Delirium Covid : Londres et Berlin se lèvent, Paris tétanisée.

Alors que les écoles françaises balancent entre enseignement et maltraitance des enfants, que nos rues se pavent de faces masquées, la contestation des mesures liberticides s’étend dans les capitales européennes, à des échelles très diverses.

Samedi 29 aout 2020. À Londres, la place de Trafalgar Square est pleine à craquer à l’appel d’une « Union pour la liberté » ; à Berlin l’avenue de la porte de Brandeburg déborde de monde, 38000 selon la police, infiniment plus selon les organisateurs, avec des citoyens venus des pays frontaliers, la Pologne en particulier.

À Paris ils sont quelques centaines à rester parqués sur la place de la Nation, mais c’est déjà trop pour le sinistre préfet Lallement. Encerclés tout au long de la « Manif pour la liberté » par les forces du désordre, ils méritaient bien une punition : 123 amendes allégrement distribuées pour non port de masque sur groin, des amendes sans aucune base légale, comme l’explique sur le champ Maitre Carlo Alberto BRUSA, juché sur les vestiges d’une époque révolue (plus précisément, sur le socle de la statue sculptée par Jules Dalou au XIXème siècle, allégorie des attributs de la République française).

29 aout, place de la Nation. Rassemblement pour le libertés face aux mesures Covid. 29 aout, place de la Nation. Rassemblement pour le libertés face aux mesures Covid.

 M’enfin la loi on s’en contre-fout, non ? Le masque en tout lieu nous sauvera tous, le masque nourrit notre altruisme, il nous rassure, il déculpabilise. C’est du moins la position d’à peu près tous les syndicats, CGT en tête, elle qui est majoritaire auprès des cheminots de la SNCF si prompts à alerter la police dès qu’un voyageur porte un masque sous le nez. Je leur ai envoyé les textes de loi violés par les décrets covid, ils ne m’ont pas répondu. C’est aussi la position de tous les élus d’opposition payés 5000 euros mensuels pour voter nos lois, les mieux placés pour savoir que leurs électeurs se font persécuter au nom de directives illégales, assez expérimentés pour savoir qu’une violation des lois appelle d’autres violations, et nous entraine à pas de loups vers une dictature sans foi ni lois.

J'ajoute en passant le coup de gueule de l'ex femme de Claude Lelouche, déprimée de voir la population parisienne masquée dans les rues, avec une parfaite synthèse qui m'épargnera de répéter mes divers billets sur la matière :

Marie Sophie L., l'ex femme de Claude Lelouch passe un coup de gueule sur la pandémie © Olivier Probst

Ce sont le mêmes personnages et institutions qui laissent libre cours à la manipulation des chiffres et aux décisions arbitraires. Pujadas lui-même s’en étonne : alors qu’au pic de l’épidémie, les critères de suivi étaient le nombre d’hospitalisation et de morts, les autorités ne communiquent plus que sur le nombre de « cas positifs », sans corrélation directe avec l’existence de symptômes. Or, les morts affectées au covid (à tort ou à raison) restent faibles, et les hospitalisations continuent de baisser. Il y a donc de manière évidente une transformation de la maladie covid vers une forme moins grave ou bénigne, ce que confirment des observations de médecins qui l’interprètent comme une mutation du virus, comme c’est arrivé avec tous les coronavirus ayant sévi dans le passé. Les autorités françaises esquivent cette question fondamentale, dans l’indifférence générale et douteuse des députés, et plus spécifiquement, des syndicats des professionnels de santé. Ce serait pourtant leur rôle et leur devoir, que d’interpeller le gouvernement et ses services, afin d’imposer le strict minimum : l’exécution d’un suivi rationnel, significatif, transparent, largement compréhensible par tout un chacun, de la situation sanitaire liée au covid. L’opposition et les syndicats, ainsi que la presse, portent une responsabilité gigantesque dans l’entretien de l’obscurantisme ambiant, à l’origine de la succession sans fin de mesures délirantes, anxiogènes, coercitives, totalitaires.

La nature purement politique de cet embrouillamini apparait au grand jour le 25 aout, lorsque le New York Times annonce le revirement du CDC, le centre national de contrôle des maladies États-Unien, qui recommande subitement de ne dépister que les individus présentant des symptômes du covid, à l’exception des personnes vulnérables ; le retour au bon vieux temps, en quelque sorte. Ceux qui y voient la main du grand méchant Trump devront prouver en retour que notre Macron des lumières déclinantes est plus éclairé. Cette tâche titanesque ne résoudra rien : la politique de bas étage a bel et bien occulté les nobles considérations sanitaires.

(Lire cette excellente analyse de l’anesthésiste belge Pascal Sacré sur les tests PCR).

(Lire cet appel international des professionnels de santé : “STOP ! Manipulations, masques, mensonges, peur…”)

 

Qui sont les contestataires ?

Contrairement à la presse française, les journaux anglais n’ont pu minorer l’évènement massif de Trafalgar Square. Incroyablement lucide, le Daily Mail a identifié en un clin d’œil les « plus de 10 000 théoriciens de la conspiration Covid », rassemblés en « une foule immense de militants anti-vaccin menés par David Icke », tous persuadés que « le virus est un mensonge répandu au sein d’un complot secret organisé par Bill Gates ».

À Berlin, les médias insistent sur la présence de « groupes d’extrême droite », mais aussi de « complotistes qui ne croient pas en l’existence du Covid-19, et d’activistes anti-vaccins ».

Le Point nous apprend que « la manifestation des anti-masques fait un flop » à Paris, et l’œil de lynx du Midi Libre repère parmi « les manifestants, de nombreux messages complotistes », sans se demander si la pancarte « OMS = Organisation Mondiale Sataniste » pouvait contenir un zeste d’humour, le participe passé “Sorrompue“ n’existant pas dans le dictionnaire.

En bref, vous l’avez compris, ces manifestations européennes réunissaient la pire engeance, un agglomérat de niais adhérant aux thèses les plus paranoïaques, accrochés aux basques de gourous comme l’anglais David Icke, pauvres égoïstes incapables de penser par eux-mêmes ni de respecter les « gestes barrière » ou la « distanciation sociale », des anti-tout inciviques qui ne croient même pas qu’un Macron ou une Merkel veulent notre bien à tous, après toutes ces preuves d’amour jetées en pleine face.

Ayant assisté à la version « ratée » des manifs, je voudrais juste ajouter douze mille nuances. L’assemblée est hétéroclite, les idéologies de gauche ou de droite sont temporairement remisées au placard, restent deux éléments essentiels nous rapprochant : l’exigence de décence, et la recherche de vérité à la source (quand elle existe), sachant par expérience, intuition et/ou lecture assidue que l’intégralité de la presse française grand public est en mode propagande intense et longue durée. Comme tout marin qui navigue à vue, selon les heures de barre accumulées et sa capacité à coopérer avec des proches, selon sa rigueur et sa méthode, les voies qu’il aborde sont plus ou moins erratiques, mais bien plus sûres que celles d’un cador qui se fierait à un GPS trafiqué à son insu.

La phase de Delirium Covid a provoqué une arrivée massive de matelots décidés à investir leur temps dans l’apprentissage de la navigation à vue. Conscients de l’ampleur du mensonge méthodiquement véhiculé par les journaux, ils cherchent à lire l’intention des commandeurs de la flotte amirale, qui ont une vision de long terme, en contraste avec la stupidité abyssale qu’ils laissent entrevoir de leurs actions (c’est une des raisons, sans doute, pour laquelle ils désirent désormais agir à découvert). Ils ne sont pas stupides, ils sont dénués d’imagination, cruels et médiocres. Reste à savoir qui sont ces puissants manipulateurs, combien de flottes coexistent, antagonistes ou solidaires, quelles sont leurs armes, jusqu’où et comment ils souhaitent naviguer, et quels équipages secondaires sont susceptibles de quitter le navire. Le terme d’État profond conviendrait à cette clique, s’il ne véhiculait une fausse idée d’unicité et d’homogénéité.

La scène sonorisée berlinoise accueillait un invité de marque, le neveu de JFK et fils de Bob Kennedy, connaisseur viscéral des théories du complot, pardon, des assassinats perpétrés par des tireurs isolés. Il signale d’emblée que les journaux américains annoncent qu’il se rend à Berlin « pour s’adresser à 5000 nazis », constatant cependant qu’il a face à lui exactement « l’opposé du nazisme », « je vois tous les drapeaux des pays d’Europe, je vois des gens de toutes les couleurs de peau, de toutes nations, de toutes religions, concernés par la dignité humaine, préoccupés par la santé de leurs enfants et les libertés politiques ». Puis il dénonce « les règles arbitraires et autres mesures destinées à orchestrer l’obéissance de la population », « nous sommes ici pour la santé de nos enfants, pas pour entendre les prophètes de l’industrie pharmaceutique ou de la coercition gouvernementale »…

29 aout 2020 à Berlin, discours du neveu de JFK, fils de Bob Kennedy. © Marcel Riemer

Les médias français ne s’étant pas aperçus de sa présence, quelle surprise, n’ont pas pu le traiter de militant « anti-vaccin », cet avocat réputé a pourtant gagné des procès en rapport avec les effets délétères de certains vaccins, et il dénonce de longue date la corruption des instances de santé américaines de mèche avec Big Pharma.

Robert Kennedy Jr répète par deux fois que ce à quoi il assiste est « l’opposé du nazisme », semblant indiquer que ce qui se joue est un combat contre une forme de nazisme ; à Londres, l’orateur David Icke, matelot au long cours, est plus explicite : « Nous sommes réunis ici parce qu'une maladie dangereuse, une maladie mortelle, balaie ce pays et le monde entier, et ce n'est pas le covid19, c'est le fascisme !! ». Son discours vindicatif est ponctué d’humour anglais, « ce virus est tellement intelligent qu’il ne contamine que ceux qui participent aux manifs que le gouvernement veut stopper », mais aussi de conseils de grand-père, « Il est grand temps de prendre en compte des leçons du passé ». Et c’est effectivement en revisitant l’histoire que les matelots s’aperçoivent que la “flotte amirale“ n’a jamais vraiment rompu ses liens avec le nazisme, le fascisme ou le franquisme, selon les fils que l’on déroule (en voici un).

Il est plus aisé de se référer au totalitarisme, tel que déterminé par le philosophe Jean-Marc Gaté : « Les régimes totalitaires sont des régimes du consensus absolu, où toutes les formes de contradiction sont, non seulement pourchassées, mais sont aussi produites, de façon fictive, devancées avant même d’être possibles et niées, avant même d’être apparues ». C’est ainsi que les contestataires du storytelling sont systématiquement classés dans les cases anti-vaccin, anti-masques, complotistes, théoriciens de la conspiration, avant que d’être pourchassés, 73 arrestations à Londres dont le co-organisateur Piers Corbyn, frère de Jérémy, 123 amendes à Paris, illégales rappelons le, la moitié des manifestants punis donc, un magnifique symbole pour la liberté d’expression en ère pré-totalitaire.

Place de la Nation cependant, les prises de paroles, quoique fortement indignées, prenaient le ton moins grandiloquent du pragmatisme et de la pédagogie, dans l’intimité du cercle restreint imposé par les CRS. Une des préoccupations majeures est l’avenir des enfants, non pas à cause du covid duquel ils n'ont rien à craindre et qu'ils ne transmettent pas dixit les pédiatres, mais du fait de l’anxiété prolongée et du conditionnement antisocial qu’ils subissent de plein fouet ; une tante relate l’histoire de son neveu qui s’est remis à faire pipi au lit, une mère du XXème arrondissement s’étrangle de voir son école envisager d’imposer aux enfants des « cartons avec hublot » en salle de classe…

enfant-protection

Qu’on les appelle nazis, imposteurs, maffieux, sorrompus-jusqu’à-la-moelle, pédo-criminels (qualificatif souvent repris), spoliateurs, dépeceurs, traitres ou pantins sans cervelle, une chose est sûre, les abuseurs des pouvoirs et des corps continueront leurs expérimentations tant que nous acquiescerons ; les experts en psychiatrie et manipulation des masses déposeront leurs rapports aux serviteurs de la bureaucratie globalisée. L’Angleterre est fort bien pourvue en la matière. Outre l’Imperial College, qui a fourni les simulations “prédisant“ un minimum de 500 000 morts du Covid en France, les services du “ behavioural insights team“, l’équipe d’analyse comportementale, scrutent avec entrain nos psychés.

 

 

 

Londres, 29 aout. Manifestation Unite For Freedom, contre mesures covid liberticides. Londres, 29 aout. Manifestation Unite For Freedom, contre mesures covid liberticides.

 

stop-mensonges-amour

 

pouvoir-peuple

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.