Voix des Quartiers: Hadama Traore et La Révolution est en marche

Hadama Traoré, de La Révolution est en marche, cumule les plaintes contre lui. Du procès ce jeudi 13 septembre avec la Mairie d'Aulnay-sous-Bois aux poursuites d'Alliance police nationale et de Gérard Collomb, on voudrait le faire taire. Là réside justement le plus gros problème des quartiers défavorisés : le manque d'écoute et le manque d'implication de la population par les institutions.

Avec quatre procès sur le dos, Hadama Traore, cofondateur de La Révolution est en marche (LREEM), se fait véritablement harcelé par les institutions. Il faut dire que les luttes de LREEM sont nombreuses et sensibles et qu'Hadama Traore est un enfant des quartiers défavorisés très déterminé. Communiquant principalement par les réseaux sociaux, il produit plusieurs vidéos selfies par jour qu'il poste sur sa page facebook très suivie.

Dans cet épisode de "Voix des quartiers", Hadama Traore explique les tenants et les aboutissant des divers procès contre lui et des luttes populaires qui les ont provoqué : corruption dans le système HLM, manque de consultation de la population au sein de la municipalité et violences policières. Il nous raconte son parcours jusqu'à la fondation de LREEM et revient sur les grandes lignes du mouvement. S'il pointe du doigt les institutions et leur refus obstiné d'écouter les habitants des quartiers défavorisés, il insiste aussi sur le besoin de réveil social et la nécessité de ne pas se comporter en victimes passives même si tout est fait pour étouffer les contestations et les contestataires. Très influencé par des séjours à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Hadama Traore tient à ce que LREEM et son parti politique Démocratie représentative (DR) fonctionne le plus horizontalement possible. C'est ce qui l'amène à conclure qu'un parti réellement démocratique doit porter des valeurs plutôt qu'un programme. Toutefois, cela n'empêche qu'il y a des mesures phares et emblématiques que le mouvement mettrait en place si au pouvoir. L'horizontalité est favorisée par les réseaux sociaux, terrains fertiles pour la consultation populaire. Mais ils sont aussi un lieu potentiel d'instrumentalisation et d'emballement rapide contre lesquels le meilleur remède reste l'éducation populaire sur le terrain. Pour terminer cet entretien, nous discutons du cas de l'éducation sexuelle à l'école et des fake news.

1. Les procès : leurs tenants et aboutissants et les luttes qui les ont provoqué.

Voix des quartiers : Hadama Traore 1 © Béatrice Turpin

2. Le parcours d'Hadama Traore et les grandes lignes de LREEM

Voix des quartiers : Hadama Traore 2 © Béatrice Turpin

3. La ZAD, l'horizontalité, les valeurs et quelques mesures concrètes

Voix des quartiers : Hadama Traore 3 © renaissancebt

4. Bénéfices et dangers des réseaux sociaux, le cas de l'éducation sexuelle à l'école

Voix des quartiers : Hadama Traore 4 © Béatrice Turpin

A SUIVRE : Un reportage sur la lutte emblématique de LREEM pour sauvegarder le centre commercial dit "le Galion"

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.