Béatrice Turpin
réalisatrice engagée, reporter vidéo indépendante et poète de la vie anti-conformiste
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 avr. 2022

La Cantine Syrienne soutient l'Ukraine

Entre révolutionnaires syriens et ukrainiens on se comprend. Mais on ne comprend pas la « gauche occidentale », campiste, qui nie l'impérialisme russe ainsi que la réalité sordide de certains dictateurs. Comment créer un véritable internationalisme de gauche si à l'Ouest on refuse d'écouter les premiers concernés à l'Est ?

Béatrice Turpin
réalisatrice engagée, reporter vidéo indépendante et poète de la vie anti-conformiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre révolutionnaires syriens et ukrainiens on se comprend. Mais on ne comprend pas la "gauche occidentale", campiste, qui nie l'impérialisme russe (et chinois) ainsi que la réalité sordide de certains dictateurs. Comment attirer des peuples et créer un véritable internationalisme de gauche, anti-capitaliste, si à l'Ouest on refuse d'écouter les premiers concernés à l'Est  et on ne soutient pas leurs luttes pour la liberté ? Cette question et d'autres ont été débattues à la journée de soutient à l'Ukraine de La Cantine Syrienne à Montreuil, le samedi 9 avril dernier. (Vidéos en bas de l'article.)

Fondée en 2018 par des étudiants (en fin d'études) syriens en exil et des étudiants de la gauche autonome française lors du mouvement étudiant de cette même année, La Cantine Syrienne se veut une organisation politique et culturelle qui travaille sur la construction d'un internationalisme de gauche auto-organisé, par le bas. Basée au Centre AERI à Montreuil, l'association prépare des repas syriens pour une cantine populaire tous les lundis et jeudis à midi et parfois le vendredi soir. La Cantine Syrienne organise aussi des concerts, des projections de films ainsi que des débats autour des luttes à travers le monde avec des invités du Soudan, de la Palestine, d'Iran, d'Afghanistan... Enfin, deux gros évènements ponctuent l'année : "Le mois de la révolution syrienne" et le festival international "Les peuples veulent". Lors de ce dernier, chaque automne, des militants du monde entier tissent des liens précieux, font un état des lieux des différentes luttes et comparent leurs stratégies d'auto-organisation.

Il était évident que La Cantine Syrienne devait organiser (avec tousdehors.net) une journée pour discuter de et pour soutenir l'Ukraine.* Outre la question du décalage entre les positions de la gauche occidentale et les réalités sur le terrain (avec un point important sur l'OTAN), le débat a été riche en enseignements sur l'aspect d'auto-organisation dans les efforts de solidarité face à la guerre et aussi dans la formation des bataillons de défense territoriale et, en leur sein, de brigades anarchistes.


* Le débat a été suivi d'un repas syrien et d'un concert/DJ set. Les fonds récoltés lors de cette soirée ont été versés à deux associations en Ukraine : 1. Opération Solidarité, une coordination de groupes anarchistes ukrainiens qui opère en partie au sein des unités de défense territoriales. 2. Un collectif informel de femmes à Lviv qui assure des repas pour les réfugiés.

Pour en savoir plus, voir les liens en bas de page, après les vidéos.

1. Intervention de Daria Saburova, chercheuse en philosophie. La chercheuse déconstruit les arguments de la gauche campiste occidentale et parle des différentes guerres impérialistes de l'ère post-soviétique, notamment sous Poutine. Selon elle, et une majorité d'Ukrainiens, cette guerre n'est pas liée à l'extension de l'OTAN mais plutôt à la volonté du peuple ukrainien de se détacher de l'influence russe et de se battre pour plus de libertés et de démocratie (exprimée lors du soulèvement Maïdan) - un peuple qui a réussi à renverser un gouvernement pro-russe. Daria Saburova nous parle aussi de l'auto-organisation dans les efforts de défense et de solidarité.

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : Daria Saburova © Béatrice Turpin

2. Intervention de Rindala, La Cantine Syrienne. Exilée syrienne, Rindala fait un point sur la révolution dans son pays et sur le rôle qu'y a joué et que joue encore la Russie. Face aux images de Marioupol, elle se souvient des images d'Alep. Elle critique aussi vivement la gauche occidentale qu'elle nomme les "anti-impérialistes imbéciles" car ses membres ne voient l'impérialisme que d'un seul côté et sont en inertie face aux gens qui meurent.

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : Rindala © renaissancebt

3. Intervention de Coline Maestracci, chercheuse en sciences politiques. La chercheuse prépare un thèse sur les combattants ukrainiens dans la guerre du Donbass et notamment sur la formation des bataillons volontaires et des Brigades de défense territoriale. Elle partage donc ses connaissances avec nous. Elle nous explique aussi l'engagement massif de la population qui est en continuité avec le mouvement Maïdan où s'est exprimée la volonté des Ukrainiens pour la souveraineté par rapport à la Russie.

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : Coline Maestracci © renaissancebt

4. Intervention de Josep Rafanell i Orra, Les Communaux. L'auteur et militant fait un point sur ce que représente Les Communaux. Il estime que face à la sidération que provoque la guerre en Ukraine, mais aussi face aux formes communales mises en place dans les efforts de défense, il est temps de renouveler l'hypothèse anarchiste pour enfin sortir de l'étau des blocs d'états.

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : Josep Rafanell i Orra © renaissancebt

5. Question et réponse 1. Un membre du public insiste que, même si l'Ukraine est victime de deux camps impérialistes, ce qui lui manque c'est la conscience communiste. Il rappelle les guerres de l'OTAN, critique Zelensky et met en doute la position des intervenants.

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : question et réponse 1 © renaissancebt

6. Question et réponse 2. Comment ressentez-vous, Ukrainiens, la menace nucléaire ? N'est-ce-pas une raison valable pour ne pas créer une "no fly zone" ?

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : question et réponse 2 © renaissancebt

7. Question et réponse 3. Pour convaincre les gens de culture marxiste qu'ils se plantent, ne faut-il pas réfléchir aux éléments de langage, à l'utilisation de mots comme "impérialiste" pour décrire une guerre nationaliste et punitive ?

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : question et réponse 3 © renaissancebt

8. Question et réponse 4. N'est-il pas contradictoire que des anarchistes et des communistes comme vous demandent des armes aux impérialistes ?

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : question et réponse 4 © renaissancebt

9. Question et réponse 5. Que faut-il faire pour soutenir les opposants à la guerre en Russie ?

La Cantine syrienne soutient l'Ukraine : question et réponse 5 © renaissancebt

Pour en savoir plus :
- sur La Cantine Syrienne et ses évènements :
https://cantinesyrienne.fr/
https://www.facebook.com/LaCantineSyrienne/
- sur La Cantine Syrienne mais aussi sur la révolution en Syrie, un article de Crimethinc. :
https://fr.crimethinc.com/2022/03/15/la-cantine-syrienne-a-montreuil-la-lutte-en-exil-des-refugiees-continuent-le-combat-revolutionnaire-a-letranger-1?fbclid=IwAR1kK3tfq-CUBZDCHUWgDM02u1J18Mk4QAbxysSYzyhfLlQxB8E1-SkIjAs
- sur la position de La Cantine Syrienne concernant l'Ukraine :
https://cantinesyrienne.fr/ressources/les-peuples-veulent/guerre-en-ukraine-10-enseignements-syriens
- sur la guerre en Ukraine et la gauche occidentale, article de Daria Saburova dans Contretemps :
https://www.contretemps.eu/guerre-ukraine-dilemmes-gauche-occidentale/
- sur "tousdehors.net"
https://tousdehors.net/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof