Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 juil. 2014

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Moi aussi j'en ai marre, réponse à David B. et à beaucoup d'autres

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici un article d'un certain David B. qui avait été publié en janvier 2014 sur le site d'Agoravox et qui est ressorti ces jours-ci.

http://jssnews.com/2014/01/20/je-suis-francais-juif-et-jen-ai-marre/

En réponse à ce David B., mais surtout en réponse à beaucoup de monde, dont Manuel Valls et son discours d'aujourd'hui pour commémorer la rafle du Vel d'Hiv, discours qui serait très bien s'il ne se contentait pas de condamner l'antisémitisme pour au contraire condamner toutes les formes de racisme, moi je suis Français, athée à tendance chrétienne, pacifiste convaincu, et moi aussi j'en ai marre.

J'en ai marre que dans notre pays, on ne puisse pas parler objectivement et sereinement du conflit israélo-palestinien sans avoir à subir du terrorisme intellectuel et des injonctions à se positionner pour Israël ou pour la Palestine. 

J'en ai marre que lorsque je critique Israël, on me fasse d'office un procès d'intention de soutien au Hamas, Hamas qui par ailleurs est devenu un mot valise pour désigner un parti politique qui ne serait qu'un ramassis de terroristes hystériques. Qui a fait l'effort de se renseigner sur les diverses tendances au sein de Hamas, sur pourquoi il a gagné les élections à Gaza, ayant su se faire respecter de la population sur place?

J'en ai marre, en tant que juriste, d'avoir appris tous les grands textes du droit international et leurs principes soi-disant intangibles depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour les voir bafouer depuis des décennies, et des dizaines de résolution de l'ONU avec, par l'état israélien sans que rien ne soit fait pour les faire enfin respecter.

J'en ai marre d'avoir à me justifier dix fois plus lorsque je critique les décisions de l'état israélien que lorsque je critique celles de tous les autres Etats de la planète, France y compris. Ce qu'on laisse faire aujourd'hui à cet état, un exemple parmi d'autres ci-dessous, on ne le permettrait à aucun autre Etat "ami".

http://www.bastamag.net/Offensive-israelienne-sur-Gaza-les

J'en ai marre que l'on mélange tout tout le temps dans le cadre de ce conflit, en particulier les religions et le spirituel, qui relèvent ou devraient relever de l'intime, avec la politique, qui concerne la gestion publique des biens de la cité.

J'en ai marre d'entendre dire que c'est un conflit religieux ou culturel alors qu'il s'agit d'un conflit on ne peut plus classique, avec accaparement des ressources au profit d'un Etat et au détriment d'un autre (qui n'existe toujours pas vraiment). 

J'en ai marre d'entendre dire qu'Israël est un Etat "juif" qui par ailleurs se revendique de la démocratie. Or si véritable démocratie il doit y avoir, et cela est valable pour l'ensemble des Etats, elle ne peut être celle d'une seule religion, car c'est nier le droit à l'existence et à la reconnaissance juridique de toutes les autres minorités religieuses, comme les arabes de confession musulmane et de citoyenneté israélienne. Je vous invite d'ailleurs à lire ci-dessous le témoignage de l'un d'entre eux paru dans Libération. 

http://www.liberation.fr/monde/2014/07/15/toutes-les-raisons-pour-lesquelles-je-quitte-israel_1064343

J'en ai marre que la religion juive, si riche en histoire, tradition et spiritualité, soit systématiquement polluée par ce conflit qui ne cesse de perdurer, et qui par ailleurs par effet miroir provoque un rejet accru de l'Islam fantasmé en France et des phénomènes d'Islamophobie. Les injonctions continuelles à se positionner plutôt qu'à réfléchir sereinement aux conditions de la paix, d'une paix juste et durable tant pour les Palestiniens que les Israéliens, empêchent toutes avancées sur le terrain et provoquent en France la montée de l'antisémitisme et parallèlement de l'Islamophobie. 

J'en ai marre que trop de gens, en particulier une partie des médias mainstream et des intellectuels de salon parisiens, se servent de ce conflit pour mettre dans le même sac soi-disant "antisémite" tous les soutiens de la cause palestinienne avec l'ensemble des jeunes des quartiers populaires, afin de pouvoir comme d'habitude  stigmatiser ces nouvelles "classes dangereuses", terroristes en puissance puisque musulmans ou amis de l'Islam, mélangeant tout et ne faisant pas leur vrai travail, consistant à informer et à éclairer intelligemment les gens qui justement ne se sont jamais rendus en Israël ou en Palestine.

J'en ai marre de l'hypocrisie ambiante et du continuel deux poids deux mesures dès qu'il s'agit des relations avec Israël, on l'a vu encore avec la première réaction de Hollande au téléphone avec Benyamin Netanyahou, l'encourageant dans sa volonté guerrière plutôt qu'en lui expliquant fermement que la violence n'est jamais une solution. Ce deux poids deux mesures constitue le meilleur terreau de l'antisémitisme, en France comme à l'étranger, donnant du grain à moudre à tous les hystériques et les idéologues opportunistes pour expliquer ensuite que "oui vous voyez, les Juifs sont intouchables". Or Il s'agit d'Israël, un Etat démocratique donc, avec des élections libres, qui ont amené actuellement au pouvoir une droite dure alliée à l'extrême droite. En quoi la "gauche" française au pouvoir devrait-elle s'abstenir de toute critique vis-à-vis des décisions de ce gouvernement Netanyahou indéfendable? Ben oui pourquoi? 

Et bien parce qu'il ne s'agit pas de ça, parce qu'il s'agit d'autre chose. Il s'agit du vivre ensemble en France, France qui a eu une triste tradition antisémite, mais également coloniale et raciste, et qui continue de traiter ses enfants des quartiers populaires de tradition musulmane comme des citoyens de seconde zone, symboliquement, dans ses médias, dans toutes ses prises de parole où l'Islam est la plupart du temps adossé à l'image du terrorisme, un peu comme si on enjoignait tous les catholiques français à se positionner par rapport aux agissement de l'Opus Dei. Alors après il ne faut pas s'étonner que ces jeunes et moins jeunes, ne s'étant par ailleurs jamais rendus en Palestine pour la plupart d'entre eux, par effet miroir, victimes eux aussi du double discours de la République pour tous mais pas vraiment, soient heurtés par ce que fait actuellement l'armée israélienne à Gaza, selon le droit international pour tous mais pas vraiment. Et le président et le gouvernement français lui, sachant tout ça, plutôt que de faire un travail de vérité, préfère faire l'autruche et s'abstenir d'une position courageuse.

J'en ai marre que le CRIF soit le principal interlocuteur des politiques, de droite comme de gauche, concernant tant Israël que les Juifs de France, ayant une immense part de responsabilité dans cette manie à toujours tout mélanger. Le CRIF n'est guère plus représentatif de l'ensemble des Juifs de France que, je ne sais pas, FO de l'ensemble des salariés de notre pays. Sans doute moins même. Or on connaît notre problème de représentativité syndicale. On souffre du même problème avec notre représentativité religieuse: CRIF et CFCM plutôt que de faciliter le vivre ensemble, se positionnent sur leur "marché" respectif, tandis que l'immense majorité des politiques, tout bord confondu, ayant définitivement renoncé à être courageux, subtils et volontaristes sur ces questions, pratiquent un clientélisme outrancier avec ses organisations, et en tout premier lieu le CRIF dont le dîner annuel est encore plus couru que la garden party de l'Elysée le 14 juillet. Quand on prendra enfin le CRIF pour ce qu'il est, un simple lobby parmi d'autres, ni plus ni moins, on avancera peut être un peu. Pourquoi ne pas écouter un autre son de cloche, comme celui de l'UJFP par exemple?

http://www.ujfp.org

Alors oui j'en ai marre, marre d'entendre que si l'on soutient le droit international, en fait on soutient le Hamas, marre de l'impuissance politique face aux massacres de femmes et d'enfants innocents, marre de cette hypocrisie du "traitement médiatique équitable" avec 5 min pour Israël et 5 min pour la Palestine, comme le 5 min pour les Noirs d'Afrique du Sud et 5 min pour l'apartheid, marre de lire des monceaux de conneries comme cet article de David B, par ailleurs bien écrit. 

Personnellement, je me suis rendu en Palestine en 2012, et ce que j'y ai vu du mur et des chekpoints m'a profondément révolté. Je l'avais relaté sur ce blog ici:

http://blogs.mediapart.fr/blog/benjaminjoyeux/211112/fractures-en-terre-sainte-une-semaine-en-palestine

Mais il faut également comprendre la volonté de l'Etat d'Israël à se défendre et à vouloir exister coûte que coûte, quitte à le faire contre tout le monde. Le traumatisme de l'histoire est encore très présent. Nous sommes encore dans ce que Viviane Forrester avait bien décrit dans le Crime occidental

Bref, on peut soutenir la cause palestinienne en étant renseigné, en n'ayant aucune arrière pensée antisémite, en ne voulant aucun mal à l'Etat d'Israël mais en considérant au contraire que c'est l'aider, voir le sauver pour l'avenir, que de tout faire pour l'enjoindre à respecter le droit international, et en souhaitant passer outre les questions culturelles, cultuelles, l'hypocrisie par culpabilité historique ou encore le clientélisme politique, pour traiter ce conflit de façon moins passionnée et plus rationnelle, par le droit, droit d'exister pour Israël mais également pour la Palestine. Et droit en France à pouvoir le dire tranquillement sans subir de terrorisme intellectuel insupportable. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon