Guerre en Palestine occupée – l’importation du conflit en France.

Y a-t-il importation du conflit en France ? Si oui, depuis quand ? Qu’est ce qui est voulu par cette expression? Quel sens lui a-t-on accordé depuis une vingtaine d’année ? Qui sont les diffuseurs de cette idée ?

-	Lors des diners annuels du CRIF les invités sont fortement sollicités afin de soutenir la tyrannie de l’occupant. © RISSALA - Lors des diners annuels du CRIF les invités sont fortement sollicités afin de soutenir la tyrannie de l’occupant. © RISSALA

Tout d’abord, le conflit en Palestine ne peut être discuté sans en revenir à l’origine de son histoire et sans établir qu’il y a un occupant illégitime et un occupé ayant droit sur ses terres et ayant droit à la lutte par tout moyen pour sa libération.

Il est de coutume dans notre pays de mettre en avant des termes ou des formules dont le sens est détourné afin de diaboliser ceux qui en sont taxés.

De nombreux exemples établis circulent dans les médias et dans les bouches des politiciens de tous bords.

Un musulman qui revendique sa liberté religieuse établie par le droit, et malgré qu’il soit respectueux des lois du pays est un « ennemi de la laïcité ».

Une personne qui condamne l’islamophobie sera taxée d’ « islamogauchiste ». A une époque on disait « judéo-bolchévique ».

Et il en existe beaucoup d’autre.

Il est convenu dans la bulle médiatico-politique tout acquise à la cause de l’agresseur occupant, que tout émoi, soutien ou indignation de l’opinion publique française s’apparente à une volonté d’importation dU conflit en France. S’ensuit alors une volonté de bâillonner les voix opposantes aux crimes.

La formule qui nous intéresse aujourd’hui est liée à la cruelle actualité en provenance de Palestine est l’expression de « l’importation du conflit israélo-palestinien » en France.

L’histoire de l’ «importation du conflit en France » ne date pas depuis que les musulmans manifestent dans les rues de Paris, ni depuis que des intellectuels débattent avec vigueur sur le sujet, ni depuis qu’un dégoût et une indignation n’aient atteint la partie humaniste des français.

En effet la France a choisi dès le début de la colonisation juive des terres de Palestine d’être partie prenante de ce conflit.

Les dirigeants français de l’époque et jusqu’à ce jour ont cocréé le conflit, en son en parti responsable et l’alimentent jusqu’à nos jours. Elle l’a choisi , elle doit l’assumé.

Nous pouvons cité quelques exemples :

  • 29 Novembre 1947 : la France vote à l’ONU en faveur du plan de partage de la Palestine. (En gros, c’est comme si Madagascar décide de partager la France et d’en offrir la plus grande majorité aux indiens d’Amérique.)

La France en décidant de s’occuper de ce qui ne la regarde pas, et ne lui appartient pas à décider de l’importation du conflit.

  • En 1967 la communauté juive de France s’était mobilisée lors de la guerre de six jours.
  • Lors des diners annuels du CRIF les invités sont fortement sollicité afin de soutenir la tyrannie de l’occupant.
  • Les différentes prises de position des dirigeants français successifs en faveur de l’illégitimité et l’injustice de l’état juif ont mobilisées l’opinion publique indignée.

A LIRE AUSSI : "Aurore Bergé ou la complicité de crime contre l’Humanité"

  •   La France est un vivier de soldats à l’armée d’occupation. Ceux-ci s’adonnent à des actes de crimes contre l’humanité et de crimes de guerres.
  • La France permet le financement de l’armée d’occupation grâce aux impôts des français via des déductions fiscales

Formulaire que l'on pouvait retrouver sur le site JSS NEWS (capture d'écran) Formulaire que l'on pouvait retrouver sur le site JSS NEWS (capture d'écran)

A LIRE AUSSI : "Le contribuable français finance l'armée de tasahal à son insu."

  • Les prises de positions et soutiens aveugles tels que celui entre tenu par le groupe d’amitié France-israel
  • La présences de groupuscules des milices de la ligue de défense juive (LDJ) et du Betar (dont fait partie le député du Likoud en France Meyer Habib)
  • Fourniture d’armes et de développement de l’armement nucléaire.

Ces quelques exemples montrent qui sont ceux qui ont choisis l’implication de la France dans le conflit et qui ont choisis donc de l’importer.

En haut à gauche : Depuis le milieu du XXème siècle, le France aide Israël au développement de la bombe nucléaire.     En bas à droite : manifestation de la communauté juive de Paris le 31 Mai 1967. © RISSALA En haut à gauche : Depuis le milieu du XXème siècle, le France aide Israël au développement de la bombe nucléaire. En bas à droite : manifestation de la communauté juive de Paris le 31 Mai 1967. © RISSALA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.