Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2019

Incinérateur de Vaux-Le-Pénil: l'indigne appel de la Communauté d'agglomération

Le 6 mars 2018, la Communauté d'agglomération était condamnée pour avoir violé les normes réglementaires et mise en danger manifestement délibérée de la vie d’autrui. Autrement dit, on savait, on n’avait pas le droit et on l’a fait quand même. Une jurisprudence essentielle pour toutes les victimes de crimes environnementaux.

Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Olivier Long

Le procès en appel intenté par la Communauté d’Agglomération Melun Val-de-Seine (CAMVS) condamnée en première instance dans l'affaire de l’incinérateur de Vaux-le-Pénil s’est ouvert ce mardi. 

Le 6 mars 2018, la CAMVS avait été condamnée parce que le syndicat intercommunal auquel elle s'est substituée a laissé fonctionner pendant des années un incinérateur dont les rejets étaient notoirement toxiques et ce, même après que l'Etat, par arrêté préfectoral, lui ait enjoint de fermer l'installation. 

Élu·e·s au conseil communautaire, nous avions à l'époque dit notre stupéfaction devant la décision du président de notre communauté d'agglomération de faire appel de sa condamnation. Une décision prise sans vote à l'assemblée communautaire et que nous avions jugée honteuse. Nous réaffirmons notre plein soutien aux femmes et aux hommes qui, empoisonné·e·s pendant des années, ont obtenu que leur préjudice et les responsabilités soient reconnues après 15 ans de procédure. 

Malheureusement, il semble que dans cette affaire, notre communauté d’agglomération, représentée par Maître Pierre Chaigne, n'en ait pas fini de se déshonorer. À l'ouverture du procès, cet avocat a déclaré à la presse : « Dans ce procès d’appel, ça va cogner très fort. » Mais sur qui ? Les plaignants ? Comme si ces femmes et hommes n'avaient pas déjà été mis KO par la maladie et la mort. Cette violence verbale est indigne. Et que dire du mépris affiché par l’avocat quand il parle de « pseudo-victimes ».

Dans une vaine tentative révisionniste, il déclare : « Il n’y a rien dans le dossier qui permette de dire qu’il y a eu un quelconque danger pour la population. Le lien de causalité entre le site et les maladies qui ont touché des personnes n’est pas prouvé. » Il voudrait faire croire que le dépassement de plus de 2200 fois les normes d’exposition à la dioxine, 25 tonnes de poussières par an, plus de 570 kg de métaux lourds par an, 37 tonnes par an d’acide chlorhydrique est sans danger pour la santé humaine. 

Un révisionnisme qui reprend l’argument habituel des lobbies industriels : « Les toxicologues ne respectent pas les données scientifiques pour faire le lien de cause à effet entre le rejet de dioxines et les cas de maladies. » Des lobbies pour lesquels l'appel interjeté par la CAMVS constitue indéniablement une aubaine. S'il aboutissait, cela affaiblirait la jurisprudence du jugement en première instance, essentielle pour toutes les victimes de crimes environnementaux. 

En dehors du ton martial totalement inapproprié employé par l'avocat choisi, on est affligés par une argumentation qui nie les fondements du jugement du tribunal correctionnel de Paris qui, en première instance, condamnait la CAMVS des délits de fonctionnement d’une installation classée pour la protection de l’environnement en violation des normes réglementaires et de mise en danger manifestement délibérée de la vie d’autrui. Autrement dit, on savait, on n’avait pas le droit et on l’a fait quand même. Une collectivité publique est responsable des décisions que prennent ses élu·e·s. On ne peut pas impunément mettre en danger la vie des gens. 

Nous tenons à redire ici notre opposition fondamentale avec cette décision prise au nom de la Communauté d'agglomération Melun-Val de Seine, sans vote !, et considérons qu’il y a bien eu mise en danger de la vie d’autrui et qu’il est juste que les familles et les communes touchées par cette pollution industrielle soient indemnisées.

Bénédicte Monville et Claude Bourquard

Conseillers communautaires de l’agglomération Melun-Val de seine (CAMVS)

Pour en savoir plus :  https://quartdebrie.fr/2019/01/09/incinerateur-de-vaux-le-penil-quand-nos-ordures-nous-tuent/ 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal — Amériques
Au moins 50 migrants trouvent la mort dans un camion au Texas
C’est l’une des pires tragédies à la frontière sud des États-Unis ces dernières années. Les secours ont hospitalisé seize personnes, douze adultes et quatre enfants. 
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra