bastienparisot
Communicant politique
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2023

bastienparisot
Communicant politique
Abonné·e de Mediapart

Retraites : le Rassemblement National est une arnaque !

Le Rassemblement National prétend s'opposer à la réforme des retraites d'Emmanuel Macron et son gouvernement. Mais qu'en est-il dans les faits ? On fait le tour et spoiler : c'est une arnaque !

bastienparisot
Communicant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Texte tiré d'une chronique lue sur le plateau de l'Émission Populaire le 29 novembre dernier.

-----

Quelle période ! La semaine dernière j'écrivais quelques lignes en me réjouissant de la mobilisation de plus de 2 millions de personnes partout dans le pays, et voici qu’aujourd’hui, je pose ces quelques mots, encore plongé dans l’atmosphère joyeuse de la Marche de samedi dernier où, à l’appel des organisations jeunesse, 150 000 personnes ont défilé dans les rues de Paris.

On finit par se demander comment Macron va tenir si seul, si peu convaincant, à court d’argument et si faible alors qu’il souhaite faire passer une réforme si importante.

Le RN, acteur de la lutte contre Macron ?

J’étais ce dimanche soir dans un bar avec quelques amis, sortant du film Babylon, fête cinématographique (plutôt décevante mais que je vous encourage à aller voir quand même), quand la réforme des retraites s’est à nouveau invitée dans notre conversation.

Alors que l’unanimité se faisait contre le président de la startup nation, l’injustice de sa réforme, son arrogance, son mépris et l’insolence de son déplacement à Barcelone jeudi dernier, une brebis égarée du groupe nous dit soudain : “C’est vraiment que c’est à se demander comment Macron peut oser garder sa réforme alors que tout le monde est contre lui dans le pays... même le RN s’oppose à la réforme des retraites !”.

Qu'ouïs-je, qu’entends-je ? Voici que ce malheureux racontait n’importe quoi, convoquant ainsi la fameuse team “ouin-ouin” d’extrême-droite dans la discussion. Je lui ai alors répondu ces quelques mots...

Le RN est une arnaque

"Je t’arrête tout de suite : tu ne peux pas dire ça. Dire que les électeurs de Le Pen sont opposés à la réforme des retraites, ça oui, comme 8 Français sur 10... Mais autant le poser clairement maintenant : non, l’extrême-droite ne prend pas part, dans les faits, à la bataille pour sauver nos retraites. Je pense qu’on peut même dire que sur la question, le RN est une arnaque.”

“Quoi ?” me répondit-il l’air étonné. “Mais j’ai entendu Le Pen dire qu’elle s’y opposait !”

“Il y a ce qu’on dit, et il y a ce qu’on fait, mon vieux...

D’abord, il faut rappeler que Le Pen est une girouette sur le sujet : en 2005, le Front National défendait la retraite à 65 ans. Puis 60 ans en 2022, timidement. Puis moins évident depuis, on y reviendra.

Ensuite, laisse moi te poser une question simple : la mère Le Pen et ses acolytes, tu les vois soutenir les mouvements sociaux ou y participer ? Non, jamais. Elle a même eu la bonne idée de partir à l’étranger en pleine mobilisation. Et c’est toujours la même histoire : chaque fois qu’un mouvement social s’organise, chaque fois fois que la voix du peuple surgit dans l’Histoire, l’extrême-droite disparaît et n’existe pas. Retraites, congés payés, droit de votes pour les femmes, abolition de la peine de mort… Les fachos ont toujours été au mieux absents des débats, au pire des adversaires de toutes les luttes sociales et émancipatrices dans le pays.

Revenons aux retraites. Certes, Le Pen se positionne vaguement contre Macron. Mais quand on se penche sur ce qu’elle propose… C’est autre chose. D’abord, elle a totalement abandonné le retour de la retraite à 60 ans depuis la fin des campagnes présidentielle / législatives, parlant timidement de la retraite à 60 ans… “pour ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans”.

Ensuite, si tu fouilles dans ce qu’elle propose, tu te rends compte de l'aberration. On parle donc de 40 annuités pour ceux qui ont commencé à 20 ans, soit un départ à 60 ans… mais l’âge de départ évolue progressivement pour les autres.

Pour faire clair : on passe à 42 annuités pour ceux qui ont commencé après 24 ans. Je t’invite donc à faire le calcul : si tu as commencé à 22 ans, c’est retraite à 63 ans. 64,5 ans si tu as commencé à 23, 66 ans si tu as commencé à 24 et… 67 ans si tu a commencé à 25 ans ou plus !

67 ans ! On comprend mieux pourquoi Le Pen et ses sbires ne manifestent pas avec nous aux cris de “la retraite à 60 ans” ! C’est vrai, c’est beaucoup plus compliqué d’ajouter “pour ceux qui ont commencé à 20 ans sinon ça va potentiellement jusqu’à 67”, niveau slogan c’est moyen.

Blague à part, on peut bien sûr rétorquer que c’est bien de vouloir pousser les jeunes à entrer tôt sur le marché du travail, mais patatra, ça ne fonctionne toujours pas. Pourquoi ?

Le RN ne prend pas la pénibilité en considération

D’abord parce que ceux qui commencent le plus tôt ne gagnent en vérité rien avec la proposition de Le Pen. Je m’explique : une personne qui commence à 17 ans aujourd’hui part à la retraite à 60 ans. Ce qui est aussi la proposition de Le Pen. Autrement dit, pas d’avancée sur ce point.

Mais surtout, pire : le RN n’intègre n aucun dispositif de pénibilité à sa proposition sur les retraites. Ainsi, même si vous exercez un métier considéré comme pénible, vous ne pourrez pas partir plus tôt à la retraite… ce qui constitue un recul grave en matière de retraite et de prise en compte des conditions de travail.

Bref. Absents de la mobilisation sociale, Le Pen et le RN défendent également un système de retraite qui ne s’avère pas être tellement plus avantageux que celui défendu par Macron. Ce qui ne nous étonne pas, l’extrême-droite ayant toujours été dans l’Histoire plutôt l’alliée des patrons que celui des travailleurs."

En finissant cette longue réponse, j’ai compris dans le regard de mon interlocuteur que quelque chose n’allait pas. Un dernier point le chatouillait : “Mais alors, pourquoi se dit-elle contre la réforme ?”

Je lui ai répondu que tout ceci n’est que de la com. Que 8 Français sur 10 étant opposés à Macron et sa réforme, Le Pen a compris qu’il lui fallait surfer sur la vague pour ne pas se mettre à dos les Français. Que tout cela s’inscrit d’ailleurs dans la continuité de l’exercice de communication visant à faire passer Le Pen pour une candidate sociale, elle qui a voté avec tout le RN contre l’augmentation du SMIC, contre le gel des prix, contre la taxation des ultra-riches… Bref, sur les retraites comme sur le reste, le RN est une arnaque et n’est pas, jamais du côté du peuple.

Le 31, on remet ça !

Voilà, j’ai dit. Vous savez maintenant comment argumenter si l'un de vos proches vous vend l'extrême-droite comme un adversaire de Macron sur les retraites.  En attendant, préparons le 31 janvier, nouvelle journée de grève générale contre cette réforme injuste. Une journée qui s’annonce une fois encore massive, joyeuse et motivée !

Bastien Parisot

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI