Et si les milliards du Linky servaient à lutter contre la précarité énergétique ?

Alors qu’il est démontré qu’ERDF ment en justifiant l’investissement de 5 milliards d’euros pour Linky en prétextant de permettre ainsi des économies d’électricité, des vrais économies sont possibles avec ce budget. Par exemple en aidant les ménages sur leur éclairage ou en isolant les logements HLM les plus énergivores.

Et si les milliards d’euros du Linky servaient plutôt à lutter contre la précarité énergétique ?

L’installation des 35 millions de compteurs Linky a commencé. Elle suscite une opposition légitime de la part de nombreux citoyens et collectivités tant les bienfaits du compteur pour l’usager sont loin d’être démontrés.  Côté risques, le site Internet de Robin des Toits en détaille de nombreux sans qu’ERDF ne soit en mesure, pour l’instant, de donner des garanties pour les consommateurs.

Parmi les arguments mis en avant par ERDF pour justifier cet investissement de 5 milliards d’euros, je me suis intéressé à celui sur les économies d’électricité. Un sujet qui, comme tout écologiste conscient de la nécessité d’aller vers la sobriété énergétique, me tient à cœur.

Selon ERDF, « avec le compteur Linky, je peux suivre ma consommation sur un site Internet, mieux la comprendre et agir pour la maîtriser ». Mais pour l’association de consommateurs UFC-Que choisir interrogée par Le Monde, « initialement, Linky a été développé par ERDF avant tout pour mieux gérer son réseau. Ce portail dédié mis à disposition par ERDF – dont les données ne sont affichées qu’en kilowatt-heure et non en euros – n’offre qu’un service de base peu attractif ». Déplorant que la phase d’expérimentation ait essentiellement consisté en des tests techniques, et n’est jamais été pensée d’un point de vue du consommateur, le représentant UFC-Que choisir dénonce la propagande d’ERDF : « Le compteur en soi, certes communiquant, ne permet pas de faire des économies, insiste-t-il. Ce sont les services développés autour, en interconnexion, qui en feront un outil de maîtrise de la consommation d’énergie. »

Bon, c’est donc toujours la seule volonté du consommateur de faire des économies qui importe. Pas besoin de Linky pour suivre sa consommation, personnellement je relève le compteur actuel tous les mois ce qui suffit largement pour vérifier si nos actions d’économies d’électricité sont efficaces. A l’inverse, toute personne qui s’en contrefout de l’écologie, des guerres liées à l’énergie ou simplement de ses dépenses, n’ira pas plus voir ses consommations avec Linky que maintenant…

Au lieu de tromper les consommateurs avec cet argument bidon, ERDF pourrait utiliser différemment ces 5 milliards € pour réduire de manière sûre la consommation d’électricité. 5 Mds €, ce n’est pas rien quand même comme budget, on peut en faire des choses avec tout cet argent ! Voici au moins 2 idées qui pourraient avoir des impacts positifs au niveau social comme environnemental.

Avec 5 milliards d’euros, on pourrait équiper tous les ménages en ampoules LED

Un rapide calcul montre qu’on pourrait économiser environ 6 % de l’électricité consommée par les ménages. En effet, le coût d’installation d’un compteur Linky est de 143 € environ (5 Mds € / 35 millions de compteurs). Selon l’ADEME, chaque ménage dispose en moyenne de 25 ampoules. Les ampoules LED  (« Light Emitting Diode », « Diode Electro-luminescente » en français) sont actuellement les plus économes en énergie. Elles sont vendues actuellement autour de 5 € (11 modèles à ce prix chez Ikéa, les moins chers étant à 1,5 € l’ampoule). On peut imaginer que des ampoules LED de qualité fabriquées en France reviendraient à maximum 4 €/ampoule. Si ERDF mettait à disposition gratuite 25 ampoules LED par ménage (évidemment celles qui sont classées comme ne présentant pas de risque pour les yeux), cela lui coûterait donc 100 € et il y aurait encore 43 € de budget pour gérer le dispositif de communication, distribution des ampoules, recyclage des anciennes, etc.

Combien économiserait-on si tous les ménages passaient aux ampoules LED ?

En électricité, selon l’ADEME, chaque ménage français (avec ses « 25 points lumineux ») consomme entre 325 et 450 kWh par an pour son éclairage. Soit 388 kWh par an en moyenne.

Ne trouvant pas le mode de calcul de l’ADEME (quel type d’ampoule, nombre d’heure d’éclairage, etc), j’ai estimé une consommation moyenne par an pour les 25 point lumineux équipé en ampoule LED (voir calcul en bas de page). J’arrive à 183 kWh/an.

Sur cette base, les ménages passeraient donc de 388 kWh/an à 183 kWh/an et diviseraient ainsi en moyenne leur consommation d’éclairage par 2,1. Pour les consommateurs d’électricité 100% renouvelable comme chez Enercoop, le kWh est à 0,16 € (abonnement compris). Soit 33 € d’économie chaque année. Environ 1/3 en moins pour les clients du dumping nucléaire d’EDF…

Ramené à l’ensemble des 28 millions de ménages, ça ferait tout de même 5,74 Gwh/an d’économie soit l’équivalent de 94 % de la production d’un réacteur de Fessemheim ! Pour François Hollande qui ne sait pas comment tenir sa promesse de fermer des centrales nucléaires, voilà une bonne nouvelle…

Conclusion, si ERDF consacrait plutôt les 5 Mds € à aider les ménages à passer à l’éclairage LED, y aurait 6% d’économies d’électricité garanties (et non virtuelles comme Linky) avec une baisse des factures aussi pour les consommateurs. Et au lieu de produire des Linkys inutiles, les ouvriers-ères des usines françaises fabriqueraient les quelques 700 millions d’ampoules LED nécessaires (un peu moins car nous sommes déjà quelques-uns équipés…). Bon, ces chiffres sont à affiner par les connaisseurs mais ça donne un ordre de grandeur qui montre les potentiels avec un tel budget.

Encore mieux, ERDF pourrait lutter contre la précarité énergétique !

Agir sur l’éclairage de tous les ménages serait une bonne mesure mais il serait encore plus juste de consacrer ces 5 Mds € à aider en priorité les 5 millions de ménages touchées par la précarité énergétique (chiffres 2006 selon l’Observatoire national de la précarité énergétique, 2014).

Je n’ai pas le temps de faire les recherches et les calculs sur le potentiel de ce point de vue mais citer le dossier spécial de la Fondation Abbé Pierre suffit à comprendre les besoins criants :

« La France compte près de 4 millions de logements « passoires thermiques » dans lesquels vivent pour une bonne part des ménages modestes, qui n’ont pas accès à des logements de qualité et thermiquement performants. Des mesures ont été engagées sur le parc social (objectif de 120 000 rénovations HLM/an). Pour le parc privé et suite aux préconisations du rapport « Précarité énergétique » du Plan Bâtiment Grenelle, le programme Habiter Mieux (Anah) intervient depuis 2011. Il a connu une progression notable pour atteindre 50 000 logements rénovés en 2014, près de 100 000 cumulés depuis le lancement. Cependant les objectifs fixés pour ce programme restent décalés des enjeux quantitatifs. Au rythme actuel, la France aura traité le problème en …2095. »

En toute cohérence, ERDF pourrait donc aider en priorité les ménages vivant dans ces « passoires thermiques » et qui sont équipées des chauffages électriques. Parmi ceux-ci, beaucoup vivent dans un HLM (800 000 logements HLM sont très mal isolés).

On pourrait donc imaginer que ce budget de 5 Mds € serve à isoler 250 000 logements HLM (20 000 € en moyenne) ce qui améliorerait le quotidien de probablement 1 million de personnes ! Encore mieux, en profiter pour remplacer ces aberrations énergétiques que sont les vieux chauffages électriques et les remplacer par des chauffages par énergies renouvelables. Là aussi, il y aurait un sacré paquet d’emplois à la clé ! Et cela pourrait aussi aider ERDF et EDF à réduire leurs problèmes liés au pic de consommation l’hiver quand des millions de personnes déclenchent en fin de journée leurs énergivores chauffages électriques…

Quelles que soient les mesures envisagées, on voit bien que ces 5 milliards d’euros qu’ERDF veut investir dans Linky pourraient être bien mieux utilisés autrement. ERDF et EDF font croire que le consommateur ne paiera pas pour l’installation du Linky mais qui est naïf à ce point ? Nous savons très bien que c’est bien le lui qui paiera tôt ou tard cette dépense.

Il me semble que le mouvement d’opposition à Linky qui grandit actuellement partout en France devrait s’allier avec les organisations qui luttent contre la précarité énergétique. Cela apporterait non seulement du poids supplémentaire auprès d’ERDF et des élus mais aussi plus de sens encore en portant ensemble des alternatives sociales et environnementales à ce nouveau scandale.

 

NB : Calcul pour arriver à 183 kWh/an de consommation en éclairage LED

Une consommation totale de 100 W/h pour les 25 ampoules réparties ainsi : 3 de 7W, 9 de 5W, 10 de 3W et 3 de 1W soit 99 W/h arrondis à 100 W/h).

Une durée de 5h par jour X 365 jrs = 1825 h/an.

Consommation totale 100 W/h X 1825 h/an = 182 500 W/an = 182.5 kWh/an arrondi à 183.

NB 2 : Notons que les 183 kWh/an que j’obtiens correspondent d’ailleurs à la « Consommation annuelle par logement » pour l’éclairage dans le Scénario NégaWatt 2011 pour l’année 2020 (« Tableau 20 : Évolution de la consommation d’électricité spécifique liée à l’éclairage dans le secteur résidentiel » de « Partie 2 - Sobriété et efficacité énergétiques : analyse sectorielle sur la demande ») même si le calcul est totalement différent.

Ce document est publié sous licence Creative Commons BY-ND-NC

D’autres articles sont en ligne sur mon blog www.benlefetey.fr

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.