Le Festival International de films documentaires Cinéma du Réelorganisé depuis 38 ans par la Bibliothèque Publique d'Information (Bpi), s'est imposé comme un événement clé du cinéma documentaire en France et en Europe. Maria Bonsanti en est la directrice artistique depuis 2013.

Maria Bonsanti Maria Bonsanti

Maria Bonsanti définit la ligne éditoriale du festival comme une interprétation du réel avec l'idée de poser des questions plutôt que de donner des réponses, d'avoir des auteurs qui choisissent un point de vue avec des formes différentes d'engagement (politique, de temps, des passions mis sur un projet et envers les gens filmés). Le maître mot est la proximité. Dans chaque film choisi, il y a la présence du réalisateur et de son regard. 

  • La programmation

Maria Bonsanti nous parle du travail de sélection des documentaires pour constituer la programmation du festival : 2 600 films reçus cette année et un travail de recherche en parallèle ! 

  • Nouveaux talents & nouvelles écritures

Taego Ãwa, film en compétition internationale premiers films Taego Ãwa, film en compétition internationale premiers films
Le Cinéma du Réel propose une catégorie "compétition internationale de premiers films." La directrice artistique nous détaille le rôle du festival comme "dénicheur de talents."

 

 

Comme ont pu le montrer les différentes éditions du Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires (FNCD), le film documentaire existe sous différentes formes, modernes et hybrides. Maria Bonsanti nous explique le positionnement du festival par rapport aux nouvelles écritures.

  • Une programmation de films africains ?

"Atalaku" de Dieudo Hamadi "Atalaku" de Dieudo Hamadi
Cette année, aucun film africain, ou de la diaspora africaine, n'est programmé. En 2013, le seul film africain programmé était Atalaku de Dieudo Hamadi, réalisateur congolais que le Cinéma du Réel soutient depuis ses débuts. Dans une interview à RFI, Maria Bonsanti a déclaré qu'il fallait "de plus en plus chercher des films dans des pays qui ont une production mineure." Rasha Salti, programmatrice au Festival International du Film de Toronto (TIFF), est chargée de dénicher de nouveaux talents sur le continent africain pour le Réel. Mais ce travail de dénichage ne semble pas évident, notamment car le Cinéma du Réel présente une programmation assez réduite (40 films environ) et les moyens du festival ne permettent pas facilement aux programmateurs de faire le voyage.

>> Découvrez la 2ème partie où Maria Bonsanti nous parle du public, du travail de Matthieu Chattelier et de la place du Réel à l'échelle internationale.


Merci beaucoup à Maria Bonsanti !
Le site du Cinéma du Réel

23 mars 2016 : Séance hors les murs de "La mécanique des corps" organisée par Belleville en vues en partenariat avec le Cinéma du Réel.

Prise de son et interview réalisées par Anouk Cohen et Sandra Davené.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.