Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2022

Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

L'OTAN, l'Ukraine et la Russie

J'ai écrit ce texte les jours qui ont précédé et le jour même de l'entrée en guerre de la Russie contre l'Ukraine. Ce texte examine le rôle joué dans cette guerre par l’extension de l’OTAN à l’Est. Sans prétendre qu'il est le seul élément dont il faille tenir compte, j'y soutiens qu'une solution diplomatique passera nécessairement par l'assurance que l'Ukraine n'entrera pas dans l'OTAN.

Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une solution diplomatique à la guerre de la Russie contre l'Ukraine passera nécessairement par le refus de la poursuite de l’élargissement de l’OTAN à l’Est et l'affirmation sans ambiguïté du fait que l'Ukraine n'intègrera pas l'OTAN.

La dramatique entrée en guerre de la Russie contre l’Ukraine montre à quel point les chancelleries européennes occidentales se sont trompées en pensant que le combat pour la paix et la démocratie en Europe pouvait passer par l'élargissement de l'OTAN à l’Est. À partir de 1991, leur alignement et le maintien d'une organisation défensive de la guerre-froide dont la seule raison d’existence, la menace soviétique, a disparu, consacre le leadership américain plutôt que d'inventer des formes d'intégration à l'Europe qui ne se confondent pas avec la défense des intérêts américains. Pire, les dirigeants européens occidentaux ont laissé l'OTAN se transformer en une organisation offensive et accompagné son extension à l’Est malgré l’accord de 1997 entre l’OTAN et la Russie sur le non déploiement par les US de nouvelles infrastructures militaires à l’Est.

Dès 1999, l’OTAN intègre la Hongrie, la Pologne et la République Tchèque. Dans la foulée, l’organisation attaque la Yougoslavie sans mandat de l’ONU. Une guerre de 78 jours (qui devait en durer 3 d’après l’administration américaine) menée par la plus puissante alliance militaire du monde et déclenchée avec l’assentiment des populations occidentales convaincues par le massacre de Racak, village du Kosovo, dont on a jamais pu établir les conditions exactes. Avec la chute du communisme, les résurgences nationalistes en Europe de l’Est et dans les Balkans eurent ainsi raison de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, non alignée et un des pays les plus grands, les plus développés économiquement et les plus divers des Balkans.

Cette première expansion de l’OTAN à l’Est, sa transformation en alliance offensive et son intervention en Yougoslavie sans mandat international et au mépris du conseil de sécurité où la Russie dispose d’un droit de véto, reviennent à traiter la Russie en vaincue. Un signe particulièrement ressenti par ses élites qui avaient pourtant souhaité l’effondrement de l’Union Soviétique et qui déplorent l’incapacité de l’administration américaine à sortir des carcans idéologiques de la guerre froide et le retour de la vieille politique du cordon sanitaire. Un sentiment conforté en 2001 quand, dans le cadre de leur projet de bouclier anti-missile et de protection de leur territoire, des États-Unis remettent unilatéralement en cause le premier traité bilatéral pour freiner le surarmement signé en 1972 par le président américain Richard Nixon et le secrétaire général du PC Leonid Brejnev.

En 2003, le non alignement de la France et de l’Allemagne sur les positions américaines au moment de l’invasion de l’Irak, là encore sans mandat international et sous le fallacieux prétexte de la possession par Sadam Hussein d’armes de destruction massive, est mal vécu par les américains qui redoutent un rapprochement entre ces puissances régionales européennes et la Russie. L’année suivante, en 2004, l’OTAN poursuit son expansion aux pays baltes : l’Estonie, la Lettonie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et la Lituanie où l’OTAN installe une de ses bases. Moscou se retrouve de fait à portée directe des avions de combat des Occidentaux alors que les américains installent des éléments de leur bouclier anti-missile à l’Est. Dès 2008, après l’intégration des pays signataires du pacte de Varsovie et des anciennes républiques socialistes d’Europe centrale, les américains affirment la vocation de l’Ukraine à intégrer l’OTAN.

Pour Moscou, l’extension de l’Alliance atlantique jusque sa frontière est hors de question. Ces nouvelles prétentions américaines sont d’autant plus mal vécues qu’elles contreviennent aux engagements de l’OTAN vis à vis de la Russie. En 1990, en échange de ses initiatives pour mettre fin à la guerre froide et d’un accord sur la réunification de l’Allemagne, James Baker, le secrétaire d’État américain, et Helmut Kohl, le chancelier de la République fédérale d’Allemagne (RFA) assurent à Mikhaïl Gorbatchev que l’OTAN ne s’étendra pas vers l’Est. « Il va sans dire qu’un élargissement de la zone OTAN n’est pas acceptable. » déclare Gorbatchev, « Nous sommes d’accord avec cela », conclut M. Baker en visite à Moscou, le 9 février 1990 (cf. L'OTAN ne s'étendra pas d'un pouce vers l'Est). Avec l’intégration de l’Albanie et de la Croatie en 2009 et celle du Monténégro en 2017, l’Otan s’étend au Sud de l’Europe sur la quasi totalité de la côte adriatique et tout le littoral nord de la Méditerranée, de Gibraltar à la Syrie.

Si, depuis la chute de l’Union soviétique, la Russie n’a eu de cesse d’affirmer qu’elle refuserait toutes menaces à ses frontières, depuis 30 ans, la politique d’élargissement de l’Otan isole la Russie et les Etats-Unis livrent à la Russie, une guerre de positions qui n’est pas sans rappeler la guerre froide. L’Europe ne se contente pas seulement de suivre les Etats-Unis et le 19 septembre 2019, les eurodéputés adoptent une résolution « sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe » qui place sur un pied d’égalité « les régimes communistes et nazi ». Cette résolution est très mal vécue par le pourvoir russe.

De son côté, Vladimir Poutine réagit en étendant sa domination sur les ex-Républiques soviétiques. Le président russe mène une politique impérialiste qui ne s’embarrasse pas des volontés populaires. Dans le cas de l’Ukraine, elle passe par la négation de la légitimité de l’Etat ukrainien qui serait né d’une faiblesse des bolcheviks et non pas de la lente affirmation d’une conscience nationale ukrainienne qui aboutit en 1990 à la proclamation de la souveraineté ukrainienne. En réalité il existe dès le 19ème siècle des velléités nationales ukrainiennes. D’ailleurs, La République socialiste soviétique d’Ukraine est bel et bien fondée en 1918 sur l’idée d’un peuple ukrainien même si la question de la souveraineté n’est pas posée à l’époque mais au contraire celle de la création de l’Union soviétique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André