Ni burki ni biki

Au secours ! Je subis une pression insupportable depuis mon adolescence. Entourée de panneaux publicitaires omniprésents, de magazines qui prétendent servir les intérêts de la femme, de magazines tout simplement de mode qui ne le prétendent même pas, je ne peux que me sentir totalement inadéquate parce que je n'ai pas un corps à bikini...

Au secours ! Je subis une pression insupportable depuis mon adolescence. Entourée de panneaux publicitaires omniprésents, de magazines qui prétendent servir les intérêts de la femme, de magazines tout simplement de mode qui ne le prétendent même pas, je ne peux que me sentir totalement inadéquate parce que je n'ai pas un corps à bikini, je n'ai jamais eu un corps à bikini (même quand j'étais à mon poids idéal et hyper bien foutue) et je n'aurai jamais un corps à bikini : je suis née avec un ventre rond que même une cinquantaine d'abdos par jour ne peuvent effacer. (Enfin je ne me torture plus avec les abdos depuis des années !) Chaque fois que je vois une glace ou un gâteau, un os à la moelle, une côte d'agneau avec son gras, un hachis parmentier , un canard pékinois - enfin que sais-je encore - j'ai le droit de saliver mais si je cède, bonjour le sentiment de culpabilité, je m'éloigne encore un peu plus du corps à bikini, seul corps accepté par une population de machistes où le pire qui puisse arriver à une femme c'est d'être de nature ronde. C'est la religion publicitaire de l'anorexie qui opprime sans vergogne des millions de femmes en France. Comme si les femmes rondes étaient moins "performantes" au lit (pourtant chez les hommes, mon expérience perso c'est que plus ils répondent aux cannons de beauté de la pub, plus ils sont paresseux et nul au pieu - enfin, avec exceptions… mais je divague…), certainement moins belles, des sous-femmes à répudier, qu'on ne peut pas regarder…. Et quand je vais à la plage, mon dieu qui n'existe probablement pas, quel supplice ! Entourée de femmes opprimées qui se sont privées toute l'année afin de pouvoir porter un bikini pendant un mois de vacances et qui en sont devenues méchantes et méprisantes avec les rondes, je me vois parfois tentée de vouloir toutes les enfermer dans d'énormes burkinis à vie. Non, ça ne serait pas juste. Juste une autre forme d'oppression. Non, décidément, terrorisée par le bikini, je ne vois qu'une solution : puisque le gouvernement s'arroge le droit de nous dire ce qu'on peut porter à la plage, interdisons le port du bikini à la plage. Dès aujourd'hui. Permettons enfin à toutes ces femmes de se libérer de ce deux pièces qui les empêchent de manger des bonnes choses toute l'année par peur de déplaire aux hommes. NI BURKI NI BIKI !!!!!!! Voilà une solution qui devrait plaire à toutes les sensibilités.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.