Quelle votation citoyenne pour la gauche en 2022 ?

Pour que la gauche remporte les élections de 2022, ses électeurs devront massivement voter pour un.e candidat.e au 1er tour de l'élection présidentielle. Pour cela, ils devront choisir le programme et les candidatures pour qui ils ont le plus envie de voter avant les élections, d'où une votation citoyenne à l'automne 2021 avec un vote par jugement majoritaire pour le candidat à la présidentielle.

Sans candidat.e commun.e désigné par les électeurs de gauche, ce sont les sondages qui décideront quelle est la principale candidature à gauche qui récoltera le vote tactique, ce qui n'est pas satisfaisant. Par ailleurs, il n'est pas certain que le vote tactique soit suffisant pour garantir que le ou la principal.e candidat.e de gauche soit au second tour. C'est pour cela qu'il est absolument nécessaire que les électeurs de gauche se prononcent sur leur candidature favorite avant la clôture des candidatures à l'élection présidentielle.

 

Choix du ou de la candidat.e commun.e à l'élection présidentielle

Ce candidat.e doit être désigné par une votation citoyenne de gauche ouverte à tous les citoyens de gauche. En 2011 et 2016/2017, les primaires se sont faites par scrutin majoritaire à 2 tours comme l'élection présidentielle. Ce mode de scrutin incite au vote tactique au 1er tour et à ignorer certain.e.s candidat.e.s.

Ainsi, nous devrions essayer le vote par jugement majoritaire pour désigner le ou la candidat.e commun.e à gauche. Ce système de vote consiste pour l'électeur à évaluer chaque candidat.e et lui attribuer une des mentions suivantes : à rejeter, insuffisant, passable, assez bien, bien, très bien, excellent. Pour chaque candidat.e, on regarde la mention médiane (c'est à dire la mention pour laquelle au moins 50% des votant.e.s ont choisi une mention moins bonne ou égale, et au moins 50% ont choisi une mention meilleure ou égale), et pour 2 candidat.e.s ayant la même mention médiane, celui ayant la meilleure différence entre la proportion de mentions meilleures que sa mention médiane et la proportion de mentions moins bonnes que sa mention médiane sera classé devant. L'exemple suivant permet d'illustrer le fonctionnement de ce mode de scrutin :

votation-citoyenne-gauche-2022-presidentielle
Dans ce cas présent, le ou la candidat.e B arrive en tête, suivi de A puis de C.

Le ou la candidat.e arrivé en 1ère position sera ainsi investi.e candidat.e à l'élection présidentielle. Toutefois, en cas d'affaire touchant le ou la candidat.e désigné.e avant la clôture des candidatures, il faudra envisager une procédure de destitution et le remplacement par le ou la candidat.e arrivée en seconde position. Cela permettra d'éviter que la campagne soit polluée par les affaires visant un.e candidat.e.

L'avantage du vote par jugement majoritaire pour cette votation citoyenne serait de placer tou.te.s les candidat.e.s sur un pied d'égalité et aussi de faire la publicité de ce mode de scrutin auprès de l'opinion publique.

 

Choix des candidat.e.s aux élections législatives

L'élection présidentielle 2017 a montré qu'il n'est pas envisageable de dissocier les élections législatives de l'élection présidentielle au vu des arguments de Mélenchon tels que "Comment abroger la loi El-Khomri avec El-Khomri comme députée ?". Ainsi, il est nécessaire d'avoir une majorité parlementaire en cohérence avec le programme qui sera proposé. Pour cela, il faut désigner les candidat.e.s aux législatives en même temps et dans la même votation que le ou la candidat.e à la présidentielle.

Cependant, étant donné que les législatives détermine le financement des partis politiques pendant la législature, il risque fortement d'y avoir une tentation à la profusion des candidatures. Il faudra donc que le financement des partis politiques membres de la coalition soit prévu.

La désignation des candidat.e.s aux législatives doit tenir compte du mode de scrutin. Ainsi, un.e candidat.e devra être choisi dans chaque circonscription. 2 modes de désignation sont envisageables :

  • voter par jugement majoritaire pour un.e candidat.e dans chaque circonscription : ce mode de scrutin est le plus logique mais a pour inconvénient de personnaliser le scrutin alors que les électeurs votent surtout pour l'étiquette aux législatives et surtout les électeurs ne connaissent pas forcément les personnalités qui peuvent se présenter. De plus, les personnalités locales connues seraient favorisés.
  • voter pour des listes défendant un programme à l'échelle nationale et attribuer le nombre de circonscription par liste à la proportionnelle. Cela permet davantage aux électeurs de se concentrer les programmes au lieu des personnalités locales. La question ici est de savoir quelle circonscription pour quelle liste. Ce mode de scrutin me paraît néanmoins préférable : c'est donc celui-là que je vais détailler.

Ainsi, le jour du vote, des listes devront être proposées aux électeurs avec pour chacune un.e candidat.e par circonscription législative. Le nombre de circonscriptions sera attribué à chaque liste proportionnellement au score obtenu nationalement. Au niveau de l'attribution des circonscriptions pour chaque liste, on attribuera en priorité les circonscriptions où les listes sont arrivées en tête. Néanmoins, si une liste arrive en tête dans plus de circonscriptions que ce que le nombre de siège qu'elle obtient à la proportionnelle, on lui attribuera les circonscriptions où l'écart en pourcentage est le plus important par rapport à la liste arrivée en seconde position. Les circonscriptions où la liste qui y arrive en tête ne l'obtient pas sont réparties parmi les listes en tête dans moins de circonscriptions que ce qu'elles obtiennent avec le scrutin proportionnel, de la même manière que décrit précédemment mais en enlevant les listes ayant obtenu toutes leurs circonscriptions. Un exemple ci-dessous permet d'illustrer la répartition des circonscriptions en fonction des scores obtenus lors de la votation citoyenne :

Exemple de répartition des circonscriptions aux élections législatives Exemple de répartition des circonscriptions aux élections législatives

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, concernant le financement des partis politiques membres de cette coalition, la coalition se constituera parti politique pour récolter le financement pendant toute la prochaine législature et reversera à chaque parti membre de la coalition les fonds perçus proportionnellement aux scores qui seront obtenus lors de la votation citoyenne. Cela sera donc plus avantageux financièrement pour chaque parti de la coalition que si chaque parti part chacun de son côté aux législatives, car le total de sièges de la gauche sera beaucoup plus important.

 

Conditions pour être candidat.e à la candidature présidentielle ou législative

Pour les élections législatives, il faudra être membre d'une liste se présentant à la votation citoyenne. Une liste devra comporter un.e candidat.e pour chaque circonscription, soit 577 en tout, et devra avoir un projet politique s'inscrivant dans le socle idéologique commun.

Pour l'élection présidentielle, chaque liste se présentant pour les élections législatives pourra présenter un.e candidat.e à la candidature à l'élection présidentielle. Des candidatures hors listes devront être possibles pour les candidat.e.s obtenant par exemple 20 000 parrainages citoyens.

Les candidat.e.s ne devront pas avoir de condamnations liées à des violences aux personnes ou des infractions financières (fraude fiscale, détournement de fonds, emplois fictifs...) sur leurs casiers judiciaires. En revanche, les condamnations pour le délit de solidarité envers les exilé.e.s ou le fauchage d'OGM seront acceptées.

 

Validation du programme après la votation citoyenne

Après la votation, nous obtiendrons un.e candidat.e à l'élection présidentielle et les candidat.e.s aux élections législatives. Il sera alors formé une Assemblée des candidat.e.s aux élections législatives, qui sera chargée de voter et d'amender les propositions du ou de la candidat.e désigné.e pour l'élection présidentielle, dans l'optique d'aboutir à un programme détaillé, sous forme de textes de loi prêts à être votés immédiatement juste après les élections législatives 2022 pour les mesures devant être prises le plus rapidement possible.

En cas d'affaire visant le ou la candidat.e à la présidentielle éclatant entre la votation citoyenne et la clôture des candidatures à la l'élection présidentielle, l'Assemblée des candidat.e.s aux législatives pourra destituer le ou la candidat.e et le remplacer par le ou la candidat.e arrivé en seconde position.

 

Calendrier à envisager

Fin 2020 : validation des modalités de la votation citoyenne (mode de scrutin + socle idéologique commun)

Juillet 2021 : date limite du dépôt des candidatures (présidentielle + législatives)

Octobre 2021 : votation citoyenne

Janvier 2022 : validation définitive du programme commun

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.