Voici un article d'un certain David B. qui avait été publié en janvier 2014 sur le site d'Agoravox et qui est ressorti ces jours-ci.

http://jssnews.com/2014/01/20/je-suis-francais-juif-et-jen-ai-marre/

En réponse à ce David B., mais surtout en réponse à beaucoup de monde, dont Manuel Valls et son discours d'aujourd'hui pour commémorer la rafle du Vel d'Hiv, discours qui serait très bien s'il ne se contentait pas de condamner l'antisémitisme pour au contraire condamner toutes les formes de racisme, moi je suis Français, athée à tendance chrétienne, pacifiste convaincu, et moi aussi j'en ai marre.

J'en ai marre que dans notre pays, on ne puisse pas parler objectivement et sereinement du conflit israélo-palestinien sans avoir à subir du terrorisme intellectuel et des injonctions à se positionner pour Israël ou pour la Palestine. 

J'en ai marre que lorsque je critique Israël, on me fasse d'office un procès d'intention de soutien au Hamas, Hamas qui par ailleurs est devenu un mot valise pour désigner un parti politique qui ne serait qu'un ramassis de terroristes hystériques. Qui a fait l'effort de se renseigner sur les diverses tendances au sein de Hamas, sur pourquoi il a gagné les élections à Gaza, ayant su se faire respecter de la population sur place?

J'en ai marre, en tant que juriste, d'avoir appris tous les grands textes du droit international et leurs principes soi-disant intangibles depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour les voir bafouer depuis des décennies, et des dizaines de résolution de l'ONU avec, par l'état israélien sans que rien ne soit fait pour les faire enfin respecter.

J'en ai marre d'avoir à me justifier dix fois plus lorsque je critique les décisions de l'état israélien que lorsque je critique celles de tous les autres Etats de la planète, France y compris. Ce qu'on laisse faire aujourd'hui à cet état, un exemple parmi d'autres ci-dessous, on ne le permettrait à aucun autre Etat "ami".

http://www.bastamag.net/Offensive-israelienne-sur-Gaza-les

J'en ai marre que l'on mélange tout tout le temps dans le cadre de ce conflit, en particulier les religions et le spirituel, qui relèvent ou devraient relever de l'intime, avec la politique, qui concerne la gestion publique des biens de la cité.

J'en ai marre d'entendre dire que c'est un conflit religieux ou culturel alors qu'il s'agit d'un conflit on ne peut plus classique, avec accaparement des ressources au profit d'un Etat et au détriment d'un autre (qui n'existe toujours pas vraiment). 

J'en ai marre d'entendre dire qu'Israël est un Etat "juif" qui par ailleurs se revendique de la démocratie. Or si véritable démocratie il doit y avoir, et cela est valable pour l'ensemble des Etats, elle ne peut être celle d'une seule religion, car c'est nier le droit à l'existence et à la reconnaissance juridique de toutes les autres minorités religieuses, comme les arabes de confession musulmane et de citoyenneté israélienne. Je vous invite d'ailleurs à lire ci-dessous le témoignage de l'un d'entre eux paru dans Libération. 

http://www.liberation.fr/monde/2014/07/15/toutes-les-raisons-pour-lesquelles-je-quitte-israel_1064343

J'en ai marre que la religion juive, si riche en histoire, tradition et spiritualité, soit systématiquement polluée par ce conflit qui ne cesse de perdurer, et qui par ailleurs par effet miroir provoque un rejet accru de l'Islam fantasmé en France et des phénomènes d'Islamophobie. Les injonctions continuelles à se positionner plutôt qu'à réfléchir sereinement aux conditions de la paix, d'une paix juste et durable tant pour les Palestiniens que les Israéliens, empêchent toutes avancées sur le terrain et provoquent en France la montée de l'antisémitisme et parallèlement de l'Islamophobie. 

J'en ai marre que trop de gens, en particulier une partie des médias mainstream et des intellectuels de salon parisiens, se servent de ce conflit pour mettre dans le même sac soi-disant "antisémite" tous les soutiens de la cause palestinienne avec l'ensemble des jeunes des quartiers populaires, afin de pouvoir comme d'habitude  stigmatiser ces nouvelles "classes dangereuses", terroristes en puissance puisque musulmans ou amis de l'Islam, mélangeant tout et ne faisant pas leur vrai travail, consistant à informer et à éclairer intelligemment les gens qui justement ne se sont jamais rendus en Israël ou en Palestine.

J'en ai marre de l'hypocrisie ambiante et du continuel deux poids deux mesures dès qu'il s'agit des relations avec Israël, on l'a vu encore avec la première réaction de Hollande au téléphone avec Benyamin Netanyahou, l'encourageant dans sa volonté guerrière plutôt qu'en lui expliquant fermement que la violence n'est jamais une solution. Ce deux poids deux mesures constitue le meilleur terreau de l'antisémitisme, en France comme à l'étranger, donnant du grain à moudre à tous les hystériques et les idéologues opportunistes pour expliquer ensuite que "oui vous voyez, les Juifs sont intouchables". Or Il s'agit d'Israël, un Etat démocratique donc, avec des élections libres, qui ont amené actuellement au pouvoir une droite dure alliée à l'extrême droite. En quoi la "gauche" française au pouvoir devrait-elle s'abstenir de toute critique vis-à-vis des décisions de ce gouvernement Netanyahou indéfendable? Ben oui pourquoi? 

Et bien parce qu'il ne s'agit pas de ça, parce qu'il s'agit d'autre chose. Il s'agit du vivre ensemble en France, France qui a eu une triste tradition antisémite, mais également coloniale et raciste, et qui continue de traiter ses enfants des quartiers populaires de tradition musulmane comme des citoyens de seconde zone, symboliquement, dans ses médias, dans toutes ses prises de parole où l'Islam est la plupart du temps adossé à l'image du terrorisme, un peu comme si on enjoignait tous les catholiques français à se positionner par rapport aux agissement de l'Opus Dei. Alors après il ne faut pas s'étonner que ces jeunes et moins jeunes, ne s'étant par ailleurs jamais rendus en Palestine pour la plupart d'entre eux, par effet miroir, victimes eux aussi du double discours de la République pour tous mais pas vraiment, soient heurtés par ce que fait actuellement l'armée israélienne à Gaza, selon le droit international pour tous mais pas vraiment. Et le président et le gouvernement français lui, sachant tout ça, plutôt que de faire un travail de vérité, préfère faire l'autruche et s'abstenir d'une position courageuse.

J'en ai marre que le CRIF soit le principal interlocuteur des politiques, de droite comme de gauche, concernant tant Israël que les Juifs de France, ayant une immense part de responsabilité dans cette manie à toujours tout mélanger. Le CRIF n'est guère plus représentatif de l'ensemble des Juifs de France que, je ne sais pas, FO de l'ensemble des salariés de notre pays. Sans doute moins même. Or on connaît notre problème de représentativité syndicale. On souffre du même problème avec notre représentativité religieuse: CRIF et CFCM plutôt que de faciliter le vivre ensemble, se positionnent sur leur "marché" respectif, tandis que l'immense majorité des politiques, tout bord confondu, ayant définitivement renoncé à être courageux, subtils et volontaristes sur ces questions, pratiquent un clientélisme outrancier avec ses organisations, et en tout premier lieu le CRIF dont le dîner annuel est encore plus couru que la garden party de l'Elysée le 14 juillet. Quand on prendra enfin le CRIF pour ce qu'il est, un simple lobby parmi d'autres, ni plus ni moins, on avancera peut être un peu. Pourquoi ne pas écouter un autre son de cloche, comme celui de l'UJFP par exemple?

http://www.ujfp.org

Alors oui j'en ai marre, marre d'entendre que si l'on soutient le droit international, en fait on soutient le Hamas, marre de l'impuissance politique face aux massacres de femmes et d'enfants innocents, marre de cette hypocrisie du "traitement médiatique équitable" avec 5 min pour Israël et 5 min pour la Palestine, comme le 5 min pour les Noirs d'Afrique du Sud et 5 min pour l'apartheid, marre de lire des monceaux de conneries comme cet article de David B, par ailleurs bien écrit. 

Personnellement, je me suis rendu en Palestine en 2012, et ce que j'y ai vu du mur et des chekpoints m'a profondément révolté. Je l'avais relaté sur ce blog ici:

http://blogs.mediapart.fr/blog/benjaminjoyeux/211112/fractures-en-terre-sainte-une-semaine-en-palestine

Mais il faut également comprendre la volonté de l'Etat d'Israël à se défendre et à vouloir exister coûte que coûte, quitte à le faire contre tout le monde. Le traumatisme de l'histoire est encore très présent. Nous sommes encore dans ce que Viviane Forrester avait bien décrit dans le Crime occidental

Bref, on peut soutenir la cause palestinienne en étant renseigné, en n'ayant aucune arrière pensée antisémite, en ne voulant aucun mal à l'Etat d'Israël mais en considérant au contraire que c'est l'aider, voir le sauver pour l'avenir, que de tout faire pour l'enjoindre à respecter le droit international, et en souhaitant passer outre les questions culturelles, cultuelles, l'hypocrisie par culpabilité historique ou encore le clientélisme politique, pour traiter ce conflit de façon moins passionnée et plus rationnelle, par le droit, droit d'exister pour Israël mais également pour la Palestine. Et droit en France à pouvoir le dire tranquillement sans subir de terrorisme intellectuel insupportable. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Un immense merci, et des propos que je m'empresse de faire connaître au plus grand nombre là où il est possible de les partager.

 

:-)