Appel des Insoumis-es au rassemblement sur la 1ère circonscription de Seine-et-Marne

Appel au rassemblement des forces politiques, associatives et citoyennes de l'humanisme social et écologique sur la 1ère circonscription de Seine-et-Marne, pour une politique solidaire, écologiste et insoumise

La victoire d'Emmanuel Macron a répété en partie le séisme de 2002. La gauche a été éliminée dès le premier tour. Après avoir activé avec succès le « barrage républicain » contre le Front National, les mêmes ont été reconduits sous les dehors d’un sacre « révolutionnaire », celui d’un président philosophe-entrepreneur-énarque. Qui use des bonnes vieilles recettes en donnant à croire qu’il « transforme » le monde politique dont il est issu. La nomination d’un Premier ministre « Les Républicains » ne témoigne pas tant d'une volonté de gouvernement transcendant les clivages partisans que de l'enlisement de notre démocratie dans une politique néo-libérale ignorant les enjeux écologiques et peu soucieuse des questions sociales. Il faut redire les choix faits, lors de la précédente législature, par le nouveau premier ministre. Malgré son absentéisme chronique à la chambre, qui en rappelle d’autres (celui de François Fillon, qu’Édouard Philippe a longtemps soutenu durant la campagne), ses positions sont claires : il est pro-nucléaire, pro-charbon, pro-aéroport Notre-Dame-des-Landes, il est également anti-transition énergétique, anti-protection de la biodiversité, anti-exigence de transparence pour les élu.e.s, et que penser de son abstention lors du vote pour  le mariage pour tous…

Voulons-nous que cela se répète aux législatives ? Sommes-nous prêts à entretenir la prolifération des candidatures, quitte à nuire  à celles qui, dans notre famille politique, ont aujourd’hui des chances réelles de l’emporter et ont contribué fortement à crédibiliser, notamment auprès des jeunes, l’idée d’une alternative de gauche aux politiques ultralibérales d’austérité et de recul social poursuivies à coups de 49.3 et d’ordonnances ? Il faut le dire avec force : les 11 et 18 juin prochains, nous pouvons renverser la table ! Alors que la nouvelle majorité « ni de droite, ni de gauche », donc de droite, tentera d’imposer son « projet », aux conséquences désastreuses, il faut déjouer les pronostics des commentateurs et des sondeurs complices de l’oligarchie – qui désire tant rester en place pour faire survivre son vieux monde. Car rien n’est écrit. Le score peut être sans appel. Pour cela, il n’est qu’à poursuivre l’effort, c’est-à-dire soutenir la dynamique de mobilisation à l’œuvre durant la dernière campagne de Jean-Luc Mélenchon. La France Insoumise a réussi le pari de donner un nouveau goût à la politique en fédérant les pratiques et les initiatives et, surtout, en donnant véritablement la parole et l’initiative aux jeunes. Son succès s’explique aussi par l’intelligence du programme, L’Avenir en commun, qui est un socle d’idées et de propositions pensé pour rassembler et agir de concert, en rupture avec les partis politiques qui n’ont d’autre chose à vendre hélas qu’une communication insipide. Que l’on en juge : L’Avenir en commun s’attaque à l’extrême pauvreté, à la concentration abusive des richesses, à la destruction des services publics, il défend au contraire la mise en place d’une politique environnementale responsable et propose une réflexion sur la refonte de nos institutions – avec en ligne de mire une Sixième République –, dont les premiers agissements de M. Macron montrent déjà toute l’urgence. Chaque candidat.e insoumis.e présent.e dans les 577 circonscriptions est le porte-voix de ce grand mouvement d’idées, porteur d’une grande espérance humaniste et de cette volonté tenace de justice sociale. 

Mais encore faudra-t-il se rassembler. Dans notre circonscription, la situation provoquée par le jeu trouble d’Emmanuel Macron et de son mouvement « En Marche » peut créer une opportunité pour renverser l’un des « fiefs historiques » de la droite seine-et-marnaise. A droite et au centre, que de candidatures, de Denis Jullemier à Aude Luquet, sous les nouveaux habits d'En Marche, en passant par un candidat Nouvelle R mais toujours au centre-droit, et Nathalie Beaulnes-Sereni! Et dans le lot, trois personnes autrefois associées (aux municipales, aux départementales) sont aujourd'hui rivales. Le FN, quant à lui, est en recul grâce à la dynamique du vote pour la France Insoumise, qui a su canaliser dans une perspective de progrès le mécontentement populaire et les tentations de vote « frontiste ». Le contexte est donc favorable à l'idéal humaniste social et écologique qui a rassemblé plus de 7 millions d’électeurs et porte l’espoir d’un véritable changement adossé à des pratiques politiques à des lieues des petits arrangements de la vie partisane usée jusqu’à la corde.

Le contexte est donc favorable à la convergence de toutes les forces qui ne se résignent pas aux vieux projets, lamentablement remaquillés par la presse unanime, visant à accélérer les processus de concentration des richesses, de réduction des droits sociaux, de relance du nucléaire et du productivisme irresponsable, de désintégration du pluralisme de l’information. Nous avons rassemblé plus de 7 millions d'électrices et d’électeurs autour d’un programme ouvert à la contribution de toutes celles et ceux qui croient au changement. 

Nous appelons donc au rassemblement de toutes les forces politiques, associatives et citoyennes de l'humanisme social et écologique autour de la candidature de la France Insoumise. Cette candidature est une chance pour nous tou-tes. Rejoignez-nous ! Participez à notre campagne électorale. Nous pouvons gagner ! Ensemble, nous allons gagner !

Bénédicte Monville, Fatiya Ammad-Mothay

Et les Insoumis-es de la première circonscription de Seine-et-Marne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.