Macron ce soir : contre-façon de gilets jaune !

Ce soir Macron va tenter d'enfiler un gilet jaune. Des gilets jaune il y en a de toute sorte, et de cette diversité il va jouer pour faire main basse sur les gilets jaune en utilisant une méthode classique : la contre-façon. Après l'effraction et le hold-up électoral à la présidentielle dont il s'est vanté a posteriori, voici que se prépare l'escroquerie au gilet jaune. (*)

Quels sont le indices de la contre-façon ?

Depuis une semaine l'Elysée laisse filtrer des informations "officieuses" sur le "fait" (infox) que Macron n'était pas tout à fait d'accord ou convaincu de certaines mesures qui lui sont reprochées et évidemment la presse gourmande de ce genre d'indiscrétion, dont elle peut se flatter d'être destinataire, ne se prive pas de les diffuser quitte à ce que ça frise l' Infox (fake news) : ainsi on apprend que Macron n'était pas franchement d'accord sur les 80 km/h, puis qu'il aurait même dit que c'était une "connerie", et la baisse des APL également, et que le Premier Ministre avait été trop lent et trop raide et aurait dû lâcher plus tôt sur la taxe carbone ...

A ce propos d'ailleurs notez bien le déroulement de la séquence : Philippe lâche en suspendant 6 mois, expose ainsi sa mesure à l'Assemblée Nationale et avant qu'il n'arrive au Sénat pour la présenter Macron annonce qu'elle est annulée, du moins pour 2019 ! C'est à peine si le Premier Ministre en était averti en arrivant au Palais du Luxembourg ! Une manière de reporter les mauvaise mesures sur d'autres, une manière d'enfiler une première manche d'un gilet jaune de contre-façon. 

Comment vérifier qu'un gilet jaune est une contre-façon ?

Dans le mouvement des gilets jaune on a dit et répété que la taxe carbone sur les carburant était la goutte d'eau qui avait fait débordé le vase, lequel était donc plein, mais l'image a vite eu ses limites. Celle de la tension de trop sur l'élastique convient mieux car on s'est vite aperçu que retirer la supposée goutte d'eau excessive ne suffisait pas pour éviter l'écoulement des revendications A trop tendre l'élastique il a cassé, et ce qu'il était censé retenir s'est échappé et tant qu'on ne trouve pas un nouvel élastique pour remplacer l'ancien tout est exposé en liberté faute d'être ficelé, et les revendications s'expriment bon train.

L'injustice fiscale a rapidement été mise en lumière, en première ligne, une injustice qui s'appuie sur l'injustice sociale et l'alimente et c'est pourquoi une revendication a symbolisé ce raz le bol d'injustice fiscale et sociale ; le retrait de l'ISF.

Mais quand les gilets jaune disent raz le bol de l'INJUSTICE fiscale, Macron et sa presse veulent entendre et répètent "raz le bol fiscal", ils oublient l'injustice au passage, comme par hasard ! Vous avez là le premier signe de la contre-façon ... il manque un mot essentiel sur l'étiquette !

La justice manque et "en-même-temps" d'autre signes apparaissent à travers les mesures censées relever le pouvoir d'achat telles que les  heures supplémentaires et les primes "défiscalisées". Les maîtres mots que vous trouvez sont à chaque fois "défiscalisé" ou "exonéré de charges sociales", ce sont des marqueurs clairs de l'escroquerie.

Macron va donc nous proposer d'enfiler un gilet jaune qui veut la baisse généralisé des impôts. A ce propos sont sorties (ça vient à point !) des statistiques indiquant que la France était championne en matière de prélèvements fiscaux, agglomérant et additionnant sans vergogne au passage les impôts directs et indirects (TVA et autres taxes foncières etc) avec les cotisations sociales ! Bon qu'importe si vous additionnez des chèvres et des choux, qu'importe puisqu'il s'agit d'arriver à l'objectif : faire détester l'impôt et alimenter le raz le bol fiscal et faire oublier ce qui blesse vraiment : l'injustice fiscale.

"Raz le bol fiscal ?"

Macron est d'accord, voilà un mot d'ordre qui l'arrange, qui sert sa politique conforme aux impératifs de la commission européennes : destructions et privatisation des services publics qu'on ne peut plus financer, destruction de la sécurité sociale dont on s'amuse à creuser le trou avec la baisse des cotisations, voire les exonérations, le tout au bénéfice des assurances privées. Et tant pis si ça coûte plus cher au français, si on veut que la finance se gave il faut bien que quelqu'un paye ! Les dépenses de santé coûtent 11% de leur PIB aux français, 19% de leur PIB aux nord-américains où l'assurance privée règne en maître ! Qui paye et qui empoche la différence ? 

Tour de passe-passe et passe de judo

Ce soir pour engager son escroquerie au gilets jaune Macron va nous faire une passe de judo, il va tenter d'utiliser la force même du mouvement en la dévoyant pour lui permettre de poursuivre son objectif. On vous trompe sur l'étiquette, on vous fait croire qu'on vous vend un produit qui répond à vos attentes et besoins, conforme à vos critères et intérêts, mais c'est le vendeur qui fait la bonne affaire en vous refilant de la camelote.

Caractéristiques du faux gilet jaune de Macron !

Il vous manquera ce soir au minimum  trois ingrédients absents sur l'étiquette du gilet jaune de Macron 

1/ Justice : Vous voulez la justice sociale et comme signe qu'il vous a entendu vous réclamez le rétablissement de l'ISF ? Vous ne l'aurez pas ce soir. Il vous faudra encore tenir les ronds point pour l'obtenir !

2 / Salaires : Vous espérez une augmentation du pouvoir d'achat par la hausse des salaires à partir du relèvement du SMIC (lequel entraîne mécaniquement l'augmentation des salaires au dessus du SMIC) ? Vous ne l'aurez pas. sauf à rester nombreux  sur les ronds points avec le concours des salariés.

3/ Retraites :Vous voulez que les retraites soient de nouveaux indexées ...  en finir avec la perte de pouvoir d'achat : moins 17% en moyenne en 10 ans alors que les maisons de retraite ont relevé leur prix de 12% sur la période ! Vous devrez tenir bon 

"Raz le bol des politiques"

Il y a un quatrième ingrédient essentiel qui lui aussi sera absent : le besoin de démocratique.

Les gilets jaune ont exprimé fortement leur raz le bol de la politique et par delà il font la critique des institutions républicaines actuelles, ils veulent mettre en place un système démocratique où ils pourraient garder la parole qu'ils ont en train de prendre de force, les voilà qui rêvent de 6ème République.

Macron lui aussi rêve de modifier les institutions, il a même au programme une réforme dont un aspect pourrait-être taxé de populiste au sens méprisant du mot quand il l'utilise lui-même pour dénigrer : la réduction du nombre de parlementaires, et la suppression du Sénat. Voilà quelque chose qui pourrait plaire à des gilets jaune ... dont le "raz le bol des politiques" les amène à croire qu'avec moins de parlementaires on ferait au moins des économies ! Moins de représentants du peuple mais "en-même-temps' plus de démocratie et de proximité ? On voit mal comment !Ah si avec une armée d'assistants sans doute ! On remplace des élus par des non-élus !

Certes le projet de Macron a pris l'eau avec l'affaire Benalla en juillet, mais s'il a perdu la première manche il entend se refaire en janvier et en prenant appui sur le raz le bol des politiques des gilets jaune, en le détournant il peut réussir son coup. Bien sûr les gilets jaune veulent la parole tandis que lui veut plus de possibilités pour manœuvrer à sa guise en tant que Président, accroître en somme ses propres pouvoirs déjà exorbitants. Contradiction ? Avec un coup de "en-même-temps" il devrait pouvoir camoufler la contradiction : alors faites lui confiance pour utiliser le besoin de Constituante et donc d'expression politique des gilets jaune et les faire causer dans des assemblées locales ou départementales avec des représentants quand lui a déjà la conclusion des débats qu'il sortira à la fin de cette séquence consultative.

Pour noyer un sujet, c'est jute une question de "bonne" organisation des débats.

Par exemple faites travailler les gens par commissions cloisonnées par sujets que vous avez soigneusement délimités, mais gardez pour vous la maîtrise de la globalité et donc de la synthèse. Chacun, coincé dans sa commission ou sa spécialité, guidé, accompagné, assisté par des experts "neutres" que vous avez choisi, n'aura jamais une vue d'ensemble, et chaque fois que dans sa commission il voudra faire un lien il se trouvera un expert pour lui faire remarquer qu'il sort du sujet et l'inviter civilement à se taire. Cette méthode de travail (présentée comme "neutre bien sûr, c'est juste une méthode !) vous permet ensuite, avec vos experts, de faire la synthèse et d'arriver exactement là où vous vouliez en venir et ce quels que soient la nature et la teneur des discussions en commission, où de toute façon tout sera à un moment dit, la chose et son contraire et pourquoi pas "en-même-temps".

Si vous voulez un exemple récent de ce genre de manipulation sous la macronie, reportez vous aux Etats généraux de l'alimentation. et voyez ce qui en est sortie et questionnez ceux qui y ont participé !

Contribution à la contre-façon

Pour parfaire son opération sur le plan politique je ferais bien une proposition à Macron : réaliser en plus un coup électoral.

Un sondage publié hier vient à point pour expliquer que si les Gilets jaune montaient une liste aux européennes, alors la liste à Macron serait à coup sûr la première avec environ 21% laissant le front national à 14 % les gilets jaune pouvant atteindre 12%. Bon voilà une bonne nouvelle ! Ah il y a une problème ; les gilets jaune n'auront peut-être pas le temps et surtout pas l'argent pour monter une liste et faire campagne ... Oh mais qu'à cela ne tienne :! Macron devrait arriver sans problème à lever pour eux l'argent nécessaire .. en douce bien sûr ! Faire financer des campagnes il sait faire !

Qui le croit incapable d'imaginer et conduire cette opération avec succès ? Pas assez manipulateur ? 

Dans une interview de son ancien patron de la banque Rothchild ce dernier explique en quoi Macron été parfait pour faire le Job (notamment sa manière de flatter sans état d'âme et particulièrement ses aînés) et à la fin il veut ajouter au beau tableau (croit-il) qu'il a fait de Macron une touche qui résume le tout ...Un mot lui vient : manipulateur .. et puis s'apercevant que ce mot est pas forcément très positif il tente d'en chercher un autre, en vain, rien ne lui vient et le mot manipulateur lui revient donc et s'impose et c'est sur ce mot que se termine l'interview.

(*) effraction et hold-up électoral sont ses propres mots qu'il a utilisé pour expliquer son élection à la présidence

PS ; Dernière nouvelle, dernière trouvaille : Macron va faire le "Tour de France des Maires " Le voilà donc parti pour une campagne électorale au frais du contribuable ! Et il compte sans doute prendre un gilet jaune de contre-façon en guise de maillot jaune pour arriver en tête aux élections européennes !
Lui qui a snobé les maires il y a quelques semaines seulement ne craint aucun virement de cap quand il s'agit de communication ou de posture ! C'est à peu prés la seule chose qu'il essaie de changer .. sa com' et ses postures, et encore est-ce bien difficile à faire avaler .. désormais les ficelles de la manipulation sont trop visibles !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.