Pourquoi Marion Maréchal va gagner en 2022

La prédiction de Michael Moore concernant l'élection surprise de Donald Trump résonne incroyablement avec l'atmosphère de notre pays. Tout semble nous amener à cette catastrophe, tant par l'inconscience et l'arrogance du pouvoir en place, que par la division de la société française depuis la crise des gilets jaunes, nos "déplorables" à nous.

Intervention de Michael Moore en Octobre 2016, avant l'élection de Donald Trump le 8 novembre 2016, alors qu'Hillary Clinton était donnée grande favorite.

Les électeurs de Trump, qualifiés pour moitié de "déplorables" par la candidate favorite Clinton, ne sont-ils pas ces Français en partie incarnés par les gilets jaunes? Les conditions ne sont-elles pas semblables aujourd'hui en France par rapport aux USA de 2016? Le fossé a t-il jamais été si grand entre les Français? Le mépris si intense et si mutuel entre les différentes classes? La défiance envers les institutions si élevée? L'hubris si palpable parmi les dominants? Ceci est une alerte, peut-être moins qu'une prophétie.

 

M. Moore :

Je connais beaucoup de gens dans le Michigan qui prévoient de voter pour Trump. Ils ne l’aiment pas forcément tant que ça, ils ne sont pas forcément d’accord avec lui, ils ne sont pas racistes, ni des ploucs, ce sont en fait des gens plutôt bien.


Donald Trump est venu au Detroit Economic Club, et a fait face au dirigeant de l’entreprise Ford, en lui disant « Si vous fermez ces usines, comme vous prévoyez de le faire à Détroit, pour les relocaliser au Mexique, je vais mettre des taxes douanières de 35% sur ces voitures quand elles reviendront ici, et personne ne les achètera ». C’était une chose incroyable à voir. Aucun homme politique, Républicain ou Démocrate, n’avait jamais dit cela à ces responsables. Et cela retentit comme de la musique aux oreilles des gens dans le Michigan, l’Ohio, en Pennsylvanie, dans le Wisconsin.

Que Trump le pense ou pas n’est pas la question, car il dit ces choses à des gens qui souffrent. Et c’est pourquoi les travailleurs anonymes, oubliés et éreintés, qui, fut un temps, faisaient partie de ce que l’on appelait la classe moyenne, aiment Trump. Il est le cocktail molotov humain qu’ils attendaient. La grenade humaine qu’ils peuvent jeter, en toute légalité, au visage du système qui leur a volé leur vie. Et le jour du vote, bien qu’ils aient perdu leur travail, qu’ils se soient fait saisir la maison par la banque, aient divorcé, la femme et les enfants sont partis, la voiture saisie, ils n’ont pas pris de vraies vacances depuis des années, ils ont une couverture maladie qui ne leur permet même pas d’acheter des antalgiques opioides, ils ont perdu tout ce qu’ils avaient, tout, sauf une chose, la seule chose qui ne leur coûte pas un centime, et qui leur est garanti par la Constitution Américaine, LE DROIT DE VOTE.

Ils sont peut être fauchés, sans toit, démolis, ça n’a pas d’importance, car tout est remis à plat ce jour là. Un millionnaire a le même nombre de votes que qu’un chômeur : un. Et il y a plus de gens issus de l’ancienne classe moyenne, que de la classe des millionnaires. Alors le jour de l’élection, les dépossédés vont rentrer dans l’isoloir, et voter une bonne grosse fois pour toutes, pour l’homme qui a menacé de détruire le système qui a détruit leur vie. Donald J Trump. Ils voient que les élites, qui ont flingué leur vie, détestent Trump. Les grands industriels détestent Trump. Wall Street déteste Trump. Les politiciens professionnels détestent Trump. Les médias détestent Trump, après qu’ils l’aient aimé et créé, à présent ils le détestent. Merci les médias. L’ennemi de mes ennemis, est la personne pour qui je vote. Oui, le jour de l’élection, toi Joe, Steve, Bob, Billy, et tous les autres, vous allez exploser le putain de système, parce que c’est votre droit. L’élection de Trump sera le plus gros Fuck You jamais enregistré dans l’histoire humaine. Et ça sera… si bon.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.