Behrooz Assadian
Journaliste franco-iranien
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2019

IRAN - ISRAËL : CONFLIT SUR TATAMI

Menacé et forcé à perdre pour ne pas affronter un israélien aux mondiaux de Tokyo, le judoka iranien Saeid Mollaei se rebelle, médiatise tout et se réfugie en Allemagne. Trois mois plus tard, il est de retour sur les Tatamis, cette fois, sous le drapeau de la Fédération Internationale de judo.

Behrooz Assadian
Journaliste franco-iranien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Saeid Mollaei, judoka iranien refugié en Allemagne © source : La FIJ

« Il faut que tu perdes ! » Une étrange exigence de la part d’un entraîneur. Pourtant, elle fait partie de la vie des athlètes iraniens depuis quatre décennies. La république islamique, ne reconnaissant pas Israël, interdit à ses athlètes d’affronter les Israéliens en compétition. C’est ce qui est arrivé à Saeid Mollaei aux mondiaux de Tokyo, mercredi 28 août. Judoka, ex-numéro 1 mondial dans la catégorie des moins de 81 kg, il a reçu l'ordre de s'incliner face au belge Matthias Casse en demi-finale, car il risquait de rencontrer l'israélien Sagi Muki en finale.  « On m’a appelé du comité national olympique et du ministère du sport. On m’a dit que je ne devais pas gagner ce combat. J’ai demandé pourquoi, et on m’a dit que c’était la loi et que je risquais d’avoir des problèmes si je n'obéissais pas, » raconte Mollaei dans son premier entretien accordé à la Fédération Internationale de Judo (FIJ). 

Cette « loi », en réalité, est inexistante dans la législation iranienne. Car cela entrerait en contradiction avec la Charte Olympique et ses principes fondamentaux qui interdit toute sorte de discrimination, notamment raciale, politique ou ethnique et religieuse. L’interdiction émane en fait d’un ordre du Guide suprême Ali Khamenei qui qualifie le refus de participer à une compétition sportive face à Israël comme « la véritable victoire ».

Message de Mohammad Barimanlou

Peu importe la loi ou l’ordre, l'important c’est d'obéir ou d’en subir les conséquences. Depuis 2001, au moins 26 sportifs ont été contraints de renoncer à entrer en lice face à un adversaire israélien, selon l’agence semi-gouvernementale iranienne ISNA. Souvent, afin d'éviter les sanctions, ils doivent trouver une excuse médicale - blessure subite ou intoxication alimentaire. Et parfois, ce sont les autorités qui s’en chargent avant même le début de la compétition : Mohammad Mohammadi-Barimanlou, médaillé de bronze aux mondiaux de Baku en 2018 dans la catégorie des moins de 73 kg, a vu son voyage à Tokyo cette année, annulé à la dernière minute. Raison officielle : la délivrance tardive de son visa, mais Mohammadi-Barimanlou n’y croit pas et le dit sur son compte Instagram : «Ce n’est pas un problème de visa, ce sont les hauts dirigeants de la fédération qui l’ont décidé.» Son message sera supprimé quelques heures après qu’il annonce sa décision de mettre fin à sa carrière d'athlète. Il n’a que 26 ans.

BRAS DE FER SANS PRÉCÉDENT

L'accord signé entre la FIJ et l'Iran

Les méthodes connues de tous mais que les instances internationales n’ont jamais pu dévoiler. Manque de preuves tangibles ou négligence délibérée ? Une chose est sûre : la FIJ souhaite y mettre un terme : « Notre rôle est de défendre l'intégrité du sport et ses valeurs définies dans la Charte Olympique, » me précise Vlad Marinescu, responsable médias de la FIJ, et ajoute : « l’Iran n’a pas respecté ses engagements : Mollaei est forcé de perdre. On l’a menacé, lui et sa famille. » 

Au mois de mai, la FIJ se félicite d’avoir obtenu « un accord historique » avec les Iraniens afin de « protéger le droit des athlètes pour une compétition équitable. » L'accord est signé par le président du comité national olympique et celui de la fédération nationale de judo. L’Iran y affirme son engagement à « respecter la Charte Olympique et son principe non discriminatoire,» et prévoit d'entamer « des négociations avec le parlement afin d’identifier des solutions juridiques adéquates. »  

Mais comme ne rien se passe et que le boycott des athlètes israéliens perdure, la FIJ décide de prendre des mesures radicales : la fédération iranienne de judo est suspendue « de toutes les compétitions organisées par la FIJ jusqu'à ce que [le pays] apporte de fortes garanties de son respect des statuts de la FIJ et que ses membres acceptent de combattre contre des Israéliens. »

Le coup est dur pour l’Iran, à quelques mois des Jeux olympiques de Tokyo, alors que le judo constitue l’un des ses points forts.

CHEMIN D’EXIL 

La pression politique et la déception sportive poussent certains athlètes iraniens à l’exil. Et ils sont nombreux : au moins 23 depuis 2009, d’après mes comptes. Saeid Mollaei en fera désormais partie. Il a décidé de rester en Allemagne et d’entamer une nouvelle vie : « je suis un judoka, je n’ai jamais fait de la politique. Je respecte la Charte Olympique et souhaite tout simplement continuer à faire ce que j’aime le plus : le judo. » 

Pourtant, tout est politique dans un pays comme l’Iran, car Israël n’est jamais loin. Depuis ses révélations, Mollaei fait l’objet de toutes les accusations possibles et imaginables : le traître, l’espion, l’escroc, etc. Il est harcelé sur les réseaux sociaux ou par téléphone. Les médias de l’État publient certains de ses échanges avec la FIJ, et l’accusent d'avoir « préparé, bien en amont, les démarches de sa naturalisation. » Des échanges sur WhatsApp, qui selon Mollaei, sont photoshopés et falsifiés. Et jusqu'à des ‘enquêtes’ sur sa compagne et sa belle-mère allemandes prétendant qu’elles travaillent pour le compte d'Israël. 

Malgré toutes les pressions, il a tenu bon et continué à faire ce qu’il aime le plus, le judo. En exil, il a participé au Bundesliga, et aux camps d'entraînement organisés par la FIJ. Il est désormais membre de l’équipe des réfugiés et combat sous le drapeau de la Fédération Internationale de Judo.  

Et, ironie de l'histoire, Mollaei fête son retour aux compétitions internationales là où tout a commencé. Au Japon. Il espérait certes une médaille au Grand Slam d’Osaka ce week-end, mais arrivé jusqu’en quart de finale, c’est déjà une victoire au regard de tout ce qu'il a vécu ces derniers temps. 

Si tout va bien, il sera de retour à Tokyo dans huit mois. Et il ne sera pas le seul iranien de l’équipe des réfugiés de la FIJ : Mohammad‌ Rashounejad, l’un ses anciens coéquipiers, lui aussi réfugié pour la même raison aux Pays-Bas, l'accompagnera dans cette nouvelle aventure. 

La Fédération Internationale de Judo se félicite de retour de Saeid Mollaei aux compétitions à Osaka © Judo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber