ben art core
Ben art core - photographe
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2022

Purges dans les hôtels du 115 de la Haute-Garonne

" C’est mon business, je fais ce que je veux si je veux mettre tout le monde dehors ! " confiera la gérante du Fast Hôtel. Conflit et chantage, quand ce sont les hôteliers qui mènent la danse au 115, les hébergé.e.s trinquent.

ben art core
Ben art core - photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brisez la glace en cas de nécéssité - Fast Hotel Mai 2022 © ben art core

"Ils nous foutent dehors ! Ils disent que c'est le 115, mais on n'y croit pas, on n'a rien reçu de leur part ". Plusieurs familles ont alerté les associations de la situation qui semble incroyable par son ampleur.

700 personnes (hommes, femmes, enfants) sont menacées le vendredi 20 mai de se retrouver à la rue quelques jours plus tard (mercredi 25 mai). La décision est ferme et tranchée.

Il arrive souvent que des familles se retrouvent à la rue du jour au lendemain et parfois annoncé le matin même pour la fin de matinée quand l'hotelier.e se plaint (à juste titre ou non) de la situation d'une famille. Lire article.

Dans ces cas-là, le 115 envoie un courrier pour informer la famille qu'elle doit quitter les lieux et ne devient plus prioritaire pour un hébergement d'urgence avec un délai d'un mois de carence. Ce qui entraine un rapport de force de l'hôtelier.e. sur les familles déjà fragilisées.

Mais que s'est-il passé pour en arriver à une telle extrémité de la part d'un hôtelier ?

Depuis 1 mois, à la demande du 115, les hôtelier.e.s faisaient signer mensuellement une feuille de présence aux familles hébergées afin d'avoir une visibilité directe sur les familles en hôtel ou non.

Dès la première vérification, le 115 se rend compte que l'hôtel continue de facturer la chambre d'une famille partie depuis 1 an et demi. Coût total de l'opération : 47 000€.

Il s'avère que la famille a préféré quitter l'hôtel pour un squat plutôt que rester au milieu des punaises de lit.

A juste titre, le 115 demande le remboursement de cette facture à l’hôtel. L'hôtelier bondit de colère, tel un petit enfant capricieux. La direction annonce alors aux résident.e.s qu'ils/elles doivent tous quitter les lieux au plus tard mercredi 25 mai, en prétextant que c’est une décision du 115.

A son habitude, le 115 reste fermer à toutes demandes d'informations : " Il y avait un problème avec l'hôtelier, le problème est résolu, il n'y a pas de problème. En tout cas les familles restent où elles sont."

Mais qui est cet hôtelier qui a sous sa coupe 700 personnes, soit 1/3 des hébergement du 115 de la Haute-Garonne ?

C'est Monsieur A. propriétaire de pas moins de 6 hôtels.

Qui possède un Hôtel 3 étoiles à St-Martin-du-Touch quartier Ouest de Toulouse, dont le site mentionne qu'il faut appeler en ligne pour vérifier si une chambre est disponible. Si l'hôtel est complet à l'année (du jamais vu) et si les derniers avis datent de 2017, c'est que c'est bien un hôtel 115, bien que les tarifs à la nuitée n'aient pas changé.

Également, deux hôtels Kyriad. Les avis (de 2021) sur le lieu sont édifiants et on sait de suite où l'on est.

  • "En premier lieu, l'accueil du soir est à revoir ! Personnel faussement aimable, mais réellement incompétent. […] Chauffage coupé (encore pour limiter les frais) donne l'impression d'arriver dans un réfrigérateur... Aucune maintenance, et malheureusement cela se voit. Les peintures sont défraîchies, le bac de douche fendu, la plomberie en mauvais état. […] Bref, incompréhensible que la chaîne Kyriad confie son image à de si mauvais gestionnaires d'un établissement qui pourrait être bien tenu avec un personnel entièrement renouvelé. Pour l'instant hôtel à éviter".
  • "Odeur de tout à l'égout dans la chambre désagréable, rénovations des sols à prévoir, bruit au niveau de la climatisation alors qu'elle n'était pas en marche la chambre est un peu trop petit pour 2 personnes pour une nuit cela reste convenable. Excellente réception à l'accueil".

Viennent ensuite 2 hôtels de Muret, qui ont été dénoncés à plusieurs reprises comme lieux parfaitement invivables surtout pour des séjours qui peuvent durer plusieurs années, et loin de toutes commodités (écoles, commerces).

À noter que l'un d'eux accueille (hélas pour eux) encore du public... là encore les avis sont intraitables.

  • "UNE HONTE !!!
    Mes grands-parents viennent de rentrer de 3 jours de cet hôtel, dans lequel ils ont logé dans une chambre avec des cafards, les linges n’étaient pas propres (trace de mascara sur les taies d’oreillers, cheveux sur les alèses, donc non lavés !), le sol collait, une odeur INFECTE d’eau stagnante circulait dans la chambre et pour clôturer le tout, des CHAMPIGNONS ont poussé dans la douche !! Nous avons les photos ! Ce qui veut dire que la javel n’a pas été utilisée depuis un bon moment dans cette salle de bain, et démontre l’état totalement INSALUBRE de cet endroit (encore plus en période de Covid !!) dans lequel le personnel n’a fait preuve d’aucune compréhension. C’est simple, nous avons essayé de les appeler pour avoir des explications, ils ont raccroché au nez, mal parlé ! D’une IMPOLITESSE sans limite, impolitesse qui s’est ressentie à l’accueil également par mes grands-parents, aucune humanité n’émanait de ces propriétaires, et pour 75 € la nuit !! Une ARNAQUE ! S'IL VOUS PLAÎT SIGNALEZ CET ENDROIT, un contrôle sanitaire doit être effectués d’URGENCE par les autorités, on requiert la fermeture de cet endroit !"

Si l'hôtel accueille encore du public dans ces conditions, on ne peut qu'imaginer le pire pour les familles à l'année qui n'ont ni la clim, ni la télévision, pas d'accès à une cuisine et entassent leurs effets dans 14m² avec douche et plaque de cuisine.

Enfin, le propriétaire possède une résidence hôtelière 2 étoiles à St Lys, quelques 30 km de Toulouse... là aussi, dédiée au 115.

Chambre d'hôtel - Fast Hôtel Mai 2022 © ben art core

A Toulouse, contrairement à la plupart des départements, à l'exemple de Paris (22euro la nuit) la facturation des chambres d'hôtel n'est pas plafonnée. L'hotel fixe les prix librement selon les "services" proposés – chambre seule, double, avec télé et douche ou non, ce qui peut faire grimper considérablement les tarifs.

Faute de convention avec l’État, les hôtels profitent de cette situation, pour eux très lucrative. Le 115 ne pouvant se passer des places d’hébergement qu’ils proposent, les hôteliers se permettent d’imposer leurs conditions, allant jusqu’à menacer d’expulser les familles pour faire pression. Ainsi, ils s’assurent de remplir les chambres à moindres prestations, et même parfois dans des conditions sanitaires indignes. Les familles sont les victimes de ce système, personne ne se souciant des conditions dans lesquelles elles sont accueillies, dans des chambres insalubres, entre crasse, champignons et parasites. Peut-on encore parler d' « Hôtels Sociaux » ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain