Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et juriste en droit de l'environnement, écologiste libertaire, altermondialiste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2021

L’altermondialisme survit sur la Toile dans le silence médiatique

Tout juste 20 ans après son 1er RDV à Porto Alegre, le FSM vient de se réunir virtuellement, Covid 19 oblige, durant 9 jours. Presque 800 activités étaient proposées pour plusieurs milliers de participants en provenance de tous les continents. L’altermondialisme continue sur la Toile de tracer son chemin pour un « autre monde possible » malgré la pandémie et l’indifférence médiatique.

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et juriste en droit de l'environnement, écologiste libertaire, altermondialiste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du 23 au 31 janvier, pour son 20ième anniversaire, le Forum Social Mondial s’est tenu en ligne, dans l’impossibilité de se réunir physiquement en pleine pandémie de Covid 19. Chacun chez soi derrière son écran, l’anniversaire de ce rendez-vous incontournable des altermondialistes de toute la planète avait un goût un peu amer, habitué aux réunions physiques et rencontres festives cosmopolites sur fond de musique brésilienne ou africaine.

Marche d’ouverture du FSM à Salvador de Bahia (Brésil), 13 mars 2018 © Benjamin Joyeux

Néanmoins, cela n’a pas empêché l’organisation de très nombreux débats sur tous les grands sujets du moment, climat, démocratie, féminisme, justice sociale, alternatives économiques, droits des minorités, droits des peuples autochtones, ou encore bien entendu pandémie et enjeux autour des vaccins.

Quant à la participation, elle a plutôt été assez soutenue tout au long de cette édition 2021, avec 6000 personnes inscrites la veille de son ouverture et plus de 10 000 participants enregistrés au pic de sa fréquentation. S’agissant d’un forum préparé à peine trois mois plus tôt, il s’agit donc pour ses organisateurs d’un succès assez inattendu et bienvenu en ces temps de pandémie mondiale, où la tendance est plutôt au repli derrière les frontières nationales. Ainsi pour Gus Massiah, ancien ingénieur membre du Conseil scientifique d’Attac et parmi les personnalités fondatrices du FSM : « le pari de savoir si l’altermondialisme existe encore est gagné. Internationalisme et altermondialisme sont toujours bien présents ». Et utiles, comme le souligne Catherine Gaudard, coordinatrice exécutive du CRID[1] pour qui « le FSM continue d’être pertinent pour coordonner les luttes et les élargir avec de nouveaux acteurs ».

Ce succès de fréquentation et d’organisation reste pourtant relatif, étant donnée l’indifférence constatée de la presse.

L’angle mort médiatique

La semaine passée, la presse a bien couvert le Forum économique mondial de Davos, qui se réunissait également en ligne du 24 au 29 janvier. Ce congrès annuel des milliardaires et « élites » de la planète, privés de la présence physique habituelle des grands de ce monde, n’a pourtant pas offert de nouvelles retentissantes, si ce n’est d’offrir en ouverture une tribune bienvenue pour le dirigeant autoritaire chinois Xi Jinping, se présentant opportunément en nouveau « champion du multilatéralisme »[2].

Malgré la richesse de ses débats, son meilleur ennemi le FSM n’a pas eu droit aux mêmes égards de la presse. Très peu de médias en ont parlé, en particulier dans l’espace francophone, à l’exception du journal genevois Le Courrier qui y a consacré deux articles[3].

Certaines questions abordées y étaient pourtant d’intérêt public, comme l’accès universel à la vaccination contre la Covid 19 pour les pays africains, abordé notamment par Mamadou Mignane Diouf, militant sénégalais témoignant en ligne depuis Dakar ne « même pas savoir quand ni comment commencer à vacciner ».

Comment expliquer une telle indifférence des médias ? Savaient-ils déjà que ce forum avait lieu ? Rien n’est moins sûr.

Pour Jean Rossiaud, sociologue, député Vert au Grand Conseil de Genève et habitué des forums sociaux : « Le grand défi reste pour le FSM de mieux communiquer à l’attention des mouvements sociaux locaux, pour que ceux-ci relayent ensuite plus systématiquement l’information à la presse et au grand public. Il faut aussi se servir davantage des nouveaux outils collaboratifs offerts par le web et permettant une plus grande intelligence collective. »

Quoi qu’il en soit, malgré le silence médiatique, pour le peuple « alter » (syndicats, ONG, associations, mouvements des femmes, représentants des peuples autochtones…), le FSM reste un outil de convergence globale incontournable et plus nécessaire que jamais en ces temps troublés de pandémie et de replis derrière ses frontières. Ainsi rendez-vous est d’ores et déjà pris au Mexique en 2022, si bien entendu le virus le permet.

Benjamin Joyeux

Logo FSM virtuel 2021

* Un évènement virtuel plus accessible

La virtualité de l’évènement avait un certain avantage, comme l’a souligné lors d’une conférence le français Jérémie Chaumette, directeur général de France Libertés - Fondation Danielle Mitterrand : « la barrière des frais de voyage a pu être rompue ». En effet, à chaque nouvelle édition du FSM, comme par exemple lors de celle de Salvador de Bahia en mars 2018, la question des frais de voyage en particulier pour les participants en provenance de pays pauvres ou/et lointains, se pose toujours avec beaucoup d’inquiétude quant au respect de l’équité. Là pour le coup, la pandémie a mis tout le monde à égalité derrière son ordinateur (si l’on excepte bien évidemment les différences d’accès au web et de qualité du matériel informatique), chacun pouvant se connecter aux thématiques de son choix et organiser son propre atelier virtuel à moindre frais.

[1] Centre de Recherche et d’Information pour le Développement https://crid.asso.fr/

[2] Ecouter notamment sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/affaires-etrangeres-emission-du-samedi-30-janvier-2021

[3] Lire https://lecourrier.ch/2021/01/22/le-vrai-defi-dun-fsm-virtuel/ et https://lecourrier.ch/2021/02/01/en-2022-le-forum-social-sera-mexicain/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose