Béatrice Mabilon-Bonfils

sociologue, professeure d'université

Cergy-Pontoise - France

Sa biographie
Diplômée de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, Agrégée de sciences sociales et titulaire d’une thèse de science politique, d’une HDR en science politique et d’une HDR en sciences de l‘éducation, Béatrice Mabilon-Bonfils est professeure d’université en sociologie. aprés avoir été Directrice du Laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages) - EA 4507 de l’Université de Cergy-Pontoise, pendant 10 ans, elle dirige aujourd'hui le Laboratoire BONHEURS (Bien-être, Organisations, Numérique, Habitabilité, Education, Universalité, Relation, Savoirs) EA 7517 de l'Université de Cergy-Pontoise Sociologue de l’éducation et sociologue de la musique, elle a publié une trentaine d’ouvrages (manuels scolaires/universitaires et ouvrages scientifiques) et de nombreux articles et chapitres d’ouvrages. Elle questionne dans ses travaux à la croisée des sciences de l’éducation, de la sociologie et de la philosophie, l’École en tant qu’institution et organisation de pouvoirs, les sociabilités juvéniles dans et hors l’École, les violences et souffrances scolaires autant que l’identité au travail et la formation des enseignants, la citoyenneté et les questions d’ethnicité et d’appartenances collectives, la chanson et la création comme médiation politique, la notion de diversalité et les créations populaires. Entre herméneutique et sociologie critique, attentive à la manière dont les sujets biographisent leurs expériences, elle propose une sociologie politique du sujet attentive à la réception sociale des savoirs en sciences sociales et à l’épistémologie. elle travaille aujourdhui sur la question du bonheur dans les organisations.
  • 9 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 3 contacts
Voir tous
  • Contentieux du recrutement des universitaires et responsabilité des universités

    Par
    Le principe d'égalité d'accès aux emplois publics est une norme juridique contraignante pour les autorités administratives. En matière d'accès aux emplois publics, les règles classiques de la responsabilité administrative peuvent mettre en jeu la responsabilité de l'État et peut donc engager donc des modalités de réparation des préjudices subis par la victime.
  • Recrutement des enseignants-chercheurs et persistance du localisme ?

    Par
    En France, Les enseignants-chercheurs sont recrutés par concours. La procédure d'obtention du label européen HRS 4R vise notamment à améliorer les conditions d'équité de ces recrutements. En quoi est-elle de nature à limiter la persistance du localisme clientéliste des recrutements universitaires qui peuvent contrevenir à la loi mais aussi à l'esprit de la loi?
  • Equité et recrutement des enseignants-chercheurs : que dit le droit ?

    Par
    L'entretien avec le Professeur de Droit public, Didier Truchet co auteur avec le recteur B. Beignierde louvrage " Droit de l'enseignement supérieur", en 2018 chez Lextenso, http://www.lextenso-editions.fr/evenements/lgdj-publie-le-1er-ouvrage-consacre-au-droit-de-l%E2%80%99enseignement-superieur nous éclaire sur le cadre juridique du recrutement des enseignants- chercheurs en France.
  • Recrutement des enseignants-chercheurs et Egalité des candidats

    Par
    Les procédures universitaires garantissent-elles l'équité des candidats face aux concours d'enseignants-chercheurs? Une autorité externe à des enjeux de recherche, portée par d’autres ambitions et d’autres principes peut-elle intervenir dans ces recrutements? Les garanties d'égalité des candidats sont-elles respectées ? Le label européen HRS 4R améliorera-t-il l'équité des recrutements ?
  • L'Europe va-t-elle rendre le recrutement des enseignants-chercheurs plus éthique?

    Par
    La vie universitaire n'est pas exempte d'enjeux de pouvoir. Cependant les universitaires, bien que fonctionnaires, ont une liberté de parole qui leur permet d'intervenir dans les débats publics et de faire état des pratiques non déontologiques. Ce texte, premier d'une série questionne l'éthique et la transparence des pratiques de recrutement des enseignants-chercheurs.