a été envoyée aux urgences. Elle a été admise présumant qu'il s'agissait de vertiges, mais elle a commencé à avoir des spasmes après quelques heures. Elle a été admise comme présentant un risque de chute et placée dans l'unité de cardiologie pour surveiller sa fréquence cardiaque et sa tension. L'IRM, le scanner, l'EEG, les ponctions lombaires et les analyses de sang sont revenus normaux, sans réponse, et elle a été autorisée à sortir le 3 juillet. Elle a consulté de nombreux médecins, dont six neurologues, dont deux spécialistes du mouvement, et n'a reçu aucune réponse. Lors de sa sortie de l'hôpital (le 3 juillet), il est apparu que ses tremblements étaient graves, qu'ils ressemblaient à des convulsions et qu'ils ne s'arrêtaient pas lorsqu'elle était en position verticale (assise, debout ou en train de marcher). Ils diminuaient en intensité lorsqu'elle était allongée (ou en position presque complètement horizontale). Les tremblements sont restés constants jusqu'au 4/22, date à laquelle elle a reçu un traitement qui les a considérablement réduits. Elle continue à présenter tous les symptômes ci-dessus, avec des douleurs thoraciques et des tremblements occasionnels, mais dans l'ensemble, ses tremblements ont considérablement diminué. Elle a commencé à prendre un bêtabloquant (Metoprolol), LDN et des suppléments cardiaques le 30 avril.  Plus récemment, on lui a prescrit un médicament contre les crises, mais elle n'a pas encore commencé à le prendre. Ce n'est que lorsque les médecins nous ont renvoyés à plusieurs reprises que j'ai commencé à me demander pourquoi cette cause était inconnue. Ma fille en bonne santé a soudainement été atteinte d'une maladie débilitante et personne ne sait pourquoi. La seule chose nouvelle était les vaccins contre le covid-19 et j'ai rencontré beaucoup d'autres personnes ayant la même histoire, la même situation que nous. D'autres personnes avaient les mêmes problèmes de santé et les mêmes expériences incroyables en matière de rendez-vous médicaux. Je suis sa mère et j'ai dû prendre un congé familial pour être avec elle en tout temps. Ma fille est étudiante à l'université et essaie de ne pas perdre ce pour quoi elle a travaillé si dur. J'ai souvent craint qu'il s'agisse d'une situation de vie ou de mort, et c'est toujours le cas. Nous devons enquêter sur cette affaire et la prendre au sérieux. Des gens souffrent et sont seuls et cela n'est rien de moins que cruel ! Nous avons besoin d'honnêteté et de transparence pour que ma fille et les nombreuses autres personnes dont la vie est en danger puissent être sauvées.

Merci,

R.B. - Connecticut

T98 5/20/21


I’m 35 from the Cleveland Ohio area. I was healthy and active pre-jab, with no pre-existing conditions or health problems.
I received my first dose of Pfizer on 3/28. I was fine immediately after and the next two days, I just had the sore arm.
On 3/31 (three days post jab), I suddenly got a strong metal taste in my mouth, my body went into full convulsions, dizzy, light headed, tunnel vision and loud ringing in my ears which lasted for about 10-15 minutes. The dizziness and random twitches/tremors remained after the major episode but otherwise I felt somewhat okay, just exhausted. My doctor advised me to monitor my symptoms and “sleep it off.”
On 4/1, I felt fine upon waking up and then it all started again, this time with a sharp pinching pain in my chest. Dr told me to go to the ER immediately which I did. They ran tests and monitored me but didn’t find anything out of the norm.
Since then, the symptoms have remained. Some days are worse than others with a full convulsion episodes and some days it’s just random shaking and spasms, along with insane brain fog, dizziness, pressure in my head/ears, tinnitus and the pinching pain in my back/chest. My head sometimes bobs and shakes. My toes and fingers are constantly cold, then will often burn and then turn into a pins and needles sensation and sometimes go numb. I feel a constant vibration in my body. The base of my skull, neck and mouth will sometimes go numb as well. I’m also hypersensitive to sounds and when I’m around a lot of activity (noise, movement, etc), it makes my symptoms worse. I used to be able to run, do intense cardio and lift weights five days a week, and now a simple walk exhausts me.
All of the doctors I’ve seen so far have agreed that this was an adverse reaction to the vaccine and have recommended not to take the second shot. I’ve had multiple tests run and nothing is coming back abnormal.
M.P. – OHIO

T98 5/20/21

J'ai 35 ans et je viens de la région de Cleveland, dans l'Ohio. J'étais en bonne santé et actif avant le début du traitement, sans aucune condition préexistante ni problème de santé.

J'ai reçu ma première dose de Pfizer le 28 mars. Je me sentais bien immédiatement après et les deux jours suivants, j'avais juste mal au bras.

Le 31 mars (trois jours après le vaccin), j'ai soudainement eu un fort goût de métal dans la bouche, mon corps s'est mis à convulser, j'ai eu des vertiges, j'ai eu la tête qui tourne, j'ai eu une vision en tunnel et un fort bourdonnement dans les oreilles qui a duré environ 10 à 15 minutes. Les vertiges et les tremblements aléatoires sont restés après l'épisode principal, mais je me sentais plutôt bien, juste épuisé. Mon médecin m'a conseillé de surveiller mes symptômes et de "dormir".

Le 4/1, je me suis sentie bien au réveil, puis tout a recommencé, cette fois avec une douleur aiguë dans la poitrine. Le médecin m'a dit de me rendre immédiatement aux urgences, ce que j'ai fait. Ils ont fait des tests et m'ont surveillé mais n'ont rien trouvé d'anormal.

Depuis lors, les symptômes sont restés les mêmes. Certains jours, ils sont pires que d'autres, avec des épisodes de convulsions complètes, et d'autres jours, ce ne sont que des tremblements et des spasmes aléatoires, accompagnés d'un brouillard cérébral insensé, de vertiges, d'une pression dans la tête et les oreilles, d'acouphènes et d'une douleur lancinante dans le dos et la poitrine. Ma tête oscille et tremble parfois. Mes orteils et mes doigts sont constamment froids, puis ils brûlent souvent et se transforment en une sensation de picotements et fourmillements, et parfois s'engourdissent. Je ressens une vibration constante dans mon corps. La base de mon crâne, mon cou et ma bouche s'engourdissent aussi parfois. Je suis également hypersensible aux sons et lorsque je suis en présence de beaucoup d'activité (bruit, mouvement, etc.), mes symptômes s'aggravent. Avant, j'étais capable de courir, de faire du cardio intense et de soulever des poids cinq jours par semaine, et maintenant une simple promenade m'épuise.

Tous les médecins que j'ai consultés jusqu'à présent ont convenu qu'il s'agissait d'une réaction indésirable au vaccin et m'ont recommandé de ne pas faire la deuxième injection. On m'a fait passer de nombreux tests et rien d’anormal n’est ressorti.

M.P. - OHIO

T99

I am 58 years old, married, mother of two adult daughters and I have 3 grandchildren. Currently in a  graduate program studying clinical mental health.
I WAS HEALTHY BEFORE THE VACCINE.
I had 1st dose of Moderna on 1/14/21  - right deltoid.  Lot # 029L24A
On 1/19/21 presented at Emergency Room with stroke symptoms to include bilateral facial paraesthesia, left leg/left arm weaknesses and numbness.  No indication of Bell’s Palsy.  Normal brain MRI w/o contrast.  Normal CBC. Normal EKG.
1/21/21. Neurologist #1 wanted to test me for everything MS and refused to correlate my symptoms with the vaccine. She told me to take the 2nd dose “and see what happens.”
On 1/28/21 Neurologist  #2 took my symptoms seriously. He diagnosed me with Autoimmune Neuropathy (suspected vaccine reaction).  PCP suggested molecular mimicry phenomena.
My symptoms today:
bilateral facial paraesthesia and nerve pain around eyes and around mouth.
Left arm weakness & numbness from bicep to fingertips
Left leg weakness and feels shaky at times. Neuropathy both feet.
intermittent body chills (no temperature)
Occasional vibration or buzzing in upper and/or lower extremities.
tingling & burning lips 24/7
fingertip burning sensation
left & right calves muscle twitching and nerves firing.
There are times I feel like I will lose all control of my left arm & legs
muscle twitching around mouth and random facial nerves fire.
Global scalp pressure with nerves firing on the side of my head.
Brain fog.
Autonomic dysfunction.
My greatest fear is I will develop an autoimmune disease or a degenerative neurological disease.
Without a long term vaccine control group I will be looking over my shoulder for the rest of my life.

T101 7/3/21
On May 2nd 2021 I received the Pfizer vaccine. Thatsame night I had a severe headache with burning in my hands and feet, my calves were swollen and I starting dragging my right foot. After a week my family noticed, on Mother’s Day, that I was confused with memory loss, brain fog and strange behavior.  I was taken to the ER. Afterspending 5 days in the hospital, they told me I had encephalitis and neuropathy. I was discharged and the symptoms starting getting worst. I had extreme fatigue, I was falling asleep mid conversation and slurring my words. I was admitted again for 6 days and they told me it was mental.
It was been 2 months now and I am confined to the upper floor of my house because any physical activity triggers the flare ups. I am frustrated and no one in Canada seem to take this seriously.
​-S.G. Ontario

T100 7/3/21  

Le 2 mai 2021, j'ai reçu le vaccin Pfizer. Le lendemain soir, j'ai eu un violent mal de tête avec des brûlures dans les mains et les pieds, mes mollets étaient enflés et j'ai commencé à traîner mon pied droit. Une semaine plus tard, le jour de la fête des mères, ma famille a remarqué que j'étais confuse, que j'avais des pertes de mémoire, un brouillard cérébral et un comportement étrange.  On m'a emmenée aux urgences. Après cinq jours à l'hôpital, on m'a dit que je souffrais d'encéphalite et de neuropathie. Je suis sortie de l'hôpital et les symptômes ont commencé à s'aggraver. J'étais extrêmement fatigué, je m'endormais au milieu d'une conversation et j'avais du mal à articuler. J'ai été admise à nouveau pour 6 jours et on m'a dit que c'était mental.

Cela fait maintenant deux mois et je suis confinée à l'étage supérieur de ma maison parce que toute activité physique déclenche les poussées. Je suis frustrée et personne au Canada ne semble prendre cela au sérieux.

-S.G. Ontario

T101 [Brianne Dressen]

5/20/21
I am a previously healthy 39 year old, preschool teacher, hiking and mountaineering on the weekends. Prior history of contracting West Nile at 27, fully recovered. No other history of note. I am pro-science and pro-vaccine, and was thrilled at the opportunity to do my part in ending the pandemic.  I received my COVID vaccine 11/4/20 as part of a phase 3 trial with Astra Zeneca.
My initial was tingling down my arm, blurred vision, and sound sensitivity. The first night I had a more typical reaction including a high fever that had resolved by morning. When I got out of bed to get ready for work, I noticed my left foot did not work correctly and I would easily walk into the left of doorways. The sensitivity to sound and blurred vision was still there, accompanied by a strong tinnitus.
Within 48 hours it had progressed to sensitivity of light and touch. The clinic told me I likely had MS and told me to get a neurologist to verify this. The neurologist recommended I go to the ER, one of many visits that would happen over the ensuing months.
The ER ruled out MS, transverse myelitis and sent me home. I could only spend time in a completely dark and quiet room. Even touch was painful. My condition deteriorated over the next 2.5 weeks, to the point where my legs began to have trouble, I had lost 20 lbs from extreme nausea and diarrhea, dizziness, and a strange painful vibrating sensation that would move through my body. The painful pins and needles also progressed from my arm to my other arm and face, I experienced strange overwhelming brain fog, heart rate issues, low fevers and even developed the covid cough. I was admitted to the hospital when I struggled to walk and had become incontinent, where they treated me for a severe migraine which unfortunately did not improve my symptoms. I went home with PT and OT to help me learn how to walk correctly again, and try to work on the cognitive impairments. Every single day for months, my focus was just to survive, countless hours trying to just remind myself to breathe, and just hang on for my kids and hope that it would pass. It was the scariest 3 months of my life.
Like the majority of us who present with these strange GBS or MS like symptoms, my tests were largely unremarkable. I was told over and over again that the doctors haven’t seen anything like this and have no idea what it is.
Some of my symptoms have since resolved, no more fevers, no more sensitivities to light and sound, no more extreme nausea, and paresthesia appears to be improving. Yet, I am still largely housebound, unable to work, or even drive. Over 6 months later, I still have a majority of debilitating symptoms, including strange weakness in my legs, tremors similar to parkinsons, and inability to walk very far. Heavy brain fog persists along with strange pressures in my head. Very painful electrical sensation through my body, tinnitus, and fatigue.  
This has severely impacted my life and my family’s life. I have had to hire substitutes to teach my preschool classes. We have also had to refinance our home so we can pay for after-school childcare. We have been trying to right this sinking ship for months. My small children now know me as “sick mom” now and have really struggled with this emotionally. I have missed out on 6+ months of their lives now and I have no idea when it will end.
-B.D. – UTAH

Traduction T101 [Brianne Dressen]

5/20/21

J’ai 39 ans, précédemment en bonne santé, enseignante dans une école maternelle, pratiquant la randonnée et l'alpinisme le week-end. J'ai contracté le virus du Nil occidental à l'âge de 27 ans, et m'en suis complètement remise. Aucun autre antécédent particulier. Je suis pro-science et pro-vaccins, et l'opportunité de faire ma part pour mettre fin à la pandémie m’enthousiasmait. J'ai reçu mon vaccin COVID le 4 novembre 2020 dans le cadre d'un essai de phase 3 avec Astra Zeneca.

J'ai d'abord ressenti des picotements dans le bras, une vision trouble et une sensibilité au bruit. La première nuit, j'ai eu une réaction plus typique, notamment une forte fièvre qui s'est résorbée au matin. Lorsque je me suis levée pour aller travailler, j'ai remarqué que mon pied gauche ne fonctionnait pas correctement et se heurtait intempestivement aux embrasures de porte côté gauche. La sensibilité au son et la vision floue étaient toujours là, accompagnées d'un fort acouphène.

En 48 heures, la sensibilité à la lumière et au toucher s'était accentuée. La clinique m'a dit que j'avais probablement la SEP [Sclérose en plaques] et m'a conseillé de consulter un neurologue pour le vérifier. Le neurologue m'a recommandé d'aller aux urgences, où je dus revenir de nombreuses fois dans les mois suivants.

Les urgences ont exclu la SEP et la myélite transverse et m'ont renvoyé chez moi. Je ne pouvais passer mon temps qu’enfermée dans une pièce intégralement sombre et silencieuse. Même le toucher était douloureux. Mon état s'est détérioré au cours des deux semaines et demie suivantes, au point que mes jambes ont commencé à avoir des problèmes, que j'avais perdu 20 livres à cause des nausées et diarrhées extrêmes, de vertiges et d'une étrange et douloureuse sensation de vibrations se déplaçant le long du corps. Des picotements et fourmillements douloureux ont également progressé d’un bras à l'autre bras et au visage, j'ai ressenti un étrange brouillard cérébral, des problèmes de rythme cardiaque, de faibles fièvres et j'ai même développé la toux covid. J'ai été admise à l'hôpital alors que j'avais du mal à marcher et que j'étais devenue incontinente, où l'on m'a soignée pour une migraine sévère qui n'a malheureusement pas amélioré mes symptômes.

Je suis rentrée à la maison avec un traitement de physiothérapie et d'ergothérapie pour m'aider à réapprendre à marcher correctement et à travailler sur mes déficiences cognitives. Chaque jour, pendant des mois, je me suis concentrée sur ma survie, j'ai passé d'innombrables heures à essayer de me rappeler de respirer, de m'accrocher pour mes enfants et d'espérer que ça passerait. Ce furent les trois mois les plus terrifiants de ma vie.

Comme la majorité d'entre nous qui présentent ces symptômes étranges de SGB [Syndrôme de Guillain-Barré] ou de SEP, mes tests biologiques ne présentaient rien de particulier. On m'a dit et répété que les médecins n'avaient jamais rien vu de tel et n'avaient aucune idée de ce que c'était.

Certains de mes symptômes ont depuis disparu: plus de fièvre, plus de sensibilité à la lumière et au son, plus de nausées extrêmes et la paresthésie semble s'améliorer. Pourtant, je suis encore largement confinée à la maison, incapable de travailler ou même de conduire. Plus de 6 mois plus tard, j'ai toujours une majorité de symptômes débilitants, y compris une faiblesse étrange dans mes jambes, des tremblements semblables à ceux de la maladie de Parkinson, et l'incapacité de marcher très loin. Un brouillard cérébral important persiste ainsi que des pressions étranges dans ma tête. J'ai des sensations électriques très douloureuses dans tout le corps, des acouphènes et une intense fatigue.  

Cette situation a eu de graves répercussions sur ma vie et celle de ma famille. J'ai dû engager des remplaçants pour enseigner dans mes classes préscolaires. Nous avons également dû refinancer notre maison pour pouvoir payer la garderie après l'école. Cela fait des mois que nous essayons de redresser ce navire en perdition. Mes petits enfants me connaissent maintenant comme "maman malade" et ils ont vraiment eu du mal à vivre cette situation sur le plan émotionnel. J'ai raté plus de six mois de leur vie et je n'ai aucune idée du moment où cela se terminera.

-B.D. – UTAH /  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois