Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et juriste en droit de l'environnement, écologiste libertaire, altermondialiste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 août 2017

En marche en 2020 pour un autre monde possible?

L'organisation indienne Ekta Parishad prépare une immense campagne, la Jai Jagat 2020, prévoyant une grande marche qui partira de Delhi en septembre 2019 et rejoindra Genève en octobre 2020 pour demander à l'ONU de mettre en œuvre des règles pour un autre modèle de développement cessant d'exclure les plus précaires. L'occasion de relancer la dynamique du Forum social mondial?

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et juriste en droit de l'environnement, écologiste libertaire, altermondialiste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’organisation de défense des paysans sans terres indiens Ekta Parishad, connue pour ses grandes marches massives de revendications foncières (notamment la Janadesh en 2007 et la Jan Satyagraha en 2012) a lancé depuis 2014 une immense campagne s’étalant jusqu’en 2020, la Jai Jagat 2020. Signifiant la « victoire du monde », cette campagne à travers toute l’Inde puis à l’international, veut interpeller directement les Nations Unies et l’ensemble des organisations internationales sur la nécessité d’un autre modèle de développement qui cesse de détruire l’environnement et de priver les petits paysans de leurs principales ressources au nom de la croissance. De Delhi à Genève, ce sera une marche de plus de 8 000 km pour tous les exclus de la mondialisation qui aura lieu entre septembre 2019 et octobre 2020.

Une campagne mondiale déjà en préparation

Rajagopal P.V, le leader d’Ekta Parishad, est en campagne avec ses troupes depuis plus deux ans, voyageant un peu partout sur la planète pour promouvoir cette immense action, totalement inédite dans l’histoire, et inspirée des grandes marches non-violentes du Mahatma Gandhi. Ce sera une marche pour un autre monde, depuis l’Inde jusqu’au siège des Nations Unies à Genève, traversant dix-sept pays avec des manifestations massives dans chacun d’entre eux.

Or cette campagne, à l’origine mobilisation pour défendre les petits paysans indiens expropriés de leurs terres, peut avoir une résonance partout sur la planète, et en particulier en Europe et en France. En Europe, suivant le parcours emprunté par les milliers de réfugiés qui fuient la guerre, la misère et le dérèglement climatique, en Syrie, en Afghanistan, en Irak, en Erythrée et ailleurs, la Jai Jagat sera une excellente occasion de poser clairement sur la table la problématique des réfugiés face à une Union européenne recroquevillée sur sa forteresse Schengen et responsable de milliers de morts en Méditerranée. En France, cette campagne pourra promouvoir une écologie populaire et non-violente, là où les habitants des quartiers populaires et des zones rurales abandonnées sont bien souvent les premières victimes des dégradations environnementales de toutes sortes : pollutions visuelles, sonores, pesticides, mal-logement, malbouffe, maladies de civilisations, etc.

Pour un Forum Social Mondial itinérant

Surtout, la Jai Jagat 2020 semble ainsi une excellente occasion de relancer la dynamique du Forum Social Mondial (FSM). Tout d’abord, les thématiques variées mises en exergue par les FSM, sécurité alimentaire, droits humains, lutte contre la pauvreté, critiques des accords de libre-échange, justice climatique, droits des femmes, création d’une taxe sur les transactions financières, rejoignent totalement les thématiques portées par la Jai Jagat 2020. Ensuite, Ekta Parishad avait été fortement impliquée dans l’organisation du Forum Social Mondial qui avait eu lieu à Mumbai en Inde en 2004, et est inséré dans le vaste réseau international de défense des sans terres et des exclus de la mondialisation, aux côtés d’organisations comme Via Campesina. Enfin, les forums sociaux connaissant actuellement un affaiblissement dans leur dynamique face au rouleau compresseur néolibéral global, qui accélère la marchandisation du monde avec de nouveaux accords de libre-échanges extrêmement dangereux pour notre avenir à tous (TAFTA entre l’UE et les Etats-Unis, CETA entre l’UE et le Canada, les APE entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe etc.). Il faut une grande et nouvelle idée pour relancer la dynamique de la nécessité d’ « un autre monde possible ». La Jai Jagat 2020 semble ainsi tomber à point nommé.

Ainsi, Ekta Parishad, représenté par SOL en France, propose de lier la campagne de la Jai Jagat à la dynamique du Forum Social Mondial pour organiser en 2020 un FSM en marche, itinérant, mettant en lumière dans chacun des pays traversés les problématiques rencontrées par la société civile. Ce sera l’occasion de constituer un grand cahier de doléances internationales à remettre à l’arrivée de la marche à Genève aux Nations Unies et aux autres grandes institutions internationales comme l’OMC et la Banque Mondiale.

C’est pourquoi nous appelons toutes les associations, les ONG et les personnes déjà impliquées dans les FSM ou souhaitant le faire à nous rejoindre dans ce grand mouvement pour un autre monde possible, en marche en 2020. Ça commence aujourd’hui !

Découvrez le site dédié à la Jai Jagat 2020 …

Découvrez les mobilisations de SOL pour défendre les communautés vulnérables …

En savoir plus sur le mouvement Ekta Parishad …

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Gauche(s)
Éric Coquerel : « Je veux travailler davantage sur l’évasion fiscale »
Élu au terme d’un scrutin à suspense, le nouveau président insoumis de la commission des finances revient sur la manière dont il envisage son mandat. Il promet un changement de pratique profond.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
Des élus veulent continuer de bétonner en paix
Des élus locaux, qui ont le pouvoir de rendre constructibles des parcelles de terre, mènent la fronde contre de nouvelles dispositions les empêchant de bâtir à tour de bras. Mais la protection des terres et du vivant ne devrait-elle pas constituer une priorité plutôt que de construire un nouveau centre logistique ou un énième hypermarché ? 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX