Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2013

8 mai 1945, les mémoires

Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ENTRE L’ALGERIE ET LA FRANCE, LES MEMOIRES

Par Benjamin Stora

PAR BENJAMIN STORA - L’Algérie commémore le deuxième mercredi de ce mois, le 68ème anniversaire des massacres de mai 1945 perpétrés par les troupes coloniales françaises. Au moment où s’achevait la seconde guerre mondiale, une terrible répression s’abattait sur le peuple algérien faisant des dizaines de milliers de victimes, dans les villes de Sétif, de Guelma et les campagnes du Constantinois. Cet événement est désormais considéré comme un point de départ décisif vers le déclenchement de la guerre d’indépendance algérienne, neuf années plus tard.

Ce drame a longtemps été occulté en France. Après l’indépendance de 1962, il s’agissait surtout d’oublier la perte d’un territoire, l’Algérie, longtemps considéré comme ‘’intégré’’ à la France depuis plus d’un siècle. La défaite entraînait le refoulement de l’histoire coloniale et des exactions commises. Il a fallu attendre l’année 2005 pour que, par la voix de son ambassadeur Hubert Colin de Verdière, la France reconnaisse cette ‘’tragédie inexcusable’’.

Mais la même année, en février 2005, le Parlement français votait une loi reconnaissant ‘’les apports de la mission civilisatrice’’ en Algérie coloniale. Ce vote ruinait les tentatives de rapprochement entre les deux pays, retardait le processus de clarification sur les questions mémorielles. Et certaines voix en Algérie ne manquaient pas de relever des pratiques de double discours sur l’histoire, en France. Depuis l’indépendance, les élites politiques et intellectuelles des deux pays semblent s’être installés dans un ‘’confort’’ de dénonciation réciproque, distillant au fond une même doctrine de découragement : il est impossible d’écrire ensemble l’histoire, et comme il est difficile de s’entendre….

Les moments de cette sclérose sont peut-être comptés. La visite en décembre 2012 du nouveau président français François Hollande relance un processus. A nouveau, la condamnation des massacres de mai 1945 était prononcée par un chef d’Etat en exercice. Cela permettra-t-il de prendre une nouvelle direction dans le processus de reconnaissance des effets de la colonisation ? Un mouvement historique profond s’est en fait amorcé depuis plusieurs années. Malgré le pesant couvercle colonial qui obscurcit encore le présent, les deux pays ont changé. L’homogénéisation du monde sur le plan culturel et politique, par les désirs démocratiques exprimés, a rapproché les nouvelles générations qui ne veulent plus vivre dans la rumination permanente du passé. Aux responsables politiques des deux pays de prendre en charge ces exigences nouvelles, dans le respect des mémoires anciennes de la lutte anticoloniale.

B.S.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin