Le REV « fête » son premier anniversaire

Le REV célèbre aujourd'hui son premier anniversaire, sur fond de chaos climatique et d'irresponsabilité politique qui plus que jamais justifient son existence. Une écologie radicale et essentielle est urgente et nécessaire à notre temps :

polar-bear-2750604-960-720

Par Benjamin Joyeux, Choeur du REV

l y a tout juste un an, le 8 février 2018, nous annoncions par une tribune publiée dans Le Monde la création du REV, le Rassemblement des Ecologistes pour le Vivant. Nous partions du constat que l’écologie politique était dans l’impasse en France alors que nous en avions plus que jamais besoin, tous les chiffres sur l’état de la planète étant au rouge, en termes de disparition de la biodiversité, de dérèglement climatique, de pollution de l’air…

Un an plus tard, sans trop s’avancer, chacun peut aisément constater que la situation s’aggrave et que nos dirigeants se montrent toujours incapables de prendre les mesures qui s’imposent.

Cette semaine, une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Nature nous prévient que la fonte observée des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique due au réchauffement climatique va totalement déstabiliser le climat, en plus d’augmenter le niveau des océans, dans les toutes prochaines décennies.

Et la même semaine où des scientifiques nous prédisent à nouveau un chaos climatique, toujours plus grave et plus inévitable, le gouvernement français fait connaître la dernière mouture de son projet de loi « énergie-climat ». Ce texte minore complètement les objectifs de baisse de consommation d’énergie et remplace la division par quatre prévue des émissions de gaz à effet de serre (entre 1990 et 2050) par la « neutralité carbone », un concept non contraignant et totalement flou. Triste symbole, ce projet de loi est porté par François De Rugy, ancien dirigeant écologiste devenu ministre de la Transition, ou bien plutôt de la trahison et du renoncement écologique d’Emmanuel Macron. Cette séquence prêterait à rire si la situation n’était pas aussi dramatique.

Sur fond de chaos climatique, cette totale irresponsabilité politique est extrêmement grave, pour ne pas dire criminelle. Car la situation nécessite au contraire des changements radicaux dans nos modes de vie, en termes d’alimentation, de consommation, de déplacements, etc. Nos enfants nous accuseront d’avoir su et de n’avoir rien fait.

Un an après, l’écologie portée par le REV, une écologie essentielle et radicale, appelant l’Homme à repenser sa place dans l’ensemble du cycle du vivant, est plus que jamais nécessaire !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.