Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 oct. 2021

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Prendre soin du vivant en soi et autour de soi et devenir pionnier du nouveau monde

Pour affronter l’explosion des maladies et la dégradation accélérée de notre climat, il est urgent de prendre enfin pleinement conscience de l’interdépendance du vivant en liant notre changement individuel et notre engagement collectif, nos soins internes et nos valeurs externes.

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Quand on est malade, rien ne chante plus fort que l'envie de guérir. » Jean Giono, Le chant du monde

Rapport 2021 du Lancet countdown

Le rapport annuel de la fameuse revue scientifique britannique The Lancet vient de sortir le 20 octobre[1]. Publié chaque année depuis l’accord de Paris de 2015, il constitue le document de référence sur les conséquences du changement climatique sur la santé à l’échelle globale. Et ses conclusions pour 2021 sont éloquentes : le réchauffement met en danger les populations les plus fragiles sur la planète, personnes âgées, nourrissons, etc., augmente les risques de pandémie et de maladies infectieuses et fragilise toute la chaîne alimentaire. Bref, la dégradation du climat due aux activités humaines est en train de tous nous rendre malades !

Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous ? Un rapport apocalyptique de plus, après ceux du GIEC, de l’IPBES et de tout ce que le monde compte d’institutions scientifiques sérieuses. La planète va mal, tout le monde le sait ! Raison de plus pour se refermer sur sa sphère personnelle et profiter de sa vie, derrière son écran, sa famille, ses ami.e.s, loin des affres du monde. Consommons sans entrave et dressons nos murs personnels face aux vagues d’angoisse qui nous submergent, qu’elles se drapent dans les oripeaux d’une pandémie, de terroristes, de méga-feux, de canicules, de migrants… 

Le problème de cette posture est tout d’abord qu’elle ne cesse de renforcer les paniques morales et les angoisses identitaires hystériques qui partout nourrissent la « bête immonde » (en France, elle se manifeste dans les délires d’un Eric Zemmour qui, venant doubler la fille Le Pen sur son extrême droite, est en train de salir le peu qu’il reste encore de dignité à nos valeurs républicaines issues des Lumières). Il est ensuite que ce repli sur soi fait fi de tout ce que nous enseigne désormais la science sur la totale interdépendance du vivant. Et en niant cette vérité, nous finissons par tous tomber malades, physiquement comme psychiquement : les canicules tuent, les sécheresses tuent, les incendies et les tempêtes tuent. Mais la dégradation accélérée des conditions d’habitabilité de notre Terre brûle également nos âmes : la solastalgie, ou éco-anxiété, tristesse et détresse psychique causée par la destruction du vivant, ne cesse d’augmenter partout, et en particulier dans les rangs de la jeunesse[2].

Nous ne sommes pas des individus uniques, coupés du reste du monde et guidés par notre seul libre arbitre d’homo economicus hyper rationnel, comme aiment à nous le faire croire tous les marchands et fils de pub. « L’enfer », ce n’est pas « les autres », mais bien plutôt quand nous oublions les autres, y compris les autres espèces.

Moi-même j’ai compris tout cela de façon soudaine et tragique en affrontant à 27 ans, à un âge où la mort n’est qu’une hypothèse d’école, un cancer de la lymphe au stade 4 hyper agressif. Sauvé de justesse, puis totalement guéri, je n’ai eu de cesse depuis près de 15 ans de chercher à comprendre quel enseignement accéléré la maladie m’avait offert. Et la principale leçon fut bien celle de l’interdépendance, de moi-même avec les autres et de tous avec notre « environnement » (terme d’ailleurs inadéquat, comme « biodiversité », car il sous-entend que nous nous en situons en dehors, tels des spectateurs. C’est pourquoi je préfère le terme englobant de « vivant »). Alors que j’étais déjà militant écologiste, je n’écoutais pas suffisamment mon propre corps et mon âme. Mon engagement collectif n’était pas suffisamment aligné avec mes besoins individuels. D’où la décision de devenir végétarien et de ne plus participer au massacre du vivant par mon alimentation, d’où ensuite celle de faire quotidiennement du yoga et de la méditation, d’où les tentatives quotidiennes de mise en œuvre de la maxime gandhienne « sois d’abord le changement que tu veux voir dans le monde ».

Aujourd’hui, de plus en plus de gens s’intéressent à la santé, aux soins en tous genres, aux pratiques de bien être, tant et si bien que ce « marché » se chiffre en centaines de milliards d’euros. En France, le nombre de pratiquants du yoga a par exemple plus que triplé ces dix dernières années. Et c’est très bien ! Mais quand allons-nous enfin faire le lien de façon holistique avec notre alimentation, notre engagement dans des syndicats, des associations, des partis politiques, l’école de nos enfants, notre bout de jardin potager… ? Quand allons-nous lier enfin pratiques personnelles et engagement collectif, soins de notre être intérieur et de notre nature extérieure, respect de nous-même et amour des autres ? A quoi sert-il de rechercher comme les transhumanistes de la Silicon Valley à la Jeff Bezos l’immortalité et les exoplanètes quand notre Terre Mère est en danger ? A quoi sert-il de défendre notre liberté si nous nions celle des autres, en particulier les femmes, hommes et enfants réfugiés qui viennent se heurter aux murs de nos égoïsmes nationaux ? A quoi sert-il d’avoir subi la pandémie de Covid 19 à l’échelle planétaire si c’est pour repartir de plus bel dans la course à la vacuité individuelle et à la destruction collective, tels des enfants pourris gâtés de l’hyper-productivité, civilisation du maxi gaspillage matériel et existentiel ?

Tirons enfin les leçons individuelles et collectives de l’interdépendance en prenant à la fois soin de nous et de notre climat, en ajustant nos comportements internes et externes, de consom’acteurs et de citoyen.ne.s du monde. Cela nous permettra de prendre conscience avec plus d’acuité de tous les changements possibles pour nous guérir de ce tragique « aquoibonisme » qui nous prend aux tripes chaque matin quand on observe la marche du monde.  Ce que nous avons essayé de résumer dans l’ouvrage collectif Devenez pionnier du nouveau monde, 24 idées fortes pour se changer et changer le monde, coordonné par Laurent Muratet et tout juste édité aux Editions Jouvence. Car il est non seulement possible mais plus que jamais nécessaire d’être le changement. Quand on pense que Vincent Bolloré se réclame des Evangiles… #JDCJDR

Benjamin Joyeux

Journaliste et conseiller régional écologiste d'AURA, membre de la commission santé

[1] Voir https://www.thelancet.com/countdown-health-climate

[2] Lire par exemple https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/angoisse-depression-l-eco-anxiete-l-autre-effet-du-rechauffement-climatique_2093702.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost