Béatrice Mabilon-Bonfils
sociologue, professeure d'université
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2022

La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert

Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?

Béatrice Mabilon-Bonfils
sociologue, professeure d'université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La chanson sociale, comme mobilisation de capital ethnique et social

Le chanteur Bernard Lavilliers propose une mise en récit du monde révoltée, qui fait salle comble depuis le début de la tournée 2022. La chanson, telle que la conçoivent les anarchistes, dont Lavilliers se revendique, n’a pas pour objet de frapper les imaginaires pour pousser les individus à l'action mais elle vise toujours à former les esprits, à faire des hommes des sujets conscients et réflexifs. Elle ne saurait se limiter à exhorter, à revendiquer. En tant que levier d’empowerment, elle a pour fonction d’accroître la capacité d'autonomisation, la puissance d’agir de chacun d'entre nous sur son environnement, en ce qu’elle permet le questionnement. Son 22eme album Sous un soleil énorme à peine sorti, il part en tournée depuis le début de l’année pour plusieurs dizaines de dates, partout en France.

© Copyright Yves Dayde

La chanson Scorpion chantée presque au début du spectacle de cette tournée donne le la, sur les paroles d’un poème de Nazim Hikmet :

« Tu es comme le mouton, mon frère,
Quand le bourreau habillé de ta peau

Quand le bourreau lève son bâton
Tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
Et tu vas à l'abattoir mon frère
En courant, presque fier.
Tu es la plus drôle des créatures, en somme,
Plus drôle que le poisson
Qui vit dans la mer sans savoir la mer.
Sans savoir la mer. »

Extrait de Scorpion Paroliers : Bernard Lavilliers / Charles Dobzynsky / Nazim Hikmet / Romain Humeau

https://www.youtube.com/watch?v=fhNzCzCyW3c

Si la tradition de la chanson sociale est le substrat idéologique de la chanson française aujourd’hui, peu de chanteurs portent aujourd’hui un questionnement sur le monde qui permette de penser la question des cultures populaires, des formes de la domination sociale et de résistances populaires. Or, la chanson est en prise directe avec les aspirations populaires, elle a par exemple  accompagné la Commune de Paris, lui a donné un sens , elle l’a prolongée.

Chez Bernard Lavilliers, les figures du voyou, du vagabond, de la prisonnière, du migrant, de l’exilé, de l’étranger se sont intégrées au paysage des figures sociales plus familières comme celles du marin, de l’ouvrier, de l’enfant-soldat, du chômeur,  de tout ceux dont la parole n’est pas entendue.http://www.camionblanc.com/detail-livre-bernard-lavilliers-pour-une-sociologie-politique-de-la-chanson-470.php

La chanson est un outil de résistance identitaire, culturelle et politique au service d’une revitalisation culturelle, d’un empowerment des catégories minorisées. C’est un objet de médiation essentiel qui reconstruit l’estime de soi des catégories dominées.

Quand l’artiste  chante Les mains d’or en hommage à son père, toute la salle reprend le refrain et chacun donne sens aux parcours de vie ouvrier.

« J'voudrais travailler encore

Travailler encore

Forger l'acier rouge avec mes mains d'or

Travailler encore - travailler encore

Acier rouge et mains d'or 

Extrait des mains d’or, Paroles de B. Lavilliers

« La chanson qui me touche particulièrement c’est les mains d’or parce ce que ça raconte la vie de ces nombreux sidérurgiques ou mineurs de l’Est de la France qui avaient travaillé pendant toute leur vie dans les usines et mines et qui se retrouvaient du jour au lendemain sans rien. Remerciés comme on dit. Mon père faisait partie de ceux-là. Et personne comme Bernard Lavilliers a su chanter cette souffrance, cette envie de travailler encore... » me dit une spectatrice.

La chanson se fait aussi diagnostic, c’est sur le mode de l’ambivalence, de l’interprétation.

Deux chansons résonnent comme en miroir dans les concerts de cette tournée : La grande marée une chanson de 1975 et Le cœur du monde, une chanson de 2021 tirée du dernier album, toutes deux aussi prophétiques 

https://www.youtube.com/watch?v=lRwYeGATgYE

« Un colosse aux pieds d'argile surveille la frontière

Des gosses aux mains fragiles jouent avec la poussière

Des veuves aux longs doigts fébriles distillent le thé

Un vieillard au regard tranquille sort de la fumée

C'est la grande marée, la grande marée, la grande marée

La grande marée, la grande marée, la grande marée »

Extraits La grande marée, paroles Bernard Lavilliers

Le chanteur va demander à la salle de chanter avec lui le refrain. Les spectateurs se lèvent, ils chantent. Et une spectatrice ajoute dans mon oreille, « la grande marée, on y est ! » et chacun d’interpréter à sa manière cette grande marée … et son pouvoir évocateur, qui signe les œuvres artistiques.

Juste avant les événements ukrainiens paraît la chanson Le cœur du monde, on se prend à penser que la chanson en dit plus que les analystes politiques.

« C'est juste après la guerre, on est dans l'entre-deux
On attend la prochaine
La dernière, la certaine
La guerre économique, au fond, c'est pas sérieux
Faudra bien que ça saigne
Des milliards, des centaines »

Extrait de Le cœur du monde, paroles de Lavilliers

 https://www.youtube.com/watch?v=C_FrCekiYSY

© Copyright Chloé Dubuisson

Dans Beautiful Days il tire et propose une lecture réaliste de notre système politique qui met en question cette «corruption ordinaire de la démocratie».

Jamais élu, toujours choisi
C'est le règne des petits marquis

Beautiful Days , Album le Cœur du monde, Bernard Lavilliers

La chanson de Lavilliers n’est pas une dénonciation vaine mais un outil de mobilisation du capital social et ethnique des populations dominées partout dans le monde. https://www.editions-harmattan.fr/livre-le_capital_ethnique_contribution_a_une_infra_politique_des_domines_beatrice_mabilon_bonfils_massouma_sylla-9782360851126-71211.html

Sa chanson est un tremplin de ressources, d’apprentissages, de réappropriation de leur place dans le monde en mettant à l’épreuve les représentations dominantes. Le sentiment d’illégitimité que donne la position de dominés dans les rapports sociaux est mise à nu par les épreuves biographiques partagées. Et Lavilliers de tancer pendant le concert autant l’extrême droite d’exclusion de la différence que l’espace macroniste des petits marquis du pouvoir. « Les images de l’art ne fournissent pas des armes pour les combats. Elles contribuent à dessiner des configurations nouvelles du visible, du dicible et du pensable, et, par là même, un paysage nouveau du possible. » explique Jacques Rancière dans Le spectateur émancipé

Le concert comme construction d’un Commun

Il y a dans les concerts de Lavilliers, la quête d’un potentiel libératoire par l’accès à une culture sinon populaire, au moins de relai des revendications populaires et plus largement de prise en compte des cultures d’altérité par la chanson face aux modalités d’assujettissement des individus. Il y a aussi le recours au vécu commun, au corps, à la liesse commune par la danse et la musique de rythmes latins. Non tant stratégie d'argumentation et défense romantique de l’opprimé dans la tradition des Lumières que mise en jeu de sa propre parole dans un espace paradoxal marqué par l’incomplétude, le rituel, les émotions et les passions collectives, l’importance du corps en spectacle. Les concerts de Lavilliers sont de vrais moments de partage : partage entre les spectateurs, partage entre l’artiste et ses musiciens sur scène, partage entre l’artiste et le public. Dès que l’architecture du lieu le permet, au milieu d’une chanson, et Lavilliers de descendre dans la salle, accompagné de musiciens et chanter et danser au milieu des spectateurs qui chantent et dansent avec lui. Cette articulation entre intimité et altérité qu’exprime le rapport des corps, le corps à corps du chanteur avec la salle, allège de la pesanteur du Logos… La chanson est une invitation. Aucun chanteur ne compose la chanson du spectateur, aucun spectateur n’écoute la chanson de l’auteur mais leur rencontre, sur fonds d’affects et de narration de soi, combine deux impulsions, celle qui vient de l’extérieur et celle qui viendrait de l’intérieur au sens où, avec Lavilliers, « la musique est un cri qui vient de l’intérieur ».

Copyright Luc Finella

Le pouvoir du chant réside dans le toucher de la voix, dans la manière dont elle pénètre le corps et avec Lavilliers la voix est belle, grave, tour à tour douce, rude, nuancée, chuchotée, timbrée, c’est la voix l‘émotion sans pathos « À quoi la musique fait appel en nous, il est difficile de le savoir ; ce qui est certain, c’est qu’elle touche une zone si profonde que la folie elle-même n’y saurait pénétrer. » écrit à cet égard Emile-Michel Cioran.

Si chacun possède sa propre subjectivité chansonnière comme l’écrit Louis-Jean Calvet, le concert mobilise le collectif . Dans ce concert orange car le leitmotiv des lumières, costumes décors, énergie de cette tournée est orange.

Vivre un concert, c’est aussi une expérience collective , un moment de plaisir, celui du partage, du corps, et de l’émotion, de la mise à nu des affects… Il n’est que voir comment les musiciens sur scène sont complices du chanteur. Lavilliers éclate de rire à plusieurs reprises dans le concert de son rire sonore si significatif et le sourire joue sur le visage de musiciens qui partagent ensemble plaisir de la musique et neurones miroirs obligent, transmettent au public l’intensité du moment, datant que ce sont tous d’excellents instrumentistes.

© Copyright Muriel Gouverneur

Le concert  de Lavilliers oscille entre « transfiguration du politique » au sens de Maffesoli,  critique sociale offrant un espace de visibilité de la voix des dominés,  et  espace métaphorique où la jouissance de la musique et du corps ouvre un Commun qui se déploie dans un en-deçà et au delà du politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin