Deux jeunes morts à Grenoble : prise de risque !

A Grenoble on peut lire que des policiers ont pris le risque inconsidéré de poursuivre des jeunes délinquants à scooter (volé) , sans casque et soupçonnés d'avoir causé quelques dégâts en ville et commis quelques effractions au code de la route, franchissement de feux rouge etc .. .

Il est vrai, et les jeunes le savent, enfin certains, que circuler sans casque vous protège en principe d'une poursuite des policiers. C'est une chose que je ne savais pas. Mais et ayant récemment vu de mon balcon un jeune sans casque sur un scooter franchir des feux rouge à une vitesse non autorisée mon ami n'informa que depuis un précédent accident les policiers avaient pour consigne de ne pas pourchasser des jeunes sur des deux roues et non casqués afin qu'ils ne se mettent pas en danger où ne mettent pas les autres en dangers dans une prise de risque inconsidéré. Ceci dit même sans être poursuivi le danger existe ! Est-ce la bonne méthode ?

Je dois dire que cette information m'a quelque peu interpellée, comme on dit ! Et poussé à réfléchir. Est-ce judicieux de donner cette consigne ? 

Ils sont nombreux à prendre des risques sans être poursuivis, ou, me dira-t-on, à prendre des risques (pour eux et pour les autres d'ailleurs) en limitant le risque pour eux d'être arrêté par la police ... Ces risques, je le constate de mon balcon, ils les prennent parfois à scooter, et pas toujours pour livrer des pizzas (pas toujours mais aussi, mais là en principe ils ont un casque) ...

La prise de risque fait parti des attributs, voire des plaisirs, de la jeunesse : qui n'a pas pris des risques étant jeune, et parfois des risques inconsidérés ? 

Certes en fonction de son milieu de son expérience de vie on ne prend pas les mêmes risques, il y a ceux qui prennent des risques qui sont socialement valorisés, et qui ne sont pas toujours de réels risques, en tout cas pas autant qu'on veut bien leur faire croire et nous faire croire, je pense à certains sports ou à certains "exploits" d'aventuriers bien encadrés par des équipes techniques et des réalisateurs de télévision pour vendre l'exploit ensuite. Par ces images largement diffusées et valorisée nous faisons la promotion de la prise de risque, la "bonne" prise de risque, hélas pas toujours accessible à tout un chacun.

Je parle du sport, mais on verra plus loin que ça ne concerne pas que le sport  ce type de prise de risque" 

Il y a ceuxn qui faute d'avoir les bons codes mettent leur vie en jeu dans les drogues par exemple, ceux qui les prennent, et puis  ceux qui les vendent, faute aussi d'avoir les bons codes.

Trop de nos jeunes cherchent un sens à leur vie sans le trouver dans le projet de société qui s'avance sans eux, sans la plupart d'entre nous non plus d'ailleurs, mais projet qui en revanche cadre bien avec la vision de celui qui clame " je veux que chaque jeune ait l'ambition d'être milliardaire !" ..mais tout le monde n'a pas les moyens d'être un Macron et pour s'en convaincre la lecture du dernier livre de Ruffin (*) suffira amplement ! Sûr que sa prise de risque a toujours été bien calculée, bien encadré, sponsorisé qu'il fut tel l'aventurier sportif dont je parlais plus haut, le tout bien emballée et mis sur le marché par des protecteurs intéressés à ce qu'il puisse disposer au sommet de l'état d'un obligé.

Le livre retrace le parcours d'Emmanuel et de François :  on s'aperçoit vite au fil des pages que celui qui prend des risques, e vrais risques, c'est François Ruffin ! Mais lui a tout de même eu d'assez bon codes, alors il ne roule pas sur un scooter volé sans casque, il se présente à  la tribune de l'Assemblée nationale en TShirt, et c'est déjà trop ! Il ose surtout démasquer le vrai Emmanuel et ceux qui ont la réalité du pouvoir, y compris médiatique, et ce risque assumé par François est bienvenu : Vous , vous ne risquez rien à lire son livre, ...enfin presque rien, vous risquez juste d'avoir des idées un peu plus claires.

(*) "Ce pays que tu ne connais pas" 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.