Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juil. 2013

Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

Remise d'archives en Tunisie

Le 5 juillet 2003, lors de sa visite officielle en Tunisie, le président de la République française, François Hollande, a remis à la veuve et au fils de Fahhat Hached, leader du synicat UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens), l'ensemble des archives de l'Etat à propos de l'assassinat le 5 décembre 1952 du responsable syndical (voir images de la remise en vidéo).

Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 5 juillet 2003, lors de sa visite officielle en Tunisie, le président de la République française, François Hollande, a remis à la veuve et au fils de Fahhat Hached, leader du synicat UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens), l'ensemble des archives de l'Etat à propos de l'assassinat le 5 décembre 1952 du responsable syndical (voir images de la remise en vidéo). Ce geste a été salué par l'ensemble de la classe politique et les intellectuels tunisiens. Le travail sur ces archives va permettre de lever le voile sur les pratiques de certains services de l'Etat contre des militants politiques et syndicaux au Maghreb, avant les indépendances.

Qui est Farhat Hached ?

 Le 5 décembre 1952, alors que la question tunisienne est débattue au sein des Nations Unies, Farhat Hached, le Secrétaire général de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) tombe dans une embuscade alors qu’il roule sur la route de Radès. L’assassinat est l'oeuvre de la « Main Rouge », organisation terroriste composée d'Européens qui ont décidé d’opposer la violence au mouvement nationaliste tunisien. Cet attentat intervient alors que la Tunisie est secoué par un mouvement de protestation de grande ampleur face à l’immobilisme de la Résidence générale et à l’absence de toute perspective en matière de réformes politiques. C'est aussi l’époque des « fellaghas », ce mouvement d’essence rurale, qui décide de s’attaquer par les armes à la présence française. Dans les villes, le terrorisme frappe tous les jours.

Mais avec la disparition de Farhat Hached, le mouvement nationaliste subit un coup rude. L’homme est celui qui a créé l'UGTT et en a fait une force aussi influente que le Néo-Destour (parti nationaliste) de Habib Bourguiba. Originaire des îles de Kerkenah, ce militant de la première heure a su préserver l'autonomie de la centrale syndicale face aux appétits hégémoniques du Néo-Destour. Mieux encore, parce qu'il a réussi à convaincre ses militants de la nécessité d’une adhésion de l'UGTT à la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) et qu'il est profondément méfiant à l'égard du Parti communiste tunisien, il est aussi l’interlocuteur du gouvernement américain et dispose de solides relais à Washington. Son aura est aussi importante que celle de Bourguiba, sinon plus.

Son exécution n’est donc pas un hasard. Elle a été longuement préparée par la « Main Rouge ». Jean de Hautcloque, le Résident général, en sera même informé par ses organisateurs. Il ne prendra aucune mesure de protection particulière pour faire protéger le leader syndical ou l’avertir du danger qui le guette. Lorsque l’attentat aura lieu, il ne sanctionnera pas ses services de police. Pourtant, il est de notoriété publique que la « Main Rouge » est formée en grande partie de policiers européens. L’assassinat de Farhat Hached restera donc à jamais impuni et selon l’historien Charles-André Julien, « Hautcloque a lui même donné son feu vert à l'opération ».

Quelques jours après la mort de Farhat Hached, son successeur à la tête de l'UGTT, le nationaliste et hommes de lettres Mahmoud Messadi seront, lui et son épouse, arrêtés par ordre du Résident général. Moins d’un an plus tard, c’est au tour de Hédi Chaker, membre du Comité directeur du Néo-Destour, d'être abattu chez lui par la Main Rouge le 12 septembre 1953.

La mort de Farhat Hached va avoir un impact important dans le monde arabe, à commencer par le Maroc où l’annonce de sa disparition va provoquer d’importantes émeutes à Casablanca.

(texte de la biographie in Les 100 portes du Maghreb, de Benjamin Stora et Akram Elyas, Paris, Ed de l’Atelier, 1999, pages 177-178.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk